Mois : août 2015

LES FRANÇAISES N’ÉTAIENT PAS À SINGAPOUR

LES FRANÇAISES N’ÉTAIENT PAS À SINGAPOUR

CE N’EST PAS UNE ERREUR, MAIS UN SYMPTÔME

Éric LAHMY

Lundi 31 août 2015

Les Françaises nées entre 1998 et 2001 absentes aux mondiaux juniors de Singapour ? C’est peut-être une décision judicieuse ! Si l’on part du constat que la natation des jeunes française n’existe plus, il vaut mieux en effet s’abstenir.

S’il avait fallu sélectionner, qu’aurait-on pu faire ? A mon avis, on aurait pu soit emmener la seule Pauline MAHIEU, notre unique espoir de dimensions internationales, capable de bien nager en sprint et en dos, soit se décider, en plus d’elle, à emmener quelques éléments, voire un relais ou deux (ou trois) et voir ce que ça donne. Les relais sont plus facilement qualifiables en finale, ce qui est une illusion, mais n’est pas inintéressant.

Pour mieux comprendre l’enjeu, j’ai relevé les temps réalisés en 2015 des jeunes Françaises de ces catégories d’âge, tels que rapportés dans le site fédéral, et comparé aux résultats de Singapour…

PAULINE MAHIEU ET PUIS QUI?

Pauline MAHIEU, avec son temps de 28.69, aurait été 4e en série du 50 mètres dos, 5e en demi-finale, et 5e ex-aequo en finale ; sur 100 mètres dos, ses 1’1.34 l’auraient qualifiée, 6e pour les demi-finale, et aussi 8e pour la finale. 2’16.16 sur 200 mètres dos lui auraient donné la 18e place. On peut donc dire que Pauline MAHIEU était armée pour nager aux mondiaux juniors de Singapour.

En-dehors de ça ? J’ai placé, après chaque meilleure performance de nos ondines en âge d’aller à Singapour la place que cette performance lui aurait obtenue en séries aux mondiaux juniors. Pour la 2e Française d’une épreuve, je lui ai attribué la place qu’elle aurait eu aux mondiaux si les Françaises avaient été là : c’est ainsi, sur 100 mètres brasse, avec 1’11.50, Maud RAYNERT aurait été 16e, mais comme j’ai classé Nolwenn HERVÉ plus haut, elle descend 17e sur « mon » classement.

Bien entendu, il est facile a posteriori de dire ce qu’aurait pu être une équipe de France pour Singapour. Dans le choix de n’envoyer que des finalistes potentiels, il aurait suffi d’offrir le voyage à Pauline MAHIEU et à son coach, ce qui n’aurait pas coûté trop cher en termes de billets et d’hébergement.

Si l’on avait voulu ouvrir la sélection aux demi-finalistes potentielles, on aurait pu ajouter Léa MARCHAL (400, 800 et 1500 mètres) et Emma TEREBO (dos), Nolwenn HERVÉ, Camille WISHAUPT (papillon) et Cyrielle DUHAMEL (quatre nages).

Les relais ? Avec des potentiels de, respectivement, 3’47., 8’17.5 et 4’9. Ils ne seraient pas allés bien haut, peut-être en finale mais loin des podiums, sauf une surprise toujours possible. Les emmener aurait été, je crois, une bien mauvaise idée.

Maintenant, les mondiaux juniors sont une opportunité récente de compétition qui ne nous parait pas indispensable. Une natation de jeunes ne devrait pas être en soi un objectif. Il suffit de voir la « casse » qui se produit chaque année à travers le monde de ces talents dont on attend beaucoup et qui disparaissent comme dans un rêve. Plusieurs natations peuvent être citées en contre-exemples, pour ce qui concerne les « carrières » de nageurs.

La question qui obsède les responsables de la natation française n’est pas la réussite des jeunes, mais bel et bien le renouvellement de la natation. L’absence des Françaises (et des Français) à Singapour est-elle une mauvaise nouvelle ? Je dirais qu’elle est plutôt un symptôme. Ce n’est peut-être pas aussi « dramatique » que ça, mais, 9e natation mondiale adulte (5e chez les hommes et 14e chez les femmes), nos prestations chez les jeunes paraissent aujourd’hui tangentielles à zéro

 

50 mètres, Pauline MAHIEU, 1999, US Saint-André, 26.40; Joanna DESBORDE, 2000, Rosny, 26.40 (18e).

100 mètres, Manon VIGUIER, 1998, Girondins Bordeaux, 57.04 (22e) ; Joanna DESBORDES, 2000, Rosny, 57.74 (26e).

200 mètres, Léa MARCHAL, 1999, Besançon, 2’4.61 (24e) ; Manon VIGUIER, 1998, Bordeaux, 2’4.94 (31e) ; Roxane MARCEL, 1999, Antibes, 2’5.06 ; Joanne DESBORDES, 2000, Rosny, 2’5.07 ; Mathilde BARAT, 1999, Melun, 2’5.20.

400 mètres, Léa MARCHAL, 1999, Besançon, 4’15.95 (11e) ; Océane CASSIGNOL, 2000, Sarcelles, 4’21.68 (25e).

800 mètres, Léa MARCHAL, 1999, Besançon, 8’52.02 (19e) ; Camille WISHAUPT, Mulhouse, 8’59.25 (27e).

1500 mètres, Léa MARCHAL, 1999, Besançon, 16’53.13 (13e) ; Océane CASSIGNOL, 2000, Sarcelles, 17’8.74 (20e).

50 mètres dos, Pauline MAHIEU, 1999, US Saint-André, 28.69 (FINALISTE, 5e ex-aequo] ; Emma TEREBO, 1998, CN Calédonien, 29.43 (12e en série 14e en demi-finale).

100 mètres dos, Pauline MAHIEU, 1999, US Saint-André, 1’1.34 [FINALISTE] ; Maelle LECANU, 1999, Canet, 1’4.03 (20e).

200 mètres dos, Pauline MAHIEU, 1999, US Saint-André, 2’16.16 (18e) ; Cyrielle DUHAMEL, 2000, Béthune Pélican, 2’17.20 (22e).

50 mètres brasse, Alexia GRENOUILLAT, 2000, Miramas, 32.94 (17e ex-aequo) ; Chloé CAZIER, 1998, Beauvaisis, 32.98.

100 mètres brasse, Nolwenn HERVÉ, 1999, Thionville, 1’11.42 (14e) ; Maud RAYNERT, 1998, Massy, 1’11.50 (17e).

200 mètres brasse, Nolwenn HERVÉ, 1999, Thionville, 2’35.27 (19e) ; Chloé CAZIER, 1998, Beauvaisis, 2’35.30 (20e).

50 mètres papillon, Cyrielle DUHAMEL, 2000, Béthune Pélican, 28.10 (24e) ; Emma DA CONCEICAO, 2000, Annecy, 28.15 (25e).

100 mètres papillon, Solweig PICAULT, 2000, Canet, 1’2.52 (30e) ; Lou BARDOT, 1998, Melun, 1’3.16 (35e).

200 mètres papillon, Camille WISHAUPT, Mulhouse, 2’13.94 12e) ; Solweig PICAULT, 2000, Canet, 2’19.13 (27e).

200 mètres 4 nages, Cyrielle DUHAMEL, 2000, Béthune, 2’18.99 (20e) ; Emeline BIEHLMANN, 1998, Canet, 2’21.38 (28e).

400 mètres 4 nages, Cyrielle DUHAMEL, 2000, Béthune, 4’55.36 (16e) ; Emelyne BIEHLMANN, 1998, Canet, 4’59.92 (23e).

4 fois 100 mètres : Manon VIGUIER, 1998, Girondins Bordeaux, 57.04 ; Joanna DESBORDES, 2000, Rosny, 57.74, Pauline MAHIEU, 1999, US Saint-André, 57.85, Julie COSTE, 1998, Bordeaux, 58.08, Clotilde COUSSON, 1998, MON, 58.14.

4 fois 200 mètres : Léa MARCHAL, 1999, Besançon, 2’4.61 ; Manon VIGUIER, 1998, Bordeaux, 2’4.94 ; Roxane MARCEL, 1999, Antibes, 2’5.06 ; Joanne DESBORDES, 2000, Rosny, 2’5.07 ; Mathilde BARAT, 1999, Melun, 2’5.20.

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (18)

RESULTATS

Éric LAHMY

Dimanche 30 août 2015

 Ci-dessous, les résultats des mondiaux juniors de Singapour (à l’exception des relais mixtes).

MESSIEURS.-

50 mètres : 1. Kyle CHALMERS, Australie, 22.19 ; 2. Michael ANDREW, USA, 22.36 ; 3. Giovanni IZZO, Italie, 22.55 ; 4. Felipe SOUZA, Brésil, 22.58 ; 5. Pedro SPAJARI, Brésil, 22.59 ; 6. Oszkar Peter LAVOTHA, Hongrie, 22.71 (demi-finale, 22.55) ; 7. Huseyin Emre SAKCI, Turquie, 22.79 (demi-finale, 22.71) ; 8. Vladislav KOZLOV, Russie, 22.85 (en série, 22.83, en demi-finale, 22.72).

100 mètres : 1. Kyle CHALMERS, Australie, 48.47 ; 2. Maxime ROONEY, USA, 48.87 ; 3. Felipe SOUZA, Brésil, 49.30 ; 4. Pedro SPAJARI, Brésil, 49.56 (en demi-finale, 48.87); 5. Alessandro MIRESSI, Italie, 49.61 ; 6. Markus THORMEYER, Canada, 49.76 (en demi-finale, 49.59) ; 7. Robert GLINTA, Roumanie, 49.87 ; 8. Alessandro BORI, Italie, 50.16 (en série, 50.10, en demi-finale, 49.70).

200 mètres : 1. Maxime ROONEY, USA, 1:47.78 ; 2. Grant SHOULTS, USA, 1:48.42 ; 3. Ernest MAKSUMOV, Russie, 1:48.69 ; 4. Damian FYFE, Australie, 1:48.90 ; 5. Elisei STEPANOV, Russie, 1:49.18 ; 6. Cameron KURLE, GBR, 1:49.28 ; 7. Felipe SOUZA, Brésil, 1:50.17 ; 8. Mohamed Mehdi LAGILI, Tunisie, 1:52.00 (en série, 1:50.21).

400 mètres : 1. Grant SHOULTS, USA, 3:48.91 ; 2. Jintong YANG, Chine, 3:50.05 ; 3. Ziao QIU, Chine, 3:50.99 ; 4. Joshua PARRISH, Australie , 3:51. ; 5. Cameron KURLE, GBR, 3:51.02 ; 6. Ricardo VARGAS, Mexique, 3:53.39 ; 7. Matthew HIRSCHBERGER, USA, 3:54.09 (en série, 3:53.59) ; 8. Rafael DAVILA, Venezuela, 3:54.67 (en série, 3:54.39).

800 mètres : 1. Jintong YANG, Chine, 7:55.19 ; 2. Cesar CASTRO, 7 :57.21 ; 3. Ernest MAKSUMOV, Russie, 7:57.40 ; 4. Joshuah PARISH, Australie, 7:57.43 ; 5. Brandonn ALMEIDA, Brésil, 7:59.49 ; 6. Kristof RASOVSZKY, Hongrie, 8:0.76 ; 7. Ricardo VARGAS, Mexique, 8:1.60 ; 8. Dimitrios NEGRIS, Grèce, 8:4.42

1500 mètres : 1. Brandonn ALMEIDA, Brésil, 15:15.88 ; 2. Taylor ABBOTT, USA, 15:16.35 ; 3. Cesar CASTRO, Espagne, 15:17.10 ; 4. Ziao QIU, Chine, 15:17.54 ; 5. Dimitrios NEGRIS, Grèce, 15:18.74 ; 6. Joshua PARRISH, 15:21.15 ; 7. Kristof RASOVZSKY, Hongrie, 15:24.91 ; 8. Matthew MEYER, Afrique du Sud, 15:25.76.

50 mètres dos : 1. Michael ANDREW , USA, 25.13 ; 2. Javier ACEVEDO, Canada, 25.48 ; 3. Mohamed SAMI, Egypte, 25.54.

100 mètres dos : 1. Robert GLINTA, Roumanie, 54.30 (record des championnats); 2. Michael TAYLOR, USA, 54.64 (en demi-finale, 54.62 ; 3. Luke GREENBANK, Grande-Bretagne, 54.81 ; 4. Michael ANDREW, USA, 54.88 (en demi-finale, 54.74); 5. Hugo GONZALEZ, Espagne, 55.04 (en série, 54.80); 6. Markus THORMEYER, Canada, 55.11 (en demi-finale, 55.03); 7. Youssef ABDALLA, Egypte, 55.24 (en demi-finale, 54.93); 8. Javier ACEVEDO, Canada, 55.48 (en demi-finale, 55.24).

200 mètres dos : 1. Hugo GONZALEZ, Espagne, 1:58.11 ; 2. Michael TAYLOR, USA, 1:58.39 ; 3. Austin KATZ, USA, 1:58.51 ; 4. Luke GREENBANK, GBR, 1:58.74 ; 5. Jacopo BIETTI, Italie, 1:59.58 ; 6. Tristan LUDLOW, Australie, 2:0.01 ; 7. Jakub Daniel SKIERKA, Pologne, 2:0.57 ; 8. Roman LARIN, Russie, 2:1.12 (en série, 2:0.37).

50 mètres brasse : 1. Andrius SIDLAUSKAS, Lituanie, 27.99 ; 2. Micolo MARTINENGHI, Italie, 28.03 ; 3. Nikola OBROVAC, Croatie, 28.11.

100 mètres brasse : 1. Anton CHUPKOV, Russie, 1:0.19 (en série, 1 :0.12, record du monde junior ; ancien record, 1 :0.84 par lui-même le 17 août 2014) ; 2. Reece WHITLEY, USA, 1:1. ; 3. Andrius SIDLAUSKAS, Lituanie, 1:1.26 (en demi-finale, 1:0.83) ; 4. Michael ANDREW, USA, 1:1.52 (en demi-finale, 1:0.78) ; 5. Charlie ATTWOOD, GBR, et Matthew WILSON, Australie, 1:1.69 ; 7. Nicolo MARTINENGHI, Italie, 1:2.08 (en série, 1 :1.90) ; 8. Basten CAERTS, Belgique, 1:2.37 (en demi-finale, 1:1.99).

200 mètres brasse : 1. Anton CHUPKOV, Russie, 2:10.19 ; 2. Matthew WILSON, GBR, 2:11.23 ; 3. Ippei MIYAMOTO, Japon, 2:11.59 ; 4. Reece WHITLEY, USA, 2:12.71 ; 5. Nicolo MARTINENGHI, Italie, 2:13.05 ; 6. Chandler BRAY, USA, 2:15.00 (en série, 2:14.13) ; 7. Charlie ATWOOD, GBR, 2:15.04 (en série, 2:14.48) ; 8. Christopher ROTHBAUER, Autriche, 2:16.53 (en série, 2:15.34).

50 mètres papillon : 1. Andrii KHLOPTSOV, Ukraine, 23.64 ; 2. Michael ANDREW, USA, 23.84 ; 3. Daniil PAKHOMOV, Russie, 23.89.

100 mètres papillon : 1. Daniil PAKHOMOV, Russie, 52.28 ; 2. Vinicius LANZA, Brésil, 52.88 (en demi-finale, 52.81) ; 3. Daniel ANTIPOV, Russie, 52.99 ; 4. Alberto LOZANO, Espagne, 53.10 (en demi-finale, 52.99) ; 5. Michael CHUDY, Pologne, 53.25 ; 6. Enrique PAINHAS, Brésil, 53.44 ; 7. Giacomo CARINI, Italie, 53.51 ; 8. Ryan HOFFER, USA, 53.53 (en demi-finale, 52.89).

200 mètres papillon : 1. Nao HOROMURA, Japon, 1’56.80 ; 2. Daniil PAKHOMOV, Russie, 1’56.93 ; 3. Mike THOMAS, USA, 1’57.61 ; 4. Giacomo CARINI, Italie, 1’58.04 ; 5. Zac HARTING, USA, 1’59.42 ; 6. Antani IVANOV, Bulgarie, 1’59.93 (en série, 1’59.71) ; 7. Mark TEKAUER, Hongrie, 2’0.51 (en série, 2’0.02) ; 8. Wilrich COETZEE, 2’0.62 en série, 2’0.15).

200 mètres 4 nages : 1. Clyde LEWIS, Australie, 2:0.15 ; 2. Daniel SOS, Hongrie, 2:1.78 ; 3. Sean GRIESHOP, USA, 2:1.83 ; 4. Javier ACEVEDO, Canada, 2:1.91 ; 5. Nikolaï SOKOLOV, Russie, 2:2.98 (en série, 2:2.67) ; 6. Martyn WALTON, GBR, 2:3.11 (en série, 2:2.51) ; 7. Michael ANDREW, USA, 2:6.54 (en séries, 1:59.86). Hugo GONZALEZ, Espagne, disqualifié (en série, 2:1.88).

400 mètres 4 nages : 1. Sean GRIESHOP, USA, 4:15.67 ; 2. Brandonn ALMEIDA, Brésil, 4:17.06 ; 3. Hugo GONZALEZ, Espagne, 4:18.14 ; 4. Charlie SWANSON, USA, 4:20.37 ; 5. Daniel SOS, Hongrie, 4:20.46, 6. Nikolai SOKOLOV, Russie, 4:21 .17 ; 7. Zhou WANG, Chine, 4:25.41 (en série, 4:24.25) ; 8. Joao VITAL, Portugal, 4:26.12 (en série, 4:25.23).

4 fois 100 mètres : 1. AUSTRALIE, 3:17.39 (Vincent DAI, 50.03, Kyle CHALMERS, 48.41, Brayden MCCARTHY49.66, Jack CARTWRIGHT, 49.29) ; 2. USA, 3:18.42 (Ryan HOFFER, 49.97Daniel KRUEGER, 49.50, Michael JENSEN, 50.51, Maxime ROONEY, 48.44) (en série, 3:17.84); 3. ITALIE, 3:18.58 (Alessandro BORI, 50.11, Giovanni IZZO, 49.54, Ivano VENDRAME, 49.87, Alessandro MIRESSI, 49.06) ; 4. BRESIL, 3:18.92 ; 5. RUSSIE, 3:19.28 ; 6. CANADA, 3:20.44 ; 7. VENEZUELA, 3:23.41 ; 8. EGYPTE, 3:23.77.

4 fois 200 mètres : 1. États-Unis, 7:13.76, record du monde juniors, ancien record, Grande-Bretagne, 7:15.36 le 29.8.2013 (Grant SHOULTS, 1:48.10, Maxime ROONEY, 1:46.55, Sean GRIESHOP, 1:49.82, Grant HOUSE, 1:49.29) ; 2. AUSTRALIE, 7:17.76 (Damien FYFE, 1:50.03, Lewis CLYDE, 1:48.34, Kyle CHALMERS, 1:50.13, Joshua PARISH, 1:49.26) ; 3. RUSSIE, 7:19.45 (Ernest MAKSUMOV , 1:48.99, Elisei STEPANOV, 1:48.81, Daniil ANTIPOV, 1:51.10, Aleksandr PROKOFEF, 1:50.55) ; 4. Espagne, 7:21.22 (au départ Cesar CASTRO, 1:50.09) ; 5. CANADA, 7:21.97 ; 6. CHINE, 7:23.36 (au départ, Zao QIU, 1:49.81) ; 7. Allemagne, 7:26.99 ; BRESIL, disqualifié : au départ, Giovanny LIMA, 1 :49.18 ; en séries, LIMA nage 1 :49.31 au start.

4 fois 100 mètres 4 nages : 1. RUSSIE, 3’36.44 (Roman LARIN, 55.50, Anton CHUPKOV, 59.84, Daniil PAKHOMOV, 51.74, Vladislav KOZLOV, 49.36) ; 2. ETATS-UNIS, 3’37.51 (Michael TAYLOR, 55.39, Reece WHITLEY, 1’0.82, Michael ANDREW, 52.75, Maxime ROONEY, 48.55); 3. AUSTRALIE, 3’40.21 (et Kyle CHALMERS, 48.38 en crawl); 4. BRESIL, 3’42.78; 5. Espagne, 3’43.10 (et GONZALEZ, 54.81 en dos) ; 6. CANADA, 3’44.12 (et Javier ACEVEDO, 55.33 en dos) ; 7. TURQUIE, 3’44.99 ; 8. SINGAPOUR, 3’47.40.

DAMES.-

50 mètres : 1. Mariia KAMENEVA, Russie, 25.12 ; 2. Rikako IKEE, Japon, 25.19 ; 3. Shayna JACK, Australie, 25.24 ; 4. Daria S. USTINOVA, Russie, 25.39 (en demi-finale, 25.22) ; 5. Yuting TANG, Chine, 25.59 et Flora MOLNAR, Hongrie, 25.59 ; 7. Ashley VOLPENHEIN, USA, 25.68 ; 8. Lauren PITZER, USA, 25.93 (en série, 25.79, en demi-finale, 25.84).
100 mètres : 1. Taylor RUCK, Canada, 53.92 ; 2. Penny OLEKSIAK, Canada, 54.65 (en demi-finale, 54.51); 3. Arina OPENYSHEVA, Russie, 54.78; 4. Rikako IKEE, Japon, 54.82 (en demi-finale, 54.81; 5. Shayna JACK, Australie, 55.32 (en demi-finale 55.21); 6. Lucy Elizabeth MCJANNETT, Australie, 55.39 (en série, 55.31); 7. Sachi MOCHIDA, Japon, 55.56 (en demi-finale, 55.42); 8. Stanzi MOSELEY, USA, 56.49 (en série, 55.30, en demi-finale 55.48).

Taylor RUCK nage 53.95 en séries, 54.14 en demi et 53.92 en finale…

200 mètres : 1. Taylor RUCK, Canada, 1’57.87 ; 2. Arina OPENYSHEVA, Russie, 1’58.28 ; 3. Hannah COX, USA, 1’59.28; 4. Sachi MOCHIDA, Japon, 1’59.39 ; 5. Rachele CERRACHI, Italie, 2’1.09 (en série, 2’0.77) ; 6. Holly HIBBOTT, GBR, 2’1.29 ; 7. Daria MULLAKAEVA, Russie, 2’1.45 ; 8. Rafaela RAURICH, Brésil, 2’1.89 (en série, 2’1.40).

400 mètres : 1. Tamsin COOK, Australie, 4:6.17 ; 2. Sierra SCHMIDT, USA, 4:7.47 ; 3. Linda CAPONI, Italie, 4:7.73 ; 4. Hanna COX, USA, 4:8.69 ; 5. Holly HIBBOTT, GBR, 4:11.29 ; 6. Fuwai DONG, Chine, 4:11.32 ; 7. Arina OPENYSHEVA, Russie, 4:11.54 ; 8. Chloe FINCH, GBR, 4:12.73.

800 mètres : 1. Sierra SCHMIDT, USA, 8:27.55 ; 2. Simona QUADARELLA, Italie, 8:29.79 ; 3. Holly HIBBOTT, GBR, 8:31.56 ; 4. Linda CAPONI, Italie, 8:35.21 ; 5. Gabrielle KOPENSKI, USA, 8:38.72 ; 6. Janka JUHASZ, Hongrie, 8:40.07 ; 7. Fuhei DONG, Chine, 8:41.85 ; 8. Laura RODRIGUEZ, Espagne, 8:44 ; 9. Olivia ANDERSON, Canada, 8:44.50 ; 10. Chang YANG, Chine, 8:44.54.

1500 mètres : 1. Simona QUADARELLA, Italie, 16:5.61 ; 2. Sierra SCHMIDT, USA, 16:12.84 ; 3. Gabrielle KOPENSKI, USA, 16:21.15 ; 4. Tamsin COOK, Australie, 16:22.92 ; 5. Adel JUHASZ, Hongrie, 16:24.29 ; 6. Linda CAPONI, Italie, 16:34.06 ; 7. Olicia ANDERSON, Canada, 16:37.03 ; 8. Janka JUHASZ, Hongrie, 16:38.31.

50 mètres dos : 1. Gabrielle FA’AMAUSILI, Nouvelle-Zélande, 27.81 (record du monde junior) ; 2. Minna ATHERTON, Australie, 27.83 (en séries, 27.92, record du monde junior) ; 3. Danielle HANUS, Canada, 28.26.

Le meilleur temps junior était détenu par FA’MASAULI avec 28.14 depuis 2013 ; elle-même l’amène à 28.09 en série, où, dans la série suivante, Atherton nage 28’’, avant de progresser à 27.92 en demi-finale. Le dernier mot reste à la Néo-Zélandaise…

100 mètres dos: 1. Minna ATHERTON, Australie, 59.58, record du monde junior) ; 2. Claire ADAMS, USA, 1:0.19 ; 3. Bobbi GICHARD, NZL, 1:0.42 ; 4. Danielle HANUS, Canada, 1:0.44 ; 5. Irina PRIKHODKO, Russie, 1:0.64 ; 6. Taylor RUCK, Canada, 1:0.70 demi-finale, 1:0.61) ; 7. Gabrielle FA’AMAUSILI, NZL, 1:0.74 ; 8. Grace ARIOLA, USA, 1:1.10.

200 mètres dos : 1. Minna ATHERTON, AUSTRALIE, 2:9.11 ; 2. Yaxin LIU, Chine, 2:9.44 ; 3. Taylor RUCK, Canada, 2:9.49 ; 4. Meryn MCCANN, Canada, 2:10.34 ; 5. Claire ADAMS, USA, 2:10.50 ; 6. Irina PRIKHODKO, Russie, 2:10.64 ; 7. Rosie RUDIN, GBR, 2:12.23 ; 8. Natsumi SAKAI, Japon, 2:12.51 (en série, 2:11.64).

50 mètres brasse : 1. Viktoria Zeynep GUNES, Turquie, 30.78 (en série, 30.73, en demi-finale, 30.55) ; 2. Sophie HANSSON, Suède, 31.18 ; 3. Katie MATTS, GBR, 31.66 (en série, 31.48).

100 mètres brasse : 1. Viktoria Zeynep GUNES, Turquie, 1:6.77 ; 2. Sophie HANSSON, Suède, 1:7.77 ; 3. Kaie MATTS, GBR, 1:7.96 ; 4. Mariia ASTASHKINA, Russie, 1:8.12 ; 5. Runa IMAI, Japon, 1:8.13 ; 6. Daria CHIKUNOVA, Russie, 1:9.03 ; 7. Giulia VERONA, Italie, 1:9.12 (en série, 1:8.96, en demi-finale, 1:9.97) ; 8. Yukino MIYASAKA, Japon, 1:9.27 (en demi-finale, 1:9.24).

200 mètres brasse : 1. Viktoria Zeynep GUNES, Turquie, 2:19.64 (record du monde junior, ancien record 2:23.12, elle-même, sous son nom ukrainien, Viktoria SOLNTSEVA, Ukraine) ; 2. Mariia ASTASHKINA, Russie, 2:24.57 ; 3. Sofia ANDREEVA, Russie, 2:24.88 ; 4. Runa IMAI, Japon, 2:25.52 ; 5. Giulia VERONA, Italie, 2:25.90 ; 6. Katie MATTS, GBR, 2:27.41 (en série, 2:27.29) ; 7. Georgia COATES, GBR, 2:28.31 (en série, 2:26.42) ; 8. Yukino MIYASAKA, Japon, 2:29.50.

0 mètres papillon : 1. Rikako IKEE, Japon, 26.28 ; 2. Penny OLEKSIAK, Canada, 26.45; 3. Mariia KAMENEVA, Russie, 26.47.

100 mètres papillon : 1. Rikako IKEE, Japon, 58.28 ; 2. Penny OLEKSIAK, Canada, 58.50; 3. Gemma COONEY, Australie, 58.98; 4. Cassidy BAYER, USA, 59.04 (en série, 58.87, en demi, 59.00) ; 5. Lucia LASSMAN, Australie, 59.53 (en demi-finale, 59.50) ; 6. Szonia SZOKOL, Hongrie, et Polina EGOROVA, Russie, 59.74 (en demi-finale, 59.71 ; 8. Jinzhuo WANG, Chine, 1:0.04 (en demi-finale, 59.87).

200 mètres papillon : 1. Siqi WANG, Chine, 2:8.24 ; 2. Tamsin COOK, Australie, 2:8.86; 3. Hannah KUKURUGYA, USA, 2:10.08; 4. Cassidy BAYER, USA, 2:10.12 ; 5. Haruno ITO, Japon, 2:11.07 ; 6. Carmen BALBUENA, Espagne, 2:11.31 ; 7. Holly HIBBOTT, GBR, 2:11.63 ; 8. Boglarka BONECS, Hongrie, 2:12.11.

200 mètres 4 nages : 1. Viktoria Zeynep GUNES, Turquie, 2:11.03 ; 2. Mary-Sophie HARVEY, Canada, 2:12.37; 3. Georgia COATES, GBR, 2:12.74; 4. Ilaria CUSINATO, Italie, 2:13.04; 5. Runa IM            AI, Japon, 2:13.19; 6. Hiroko MAKINO, Japon, 2:14.03 ; 7. Tatum WADE, USA, 2:15.22 (en série, 2:14.86) ; 8. Brooke FORDE, USA, 2:15.68 (en série, 2:15.10).

Passages de GUNES : 28.64 ; 1:3.82 (35.18) ; 1:39.42 (35.60), 2:11.03 (31.61). GUNES, qui s’est emparée du record mondial junior en séries avec 2:11.46, est en tête à l’issue du papillon, 5e après le parcours en dos, lâche tout le monde en brasse qu’elle conclut avec deux secondes d’avance, et rebat le record junior.

400 mètres 4 nages : 1. Rosie RUDIN, GBR, 4:39.01 (record du monde junior, ancien Ella EASTIN, USA, 4:40.02 ; 2. Georgia COATES, GBR, 4:39.94 ; 3. Africa ZAMORANO, Espagne, 4:40.15 ; 4. Brooke FORDE, USA, 4:43.20 ; 5. Anja CREVAR, Serbie, 4:43.36 ; 6. Maria CUSINATO , Italie, 4:44.84 ; 7. Savanna FAULCONER, USA, 4:47.82 (en série, 4:47.01) ; 8. Hiroko MAKINO, Japon, 4:48.05 (en série, 4 :44.58).

4 fois 100 mètres : 1. AUSTRALIE, 3:39.87 (Shayna JACK, 54.91, Minna ATHERTON, 55.93, Gemma COONEY, 54.65, Lucy Elizabeth MCJANNETT, 54.38) ; 2. RUSSIE, 3:39.91 ; 3. CANADA, 3:40.26 ; 4. JAPON, 3:41.67 ; 5. USA, 3:43.07 ; 6. CHINE, 3:45.81 ; 7. BRÉSIL, 3:46.93 ; 8. Allemagne, 3:47.73.

-Temps au start, Anna OPENYSHEVA, Russie, 55.23, Penny OLEKSIAK, Canada, 55.35, Sachi MOCHIDA, Japon, 55.64.

-Temps au pied, Taylor RUCK, Canada, 53.74, Rikako IKEE, Japon, 54.45, Daria S. USTINOVA, Russie, 54.50, Maria KAMENEVA, Russie, 54.76. En série, Lauren PITZER, USA, 54.99 lancée.

4 fois 200 mètres : 1. AUSTRALIE, 7:56.68 (Tamsin COOK, 1:58.16, Lucy MCJANNET, 1:59.68, Shayne JACK, 1:59.76, Gemma COONEY, 1:59.08); 2. CANADA, 7:57.04 (Penny OLEKSIAK, 1:59.92, Rebecca SMITH, 1:59.41, Marie-Sophie HARVEY, 2:1.00, Taylor RUCK, 1:56.71); 3. RUSSIE, 7:57.58 (Anna OPENYSHEVA, 1:58.90, Daria MULLAKAEVA, 1:59.99, Valeria SALAMATINA, 1:59.11, Anastasia, KIRPICHNIKOVA, 1:59.58); 4. USA, 7:57.84 (Anna COX, lancée, 1:58.); 5. ITALIE, 8:3.38 ; 6. JAPON, 8:7.02 ; 7. CHINE, 8:9.57 ; 8. Espagne, 8:11.18.

4 fois 100 mètres 4 nages : 1. RUSSIE, 4’1.05 (Irina PRIKHODKO, 1’0.77, Maria ASTASHKINA, 1’7.65, Polina EGOROVA, 58.36, Mariia KAMENEVA, 54.27); 2. AUSTRALIE, 4’2.42 (Minna ATHERTON, 59.61, Ella BOND, 1’9.54, Gemma COONEY, 58.77, Shayna JACK, 54.50); 3. JAPON, 4’3.10 (et Rikako IKEE, 58.07 en papillon); 4. Etats-Unis, 4’3.90 (et Claire ADAMS, 1’0.73 en dos) ; 5. CANADA, 4’4.51 (Danielle HANUS, 1’0.71 en dos, Penny OLEKSIAK, 58.21 en papillon) ; 6. ITALIE, 4’8.34 ; 7. ALLEMAGNE, 4’10.25 ; 8. SLOVENIE, 4’13.82.

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (17)

RUSSIE, JAPON, BRESIL ET CANADA

SE PARTAGENT LE BOUQUET FINAL

Éric LAHMY

Dimanche 30 août 2015

 Le programme de natation actuel est tellement fourni qu’il provoque des embouteillages. Mauvaise programmation, ou impossibilité de faire autrement ? L’exemple de Taylor RUCK est éclairant. Ce dimanche, dernier jour les mondiaux juniors de Singapour, la proximité entre le 50 mètres et le 200 mètres nage libre l’a privée dans doute d’une chance de médaillé d’or supplémentaire. La Canadienne l’a emporté sur 200 mètres, comme on s’y attendait, mais après avoir bataillé ferme contre le retour de la petite Russe Arina OPENYSHEVA. En revanche, elle n’était pas engagée sur 50 mètres, course enlevée par une autre Russe, Maria KAMENEVA. En 25.12. Or Taylor RUCK, était passée, dans son 100 mètres, vainqueur également, en 25.90 à mi-distance. On sait qu’en virant « au pied », on perd une demi-seconde, ce qui fait que dans son effort des 100 mètres, elle aurait touché sans doute en moins de 25.50. Et elle devait en laisser pour la seconde longueur… Bon, je ne vais pas plus loin, vous avez compris.

Cela dit, peut-être Taylor, de toute façon, n’aurait pas disputé le 50 mètres ? Il n’empêche, une fille qui nageait 25.64 en même temps que 55.51, qu’aurait-elle pu faire maintenant qu’elle vaut 53.92 (son temps de la finale à Singapour) ?

Taylor RUCK a été une révélation des mondiaux de Singapour qui se sont terminés avec des succès russes importants, vainqueurs des deux relais quatre nages ainsi que du 50 mètres dames, et qui placent OPENYSHEVA sur 200 mètres. Le Japon a eu aussi sa part, qui enlève les courses de papillon. Rikako IKEE, dont on avait remarqué le nom et les performances dans les meetings domestiques, a fait son entrée au plan international, et ce dimanche, elle a gagné le 100 mètres papillon et fini deuxième du 50 libre. Le nageur complet, c’est l’Américain Sean GRIESHOP, tandis que le Brésilien ALMEIDA a enlevé le 1500 mètres.

MESSIEURS.- 1500 mètres : 1. Brandonn ALMEIDA, Brésil, 15:15.88 ; 2. Taylor ABBOTT, USA, 15:16.35 ; 3. Cesar CASTRO, Espagne, 15:17.10 ; 4. Ziao QIU, Chine, 15:17.54 ; 5. Dimitrios NEGRIS, Grèce, 15:18.74 ; 6. Joshua PARRISH, 15:21.15 ; 7. Kristof RASOVZSKY, Hongrie, 15:24.91 ; 8. Matthew MEYER, Afrique du Sud, 15:25.76.

50 mètres brasse : 1. Andrius SIDLAUSKAS, Lituanie, 27.99 ; 2. Micolo MARTINENGHI, Italie, 28.03 ; 3. Nikola OBROVAC, Croatie, 28.11.

 200 mètres papillon : 1. Nao HOROMURA, Japon, 1’56.80 ; 2. Daniil PAKHOMOV, Russie, 1’56.93 ; 3. Mike THOMAS, USA, 1’57.61 ; 4. Giacomo CARINI, Italie, 1’58.04 ; 5. Zac HARTING, USA, 1’59.42 ; 6. Antani IVANOV, Bulgarie, 1’59.93 (en série, 1’59.71) ; 7. Mark TEKAUER, Hongrie, 2’0.51 (en série, 2’0.02) ; 8. Wilrich COETZEE, 2’0.62 en série, 2’0.15).

 

400 mètres 4 nages : 1. Sean GRIESHOP, USA, 4:15.67 ; 2. Brandonn ALMEIDA, Brésil, 4:17.06 ; 3. Hugo GONZALEZ, Espagne, 4:18.14 ; 4. Charlie SWANSON, USA, 4:20.37 ; 5. Daniel SOS, Hongrie, 4:20.46, 6. Nikolai SOKOLOV, Russie, 4:21 .17 ; 7. Zhou WANG, Chine, 4:25.41 (en série, 4:24.25) ; 8. Joao VITAL, Portugal, 4:26.12 (en série, 4:25.23).

 4 fois 100 mètres 4 nages : 1. RUSSIE, 3’36.44 (Roman LARIN, 55.50, Anton CHUPKOV, 59.84, Daniil PAKHOMOV, 51.74, Vladislav KOZLOV, 49.36) ; 2. ETATS-UNIS, 3’37.51 (Michael TAYLOR, 55.39, Reece WHITLEY, 1’0.82, Michael ANDREW, 52.75, Maxime ROONEY, 48.55); 3. AUSTRALIE, 3’40.21 (et Kyle CHALMERS, 48.38 en crawl); 4. BRESIL, 3’42.78; 5. Espagne, 3’43.10 (et GONZALEZ, 54.81 en dos) ; 6. CANADA, 3’44.12 (et Javier ACEVEDO, 55.33 en dos) ; 7. TURQUIE, 3’44.99 ; 8. SINGAPOUR, 3’47.40.

 

DAMES.- 50 mètres : 1. Mariia KAMENEVA, Russie, 25.12 ; 2. Rikako IKEE, Japon, 25.19 ; 3. Shayna JACK, Australie, 25.24 ; 4. Daria S. USTINOVA, Russie, 25.39 (en demi-finale, 25.22) ; 5. Yuting TANG, Chine, 25.59 et Flora MOLNAR, Hongrie, 25.59 ; 7. Ashley VOLPENHEIN, USA, 25.68 ; 8. Lauren PITZER, USA, 25.93 (en série, 25.79, en demi-finale, 25.84).
200 mètres : 1. Taylor RUCK, Canada, 1’57.87 ; 2. Arina OPENYSHEVA, Russie, 1’58.28 ; 3. Hannah COX, USA, 1’59.28; 4. Sachi MOCHIDA, Japon, 1’59.39 ; 5. Rachele CERRACHI, Italie, 2’1.09 (en série, 2’0.77) ; 6. Holly HIBBOTT, GBR, 2’1.29 ; 7. Daria MULLAKAEVA, Russie, 2’1.45 ; 8. Rafaela RAURICH, Brésil, 2’1.89 (en série, 2’1.40).

 100 mètres papillon : 1. Rikako IKEE, Japon, 58.28 ; 2. Penny OLEKSIAK, Canada, 58.50; 3. Gemma COONEY, Australie, 58.98; 4. Cassidy BAYER, USA, 59.04 (en série, 58.87, en demi, 59.00) ; 5. Lucia LASSMAN, Australie, 59.53 (en demi-finale, 59.50) ; 6. Szonia SZOKOL, Hongrie, et Polina EGOROVA, Russie, 59.74 (en demi-finale, 59.71 ; 8. Jinzhuo WANG, Chine, 1:0.04 (en demi-finale, 59.87).

 4 fois 100 mètres 4 nages : 1. RUSSIE, 4’1.05 (Irina PRIKHODKO, 1’0.77, Maria ASTASHKINA, 1’7.65, Polina EGOROVA, 58.36, Mariia KAMENEVA, 54.27); 2. AUSTRALIE, 4’2.42 (Minna ATHERTON, 59.61, Ella BOND, 1’9.54, Gemma COONEY, 58.77, Shayna JACK, 54.50); 3. JAPON, 4’3.10 (et Rikako IKEE, 58.07 en papillon); 4. Etats-Unis, 4’3.90 (et Claire ADAMS, 1’0.73 en dos) ; 5. CANADA, 4’4.51 (Danielle HANUS, 1’0.71 en dos, Penny OLEKSIAK, 58.21 en papillon) ; 6. ITALIE, 4’8.34 ; 7. ALLEMAGNE, 4’10.25 ; 8. SLOVENIE, 4’13.82.

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (16)

HUGO GONZALEZ FUTUR GRAND D’ESPAGNE?

Éric LAHMY

Dimanche 30 août 2015

Ça fait quoi, quatorze ans ? Un Espagnol régnait sur le dos mondial en 1991. Martin Lopez-Zubero. Il avait amené le record du 200 mètres dos, en deux temps, à 1:57.30 et 1:56.57. Depuis, l’Espagne n’a pas fait grand-chose dans la spécialité, et d’ailleurs les Lopez-Zubero vivaient aux Etats-Unis et Martin avait été entièrement « fabriqué » en Floride ! Peut-être, avec Hugo GONZALEZ, du Cercle de natation de Rivas, la péninsule ibérique a-t-elle trouvé un autre oiseau rare ? A Singapour, Hugo a surpris deux Américains et un Britannique et raflé l’or dans une course à quatre très serrée. Il n’a pas affolé pour autant les chronomètres, n’a pas approché le record du monde junior officiel, 1:56.79 par le Chinois Guangyuan Li, encore moins la meilleure performance des 18 ans du Russe Evgueny Rylov, 1:54.60, et se trouve devancé sur les tablettes des juniors par Luke GREENBANK, 1:56.89 et par Michael TAYLOR (qu’il a devancé ici), 1:58.10. Mais le jeu n’est pas chronométrique, il s’agit de gagner, et GONZALEZ n’est qu’un grand sifflet de 1,92m et de seize ans, qui s’est plus que bien comporté en face de nageurs d’une ou deux années ses aînés (sauf Katz, seize ans également)… Disqualifié alors qu’il croyait détenir l’argent sur 200 quatre nages, médaillé de bronze sur 400 mètres quatre nages, 5e sur 100 mètres dos et 6e sur 50 mètres dos, GONZALEZ, un nom à retenir.

200 mètres dos : 1. Hugo GONZALEZ, Espagne, 1:58.11 ; 2. Michael TAYLOR, USA, 1:58.39 ; 3. Austin KATZ, USA, 1:58.51 ; 4. Luke GREENBANK, GBR, 1:58.74 ; 5. Jacopo BIETTI, Italie, 1:59.58 ; 6. Tristan LUDLOW, Australie, 2:0.01 ; 7. Jakub Daniel SKIERKA, Pologne, 2:0.57 ; 8. Roman LARIN, Russie, 2:1.12 (en série, 2:0.37).

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (15)

VIKTORIA ZEYNEP GUNES, NOUVEAU NOM

MAIS TOUJOURS LE MÊME TALENT

Éric LAHMY

Dimanche 30 août 2015

Quand la Turque Viktoria Zeynep GUNES améliore le record du monde junior du 200 mètres brasse de l’Ukrainienne Viktoryi SOLNCEVA, le passage du témoin est fort original, puisque ces deux nageuses sont une seule et même nageuse. C’est ce qui arrive quand on est chassé de son pays par la guerre et qu’on se sent contraint de changer d’identité, et l’anecdote qu’on retiendra de cette dernière journée des championnats du monde juniors de Singapour. GUNES ou SOLNCEVA a achevé sa semaine triomphale en Asie, par une gifle monumentale donnée à ses propres limites. La voici à seulement 53/100e du record senior de Rikke MOELLER PEDERSEN.

GUNES avait établi ses meilleures performances sur 50 et 100 brasse à Singapour en 30.73 et 1:6.77, et ses temps de passage dans ce 200 mètres, 32.10 et 1:7.59, montrent qu’elle était partie avec de solides ambitions. Dernier virage en 1:43.52, elle n’a faibli à aucun moment. 4.93 devant sa seconde à l’arrivée, exactement la même différence entre cette seconde et la dernière de la finale ! Cela s’appelle dominer !

Voilà, peut-être, la meilleure performance enregistrée à Singapour, pendant des compétitions d’adolescents, par rapport à la natation adulte. Le sport veut que des filles de seize ans, des garçons de dix-sept, soient très près de leurs performances optimales, il est vrai, mais il n’empêche, GUNES peut compter déjà parmi les favorites aux titres olympiques à Rio, l’an prochain.

200 mètres brasse : 1. Viktoria Zeynep GUNES, Turquie, 2:19.64 (record du monde junior, ancien record 2:23.12, elle-même, sous son nom ukrainien, Viktoria SOLNTSEVA, Ukraine) ; 2. Mariia ASTASHKINA, Russie, 2:24.57 ; 3. Sofia ANDREEVA, Russie, 2:24.88 ; 4. Runa IMAI, Japon, 2:25.52 ; 5. Giulia VERONA, Italie, 2:25.90 ; 6. Katie MATTS, GBR, 2:27.41 (en série, 2:27.29) ; 7. Georgia COATES, GBR, 2:28.31 (en série, 2:26.42) ; 8. Yukino MIYASAKA, Japon, 2:29.50.

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (14)

VAINQUEUR DU 100 MÈTRES, KYLE CHALMERS

RESTE POURSUIVI PAR L’AUSTRALIAN RULES !

Éric LAHMY

Dimanche 30 août 2015

Les Australiens sont persuadés d’avoir le sprinteur de l’avenir en la personne d’un gaillard grandi très vite, qu’ils aiment présenter comme une sorte de clone de Ian THORPE pour distances courtes, doté de tous les attributs que l’imaginaire associe au talent : grande taille, grands bras, grands pieds. Ce jeune personnage un peu hors-normes de seize ans, est entré le mois dernier dans l’équipe seniors qui disputait les mondiaux à Kazan. Il s’appelle Kyle CHALMERS.

C’est ce colosse (il chausse du 50, mesurait 1,82m en 2012 à treize ans et 1,94m aujourd’hui à seize) qui vient de gagner à Singapour le titre de champion du monde junior du 100 mètres, dans le temps remarquable de 48.47, après s’être payé celui du 50 mètres (en 22.19).

Fils de Brent CHALMERS, un ancien joueur professionnel de l’Australian Rules, une sorte de rugby auprès duquel, parait-il, le football américain serait un jeu de fillettes, Kyle préfère pour l’instant agiter ses grands pieds dans l’eau. A quatorze ans, il a balayé les records australiens de la catégorie d’âge sur 100 mètres, qui avaient été détenu par THORPE et MAGNUSSEN. Ce sont de telles références qui vous classent un bonhomme.

Ce qui est remarquable également, c’est que physiquement il ne parait pas travaillé, comme bien des sprinters actuels. Au-dessus d’une figure agréable et encore fort juvénile, son corps est celui, surpuissant, mais brut, du jeune athlète en devenir.

La seule inquiétude qu’on pouvait avoir à son sujet concernait le fait qu’il était très grand pour son âge, et que cet avantage pouvait bien disparaître à l’âge adulte. Mais depuis, ce grand jeune homme continue de progresser : d’abord le talent, ensuite le travail !

Une autre considération menaçait – et menace peut-être encore – son statut de futur grand nageur : la possibilité pour lui d’être « drafté » dans le jeu que son père a distillé dans sa culture à défaut de ses gènes, l’Australian Rules. Kyle continuait à y jouer. Ses coaches de natation lui ont carrément interdit de se présenter sur un terrain de rugby depuis qu’à l’issue d’un match scolaire de ce jeu délicieux où l’on cherche à s’emparer du ballon si l’on n’a pas réussi à percuter l’adversaire, il se soit fracturé en mai dernier un poignet et salement froissé les ligaments d’une cheville ! C’est un habitué, de ce genre d’incidents : en 2014, il avait effacé un record 15 ans de THORPE, et pas qu’un peu, 49.68 contre 50.21, en nageant avec un doigt cassé…

Réparé vite fait, Kyle a nagé le mois précédant Singapour, aux mondiaux de Kazan, où il a été le seul Australien à se bien comporter dans la débâcle du relais quatre fois 100 mètres éliminé en série, consommant son parcours, lancé, en 47.92, une seconde plus vite que ses co-équipiers. Il avait ensuite été réutilisé dans le relais quatre nages, y réalisant le deuxième meilleur parcours des séries, en 47.86, temps qui devançait ceux de Ryan LOCHTE, 47.95, et Fabien GILOT, 48.07, pour ne citer que ceux-ci, et ne le cédant que devant le Polonais de Madrid, Konrad CZERNIAK, 47.64.

En gagnant ici une course quand même difficile, ne serait-ce que mentalement, le Brésilien Pedro SPAJARI ayant réalisé un remarquable temps de 48.87 en demi-finale, alors que lui-même ne s’était qualifié qu’en sixième position et en 49.65, CHALMERS a montré qu’il pouvait se comporter en patron. Le plus vite en action avec trois comparses, il virait en deuxième position dans un « paquet » de quatre où le chronométrage électronique était très utile pour les départager : Robert GLINTA, 23.54, CHALMERS, 23.56, SPAJARI, 23.53 et ROONEY, 23.68. Je ne sais quel précepte affirme qu’un 100 mètres se gagne au retour et non pas à l’aller, mais ce 100 mètres en fut la parfaite illustration, les trois premiers étant les trois les mieux disant entre le mur du virage et celui d’arrivée.

CHALMERS gagnait avec une coudée et demie d’avance sur ROONEY. L’Australien laissait debout le record mondial junior de Mattheus DE SANTANA, 48.35 à Nanjing un an plus tôt…  

100 mètres : 1. Kyle CHALMERS, Australie, 48.47 ; 2. Maxime ROONEY, USA, 48.87 ; 3. Felipe SOUZA, Brésil, 49.30 ; 4. Pedro SPAJARI, Brésil, 49.56 (en demi-finale, 48.87); 5. Alessandro MIRESSI, Italie, 49.61 ; 6. Markus THORMEYER, Canada, 49.76 (en demi-finale, 49.59) ; 7. Robert GLINTA, Roumanie, 49.87 ; 8. Alessandro BORI, Italie, 50.16 (en série, 50.10, en demi-finale, 49.70).

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (13)

SIMONA QUADARELLA A SURVOLÉ LA SIERRA

Éric LAHMY

Samedi 30 août 2015

Disposant avec Maxime ROONEY et Grant SCHOULTS des deux meilleures individualités sur 200 mètres, médaillés ici, aux mondiaux juniors de Singapour, d’or et d’argent sur la distance, les Etats-Unis, à condition de proposer deux autres éléments de valeur seulement moyenne, étaient assurés de l’emporter dans le relais quatre fois 200 mètres. Ils ont fait mieux, accumulant neuf mètres d’avance à mi-chemin sur les Australiens, grâce à leurs atouts maîtres, tandis que les Russes manquaient d’un quatrième (et même d’ailleurs d’un troisième) pour finir la course. Les Américains battaient à l’occasion le record mondial junior.

La Néo-Zélandaise Gabrielle FA’AMAUSILI, pour deux centièmes de seconde, se mit en travers du chemin de Minna ATHERTON, qui visait un triplé en dos, et rata le 50 mètres après avoir dominé les séries et les demi-finales. Mais, bien entendu, l’Australienne doit être consciente qu’il vaut mieux enlever deux titres dans des épreuves olympiques que le trophée du sprint pur. FA’AMAUSILI , une grande fille de 1,75m pour 70kg, n’est pas une pure sprinteuse, comme le démontrent ses fort honorables 1:0.74 sur 100 dos. Enfant prodige de la natation elle conservait le titre mondial junior du 50 mètres dos conquis en 2013 à Dubai. Malgré son « ancienneté », elle n’a toujours pas seize ans, étant née le 17 octobre 1999 à Roskill, près d’Auckland, où elle a longtemps évolué sous la férule de Josh MUNRO, avant de changer récemment de club, au bénéfice de l’United Swimming Club (coach Igor POLIANSKI). Elle a nagé assez vite, à sa grande satisfaction, aux récents championnats d’hiver (austral) de Nouvelle-Zélande, gagnant quatre titres et établissant des records petit bassin, sur 50 mètres dos (27.27) et sur 100 mètres nage libre (55.22, record de NZL des 15, 16 et 17 ans).

L’Américaine Sierra SCHMIDT est-elle une pure nageuse de 800 mètres ? Toujours est-il qu’ayant gagné cette épreuve, elle a été battue sur 400 mètres par Tamsin COOK, et, hier, sur 1500 mètres, par Simona QUADARELLA, l’Italienne de l’Aniene Roma entraînée par Christian Minotti, qu’elle avait devancée de deux secondes sur 800 mètres.

Cette fois, QUADARELLA, 17 ans, aussi mince et légère qu’on peut rêver pour les longues distances, réussit une course extrêmement bien équilibrée, entre ses deux moitiés, accomplies, respectivement en 8:2.84 et 8:2.87. Tamsin COOK s’étant lancée en tête, elle fut rejointe aux 400 mètres. L’épreuve se réduisit alors à un duel de SCHMIDT et QUADARELLA, l’Italienne menant très légèrement puis appuyant dès les 800 et augmentant doucement, mais invinciblement son avance, avant que Sierra ne cède, après les 1100 mètres, toujours plus de terrain.

L’Italienne n’est pas une inconnue parmi les jeunes. Elle a « doublé » 800 et 1500 mètres aux mondiaux juniors et gagné les Olympiades de la jeunesse sur 800 mètres l’an passé. En « survolant la Sierra », elle nagé plus vite que sa compatriote Aurora Ponselé à Kazan, chez les grandes ! Si les Italiens ne perdaient pas tellement de talents entre les juniors et les adultes, on dirait à son sujet que l’avenir est assuré…

 MESSIEURS

4 fois 200 mètres : 1. États-Unis, 7:13.76, record du monde juniors, ancien record, Grande-Bretagne, 7:15.36 le 29.8.2013 (Grant SHOULTS, 1:48.10, Maxime ROONEY, 1:46.55, Sean GRIESHOP, 1:49.82, Grant HOUSE, 1:49.29) ; 2. AUSTRALIE, 7:17.76 (Damien FYFE, 1:50.03, Lewis CLYDE, 1:48.34, Kyle CHALMERS, 1:50.13, Joshua PARISH, 1:49.26) ; 3. RUSSIE, 7:19.45 (Ernest MAKSUMOV , 1:48.99, Elisei STEPANOV, 1:48.81, Daniil ANTIPOV, 1:51.10, Aleksandr PROKOFEF, 1:50.55) ; 4. Espagne, 7:21.22 (au départ Cesar CASTRO, 1:50.09) ; 5. CANADA, 7:21.97 ; 6. CHINE, 7:23.36 (au départ, Zao QIU, 1:49.81) ; 7. Allemagne, 7:26.99 ; BRESIL, disqualifié : au départ, Giovanny LIMA, 1 :49.18 ; en séries, LIMA nage 1 :49.31 au start.

DAMES.-

1500 mètres : 1. Simona QUADARELLA, Italie, 16:5.61 ; 2. Sierra SCHMIDT, USA, 16:12.84 ; 3. Gabrielle KOPENSKI, USA, 16:21.15 ; 4. Tamsin COOK, Australie, 16:22.92 ; 5. Adel JUHASZ, Hongrie, 16:24.29 ; 6. Linda CAPONI, Italie, 16:34.06 ; 7. Olicia ANDERSON, Canada, 16:37.03 ; 8. Janka JUHASZ, Hongrie, 16:38.31.

50 mètres dos : 1. Gabrielle FA’AMAUSILI, Nouvelle-Zélande, 27.81 (record du monde junior) ; 2. Minna ATHERTON, Australie, 27.83 (en séries, 27.92, record du monde junior) ; 3. Danielle HANUS, Canada, 28.26.

– Le meilleur temps junior était détenu par FA’MASAULI avec 28.14 depuis 2013 ; elle-même l’amène à 28.09 en série, où, dans la série suivante, Atherton nage 28’’, avant de progresser à 27.92 en demi-finale. Le dernier mot reste à la Néo-Zélandaise…

4 fois 100 mètres : 1. AUSTRALIE, 3:39.87 (Shayna JACK, 54.91, Minna ATHERTON, 55.93, Gemma COONEY, 54.65, Lucy Elizabeth MCJANNETT, 54.38) ; 2. RUSSIE, 3:39.91 ; 3. CANADA, 3:40.26 ; 4. JAPON, 3:41.67 ; 5. USA, 3:43.07 ; 6. CHINE, 3:45.81 ; 7. BRÉSIL, 3:46.93 ; 8. Allemagne, 3:47.73.

-Temps au start, Anna OPENYSHEVA, Russie, 55.23, Penny OLEKSIAK, Canada, 55.35, Sachi MOCHIDA, Japon, 55.64.

-Temps au pied, Taylor RUCK, Canada, 53.74, Rikako IKEE, Japon, 54.45, Daria S. USTINOVA, Russie, 54.50, Maria KAMENEVA, Russie, 54.76. En série, Lauren PITZER, USA, 54.99 lancée.

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (12)

LE DOUBLÉ DE VIKTORIA ZEYNEP GUNES,

UNE UKRAINIENNE FORTE COMME UN TURC

Éric LAHMY

Vendredi 28 août 2015

 A moins d’une heure de distance, la Turque Viktoria Zeynep GUNES, a empoché ce vendredi soir ses deuxième et troisième titres de championne du monde junior à Singapour, sur 100 mètres brasse et 200 mètres quatre nages.

Être spécialiste de brasse et briller, à partir de là, dans les quatre nages, n’est pas exceptionnel, mais reste, relativement, rare. C’est que la brasse se situe à part, en natation, ne serait-ce que parce que les bras effectuent leur retour sous l’eau. Il y a aussi (surtout) que le mouvement de jambes est un ciseau et non un battement comme dans les autres techniques du programme olympique… En général, les « quatre nageurs » avouent un point faible en brasse, comme Michael PHELPS qui peste à longueur de temps contre cette nage… PHELPS et LOCHTE, forts de leurs temps phénoménaux dans les nages crawlées, peuvent se permettre des carences en brasse, mais un brasseur, s’il parvient souvent à faire le trou, se fait déposséder partout ailleurs.

On a vu cependant, aux récents mondiaux seniors, la Japonaise WATANABE exceller dans les deux spécialités, et gagner le 200 mètres brasse, puis rafler la médaille d’argent sur 200 mètres quatre nages.

Qu’est-ce qui fait que la Turquie, qui n’a jamais brillé en natation, ait pu produire une perle d’eau de cette qualité ? La réponse est que GUNES est née (le 19 juin 1988) à Poltava, en Ukraine. Si sa nationalité sportive est turque depuis 2014, Viktoria est née ukrainienne, détient les records de brasse de ce pays, et porte un autre nom de Gunes : Soinceva. Sa famille a fui le pays d’origine pendant la guerre et s’est installée à Istanbul.

Sur 100 mètres brasse, Viktoria n’avait pas d’adversaire à sa mesure, et a laissé la Suédoise Sophie Hansson a une seconde. Elle-même a approché le record des championnats juniors de Meilutyte (une référence s’il en est) de 16/100eme.

Moins d’une heure plus tard, malgré un parcours presque catastrophique en dos, elle a faussé compagnie aux autres finalistes du 200 mètres quatre nages. Il faut dire que dans le parcours de brasse, elle a récupéré cinq mètres en cinquante mètres sur toutes les concurrentes à l’exception de la Japonaise Runa IMAI, elle-même remarquable brasseuse – IMAI avait nagé elle aussi le 100 mètres brasse gagné par GUNES. IMAI finissait 5e dans les deux courses, preuve qu’au fond, la brasse n’est pas une si mauvaise pioche, quand on fait des quatre nages !

A part ça ? Le colosse australien Kyle CHALMERS a dompté sur 50 mètres libre Michael ANDREW qui a gagné, lui, le 50 mètres dos. Le Russe Anton CHUPKOV a ajouté le titre du 200 mètres brasse à celui du 100 mètres brasse, dans une course où toutes les grandes écoles de brasse, à défaut de la hongroise, étaient représentées, la Russe, la Britannique, la Japonaise, l’Américaine et l’Italienne.

Sur 400 mètres, Tamsin COOK l’a emporté, tandis que la Canadienne Taylor RUCK s’est faite éliminer en séries sans trop défendre ses chances. Sur 200 mètres, ces deux jeunes filles vont s’opposer, au carrefour de leurs domaines physiologiques respectifs. Quand une super sprinteuse et une super stayer comme ces deux là se rencontrent, ça fait comme un remake, toute proportions gardées, de Katie LEDECKY contre Sarah SJÖSTRÖM (ou Melissa FRANKLIN) chez les « grandes ». Avec des étincelles au programme !

 

MESSIEURS.-

50 mètres : 1. Kyle CHALMERS, Australie, 22.19 ; 2. Michael ANDREW, USA, 22.36 ; 3. Giovanni IZZO, Italie, 22.55 ; 4. Felipe SOUZA, Brésil, 22.58 ; 5. Pedro SPAJARI, Brésil, 22.59 ; 6. Oszkar Peter LAVOTHA, Hongrie, 22.71 (demi-finale, 22.55) ; 7. Huseyin Emre SAKCI, Turquie, 22.79 (demi-finale, 22.71) ; 8. Vladislav KOZLOV, Russie, 22.85 (en série, 22.83, en demi-finale, 22.72).

50 mètres dos : 1. Michael ANDREW , USA, 25.13 ; 2. Javier ACEVEDO, Canada, 25.48 ; 3. Mohamed SAMI, Egypte, 25.54.

200 mètres brasse : 1. Anton CHUPKOV, Russie, 2:10.19 ; 2. Matthew WILSON, GBR, 2:11.23 ; 3. Ippei MIYAMOTO, Japon, 2:11.59 ; 4. Reece WHITLEY, USA, 2:12.71 ; 5. Nicolo MARTINENGHI, Italie, 2:13.05 ; 6. Chandler BRAY, USA, 2:15.00 (en série, 2:14.13) ; 7. Charlie ATWOOD, GBR, 2:15.04 (en série, 2:14.48) ; 8. Christopher ROTHBAUER, Autriche, 2:16.53 (en série, 2:15.34).

 DAMES.-

400 mètres : 1. Tamsin COOK, Australie, 4:6.17 ; 2. Sierra SCHMIDT, USA, 4:7.47 ; 3. Linda CAPONI, Italie, 4:7.73 ; 4. Hanna COX, USA, 4:8.69 ; 5. Holly HIBBOTT, GBR, 4:11.29 ; 6. Fuwai DONG, Chine, 4:11.32 ; 7. Arina OPENYSHEVA, Russie, 4:11.54 ; 8. Chloe FINCH, GBR, 4:12.73.

100 mètres brasse : 1. Viktoria Zeynep GUNES, Turquie, 1:6.77 ; 2. Sophie HANSSON, Suède, 1:7.77 ; 3. Kaie MATTS, GBR, 1:7.96 ; 4. Mariia ASTASHKINA, Russie, 1:8.12 ; 5. Runa IMAI, Japon, 1:8.13 ; 6. Daria CHIKUNOVA, Russie, 1:9.03 ; 7. Giulia VERONA, Italie, 1:9.12 (en série, 1:8.96, en demi-finale, 1:9.97) ; 8. Yukino MIYASAKA, Japon, 1:9.27 (en demi-finale, 1:9.24).

50 mètres papillon : 1. Rikako IKEE, Japon, 26.28 ; 2. Penny OLEKSIAK, Canada, 26.45; 3. Mariia KAMENEVA, Russie, 26.47.

200 mètres 4 nages : 1. Viktoria Zeynep GUNES, Turquie, 2:11.03 ; 2. Mary-Sophie HARVEY, Canada, 2:12.37; 3. Georgia COATES, GBR, 2:12.74; 4. Ilaria CUSINATO, Italie, 2:13.04; 5. Runa IM            AI, Japon, 2:13.19; 6. Hiroko MAKINO, Japon, 2:14.03 ; 7. Tatum WADE, USA, 2:15.22 (en série, 2:14.86) ; 8. Brooke FORDE, USA, 2:15.68 (en série, 2:15.10).

Passages de GUNES : 28.64 ; 1:3.82 (35.18) ; 1:39.42 (35.60), 2:11.03 (31.61). GUNES, qui s’est emparée du record mondial junior en séries avec 2:11.46, est en tête à l’issue du papillon, 5e après le parcours en dos, lâche tout le monde en brasse qu’elle conclut avec deux secondes d’avance, et rebat le record junior.

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (11)

L’AUSTRALIE DEVANT LES USA

 Vendredi 28 août 2015

L’Australie mène après quatre jours de compétition aux mondiaux juniors de Singapour au classement des médailles d’or. Les USA collectionnent plus de médailles, mais moins de titres, et sont talonnés par la Russie.

 

G S B T
1. AUS 5 3 0 8
2. USA 3 5 3 11
3. RUS 3 0 6 9
4. CAN 2 2 1 5
5. CHN 2 2 1 5
6. GBR 1 1 3 5
7. ROU 1 0 0 1
8. TUR 1 0 0 1
9. ESP 0 1 1 1
10. ITA 0 1 1 1
11. BRA 0 1 0 1
12. HUN 0 1 0 1
13. SWE 0 1 0 1
14. LTU 0 0 1 1
15. NZL 0 0 1 1

 

MONDIAUX JUNIORS À SINGAPOUR (10)

SIQI WANG, DANIIL PAKHOMOV : VENT D’EST

CLYDE LEWIS, ROSIE RUDIN : VENT D’OUEST

Éric LAHMY

Vendredi 28 Août 2015

C’était une course gagnée pour Michael ANDREW. L’Américain avait, seul, nagé le 200 mètres quatre nages des séries en moins de deux minutes. Le titre mondial junior, à Singapour, lui tendait les bras. Et puis non, il est parti médiocrement, et sa nage n’a cessé de se dégrader. 7e et dernier ! Le plus jeune nageur professionnel du monde, qui s’est multiplié au cours des jours précédents, s’est vu rattraper par une soudaine, énorme, fatigue. A seize ans, ce n’est pas la fin du monde, mais une bonne leçon, n’est pas PHELPS, LOCHTE, SPITZ ou HOSSZU qui veut !!

Le vainqueur, ça a été Clyde LEWIS. L’Australien jure qu’il ne s’y attendait pas. Au départ, sa grande ambition était de parvenir en finale, ce qu’il réussit avec brio, puisqu’en 2:0.50, 2e temps des séries. Ayant atteint cet objectif, et n’ayant (dit-il) aucun plan particulier concernant la place, il se concentra sur sa nage, avec l’idée, tout simplement, de faire de son mieux. Quelques fois, il n’y a rien de plus simple – c’est ce que fit, un jour, sur le conseil de Fabrice PELLERIN, Camille MUFFAT, dans un 200 mètres mondial en petit bassin, où elle nagea sans regarder autour d’elle jusqu’aux 150 mètres – toujours est-il que le jeune homme en est resté comme deux ronds de flan…

Il parait que le record du monde junior du 400 mètres quatre nages a été battu. Par la Britannique Rosie RUDIN, de Nottingham, qui l’a emporté devant sa compatriote Georgia COATES. Mais si la FINA reconnaissait comme record un temps de 4 :40.02 réalisé par Ella EASTIN aux mondiaux 2013, les amis de SWIM SWAM, qui tiennent leurs statistiques, reconnaissent, eux, comme record, 4 :35.69, par ZHOU Min en 2014. Il faut rappeler aussi que le meilleur temps d’une fille de seize ans sur la distance a été établi en finale des Jeux olympiques de Londres par la gagnante, YE Shiwen, en 4:28.43 !

Le 200 mètres papillon a été remporté par une Chinoise, Siqi WANG, devant Tamsin COOK, la nageuse de Perth, dans l’Ouest australien, toutes deux détachées… Quant à Daniil PAKHOMOV, l’un des meilleurs nageurs russes dans les compétitions adultes (vainqueur de la Coupe de Russie), il a gagné avec une bonne petite avance devant le Brésilien LANZA, futur étudiant à l’Universit d’Indiana et le second Russe, ANTIPOV.

 MESSIEURS.- 100 mètres papillon : 1. Daniil PAKHOMOV, Russie, 52.28 ; 2. Vinicius LANZA, Brésil, 52.88 (en demi-finale, 52.81) ; 3. Daniel ANTIPOV, Russie, 52.99 ; 4. Alberto LOZANO, Espagne, 53.10 (en demi-finale, 52.99) ; 5. Michael CHUDY, Pologne, 53.25 ; 6. Enrique PAINHAS, Brésil, 53.44 ; 7. Giacomo CARINI, Italie, 53.51 ; 8. Ryan HOFFER, USA, 53.53 (en demi-finale, 52.89).

200 mètres 4 nages : 1. Clyde LEWIS, Australie, 2:0.15 ; 2. Daniel SOS, Hongrie, 2:1.78 ; 3. Sean GRIESHOP, USA, 2:1.83 ; 4. Javier ACEVEDO, Canada, 2:1.91 ; 5. Nikolaï SOKOLOV, Russie, 2:2.98 (en série, 2:2.67) ; 6. Martyn WALTON, GBR, 2:3.11 (en série, 2:2.51) ; 7. Michael ANDREW, USA, 2:6.54 (en séries, 1:59.86). Hugo GONZALEZ, Espagne, disqualifié (en série, 2:1.88).

DAMES.- 200 mètres papillon : 1. Siqi WANG, Chine, 2:8.24 ; 2. Tamsin COOK, Australie, 2:8.86; 3. Hannah KUKURUGYA, USA, 2:10.08; 4. Cassidy BAYER, USA, 2:10.12 ; 5. Haruno ITO, Japon, 2:11.07 ; 6. Carmen BALBUENA, Espagne, 2:11.31 ; 7. Holly HIBBOTT, GBR, 2:11.63 ; 8. Boglarka BONECS, Hongrie, 2:12.11.

400 mètres 4 nages : 1. Rosie RUDIN, GBR, 4:39.01 (record du monde junior, ancien Ella EASTIN, USA, 4:40.02 ; 2. Georgia COATES, GBR, 4:39.94 ; 3. Africa ZAMORANO, Espagne, 4:40.15 ; 4. Brooke FORDE, USA, 4:43.20 ; 5. Anja CREVAR, Serbie, 4:43.36 ; 6. Maria CUSINATO , Italie, 4:44.84 ; 7. Savanna FAULCONER, USA, 4:47.82 (en série, 4:47.01) ; 8. Hiroko MAKINO, Japon, 4:48.05 (en série, 4 :44.58).