FAUT-IL OUBLIER LI BINGJIE ? LA NOUVELLE COQUELUCHE DU DEMI-FOND CHINOIS, C’EST WANG JIANJIAHE

Eric LAHMY

Jeudi 23 Août 2018

S’il fallait désigner la meilleure course de cette avant-dernière journée des épreuves de piscine des Jeux asiatiques de Djakarta, je proposerais le 200 mètres dos messieurs. Avec un temps de 1’53s99, la qualité technique de la course est indiscutable. Son vainqueur est XU Jiayu, fils d’une nageuse de papillon de niveau national, YU ZhenZhen, le médaillé d’argent du 100 dos des Jeux de Rio, il y a deux ans. XU avait déjà gagné 50 et 100 dos à Djakarta. Il s’éagissait donc pour lui d’achever sa mainmise sur les courses de dos. Sa manière n’a pas manqué de panache : XU s’est élancé dans le double but probable d’écoeurer ses adversaires et de réussir un exploit chronométrique. Il est passé très vite, en 54s57, temps à comparer à celui, 52s34, qui lui a donné la victoire sur 100 dos, puis a été contraint de composer avec la fatigue. Aussi, après deux longueurs en 26s04 et 28s55, il effectue la suivante en 29s58, et repart à fond, 28s02 pour achever son effort.

Le groupe emmené par Ryosuke IRIE finit à une longueur. IRIE, deuxième, est lui-même talonné par le retour de SUNAMA qui, à la différence de XU, s’est montré très prudent, est passé en 27s27 et 57s08 et revient en 58s46…

Le 800 mètres dames a été gagné haut la main par WANG Jianjiahe, dix secondes devant LI Bingjie dont on attendait une plus forte résistance. Mais WANG, qui a réussi un parcours lancé dans le relais quatre fois 200 mètres qui trahissait une grande forme, et qui avait ajusté LI, dans le 1500 mètres, en 15’53s68 contre 15’53s80, est à ce jour plus forte que son équipière. LI Bingjie a été médaillée mondiale de la course derrière Katie LEDECKY, aux mondiaux de Budapest, en 8’15s46 contre 8’12s68 à l’Américaine. Elle avait quinze ans. Un an plus tard, alors que je l’aurais bien vue en train d’asticoter LEDECKY, elle a perdu pas mal de terrain et se trouve dominée par WANG, sa cadette de quatre mois.

LI, après ses mondiaux de Budapest, a été beaucoup vue en grand comme en petit bassin, et a peut-être cédé à la lassitude. Elle dont on disait qu’elle avait LEDECKY en vue en demi-fond a maintenant WANG en vue !

Et WANG est la jeune Chinoise en forme.

Si ce n’était une stratégie d’équipe liée également à l’impossibilité d’engager une nageuse dans toutes les épreuves où elle domine, lorsque le programme, en raison de son développement, ne permet plus de récupérer entre les courses, WANG aurait pu gagner le 200m.

Maintenant, il est possible que ses progrès récents ont surpris ses entraîneurs.

La voici championne asiatique du 800 et du 1500, et elle devrait demain en faire de même avec le 400m.

Les Japonais ont doublé sur 100 mètres nage libre où Shinri SHIOURA a arraché le titre de justesse, d’un centième de seconde devant son équipier Katsumi NAKAMURA. Les résultats ont été techniquement moyens, ni les Japonais, ni les Chinois et aucun autre Asiatique ne se présentant en concurrent sérieux au niveau mondial. Dans un championnat du monde virtuel basé sur les performances réussies dans les championnats continentaux cette saison, SHIUOURA n’atteindrait pas la finale, à une demi-seconde du huitième, le Français Mehdy METELLA, fort de ses 48s24…

Le Japon a remporté le relais quatre fois 100 mètres quatre nages dames. Jusqu’ici, je ne peux vous dire dans quelles circonstances exactes, sauf que les Chinoises ayant été déclassées pour prise de relais incorrect. Il serait intéressant, juste par curiosité, de savoir si elles étaient arrivées devant ou derrière les Japonaises.

Le record du monde féminin du quatre fois 100 quatre nages est détenu par une équipe des USA, 3’51s55 aux championnats du monde de Budapest. Cette saison, l’Australie, 3’52s74, les USA, 3’53s21 et la Russie, 3’54s22 ont fait mieux que les Japonaises.

MESSIEURS.- 100 libre : 1. Shinri SHIOURA, Japon, 48s71 ; 2. Katsumi NAKAMURA, Japon, 48s72 ; 3. YU Hexin, Chine, 48s88 ; 4. HOU Yujie, 48s95 ; 5. Khader BAQLAH, Jordanie, 49s10; 6. Matthew ABEISINGHE, Sri Lanka, 49s28.

200 dos : 1. XU Jiayu, Chine, 1’53s99 (26s04, 54s59, 1’24s17); 2. Ryosuke IRIE, Japon, 1’55s11 (27s05, 56s41, 1’25s97); 3. Keita SUNAMA, Japon, 1’55s54 (27s27, 57s08, 1’26s62); 4. LI Guangyuan, Chine, 1’57s13.

50 papillon : 1. Joseph SCHOOLING, Singapour, 23s61 ; 2. WANG Peng, Chine, 23s65 ; 3. Adilbeck MUSSIN, Kazakhstan, 23s73

DAMES.-  800 libre : 1. WANG Jianjiahe, Chine, 8’18s55 (28s86, 1’0s03, 1’31s27, 2’2s91, 2’34s36, 3’5s84, 3’37s41, 4’9s, 4’40s56, 5’12s10, 5’43s07, 6’14s53, 6’46s20, 7’17s93, 7’49s48) ; 2. LI Bingjie, Chine, 8’28s14 ; 3. Waka KOBORI, Japon, 8’30s65.

50 brasse : 1. Satomi ZUZUKI, Japon, 30s83 (record des Jeux) ; 2. ; 2. Roanne HO, Singapour, 31s23; 3. FENG Junyang, Chine, 31s24.

Relais 4 fois 100 quatre nages: 1. JAPON, 3’54s73 (record des Jeux, ancien, Chine, 3’57s80 en 2010)  [Natsumi Sakai (59.42), Satomi Suzuki (1:05.43), Rikako Ikee (55.80) and Tomomi Aoki (54.08) ; 2. HONG KONG, 4’3s15 ; 3. SINGAPOUR, 4’9s65. CHINE et COREE DU SUD disqualifiées.


Also published on Medium.

1 comment:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *