À ABOU DHABI, ÉTAPE COUPE DU MONDE, AURÉLIE MULLER ET DAVID AUBRY ASSURENT LA PRÉSENCE FRANÇAISE SUR LES PODIUMS H2O LIBRE

Éric LAHMY

FRANCE ET PAYS-BAS À ÉGALITE, ITALIE ET GRANDE-BRETAGNE TRÈS ASSIDUS ÉGALEMENT. FONTAINE ET CASSIGNOL NOUS PARLENT D’AVENIR

Dimanche 12 Mars 2017

Ça continue à performer très fort, pour l’eau libre française. A Abou Dhabi, où l’épreuve masculine a été gagnée par le Britannique Jack BURNELL devant le champion olympique néerlandais  Ferry WEERTMAN, David AUBRY a fini 3e des 10 kilomètres « marathon » à l’issue d’un « final » à cinq fort disputé. David, qui avait consenti un gros effort entre la 2e et 3e bouée et était revenu sur le leader, Axel REYMOND, suivi comme son ombre par Marc-Antoine OLIVIER. REYMOND s’effaçait et AUBRY devant OLIVIER traçait la route. Au dernier passage, il avait creusé un écart de huit secondes sur son compatriote et de dix-huit secondes sur BURNELL, alors 3e. Mais sorti du fin fonds où il avait économisé ses forces (respectivement 60e, 59e, 51e, et 34e aux différents passages, WEERTMAN s’approchait dangereusement, et quoique seulement 12e à ce moment, nageait alors plus vite que tous les leaders.

A l’arrivée, donc, AUBRY montait sur la dernière marche du podium et OLIVIER finissait derrière, à une main. Le jeune Logan FONTAINE, champion d’Europe et du monde junior, et qui s’était maintenu pratiquement, non sans panache, tout le temps de la course entre la 7e et la 8e place, devait céder quelques positions dans la phase finale, et écopait de la 21e place, juste devant Axel REYMOND.

S’il existe une école française d’eau libre, ses grands pontes, ses « professeurs du collège de France », s’appelleraient Philippe LUCAS, qui entraîne AUBRY et OLIVIER, et Eric BOISSIERE, qui entraîne LOGAN, mais a entraîné avant cela AUBRY et OLIVIER à Rouen… Si ces deux l’ont quitté, c’est qu’à Montpellier, ils ont trouvé les moyens nécessaires à leur pratique quasi-professionnelle, moyens que Rouen ne leur a jamais consentis.

Et si FONTAINE reste à Rouen, c’est qu’enfin BOISSIERE s’est vu aménager pour lui-même et son nageur des moyens de travailler, sans d’ailleurs, crois-je savoir que la mairie ou son club n’aient fait grand’ chose pour ça.

Il était temps, car Eric a dépassé l’âge de la retraite et il a fallu qu’à la DTN, Jacques FAVRE gratte un peu pour lui arranger le coup et lui permettre de continuer son « apostolat ». Très mérité car je ne crois pas qu’en trente ans, un seul cadre technique de la DTN ait autant produit que lui.

Mais le cador de l’eau libre de l’année reste Philippe LUCAS. On a pu le voir à l’issue de la course féminine d’Abou Dhabi. Les deux premières sont ses élèves. Et cette fois Aurélie MULLER a devancé Sharon VAN ROUWENDAAL. Lorsque l’affaire est devenue sérieuse, Sharon tenta de refaire le coup qu’elle avait réussi aux Jeux olympiques de Rio: elle s’extirpa du paquet de l’avant emmené par la British Alice DEARING, et se mit en devoir de semer tout le monde.

Mais ici, cela fonctionnait un peu moins bien qu’aux Jeux dans la mesure où elle ne parvenait pas à « faire le trou ». La suivait de très près cette redoutable Rachele BRUNI qui n’avait pas seulement enlevé l’argent à Rio, mais conduit MULLER à l’élimination.

L’AVENIR DE L’EAU LIBRE C’EST FONTAINE ET OCÉANE

Cette fois, MULLER montra la plus grande fraîcheur et l’emporta. Seule l’Italienne Ariana BRIDI finit plus vite qu’elle, mais partant de plus loin. Océane CASSIGNOL, pendant féminin de Logan FONTAINE et championne d’Europe juniors, et 17 ans le 26 mai prochain, s’est offert une place de 7e, parmi les « grandes ». « La valeur n’attend pas ». Océane la bien prénommée (Fontaine est, lui, bien nommé) est une autre élève de Philippe LUCAS à Montpellier, dont elle résume la plaisante méthode pédagogique : «Avec Philippe, tu marches, tu le suis ou tu crèves. Le reste, il s’en fout». [C’est rassurant : on ne nous l’a pas changé.]

Lara GRANGEON, récente championne de France des 5 kilomètres, goûtait la différence avec l’eau libre, ses difficultés spécifiques, et récoltait une 21e place. Débuts prometteurs, ou tentative sans lendemains ?

 MESSIEURS.- 10 kilomètres : 1. Jack BURNELL, GBR, 1h45’54s6 ; 2. Ferry WEERTMAN, Pays-Bas, 1h45’54s9; 3. David AUBRY, France, 1h45’55s; 4. Marc-Antoine OLIVIER, France, 1h45’55s1; 5. Rob MUFFELS, GER, 1h45’55s5;… France: 21. Logan FONTAINE, 1h46’10s7; 22. Axel REYMOND, 1h46s11s1; … 39. Anis CHENITI, 1h48’34s; … 45. Hugo CHOPINEAU, 1h48’40s2; … 51. Clément BATTE, 1h50’35s9; 52. Naïm MOKHFI, 1h51’2s3; … 54. Jean-Baptiste CLUSMAN, 1h51’40s1; 55. Aubin COCORDANO, 1h51’54s7; … 61. Hugo SAILLARD, 1h55’3s.  

DAMES.- 10 kilomètres: 1. Aurélie MULLER, France, 1h52’35s3 ; 2. Sharon VAN ROUWENDAAL, NED, 1h52’35s4; 3. Arianna BRIDI, ITA, 1h52’35s6; 4. Finnia WUNRAM, GER, 1h52’37s2; 5. Rachele BRUNI, ITA, et Chelsea GUBECKA, AUS, 1h52’37s3; 7. Océane CASSIGNOL, France, 1h52’38s5; … France : 31. Lara GRANGEON, 1h54’7s6 ; … 40. Lisa POU, 1h58’49s6 ; … 47. Lila LANGLAIS, 2h7’38s6 ; 48. Elaine Claire SIX, 2h8’55s ; 49. Inis IDIER, 2h9’3s1.  

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


sept − 6 =