AUSTRALIE PETIT BASSIN: SANS CATE CAMPBELL, LA SOUPE MANQUE DE SEL

Eric LAHMY

Samedi 28 Octobre 2017

Les championnats d’Australie en petit bassin se sont terminés sur une note discrète, à Adelaïde, après une première journée (jeudi, tonitruante) et une seconde soirée (vendredi) relevée par les exploits de Catherine CAMPBELL.

Mais CAMPBELL ne nageait pas samedi, et on a ressenti un manque. A part elle, personne, parmi les vedettes de la natation des antipodes, ne s’était soucié de se présenter en grande forme dans une compétition mal placée, en plein travail foncier et loin des échéances du grand bassin, les seules qui valent la peine pour les Australiens. 2018, c’est l’année des Jeux du Commonwealth, et pour un Aussie, cela vaut presque les Jeux olympiques !

Le papillon reste la technique où les nageurs restent attachés à un départ rapide. Il semble très difficile pour eux de parvenir à nager en égalité d’allure. L’impression de plus mal équilibrer sa course est augmentée par le fait que les virages en papillon, comme en brasse, se font « à la main », et non pas au pied comme en dos et en crawl, ce qui change les données chiffrées de la course…

Nouvel exemple de ce déséquilibre avec Emma McKeon, qui, pour gagner son 200 papillon, passe en 27s8, 59s37 et 1’31s67 pour toucher en 2’4s35. Par 50 mètres, cela donne 27s8, 31s57, 32s30 et 32s68, ou encore 59s37 et 1’4s98. Et encore, était-elle celle de la finale qui tenait le mieux son rythme.

McKeon avait préféré le 200 papillon au 200 crawl, laissant la voie libre de cette deuxième course alors qu’elle en détient le record australien avec un temps de 1’51s66 (assez vieux il est vrai parce qu’établi en 2013, et réédité en 2014). Dès lors, c’était laisser la voie libre à la grande (1,80m) Madison Wilson, dont la carrière tire des bordées entre le crawl et le dos (elle a été médaillée d’argent du 010 mètres dos des mondiaux de Kazan en 2015).

A Adelaïde, les deux premiers jours de ce week-end, elle avait respectivement nage 53s56 au 100 mètres (6e) et 4’4s54 au 400 mètres (2e), temps qui lui donnaient l’alliage de vitesse et de résistance le plus élevé de la finale. Et en effet, elle devançait Mikkayla SHERIDAN qui l’avait battue au sprint sur 400 mètres mais ne dispose pas de sa vitesse de base. Le 200 mètres fut la grande course de cette dernière journée, mais disons que le temps de la gagnante n’a rien d’extraordinaire. Les courses masculines ont été marquées, elles, par la double victoire du double champion du monde du 400 quatre nages japonais Daya SETO, sur 200 brasse et 100 quatre nages, tandis que David MORGAN gagnait le 50 libre, le 50 et le 100 papillon.

 

MESSIEURS.- 50 libre : 1. David MORGAN, 21s46.

1500 libre : 1. Joshua PARISH, 14’45s29; 2. Jord WILIMOVSKY, USA, 14’45s67; 3. Jack MCLOUGHLIN, 14’53s18.

100 dos : 1. Bobby HURLEY, 51s76.

200 brasse : 1. Daya SETO, Japon, 2’4s57; 2. Zac STUBBLETY-COOK, 2’5s69.

50 papillon : 1. David MORGAN, 23s04.

100 papillon : 1. David MORGAN, 50s55.

100 4 nages : 1. Daya SETO, 52s81.         

400 4 nages : 1. Travis MAHONEY, 4’7s15; 2. Thomas ELLIOTT, 4’7s73.

DAMES.- 200 libre : 1. Madison WILSON, 1’54s69 ; 2. Mikkayla SHERIDAN, 1’55s36; 3. Carla BUCHANAN, 1’55s70; 4. Gemma COONEY, 1’55s62; 5. Leah NEALE, 1’56s22; 6. Brittany ELMSLIE, 1’56s35 (en séries, 1’55s96); 7. Shayna JACK, 1’56s40.

50 dos : 1. Minna ATHERTON, 26s23; 2. Holly BARRATT, 26s43; 3. Emily SEEBOHM, 26s48 (en séries, 26s15).

50 brasse : 1. Georgia BOHL, 30s57.

200 papillon : 1. Emma McKEON, 2’4s35; 2. Brianna THROSSELL, 2’6s52.

100 4 nages : 1. Emily SEEBOHM, 1’0s21.     

200 4 nages : 1. Emily SEEBOHM, 2’7s90; 2. Kaylee MCKEOWN, 2’8s12; 3. Blair EVANS, 2’8s65.

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 × = quarante huit