BREEN [George Thomas]

Natation. (Buffalo, 19 juillet 1935- ). États-Unis. Nageur de demi-fond, il enleva trois médailles de bronze individuelles aux Jeux olympiques, sur 400 mètres (4’32’’5) à Melbourne en 1956, sur 1500 mètres en 1956 (18’8’’2) et à Rome en 1960 (17’30’’6).
Sa carrière de nageur débuta quand il fut refusé par l’équipe de football américain de Cortland State. En avril 1956, il battit, à l’Université de Yale, en champ de course de 50 mètres, le record du monde du 1500 mètres, en 18’5’’9. Le 27 octobre, toujours à Yale, dans un 880 yards record, en 9’19’’2, il passait en 9’15’’7, record également, sur 800 mètres. Murray Rose lui ayant ravi le record du 1500 mètres dans le temps de 17’59’’5, peu de temps avant les Jeux de Melbourne, George Breen, en séries des Jeux, pulvérisa le temps de Rose, en 17’52’’9, record du monde, et prit figure de favori pour la finale. Mais en finale, il fut méconnaissable. Eloigné de son temps dans la course pour le titre, il nagea de conserve avec Rose et Yamanaka jusqu’aux 800 mètres et ne sut résister à une attaque de ces deux hommes. Il termina 3e en 18’8’’2. « Dans les séries du 1500 mètres, je me sentais bien, a-t-il raconté des années plus tard. Une grande montre était sur la tour, derrière l’aire de départ. Aux virages, je pouvais voir où j’en étais. Aux 800 mètres, j’ai su que j’étais dans le rythme d’un record du monde. Je respirais facilement, et je me sentais à l’aise, je me promenais. Je n’étais pas même essoufflé à l’arrivée. Je  nageais relâché, sans effort. J’avais battu le record du monde. Après, le ciel  m’est tombé sur la tête. Avant la finale, nous dûmes nous échauffer dans une  fosse à plongeon, la piscine était occupée par une exhibition de ballets nautiques ; cela m’a agacé. Je fus pris par une nervosité infernale. Je ne maîtrisais pas la pression. Je nageais entre Murray Rose et Tsuyoshi Yamanaka, j’eus l’impression que ma ligne d’eau faisait 60 centimètres de large. Je devins claustrophobe. Je tapais dans l’eau, excité, je tournais trop les bras. J’ai perdu le contrôle. Pendant les huit  années qui suivirent, Murray Rose a toujours gardé le contrôle. Toujours calme,  il était phénoménal. » Doc Counsilman le consola, lui disant qu’il serait toute sa vie un homme célèbre, un recordman du monde et olympique. « Combien peuvent en dire autant ? » Et ses parents d’appuyer : « George, si nous étions des millionnaires, nous n’aurions pas pu acquérir ce que tu as eu là. » Breen nagea jusqu’aux Jeux de Rome, en 1960 ; il lança une nouvelle fois la course, fut passé par Konrads, puis Rose, et enleva le bronze devant Yamanaka. Il enleva en tout 22 titres de champion des États-Unis. Il a entraîné à l’Université de Pennsylvanie.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • CÉLINE COUDERC, FIDÈLE RELAYEUSE  Lundi 3 Mars 2015 COUDERC [Céline]. Natation. (Avignon, 11 mai 1983-). Nageuse du CN Alès, entraînée par Richard Martinez au pôle France de Font-Romeu, elle est avant tout une nageuse […]
  • BEAUREPAIRE [(Sir) Francis « Frank » Joseph Edmond]   Natation. (Melbourne13 mai 1891-Melbourne, 29 mai 1956). Australie. Tout au long d’une carrière qui s’étendit sur un quart de siècle, de 1903 à 1928, cet Australien participa aux […]
  • ADLINGTON [Rebecca] Natation. (Mansfield, 17 février 1989-). Championne olympique du 400m et du 800m (8’14’’10, record du monde) à Pékin, en 2008. Jeune, elle est élève de l’école Brunts, à Mansfield, et […]
  • BUSTER CRABBE, LE TARZAN « BIS » Lundi 9 Mars 2015 CRABBE [Clarence Linden « Buster »]. Natation. (Oakland, Californie, États-Unis, 7 février 1908-Scottsdale, Arizona, 23 avril 1983). États-Unis. Champion olympique, il […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 + neuf =