CALLIGARIS [Novella]

Natation. (Padoue, 27 décembre 1954-). Italie.

La nageuse italienne du 20e siècle, forte de huit médailles en grandes compétitions internationales, elle est la fille d’une nageuse  olympique, Romana Calligaris (15 décembre 1924-21 avril 2002). De taille moyenne mais surtout très mince (1,67m, 48kg), elle parvint, malgré un physique délicat et un manque de vitesse de base, grâce à son courage, sa volonté de fer et sa détermination, mais aussi à son style fluide, précis et léger, travaillé auprès de Bubbi Dennerlein, qu’on considère alors comme le meilleur technicien italien, à l’emporter dans le 800 mètres nage libre des premiers championnats du monde, le 9 septembre 1973, à Belgrade, après avoir terminé troisième du 400 mètres libre (4’21’’79, derrière Greenwood et Rothhammer) et du 400 mètres quatre nages (5’2’’02 derrière les Allemandes dopées Wegener et Franke). Elle impose sa cadence impressionnante et l’action rotative de ses bras en 8’52’’97, record mondial, devançant Jo Harshbarger. Une année plus tôt, aux Jeux Olympiques de Munich, elle avait été déjà extraordinaire de talent et de courage, améliorant en quelques jours quatre records d’Europe. Elle avait fini deuxième du 400 mètres (derrière l’Australienne Shane Gould) et troisième sur 800 mètres, dans une course qu’elle avait menée jusqu’au 500 mètres avant de succomber à une accélération de Keena Rothhammer, puis au retour de Gould, et sur 400 mètres quatre nages où elle fut devancée par Neal (Australie) et Cliff (Canada).

A Munich, elle amène son record d’Italie du 400 mètres (qu’elle a pris à 4’51’’5 et amené à 4’26’’7) à 4’24’’14 (série) puis à 4’22’’44 (finale) ; celui du 800 mètres (qu’elle a pris à 10’19’’6 et détient alors en 9’6’’) à 9’2’’96 (série), puis à 8’57’’46 (finale) ; celui du 400 mètres quatre nages de 5’12’’1 à 5’11’’16 (série), puis à 5’3’’99 (finale). Tous ces records sauf celui des séries du 400 mètres quatre nages sont également records d’Europe. D’ailleurs, elle aura battu dans sa carrière 19 records d’Europe. Moralement atteinte par la certitude que les Allemandes de l’Est se dopaient, elle se retira de la compétition après les championnats d’Europe 1974, où, convaincue de ne pouvoir lutter contre les anabolisants, elle défend ses chances avec moins d’agressivité, et finit avec l’argent du 800 mètres et le bronze du 400 mètres. Elle n’a pas vingt ans. Elle avait (depuis ses treize ans) enlevé 36 titres de championne d’Italie d’été sur 100 mètres, 200 mètres, 400 mètres, 800 mètres libre, 200 mètres dos, 200 mètres papillon, 200 mètres et 400 mètres quatre nages (et 35 titres « indoor »). Elle battit un record du monde, 21 records d’Europe, 76 italiens. Inventive, elle a, avant sa finale du 800 mètres des championnats du monde 1973, collé à la colle son maillot de bain contre son corps pour empêcher des poches d’eau de se former… et souffert le martyre, après la course, pour le décoller ! Novella Calligaris, qui a continué de s’occuper de natation, soit en représentant une marque de maillots de bain, soit en tant que journaliste (pour Il Corriere della Sera, puis pour la RAI, dès 1976), avait, au temps de sa gloire, subi la pression parfois intolérable de la presse à sensation. Elle avait mal vécu de voir apparaître, dans une revue, une photo d’elle en compagnie de « son dernier petit ami ». Il s’agissait en réalité de son frère ! Assez peu patiente avec les journalistes, ils lui attribuèrent deux années de suite le « prix citron » de la personnalité la plus acide ! Après sa carrière, elle souffrit d’anorexie pendant des années. Dotée d’une intelligence de tac au tac, très vive et énergique, consciente de sa valeur sans être égocentrique, généreuse et portée vers les autres, fidèle en amitié, battante parfois jusqu’à la hargne, aimant rire et prompte à s’emporter parce qu’émotive et nerveuse, compétitrice dans l’âme, détestant la défaite, Novella fut plus qu’une star, une vraie personnalité. Il ne lui était pas difficile de ne pas se prendre au sérieux. Lorsqu’au soir du 9 septembre 1973, elle eut sa mère, Nella, au téléphone, pour lui annoncer qu’elle venait de remporter le titre mondial, elle s’entendit répondre : « tu viens juste de rater un ballet de Béjart. » Comme le soulignait notre confrère de l’agence italienne 9colonne, Novella était comme sa nage : « une personne de style, de style libre. »

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • BABASHOFF [Shirley F Natation. (Whittier, Californie, 31 janvier 1957- ). États-Unis.  La plus brillante nageuse de l’olympiade 1972-1976. Pourtant souvent battue, elle est avec le gymnaste Ditiatine l’athlète […]
  • COLELLA [Lynn Ann] Natation. (Seattle, Washington State, 13 juin 1950- ). États-Unis. Médaillée d’or des 200 mètres brasse et 200 mètres papillon aux Jeux Panaméricains 1971, médaille d’argent olympique du […]
  • BELOTE [Melissa Louise] Natation. (Washington, district de Columbia, 10 octobre 1956-). États-Unis. Comme elle adorait nager, mais détestait d’avoir de l’eau chlorée dans les yeux, Melissa nagea sur le dos. Dans […]
  • BERGER [Guylaine] Natation. (Paris, 12 avril 1956-). France. Pendant près de dix ans, de 1972 à 1980, elle est la grande nageuse française de sprint, grâce à des qualités physiques et mentales remarquables. […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


quatre − 3 =