CATE CAMPBELL OU COMMENT BATTRE LE RECORD DU 100 AU PASSAGE D’UN 200.

LARKIN ET SEEBOHM CERTES MAIS AUSSI MCEVOY, EMMA MCKEON ET SURTOUT CATE CAMPBELL

Eric LAHMY

Samedi 28 novembre 2015

Mitch LARKIN a encore fait fort sur 100 mètres dos, après avoir battu le record du monde en petit bassin de la distance double. On l’imagine aisément en train de nourrir, avant la course, des pensées très précises concernant le record du monde, détenu par l’Américain Nicholas THOMAN, en 48.94, depuis le 18 décembre 2009. THOMAN avait profité des tristement fameuses combinaisons pour réaliser son exploit, mais depuis, LARKIN s’était peu à peu rapproché du trophée. L’an dernier, aux championnats d’Australie, il avait nagé 49.25…

Cette fois, il réalisa une très belle course, passant en 11.63, 23.83 (12.20), 36.54 (12.71) et 12.50 pour finir, manquant Nick Thoman et les 49. De pas grand-chose : 49.04. On peut imaginer qu’il laissa le record dans son premier, ou dans son troisième 25 mètre, sans doute en temporisant de crainte de ne pas finir ? Toujours est-il que Larkin a ensuite nagé au départ du relais de Saint Peters en 49.03. Une course nagée dans les temps qui suivent, 11.49, 23.70 (12.21), 36.38 (12.68) et 12.65). Cette fois LARKIN tenta de partir plus vite, mais ne grappilla au bout d’un tel effort qu’un petit centième. C’est qu’à ce niveau, ça compte !

Record ou pas, LARKIN est plus que jamais le meilleur dossiste au monde actuel!

Madeline GROVES, elle, plus connue et répertoriée pour ses talents de « papillonneuse », s’est illustrée au départ en dos du relais quatre nages, effectuant 57.58, un temps équivalent à celui de la 4e de la course individuelle, ce qui est quand même pas mal. Ce n’est pas tout. 20 minutes après avoir gagné le 200 mètres papillon en 2’3.08 devant la tenante du titre Brianna THROSSEL, elle finissait 4e ex-aequo du 200 mètres libre. Autant dire qu’elle maîtrise les trois styles « crawlés »…

Autre anecdote, d’une dimension supérieure celle-ci, Cate CAMPBELL s’est qualifiée dans le 4e temps, 1’56.11, des séries du 200 mètres, une distance expérimentale pour elle. Cela ne la laissait loin que d’Emma McKEON, qui ne plaisante pas quand elle nage et, dès les séries, avait asséné un 1’52.49 avec la superbe d’une panthère qui marque son territoire ou d’un dogue qui défend son os.

En finale, McKeon se relança avec la frénésie de quelqu’un qui avait un avion à prendre. Mais, à deux lignes d’eau, CAMPBELL partait, elle, comme si l’avion, c’était elle. En fait, elle n’avait pas du tout décidé de courir le 200m dans son entier, mais de nager un 100 mètres (qu’elle termina en 50.91, c’était presqu’une demi-seconde plus vite que dans sa finale du 100 mètres, 51.38. Mais surtout, elle venait de s’emparer du record australien, d celui du Commonwealth et, pour tout dire, du monde, de Libby TRICKET. Record qui était en fait son objectif et qu’elle venait d’effacer !!!) ; elle avait gagné là le droit de nager en souplesse jusqu’au bout de la course. Son temps final (eh ! oui, pour sa punition, elle n’y a pas échappé), 2’18.26, aurait été record du monde en 1956 mais là, c’était la première moitié de l’effort qui comptait…

Seule une poignée d’entraîneurs avait été avertie du plan de Cate, mais au fut et à mesure que son équipée avançait et que l’aînée des CAMPBELL paraissait dévorer le plan d’eau de sa nage lisse et souple comme si des aimants l’attiraient vers les parois, il y eut un mouvement de foule, et le coach en chef Jacco VERHAEREN, lequel n’avait pas été mis dans la confidence, avoua « saisir d’un seul coup, plus ou moins clairement qu’il se passait quelque chose. »

Il se passait que Care CAMPBELL était en train de battre le premier record du monde de sa carrière…

Être la première femme à battre les 51 secondes au 100 mètres en nageant un 200 mètres, voilà une jolie histoire qui nourrira les veillées, en Australie, les cinquante prochaines années !!!

Si CAMPBELL alimentait aussi plaisamment que de façon talentueuse l’anecdote, elle n’avait volé, en l’occurrence, que la moitié de la vedette à la jolie Emma McKEON, qui aurait dû trouver bizarre de se trouver à ce point larguée par cet électron fou de CAMPBELL, si cette dernière n’avait pas averti, in extremis les autres finalistes, de son plan, les enjoignant de ne pas trop se préoccuper d’elle. Emma, donc, menait sa barque hardiment sans s’affoler du projet de Cate, passait en 12.42, 25.90, et accumulait aux 75 mètres presque deux longueurs d’avance sur des pointures de la dimension de Bronte BARRATT et Madison WILSON.

Quand Cate CAMPBELL coupa son effort après sa tentative sur 100 mètres, il n’y avait plus de course que pour la deuxième place. Emma McKEON, 1’51.66, nageait une seconde plus vite que l’an passé et améliorait le record d’Australie qui lui appartenait avec 1’52.40.

Pour le reste Emily SEEBOHM compléta sa collection de titres en dos sur 50 mètres, serrée de près par la jeune Minna ATHERTON qu’on imagine dans nos rêves les plus secrets en train de se fritter en finale olympique 2016 du 100 mètres dos avec Pauline MAHIEU. McEVOY a fait exactement la même chose que SEEBOHM en nage libre, et ajouté le 50 au 100 et au 200.

Que conclure ? Que la nage libre australienne reste une force avec laquelle il faut compter, et que le dos, grâce à des éléments de la valeur de LARKIN et SEEBOHM, pourrait bien dominer la saison qui s’en vient comme ils ont dominé la saison qui s’en va.

MESSIEURS.-

50 mètres : 1. Cameron McEVOY, 20.75 ; 2. COPELAND, USA, 21.51

1500 mètres : 1. Jack McLOUGHLIN, 14’54.12 ; 2. George O’BRIEN, 14’55.69.

100 mètres dos : 1. Mitch LARKIN, 49.04 ; 2. Joshua BEAVER, 51.87.

200 mètres brasse: 1. Matthew WILSON, 2’6.50

100 mètres papillon : 1. David MORGAN, 50.14 ; 2. Christopher WRIGHT, 50.59 ; 3. Tommaso D’Orsogna, 50.79 (en série, 50.70).

100 mètres 4 nages : 1. Kenneth TO, 52.38.

400 mètres 4 nages: 1. Thomas FRASER-HOLMES, 3’57.91; 2. Travis MAHONEY, 4’6.86; 3. Tomas ELLIOTT, 4’7.51; 5. Kazim BOSKOVIC, 4’8.63.

DAMES

200 mètres : 1. Emma McKEON, 1’51.66 ; 2. Bronte BARRATT, 1’54.26; 3. Madison WILSON, 1’55.16; 4. Jessica ASHWOOD et Madelin GROVES, 1’56.53; 5. Leah NEALE, 1’56.60; 6. Mikka SHERIDAN, 1’56.78. En series, Cat CAMPBELL, 1’56.11.

50 mètres dos: 1. Emily SEEBOHM, 26.30; 2. Minna ATHERTON, 15 ans, 26.56; 3. Marieke D’CRUZ, 27.09 n(en série, 26.98).

50 mètres brasse: 1. Georgia BOHL, 30.03; 2. Leiston PICKETT, 30.11; 3. Sally HUNTER, 30.34.

200 mètres papillon : 1. Madeline GROVES, 2’3.08 ; 2. Brianna THROSSEL, 2’3.25.

200 mètres 4 nages: 1. Elle FULLERTON, 2’7.26 ; 2. Blair EVANS, 2’7.97 ; 3. Alicia COUTTS, 2’8.11 ; 4. Aisling SCOTT, 2’9.26 ; 5. Kotuku NGAWATI, 2’9.90.

Ces articles peuvent vous intéresser:

5 comments:

    1. admin *

      Aucune raison qu’il ne le soit pas. Officiels requis, chronos électroniques. Et si j’ai le temps je ferai une histoire des nombreux précédents…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq + 2 =