Catégorie : Natation

COAN [Andrew B. « Andy »]

Natation.(Fort Lauderdale, 1958 ?-).États-Unis. Entraîné par Ray Bussard à Knoxville, dans le Tennessee, ce sprinter précoce était encore écolier à Pine Crest High School quand il devint recordman (51’’11) et champion du monde (51’’25, Cali, Colombie) du 100 mètres en 1975. Tours à Cali, il remporta aussi les titres mondiaux du 4 fois 100 mètres (record du monde) et du 4 fois 100 mètres quatre nages. Cette même année, il enleva le titre US des 100 yards. Diplômé de Pine Crest, il signa à l’Université de Tennessee. Il enleva sept titres NCAA (universitaires) dont deux doublés, 50 et 100 yards (ainsi en 1978), et 100 et 200 yards. Il ne put se qualifier pour les Jeux olympiques de Montréal en 1976.

CLUG [Patricia]

Natation. (Rio de Janeiro, 17 octobre 1960-). France. Six titres de championne de France d’été : sur 100 mètres papillon et sur 200 mètres papillon en 1975 et en 1977, sur 400 mètres quatre nages en 1977 et en 1979 ; championne d’hiver sur 200 mètres papillon en 1976, 1977 et 1978. Son gabarit léger ne l’a pas empêché de briller, grâce à sa pugnacité et une excellente technique. Fille d’un Américain, administrateur d’un studio de cinéma (Metro Goldwyn Meyer) et d’une française, Patricia Clug nagea dans plusieurs pays, et plus spécialement à l’Université d’Alabama. En 2005, elle fut condamnée à dix ans de prison : après avoir été impliquée dans un accident de la circulation alors qu’elle avait bu de l’alcool, et blessé gravement deux personnes, elle s’était enfuie dans sa voiture.

CLITON [Nadège]

Natation. (Le Creusot, 15 juin 1978-). France. Elle détint les titres et les records de France des 200 et 400 mètres quatre nages, une discipline dans laquelle elle fut vainqueur des Jeux Méditerranéens, deux fois sur 200 (1993, 1997) une fois sur 400 (1997). Elle nageait pour Melun (entraîneur : Philippe Lucas).

CLIFF [Leslie]

Natation. (Vancouver, 11 mars 1955-). Canada. à l’aise dans tous les styles, elle remporta trois médailles d’or en 1970, à quinze ans, aux Jeux du Commonwealth, et trois autres, sur 200 et 400 quatre nages, et avec le relais 4 fois 100 mètres quatre nages, aux Jeux Panaméricains, en 1971, à Cali (Colombie). Médaillée d’argent du 400 mètres quatre nages des Jeux de Munich, elle réédita son doublé des quatre nages, aux Jeux du Commonwealth 1974, à Christchurch (Nouvelle-Zélande). Nageant sur 200 mètres, 400 mètres, 800 mètres, 200 mètres dos et 400 mètres 4 nages, elle collectionna 16 titres nationaux canadiens d’été. Devenue agent de change et financier, elle dirige une société de gestion financière à Vancouver.

CLEVELAND [Richard Fitch « Dick »]

Natation. (Honolulu, Hawaii, 21 septembre 1929-Kailuha-Kona, Hawaii, 27 juillet 2002). États-Unis. Cet Américain de mère canadienne fut pendant cinq ans le nageur le plus rapide du monde. Auteur du premier 100 mètres en moins de 55’’ (54’’8 en 1954 dans un bassin de 25 mètres), il établit quatre records mondiaux. Il nagea les 100 yards en 49’’2 en 1952 et en 1954. En bassin olympique, il réussit 56’’4 aux 100 mètres (1951), et nagea en 56’’ dans un bassin de 100 mètres d’eau de mer  à Waikiki (1954). Il détint dix records et enleva huit titres américains. Cleveland enleva trois titres aux Jeux Panaméricains 1951, sur 100 mètres en 58’’8, et avec les relais quatre fois 200 mètres et trois fois 100 mètres trois nages. En 1952, victime d’une angine, il rata son 100 mètres des Jeux olympiques : il se qualifia avec le 2e temps, en 57’’8, en demi-finales, où ses 58’’6, une contre-performance, ne lui donnèrent que le 10e temps, insuffisant pour atteindre la finale.

Cleveland fut le premier nageur à rompre un tabou en s’entraînant aux poids et haltères. C’était un adolescent très grand mais extrêmement maigre, qui ne pesait que 66,5kg pour une taille de 2,04m. Son entraîneur de Punahou, à Hawaii, Warren Kealoha, le confia à son cousin, Moses Kealoha, un culturiste, vainqueur de Mr Hawaii, qui le mit aux poids et haltères pour développer ses muscles. Comme Cleveland améliora notablement ses performances de natation, Kealoha abandonna ses réticences au sujet de la musculation au regard des performances des nageurs. Quand il changea d’entraîneur, rejoignant Soichi Sakamoto, à Hawaii, en 1949, puis Mike Peppe, à l’université d’Ohio, Cleveland continua d’utiliser ses haltères, cinq fois par semaine ; au gymnase de Freysher Ferguson, à Columbus, il eut tôt fait de trouver des imitateurs, à l’image de son copain d’entraînement, Al Wiggins, qui deviendrait recordman du monde en papillon et en trois nages.

CLEVELAND [Jonathan Thomas “Jon”]

Natation. (Fresno, Californie, 19 décembre 1970-). Canada. Champion du 200 mètres brasse (2’14’’96) et du relais quatre fois 100 mètres 4 nages des Jeux du Commonwealth d’Auckland (Nouvelle-Zélande) en 1990. Présent à trois éditions des Jeux olympiques, à Séoul en 1988, Barcelone en 1992 et Atlanta en 1996, il y enleva le bronze avec le relais 4 nages en 1992.

CLERI [Valerio]

Natation, Eau libre. (Palestrina, Lazio, 19 juin 1981-). Italie. Champion du monde 2009 des 25km, et 2010 des 10 km, d’Europe 2010 du 25km, où, seul, il parvient à contrer l’attaque du Français Venturi et à la passer au final. Il débute par le demi-fond (400, 800, 1500 mètres, 400 mètres quatre nages) mais prend note vers 2003 de ses limites, et tente sa chance sur de plus longues distances, en eau libre. En 2008, il remporte le
classement Coupe du monde et termine 4e, sur 10 kilomètres, aux Jeux olympiques de Pékin.

CLARY [Scott “Tyler”, né FLOWERS]

Natation. (Redlands, 12 mars 1989-). Un des grands nageurs éclectiques de l’ère Phelps. Il nage sous le patronyme de Flowers au début de sa carrière, avant d’adopter le nom de son beau-père, Clary, « qui était toujours présent pour moi », dit-il. Sa mère Stacy est administratrice de Southern California Swimming. Il nage à huit ans dans une classe de sauvetage. En 2007, il est diplômé de l’école polytechnique de Riverside, en Californie. Il nage ensuite trois ans à l’Université du Michigan, pour laquelle il enlève trois titres NCAA : 400 yards quatre nages en 2009 et 2010, 200 yards dos en 2009, année où il est élu nageur NCAA de l’année. Il passe professionnel en 2010. Son entraîneur à Michigan et au FAST club est Jon Urbanchek, qui, parlant de lui, en juin 2012, dit de lui : « Clary a ce truc qui vous fait gérer plusieurs choses à la fois… multi tasking, quand vous faites quatre ou cinq choses à la fois. Une semaine, il tait au Grand Prix de Long Beach –il ambitionne de devenir un pilote, et de courir les 500 miles d’Indianapolis. Il construit même sa propre voiture, il est incroyable. Vous ne pouvez le faire se concentrer sur la natation, c’est comme ça qu’il est, et c’est une bonne chose. Certains focalisent tout le temps : manger, boire et dormir. Mais c’est un garçon plein de cran et un bon garçon. Et vous pouvez le créditer de ce qu’il s’attaque à Phelps et Lochte. Il n’a peur de personne, aime le défi, la compétition. »

Il manque de se qualifier pour les Jeux de Pékin, en 2008, sur 200 mètres dos, terminant 3e des trials US derrière Peirsol et Lochte. Le 27 mars 2009, il bat le record US de Phelps sur 400 yards 4 nages, et le lendemain, celui de Lochte sur 200 yards dos. Aux sélections US 2009 pour les mondiaux de Rome, il se qualifie sur 200 mètres papillon et 400 mètres quatre nages, et finit aussi 3e du 200 mètres dos et du 200 mètres quatre nages. A Rome, il est 2e du 400 mètres 4 nages derrière Lochte, 4’7’’31 contre 4’7’’01, après avoir mené jusqu’à mi-course. 4e après le parcours en brasse, il termine fort, reprend Cseh et Pereira et échoue de peu derrière Lochte à qui il reprend 1’’4 dans les cinquante derniers mètres. Il termine aussi 5e du 200 mètres papillon. Aux sélections US d’Omaha Beach, pour les Jeux de Londres, en 2012, Clary finit 3e du 400 mètres quatre nages, mais se qualifie sur 200 mètres papillon derrière Phelps et sur 200 mètres dos derrière Lochte. Clary, interrogé sur le manque de chance de nager sous l’ère de deux phénomènes comme Phelps et Lochte, répond qu’il s’agit au contraire d’une chance, car ces nageurs d’exception attirent l’œil du public sur la natation. Cet état d’esprit sportif sera récompensé. Clary remportera le 200 mètres dos des Jeux de Londres en 1’53’’41 devant le Japonais Irie, 1’53’’78, et Lochte, 1’53’’94. Il a été mené pendant 195 mètres (de fort peu), et passe Lochte dans les toutes dernières brassées. En 2013, aux mondiaux de Barcelone, il est 3e du 200 mètres dos, 1’54’’64, derrière Lochte, 1’53’’79, et le Polonais Radoslav Kadecki, 1’54’’19, 4e du 400 mètres quatre nages et 7e du 200 mètres papillon.

CLARKE [Stephen]

Natation. (Sutton Coldfield, Angleterre, 21 juillet 1973- ). Canada. Spécialités, papillon et quatre fois 100 mètres. Médaillé de bronze du quatre 100 mètres quatre nages des Jeux olympiques de Barcelone, en 1992. Champion du Commonwealth de Victoria, Canada, en 1994, sur 100 mètres libre (50’’51), 2e sur 100 mètres papillon (54’’45) et avec le relais quatre nages.

CLARK [Stephen Edward « Steve »]

Natation. (Oakland, Californie, 17 juin 1943-). États-Unis. Le meilleur sprinter de sa génération. Doté d’un physique léger, 1,80m, 67kg, très fort en petit bassin où sa fulgurante maîtrise des virages lui conférait un grand avantage, il fut, en bassin de 25 yards, le premier nageur au-dessous de 21’’ sur 50 yards, de 46’’ sur 100 yards, de 1’50’’ sur 200 yards et de 2’ sur 200 mètres (dans un bassin de 25 yards). Quoiqu’il ait représenté les États-Unis à deux éditions des Jeux Olympiques (Rome 1960 et Tokyo 1964) Steve Clark n’eut jamais l’occasion d’y nager une épreuve individuelle. En 1960, il aida à qualifier le relais quatre fois 200 mètres et le relais quatre fois 100 mètres quatre nages, mais en finale, fut remplacé : dans le relais quatre nages par Jeff Farrell (son parcours en 54’’6 des séries fut plus rapide que celui de Farrell, 54’’9 en finale). En 1964, victime en début de saison d’une tendinite à une épaule, il ne put terminer que quatrième du 100 mètres des épreuves de sélection américaines en 54’’5. Il retrouva avant les Jeux une forme étincelante, nageant en départ de relais un 100 mètres en 53’’, record américain, à un dixième du tout récent record du monde, 52’’9, du Français Alain Gottvallès. Clark se qualifia dans les trois relais des États-Unis, ce qui lui assurait avant même que ces courses soient disputées, de gagner trois médailles d’or (sauf en cas d’élimination pour cause de prise de relais incorrecte). Aux Jeux de Tokyo, il égala, au départ du relais 4 fois 100 mètres, les 52’’9 records de Gottvallès, après avoir nagé en séries en 53’’6, et lança ses équipiers vers une victoire facile. Son temps améliorait le record olympique établi par Don Schollander, victorieux de l’épreuve individuelle en 53’’4, et montrait qu’il aurait pu facilement gagner cette course. Il lança également le relais quatre fois 200 mètres, avec un parcours en 2’ juste. Enfin, il acheva le parcours sur 4 fois 100 mètres 4 nages en 52’’4. Au bout du compte, il ramena de Tokyo trois titres olympiques et montra que, bien qu’absent du 100 mètres individuel, il était de loin le meilleur sur la distance. Steve Clark, dans toute sa carrière, ne battit pourtant qu’un seul record du monde, au 100m, en 54’’4, en finale du championnat des États-Unis 1961. Il se retira au printemps 1965, après avoir enlevé deux derniers titres universitaires sur 100 et 200 yards et nagé sur la première distance en 45’’6, un record étonnant pour l’époque. Stephen Clark avait débuté à huit ans à Los Altos, et s’affirma à Santa-Clara, sous la direction de George Haines. Celui-ci racontait qu’il n’avait pas décelé d’emblée les exceptionnelles qualités de Steve.