Catégorie : Water Polo

UNE FORFAIT PEU EN CACHER UN AUTRE

CUBA JETTE L’ÉPONGE EN WATER-POLO FÉMININ: SIX DÉFECTIONS

 Lundi 29 Février 2016

Cuba s’est retire du tournoi de qualification pour les Jeux olympiques, aux Pays-Bas. Cinq joueurs et un entraîneur ont « choisi », comme on dit, « la liberté » et fui le pays pour le Mexique, où elles se trouvaient pour un camp d’entraînement.

“C’est une honte, parce que nous avions une bonne équipe, n’a su que dire le commissionaire national cubain, Eduardo Medina. Peut-être n’avions-nous pas le potentiel pour gagner un billet pour Rio de Janeiro, mais étions prêtes à jouer à notre meilleur contre nos rivales du groupe B.

Cuba, qui avait gagné sa place dans le tournoi de qualification de Gouda en finissant 4e du tournoi des Jeux Panaméricains de Toronto, vont être remplacées par l’Allemagne dans un groupe où l’on retrouvera les équipes de France, d’ Italie, Nouvelle-Zélande, Russie sans oublier l’hôte des Pays-Bas.

Ce forfait de dernière minute peut lui valoir une sanction de la part de la Fédération Internationale. Ce genre de défections est comme qui dirait une habitude à Cuba. L’an dernier des joueurs de son équipe de football s’installa aux USA, lors du tournoi Gold Cup qui se jouait sur le sol des Etats-Unis.

LeGroupe A opposera les USA, le Grèce, le Canada, l’Afrique du Sud, l’Espagne, Japon.

Le Brésil, la Chine, la Hongrie et l’Australie sont qualifiées.

 

ARMAND MIKAELAN (1949-2015), PORTIER LEGENDAIRE

Eric LAHMY                                 Dimanche 22 Mars 2015

Armand Mikaelian, qui vient de s’éteindre à Marseille, c’était un des plus gros palmarès du water-polo français et « le » « portier » de l’équipe de France. Il avait nagé et joué d’abord au CRS Marseille, puis au Cercle, et apparut très jeune, vers 18 ans, comme l’un des meilleurs gardiens de but au monde. Armand, né en 1949, faisait donc partie d’une génération exceptionnelle de nageurs et de poloistes, qui comptait aussi Alain Mosconi, Michel Rousseau, Victor Nataf, Michel Idoux, Marc de Herdt et quelques autres. Armand fut champion de France à 20 reprises, et le capitaine de l’équipe de France de 1982 à 1986. Il avait honoré 85 sélections, joué plus de 300 parties avec l’équipe nationale, mais en aurait compté un bien plus grand nombre, si sa carrière internationale n’avait été obérée par le différend ayant opposé à l’époque son club à la Fédération.

Les Marseillais refusaient obstinément toute sélection nationale ! Cette affaire s’était terminée en 1978 quand Jean-Paul Clémençon, au nom de la Fédération, était allé fumer le calumet avec les Marseillais et signer la paix des braves. Mikaélian avait alors 29 ans, et il put faire enfin son entrée d’international. « C’est la revanche du pizzaiolo », disait-il avec son humour inimitable.

Avec les années, son charisme et sa valeur aquatique aidant, Armand avait acquis un statut enviable de personnage incontournable et apprécié du water-polo et de Marseille. Débonnaire et convivial, il avait gardé en prenant de l’âge sa silhouette d’athlète et, restait proche de son poids de forme. Carrière achevée, il était resté toujours proche du sport, officiant sur le banc avec Petar Kovacevic, formant des générations de gardiens, ainsi Rémi Garsau, le gardien du CNM et de l’équipe de France. Féru de statistiques, il avait travaillé sur les classements du football pour Télé-Monte-Carlo, et appartenu au Conseil Général. Responsable de la politique sportive à la Communauté Urbaine de Marseille, il était considéré comme un des partisans historiques de Bernard Tapie à Marseille. Est-ce pour cela qu’il s’était un peu brouillé avec Paul Leccia, le président du Cercle, qui a salué le joueur ? Ces dernières années, il avait été victime d’un accident de moto dont il s’était remis. Mais une leucémie foudroyante et une tumeur ont eu raison de son esprit combatif. Armand Mikaélian est mort au centre hospitalier Saint-Martin, où il était confiné depuis des mois…

RAOUT FRANCAIS FACE AU MONTENEGRO

Water-polo

Mercredi 19 Février 2015

Cinquième tour des préliminaires européennes du tournoi FINA World League de Water polo, ce 17 Février 2015. Dans le groupe C auquel appartient la France, le Montenegro l’a emporté à Budva 13 à 7 contre le Sept « tricolore ». Face à ce redoutable adversaire et l’un des favoris de la compétition d’ensemble, les Français ont eu le mérite de trouver à sept reprises le chemin des filets. Le détail du score donne une idée du profil du match, à l’avantage des Français dans le premier quart-temps avant de s’inverser : 1-2 ; 5-2 ; 3-2, 4-1). Après la rencontre, le coach monténégrin Ranko Perovic interprétait ces résultats : « dans le premier quart, nous avons lutté pour trouver notre jeu. Puis nous avons consolidé en défense et joué solidement. Maintenant, nous attendons la confrontation avec l’Italie. J’espère que nous ne reproduirons pas notre échec de la première rencontre. Nikola Janovic, le capitaine montenegrin, notait pour sa part que « la France est une équipe qui doit être appréhendée sérieusement. Nous étions un peu relâchés à l’entame du match. C’est bon de gagner. Ces matches sont importants pour les jeunes joueurs qui peuvent démontrer qu’on peut compter sur eux. »

Dans le groupe A, les champions du monde en titre hongrois arrachèrent d’un but leur quatrième victoire de rang devant leur hôte la Slovaquie12-13 (2-1, 2-3, 3-5, 5-4), à Kosice. A Bucarest, les visiteurs grecs l’emportent devant la Roumanie12-18 (2-3, 3-4, 4-7, 3-4). Dans le groupe B, la Serbie, septuple vainqueur de la Ligue mondiale, n’a pas montré le moindre signe de faiblesse, battant l’Espagne 9-15 (3-2, 2-2, 2-5, 2-6) à Madrid. Entrant dans le match avec une grande volonté de vaincre, comme l’affirmait leur entraîneur Dejean Savic, ils partirent du mauvais pied, puis changèrent la « défense 5-2 » avant d’accélérer la rythme et de montrer des qualités en attaque. Gabi Hernandez, qui dirigeait l’équipe perdante, y voyait une leçon pour l’avenir ; il se félicitait tout de même de l’attitude de l’équipe dans la première moitié du temps de jeu. « Et puis nous avons fait des fautes et cela, contre une équipe comme la Serbie qui est la meilleure du monde, nous a coûté sur la fin. »

A Stuttgart, l’Allemagne se voyait infliger un 7-11 face aux visiteurs russes(1-2, 3-2, 1-3, 2-4). Deuxième du groupe C, l’Italie balayait la Turquie 3-16 (1-3, 0-4, 1-5, 1-4) à Istanbul.

La Hongrie, la Serbie et la Croatie mènent leur groupe respectif avec 12 points.

Hier et aujourd’hui, deux matches: l’Italie qui reçoit la France à Lodi et la Croatie rencontre les Turcs à Istanbul.

Passeports pour Tbilissi

Water-polo

Mardi 29 Avril 2014

La Fédération Française de Natation et Nat’Event Organisation organisent le tournoi qualificatif au championnat d’Europe des moins de 19 ans de water-polo. A quelques mois du championnat d’Europe moins de 19 ans qui se tiendra du 24 au 31 août à Tbilissi (Géorgie), nous signale-t-on depuis la Fédération, l’équipe de France junior disputera le tournoi de qualification du mercredi 7 au dimanche 11 mai 2014 à La Rochelle. Les nations présentes seront l’Allemagne, la Biélorussie, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovénie et la Turquie. Ces équipes seront réparties en deux groupes (CF programme). Pour décrocher sa qualification, la France devra dans un premier temps affronter la Slovénie, le Portugal puis l’Allemagne. «Après ces trois rencontres et en fonction des résultats, il y aura une phase de classement dans laquelle nous chercherons à décrocher un des quatre tickets qualificatifs pour cet été», explique Julien Issoulié, directeur du water-polo français. «Notre objectif à La Rochelle est tout d’abord d’accéder aux demi-finales puis, si nous y parvenons, de remporter ce tournoi». La préparation des Bleus se déroulera du 1er au 5 mai à Lille en collaboration avec les deux clubs nordistes de Pro A ; Lille et Douai. Ce sera l’occasion pour les moins de 19 ans de réviser le projet de jeu de l’équipe face à deux oppositions de grande qualité.

France-Malte, 20-8 avant le retour

Water-polo.

Au milieu du gué

Ayant gagné 20-8 son match de barrage aller contre Malte, l’équipe de France de water-polo s’envolera donc avec 12 buts d’avance pour le match retour qu’elle disputera à Malte le 1er mars.

Un matelas confortable qui devrait permettre aux hommes de Florian Bruzzo de rejoindre l’élite de la discipline aux championnats d’Europe qui se tiendront à Budapest du 14 au 27 juillet. Reste qu’à Montpellier la machine tricolore aura eu du mal à se mettre en action. A l’issue du premier quart temps, les Bleus ne mènent que d’un petit but (4-3). C’est peu, très peu face à une timide formation maltaise, trop peu pour se mettre à l’abri et aborder sereinement la suite de la rencontre. « Ça n’a pas été simple de rentrer dans le match », confie Alexandre Camarasa, meilleur buteur tricolore avec cinq unités. « On a bien ressenti le poids de l’enjeu, il y avait de la tension, mais on a su rester concentrés. »

A l’entame du deuxième quart, les Français bafouillent encore leur polo (trois barres transversales successives suivies d’une égalisation 4-4) avant d’assumer leurs ambitions en infligeant un 4-0 aux Maltais (8-5). Mais c’est véritablement en seconde période que les troupes du capitaine Bodegas vont s’épanouir dans leur action. « Ils (les Maltais) ont baissé de régime dans les deux derniers quart temps », abonde le Marseillais Camarasa. En seize minutes, les Bleus passent dix buts aux visiteurs pour clore la rencontre sur un convaincant 20-8.

Convaincant peut-être, mais pas définitif. « Rien n’est joué », concède le sélectionneur Florian Bruzzo. « Tant que nous sommes pas qualifiés pour les championnats d’Europe, ça ne sert à rien de se projeter. Il nous reste un dernier match à négocier pour rêver d’un retour dans l’élite continentale. »

(Nicolas Menanteau et Charlotte Despreaux, FFN).

COMBé [Joseph de]

Natation, water-polo. (19 juin 1901-1965). Belgique. Il remporte deux médailles d’argent aux Jeux de Paris, en 1924, l’une dans le 200 mètres brasse où, en l’absence des Allemands Rademacher et Sommer, il termine derrière Robert Skelton, vainqueur en 2’56’’6. Il devance en 2’59’’2 le deuxième Américain, Bill Kirschbaum, 3’1’’ ; l’autre médaille avec l’équipe belge dans le tournoi de water-polo. Il enlève encore une médaille, de bronze cette fois, en water-polo, aux Jeux d’Amsterdam, en 1928.

BLITZ [Gérard](1)

Natation, water-polo. (Amsterdam, Pays-Bas, 1er août 1901-Ganshoren, Bruxelles, 8 mars 1979). Belgique. Champion de natation, médaillé aux Jeux olympiques d’Anvers (1920) et de Paris (1924) et recordman du monde du 400 mètre dos en 1921. Il enlève le bronze à Anvers, du 100 mètres dos, malgré l’emploi du vieux style brassé, et sera 4e de la course aux Jeux de Paris. Il joue aussi dans l’équipe belge de water-polo médaillée d’argent en 1920 et en 1924.