Catégorie : News

La Suède avec Soström et Johansson

Petits championnats de Suède, d’où émergent les nageuses Sarak Soström (crawl et papillon) et Jenna Johansson (brasse).

Nage libre : 50m : Sarah Sostrom, 24’’97. 200 m : Sostrom, 1’57’’42. 400m : Louise Hansson, 4’17’’88. 1500m : Grastrom, 17’16’’01.

Dos : Magdalena Kuras, 29’’50. 100m : Ida Lindborg, 1’2’’66. Sandra Hafstrom, 2’16’’90

Brasse: 50m: Jennie Johansson, 30’’61. 100m : Johansson, 1’7’’13 (record). 200m: Oln Hostman, 2’26’’81.

Papillon : 50m : Sarah Sjostrom, 25’’83. 100m : Sjostrom, 57’’87. 200m : Martna Granstrom, 2’10’’13.

4 nages.- 200m : Stina Gardell, 2’23’’42. 400m : Gardell, 4’42’’20.

4x100m: Vasby, 3’47’’21. 4x200m: Vastry, 8’17’’88. 4x100m4nages : Helsingbors, 4’12’’98.

Nage libre. 50m: Peter Stymne, 23’’23. 100m : Oskar Ekstrom, 51’’20. 400m : Gustav Albert Ledstrom, 3’58’’91. 800m: Oskar Nordstrand, 8’20’’27. 1500m: Nordstrand, 16’1’’55

Dos.-. 50m : Mattias Carlsson, 26’’51.100m: Carlsson, 55’’62. 200m : Carlsson, 2’1’’69.

Brasse : 50m : Jakob Zedler, 28’’83. 100m: Andreas Furst, 1’3’’01. 200m : Erik Persson, 2’16’’29.

Papillon : 50 m: Henrik Lindau, 24’’34 ; 2. Lars Frolander, 39 ans, 24’’41. 100m ; Jakob Thulin, 54’’51. 200m : Simon Slodin, 1’59’’78

4 nages : 200m: Simon Sjodin, 2’0’’47. 400m: Christian Kron 4’25’’89

4x100m : Neptun, 3’24’’. 4x200m: Helsingbors, 7’32’’49. 4x100m 4nages: Neptun, 3’43’’14.

SARAH VIEILLIT BIEN

En Suède, aux championnats nationaux qui se déroulent à Halmsattt, Jenny Johansson a nagé le 100 mètres brasse en 1’7’’13; Sarah Sjoström, 19 ans, la championne et recordwoman du monde 2009 (à quinze ans), championne d’Europe 2008, 2010 (100 papillon) et 2012 (50 papillon, 100 libre) a nagé un 50 mètres papillon en 25’’83 (4e performance mondiale de l’année), le 100 mètres papillon en 57’’8 et le 200 mètres libre en 1’57’’

 

Jeux européens. – Paolo Barelli, president italien de la Ligue Européenne de natation, a rencontré à Bakou le ministre des sport de l’Azerbaidjan, Azad Rahimov. Bakou accueillera en juin 2015 les premiers Jeux européens de l’histoire, une manifestation décidée le 8 décembre 2012, à Rome, par les Comités olympiques Européens, et qu devrait réunir 15 disciplines olympiques. Il semble, compte tenu de l’encombrement des calendriers, que la LEN ne prendra part à cet événement qu’à travers les sélections des jeunes (en-dehors des courses en eau libre.

. La synchro US capte Agon. – Agon, vous connaissez ? Moi non plus. C’est le nom de la marque de maillots de bain avec laquelle l’équipe nationale américaine de natation synchronisée a signé un contrat d’exclusivité. Agon a été créée en 2000. Basée à Nashville, dans le Tennessee, son président et chef exécutif est Rafael Escalas, un nageur de 1500 mètres qui représenta l’Espagne aux eux olympiques de Moscou, 6e aux jeux olympiques de 1980.

Tranquille comme Camille Muffat

Les melleures satisfactions françaises de la première journée de l’Open de France, à Vichy, sont venues de Camille Muffat, qui ne démont pas sa régularité à un niveau de performances très élevé, et de Jérémy Stravius, qui a enlevé le 100 mètres dos, dans une performance certes quelconque. Camille, ce dimanche matin, s’est qualifiée pour la finale du 400 mètres avec le troisième temps, 4’11 »45, derrière la Néo-Zélandaise Boyle, 4’8 »68, et l’Australienne Asdhwood, 4’11 »22, puis également troisème sur 100 mètres, en 55 »68, derrière Charlotte Bonnet, 55 »20, et l’Allemande Dorothea Bradnt, 55 »64.

Magnussen, lui, s’est qualifié sur 50 mètres en 21 »91, devant le recordman de la longueur de bassin, Cesar Cielo, 22 »08. Florent Manaudou est 4e avec 22 »44.

MESSIEURS;

100 mètres : 1. James Magnussen, Australien, 47’’67 ; 2. Daniel Tranter, Australie, 49’’77 ; 3. Matthew Abood, Australie, 49’’82 ;  4. Grégory Mallet, France, 50’’54 ; 5. Amaury Leveaux, France, 50’’56 ; 6. William Meynard, France, 50’’59 .

100 mètres dos : 1. Jérémy Stravius, 54’’11 ; 2. Gareth Kean, NZL, 54’’86 ; 3. Camille Lacourt, 66’’26.

50 mètres brasse : 1. Giulio Zorzi, Afrique du Sud, 27’’66 ; 2. Barry Murphy, Irlande, 27((88 ; 3. Giacomo Perez D’Ortona, France, 27’’90.

50 mètres papillon 1. Cesar Cielo, Brésil,  23’’15 ; 2. Florent Manaudou, France, 23’’61.

DAMES.- 200 mètres : 1. Camille Muffat, 1’56’’45 ; 2. Charlotte Bonnet, 1’58’’65 ; 3. 800m : 1. Lauren Boyle, Nouvelle-Zélande, 8’23’’08 ; 2. Sarah Kohler, Allemagne, 8’35’’99 ; 3. Jessica Ashwood, Australie, 8’37’’41 ; 4. Margaux Verge-Gourson, France, 8’42’’05.

100 mètres papillon 1. Inge Dekker, Pays-Bas, 58’’89.

MAGNUSSEN NAGEUR IMPAIR

« Humilié » pour son comportement et ses résultats des Jeux olympiques de Londres (argent sur 100m quand même, et relais raté), passé en commission, obligé de s’excuser publiquement, en « live » à la télévision, l’Australien Magnussen a promis de se racheter. Et a retrouvé son panache de 2011, qui faisait de lui, l’invincible nageur de 100 mètres.. Après l’impair de Londres, l’homme des années impaires, veut dominer en 2013 comme il le fit en 2011.

Après le 100 mètres que James Magnussen a nagé à l’open de France, hier à Vichy, après son temps, 47’’67, après la différence qu’il a faite avec ses suivants, tous internationaux ramenés trois classes en-dessous, il était toujours intéressant de voir certains nageurs interrogés relativiser à son sujet.                        

Quant au meilleur Français, Gregory Mallet, il a fini 4e  en 50’’54. S’il avait nagé une seconde plus vite, Mallet – certes assez loin de sa valeur – aurait eu une vue imprenable sur le battement de pieds de l’Australien.

C’est dire si, après l’énorme déconvenue des Jeux olympiques et la suite d’humiliations subies dans la foulée, avec un procès public pour mauvaise conduite à la clé, James Magnussen a décidé de se reprendre en mains et de retrouver sa place de champion incontesté de 2011.

Même s’il est vrai qu’on « a vu des mecs nager vite et pas gagner aux Mondiaux », comme aurait dit Fabien Gilot, dernier de cette finale, ou « on avait déjà dit avant Londres qu’il était imbattable et il a été battu », vérité que rappelait Amaury Leveaux, qui venait de terminer 5e, il ne fait guère de doute que le Magnussen de 2013 s’est promis de ne pas répéter les erreurs des Jeux. Si les Français ont pris, à tort, ce meeting à la légère, ils n’en noteront pas moins que Magnussen est redevenu le patron, qu’il doit être considéré comme le grand favori de la course d’ici les championnats du monde, et qu’on ne le croit pas assez écervelé pour reproduire les erreurs comportementales qui lui ont coûté tellement cher l’an passé. On serait étonné que nos garçons n’aient pas été pris d’un sacré coup de doute avec la course de Vichy.

Ne nous cachons pas qu’il y a de l’inquiétude à se faire au sujet de la position du sprint français dans le monde cette année. Si l’on devait prendre le 100 mètres de Vichy-Bellerive comme un match France-Australie, on voit apparaitre un véritable gouffre entre nos représentants et ceux des Antipodes. Non seulement l’équipe de France est battue, mais à l’addition des temps, elle est battue de six secondes. Ce qui est quand même sidérant si on pense que c’est notre quatuor et pas l’australien, qui était champion olympique à Londres.

Or, comme le disent nos techniciens les plus perspicaces, l’élite de la natation française masculine tourne autour du seul sprint. Pas de demi-fond, pas de brasse, pas de papillon, pas de quatre nages (à l’exception de Stravius, homme protée ou homme providentiel, comme on voudra).

Et Agnel ? Même l’ajout du Niçois ne changerait quoique ce soit. Yannick Agnel, qui s’entraîne aux Etats-Unis, ne nagera aucune épreuve individuelle, ce qui signifie qu’il ne s’estime pas prêt. Et s’il ne s’estime pas prêt, c’est qu’il ne s’attend pas à réaliser un exploit. Tout reste possible pour lui et peut-être même nous étonnera-t-il (on le souhaite en tous cas). Il reste les cas de Stravius et de Manaudou, qui sont peut-être les meilleurs nageurs de sprint français aujourd’hui. L’espoir, pour les Français, vient de ces absents. C’est tout l’imbroglio dans lequel nos sprinters se trouvent aujourd’hui. Celui qui pourrait révéler une richesse cachée sous une pauvreté apparente ?

100 mètres : 1. James Magnussen, Australien, 47’’67 ; 2. Daniel Tranter, Australie, 49’’77 ; 3. Matthew Abood, Australie, 49’’82 ;  4. Grégory Mallet, France, 50’’54 ; 5. Amaury Leveaux, France, 50’’56 ; 6. William Meynard, France, 50’’59 ; 7. Lorys Bourelly, France, 50’’91 ; 8. Fabien Gilot, France, 50’’93.

TRICKETT A LA RETRAITE

6 juillet 2013

 

La quadruple championne olympique australienne Libby Trickett a a annoncé qu’elle prenat définitivement sa retraite. Trickett, plus connue jusqu’en 2007, année de son mariage, sous son nom de jeune fille, Lenton, souffrait d’une blessure persistante à un poignet. A 28 ans, la jeune femme, qui a participé à trois éditions des Jeux olympiques, et remporté huit titres mondiaux en grand bassin, sept autres en petit bassin et cinq médailles d’or des Jeux du Commonwealth, effectua une dernière sortie à Londres où elle joua sa part dans le relais champion olympique de 2012. Mais elle ne nagea que les séries, clôturant en 54’’08 la course qui qualifiait l’équipe première. Elle n’était plus en valeur que la 6e sprinteuse de ce relais.

Lenton, qui nageait à Brisbane chez Stephen Widmer, puis à Sydney avec Grant Stoewinder, se distinguait par son gabarit très moyen, loin des canons de la natation moderne, avec son 1,67m pour 59 kg. En 2004, Lenton régnait sur le sprint, mais subit alors la loi de sa compatriote Jodie Henry qui prit toute la lumière (et le titre du 100 mètres) aux Jeux d’Athènes. Libby enleva le bronze du 50 mètres, derrière De Bruijn derrière Metella, et ne parvint pas en finale du 100m, mais connut la satisfaction de remporter le relais quatre fois 100 mètres. En 2008, à Pékin, elle est la recordwoman du monde (52’’88) et effectue un parcours intelligent dans les qualifications, mais tombe à l’issue d’une course mémorable, battue de quatre centièmes (53’’12 à 53’’16)  par l’Allemande Britta Steffen. Elle se venge sur 100 mètres papillon. Où elle bat la grande (1,85m) Christine Magnusson, participe aussi au relais quatre fois 100m (3e ) ainsi qu’au relais quatre nages vainqueur, où elle doit résister à la phénoménale Dara Torres, qui établit ce jour là (à 41 ans) le meilleur 100 mètres lancé de l’histoire en 52’’27 !

En championnats du monde, Trickett a gagné le 50 mètres libre en 2005, le 50 mètres et le 100m en 2007 et remporté de nombreux titres en relais et de médailles sur d’autres courses.

Elle a détenu les records mondiaux en grand bassin du 50m (23’’97 en 2008) et du 100m (53’’66 en 2004, 53’’42 en 2006, 52’’88 en 2008), du 100m (dont elle est toujours la détentrice avec 51’’01, après l’avoir amené à 51’’91 et 51’’70), du 200m (53’’29) et du 100 mètres papillon (55’’95 et 55’’74 en 2006) en petit

Van Der Burg privé de Vichy

Son entraîneur, Dirk Lange, a fait savoir que le champion olympique sud-africain du 100 mètres brasse, Cameron Van Der Burg, blessé à genou gauche, ne se présentera pas au départ de l’Open de France, à Vichy, ce week-end, nous précise Nicolas Menanteau, responsable de la communication de la FFN. « Durant ses intenses entraînements, la semaine dernière, Cameron s’est plaint d’une douleur au genou. A l’issue des nombreuses courses auxquelles il a participé lors du Grand Prix d’Italie, il était dans l’incapacité de plier son genou à plus de 90 degrés. » Le médecin a conseillé le repos.

LE RENDEZ-VOUS DE VERONE

5 juillet 2013

 

Depuis lundi 25 juin, Philippe Lucas se trouve à Vérone, dans le cadre de l’accord de collaboration conclu par l’entraîneur de Narbonne avec la Federazione Italiana Nuoto. Philippe entraîne Federica Pellegrini et Filippo Magnini en vue des championnats du monde de Barcelone, du 28 juillet au 4 août. La préparation des deux étoiles de la natation transalpine se déroule près du Centre fédéral Alberto Castagnetti, du nom du technicien italien qui dirigeait jusqu’à l’époque de sa mort la carrière de Pellegrini. Philippe Lucas est assisté dans sa tâche par le préparateur athlétique Matteo Giunta, qui est, dans la vie, un cousin de Magnini.

Il est prévu que Philippe Lucas demeure à Vérone jusqu’au départ des équipes italiennes pour les mondiaux, le 19 juillet, soulignent nos confrères italiens. Le séjour à Vérone de ce petit quatuor ne devait être interrompu que par une participation à deux rendez-vous en compétitions (tests chronométriques en situation qui ont eu lieu à Milan le 2 juillet et à Turin le lendemain). Lucas a tout de suite imposé ses rythmes et ses sessions intenses d’entraînement.

Federica Pellegrini espérait que le Français s’installe en Italie. Mais il a toujours découragé ses tentatives, refusant ce que Pellegrini a appelé une « importante offre économique » de la Direction italienne : un contrat de trois ans pour un poste à Vérone. « Narbonne est mpour moi un choix de vie », aurait dit l’entraîneur. L’Italienne a donc décidé de se déplacer à Narbonne l’année prochaine…

[A la mort de Castagnetti, le 12 octobre 2009, Pellegrini, chagrinée et décontenancée par cette disparition d’un homme qu’elle respecte comme un second père, a du mal à trouver un technicien en qui elle peut avoir confiance en Italie. Elle limoge Stefano Morini, le technicien qui l’a prise en charge, parce qu’il « ne sait pas gérer la pression ». La pire des choses pour un entraîneur parce qu’il communique sa peur à son athlète ! Elle prend alors contact avec Philippe Lucas, en raison, bien sûr, du travail qu’il avait réalisé avec Laure Manaudou, et parce qu’elle sait qu’il gère, lui, la pression ! Elle envisage même de s’installer à Paris, où Lucas anime alors la section d’élite du Lagardère Paris Racing. Mais Lucas rompt le « contrat », et Pellegrini doit rentrer en Italie, en raison du veto d’une autre championne olympique du coach, la Roumaine Camelia Potec, qui, en outre, fait alors partie de sa vie. Potec se montre assez peu enthousiasme à l’idée de partager le bassin avec l’Italienne, double recordwoman du monde et championne olympique à Pékin. Pellegrini a bien compris, mais elle fait savoir qu’elle reste intéressée par une collaboration avec Lucas. Celui-ci doit avoir saisi le message car quand Potec, atteinte par la limite d’âge ou par la limite de son enthousiasme, range ses maillots, Lucas fait savoir qu’il est à nouveau disponible. Cet hiver, donc, Pellegrini et son ami d’alors, Magnini, ont reçu leurs programmes d’entraînement signés Lucas par écrit. Séparés au plan affectif, il sont quand même réunis dans l’eau…]

ERIC GASTALDELLO

 5 juillet 2013

On apprend que le nageur et entraîneur Eric Gastaldello, 51 ans, a été victime récemment d’un accident vasculaire cérébral. Hospitalisé dans un état grave,  Eric n’aurait toujours pas repris connaissance, et les médecins restent réservés à son sujet. Champion de France, deux fois sélectionné, il a nagé pour le Racing Club de France, l’USB Longwy et Istres, où il a entraîné avec la passion communicative et l’intensité chaleureuse qui le caractérise. Il s’apprêtait à assister aux mondiaux de Barcelone en compagnie d’un groupe d’amis qui partageaient son enthousiasme pour la natation. Comme nageur il avait participé aux championnats d’Europe 1983 de Rome. Eric fait partie d’une célèbre et épatante famille de nageurs sur trois générations. Sa mère Amélie (née Mirkovitch), championne de brasse, son père, Lucien, gymnaste, maître-nageur et dirigeant, son épouse Véronique (Jardin-Gastaldello) l’une des championnes les plus capées de l’histoire de la natation française, leurs enfants, Béryl, internationale, et Marvin. GalaxieNatation souhaite un prompt rétablissement à Eric et tient à témoigner de sa plus vive affection à ses proches.

LA JEUNESSE DE BUENOS AIRES

4 juillet 2013

La capitale de la République Argentine, Buenos Aires, organisera les Jeux olympiques de la Jeunesse en 2018. Ainsi en a décidé aujourd’hui le Comité International Olympique. Buenos Aires a devancé au second tour la ville colombienne de Medellin,  par 49 voix contre 39. Au premier tour, Buenos Aires, 40 voix, était en tête devant Medellin, 32 voix, et un troisième concurrent, la ville de Glasgow, en Ecosse, qui a récolté 13 voix.

[Outre un dossier en béton concernant ses infrastructures, sportives ou autres, et son excellente capacité hôtelière, Buenos Aires a sans doute bénéficié d’un classement parmi les villes organisatrices d’événements et de réunions d’affaires, publié par la très sérieuse Association des Congrès et des Conventions Internationales (ICCA). La capitale de l’Argentine se situe en première place du continent américain dans ce domaine, avec 779 rencontres et événements organisés ces 10 dernières années, et 218.631 participants à des congrès ou des événements qu’elle a accueillis sur son territoire depuis cinq ans. La ville a drainé 35,8% des manifestations réunissant plus de 3000 personnes organisées en Amérique du Sud, et dépasse les plus grandes villes européennes sous cet angle.]

QUAND DENCAUSSE A LES NERFS

3 juillet 2013

 par Eric LAHMY

     En améliorant l’antique meilleure performance des seize ans de Stephan Perrot lors de la Coupe de la COMEN, Jean Dencausse a montré le bout du talent qui pourrait donner un héritier aux grands de la brasse française, de Perrot, Yohan Bernard, Sarnin à Duboscq. A suivre ?

 

A San Marino, le week-end passé, la France a fini 2e de la Coupe de la COMEN, réservée aux filles de 13 et 14 ans et aux garçons de 15 et 16 ans, derrière l’Italie, 318,5pts contre 294,5pts, et a raflé 22 médailles, 8 en or, 10 en argent et 4 en bronze, tandis que Jean Dencausse a réussi les exploits individuels, en améliorant d’abord la meilleure performance des seize ans sur 200 mètres brasse. Fort marri d’avoir été disqualifié la veille sur 100 mètres brasse pour « nage incorrecte », Dencausse s’est superbement vengé en enlevant la distance supérieure dans un temps de 2’18’’41 qui efface la meilleure performance, 2’19’’56, qui était détenue depuis vingt ans par Stephan Perrot. Puis il démontra par A plus B, dans le relais quatre fois cent mètres quatre nages, qui était le patron, en reprenant plus de deux secondes à Umberto Palumbo, vainqueur de l’épreuve individuelle, dans son parcours lancé de brasse, 1’3’’41 contre 1’5’’43 !

Sur 200 mètres nage libre, Léa Marchal, 2’7’’79, a devancé Anissa Gitton, 2’8’’68 tandis que le vainqueur garçons, Jean-Baptiste Abily, 1’54’’90, a été accompagné sur le podium par Julien Pinon, 3e en 1’55’’14. Emmené par ces deux jeunes gens, le relais quatre fois 200 mètres ne pouvait que l’emporter, ce qui a été fait en 7’41’’42, une moyenne de 1’55’’35 par nageur. Abily avait le premier jour terminé second du 100 mètres en 52’’47, tout comme Maelle Baesel chez les filles (59’’40). Léa Marchal avait enlevé précédemment le 400 mètres (4’23’’54) et le 800 mètres (9’1’’63), tandis que Nicolas d’Oriano, vainqueur du 400 mètres (3’59’’40) et du 400 mètres quatre nages (4’32’’62, nettement devant Théo Berry, second en 4’37’’70),  terminait 2e du 1500 mètres (15’53’’01), comme Théo Berry, 2’8’’04, encore deuxième, au 200 mètres quatre nages cette fois, et comme le relais quatre fois 100 mètres libre des jeunes filles (3’58’’12).

Le quatre fois 200m féminin (8’36’’47) et le quatre fois mètres garçons (3’32’’24) enlevaient, eux, l’argent. Marie Hénon, quant à elle, accumulait les bronzes comme autant d’œuvres d’art sur 100 mètres (1’13’’92) et 200 mètres (2’41’’58) brasse. Les relais quatre nages français terminaient deuxièmes en garçons (3’52’’99) et troisièmes en filles (4’29’’86). En 2012, la France avait été 3e de la COMEN, et a donc gagné une place.

100 mètres : 1. Despoina Markante, Grèce, 59″36; 2. Maëlle Baesel, France, et Jessica Bosco, Italie, 59″40; … 7. Tiphaine Lacavalerie, France, 1’0’’43; 8. Mathilde Vaquette, France, 1’0’’59.

200 mètres: 1. Léa Marchal, France, 2’7’’79; 2. Anissa Gitton, France, 2’8’’68; 3. Elena Giovannini, San Marino, 2’9’’04.

400 mètres: 1. Lea Marchal, France, 4’23″54; 2. 2. Margherita Cordiali, Italie, 4’24″38; 3. Eleonora Brotto, Italie, 4’28″69; 4. Maëlle Baesel, France, 4’30’’87.

800 mètres: 1. Lea Marchal, France, 9’1″63; 2. Giorgia Mai (Italie) 9’2″17; 3. Margherita Cordiali (Italie) 9’14″18; … 7. Maëlle Baesel,France, 9’32’’97.

100 dos: 1. 1. Ioanna Sacha, Grèce, 1’4″30; 2. Sara Pusceddu, Italie, 1’4″97; 3. Sara Franceschi, Italie, 1’6″53; 4. Alexane Cormier, France, 1’6’’81; 7. Amandine Laganier, France, 1’7’’83.

200 dos: 1. Ioanna Sacha, Grèce, 2’17″96; 2. Sara Pusceddù, Italie, 2’18″50; 3. Sara Franceschi, Italie, 2’21″81; 4. Alexane Cormier, France, 2’22’’66.

100 brasse: 1. Ilaria Cusinato, Italie, 1’12″51; 2. Anastasia Syrigou, Grèce, 1’13″22; 3. Marie Hénon, France, 1’13″92;… 6. Emma Drhouin, France, 1’16’’91.

200 brasse: 1. Anastasia Syrigou, Grèce,  2’37″18; 2. Alessia Puleo, Italie, 2’40″67; 3. Marie Hénon, France, 2’41″58.

100 papillon: 1. Giorgia Peschiera, Italie, 1’4″02; 2. Xanthi Mitsakou, Grèce, 1’5″06; 3. Yuval Saba, Israël, 1’5″71; 5. Margaux Szczepiak. France, 1’5’’90; … 8. Romane Smonetti, France, 1’8’’40.

200 papillon: 1. Giorgia Peschiera, Italie, 2’19″45; 2. Martina Rampi, Italie, 2’24″23; 3. Xanthi Mitsakou, Grèce, 2’25″60; … 5. Margaux Szczepiak, France, 2’27’’74.

200 quatre nages: 1. Sara Franceschi, Italie, 2’18″85 (record Italie jeunes, ancien 2’19″57 par Andrea Ambra Pescio, 4 août 2012); 2. Ilaria Cusinato, Italie), 2’22″24; 3. Ioanna Sacha, Grèce, 2’22″99; …7. Romane Simonetti, France, 2’28’’93.

400 quatre nages: 1. Ilaria Cusinato, Italie, 5’2″36; 2. Giorgia Peschiera, Italie, 5’2″78; 3. Ilektra Lebl, Grèce, 5’9″30; 4. Anissa Giton, France, 5’12’’96.

4×100 mètres: 1. Italie (Cordiali, Mai, Montanari, Bosco, 58’’74) 3’58″12; 2. France (Maëlle Baesel, 58’’90, Tiphaine Lacavalerie, 1’0’’41, Mathilde Vaquette, 59’’92, Anissa Gitton, 1’0’’63), 3’59 »86; 3. Israël, 4’2″63.

4×200 mètres: 1. Italie (Mai, Cordiali, Montanari, Brotto) 8’36″47; 2. France (Anissa Gitton, 2’10’’21, Maëlle Baesel, 2’10’’68, Lisa Pou, 2’11’’71, Léa Marchal, 2’10’’76), 8’43″36; 3. Israël, 8’52″22.

4×100 quatre nages: 1. Grèce, 4’21″89; 2. Italie (Pusceddu, Morotti, Peschiera, Bosco), 4’22″64; 3. France, 4’29’’86 (Alexane Cormier, 1’7’’18, Emma Dhrouin, 1’16’’72, Margaux Szczepiak, 1’6’’15, Maëlle Baesel, 59’’81).

MESSIEURS.

100 mètres: 1. Filippo Tubertini, Italie, 52″29; 2. Jean-BaptisteAbily, France, 52″47; 3. Stefano Fabbri Corsarini, Italie, 53″17; 4. Rémi Mairesse, France, 53’’21; …8. Guillaume Garzotto, France, 53’’67.

200 mètres: 1. Jean-Baptiste Abily, France, et Ziv Kalontarov, Israël, 1’54’’90; 3. Julien Pinon, France, 1’55’’14.

400 mètres: 1. Nicolas D’Oriano, France, 3’59″40; 2. Marc Hinawi, Israël, 3’59″54; 3. Gianfilippo Lucangeli, Italie, 4’0″90; … 6. Mathias Marsau, France, 4’5’’33.

1500 mètres: 1. Marc Hinawi, Israël, 15’39’’33; 2. Nicolas d’Oriano, France, 15’53’’01; 3. Athanasios Charalambos Kynigakis, Grèce, 15’53’’27; 4. Léo Vannier, France, 16’7’’15.

100 dos: 1. Cristiano Hantjoglu, Italie, 57″13; 2. Nikolaos Sofianidis, Grèce, 57″83; 3. Idan Dotan, Israël, 58″82; … 5. Geoffroy Renard, France, 59’’87 .

200 dos: 1. Ziv Kalontarov, Israël, 2’5″42; 2. Joao Vital, Portugal, 2’6″73; 3. Cristiano Hantjoglu, Italie, 2’8″05;… 5. Geoffroy Mathieu, France, 2’8’’54; 6. Oleg Garasymovytch, France, 2’8’’67.

100 brasse: 1. Umberto Palumbo, Italie, 1’5″43; 2. Amir Haviv, Israël, 1’5″48; 3. Stefano Raimondi, Italie, 1’6″15. Jean Dencausse, disqualifié pour nage irrégulière.

200 brasse; 1. Jean Dencausse, France, 2’18″41; 2. Iliya Gladishev, Israël, 2’23″29; 3. Stefano Raimondi, Italie, 2’23″49; … 5. Arnaud Trog, France, 2’25’’36.

100 papillon: 1. Lorenzo Trevisan, Italie, 56″19; 2. Athanasios Charalambos Kynigakis, Grèce, 56″81; 3. Matteo Bertoldi, Italie, 57″15; 4. Guillaume Garzotto, France, 57’’67.

200 papillon: 1. Lorenzo Trevisan, Italie, 2’3″72; 2. Matteo Bertoldi, Italie, 2’4″36; 3. Athanasios Charalambos Kynigakis, Grèce, 2’4″50; … 5. Mathias Garsau, France, 2’6’’48; 6. Théo Cacheux, France, 2’8’’07.

200 quatre nages: 1. Theodoros Benechoutsos, Grèce), 2’6″96; 2. Théo Berry, France, 2’8″04; 3. Stefano Raimondi, Italie, 2’8’’74.

400 quatre nages: 1. Nicolas D’Oriano, France, 4’32″62; 2. Theo Berry, France, 4’37″70; 3. Matteo Bertoldi, Italie, 4’37″79.

4×100 mètres: 1. Italie (Fabbri Corsarini, Manna, Minicozzi, Tubertini, 52’’14) 3’31’’59; 2. France Jean-Baptiste Abily, 52’’29, Maxim Cadiat, 53’’21, Guillaume Garzotto, 53’’78, Julien Pinon, 52’’96), 3’32’’24; 3. Israël, 3’32.49.

4×200 libre: 1. France (Julien Pinon, 1’57’’68, Jean-Baptiste Abily, 1’54’’65, Rémi Mairesse, 1’54’’85, Nicolas d’Oriano, 1’54’’24), 7’41″42; 2. Israël, 7’45″08; 3. 3. Italie (Lucangeli, Zangrandi, Manna, Bertoldi) 7’46″14.

4×100 quatre nages: 1. Italie (Hantjoglu, Palumbo, Trevisan, Fabbri Corsarini) 3’52″19; 2. France (Geoffroy Bernard, 59’’75, Jean Dencausse, 1’3’’41, Guillaume Garzotto, 57’’91, Jean-Baptiste Abily, 51’’92), 3’52″99; 3. Israël, 3’53″42.