Catégorie : News

BUTTET [Serge]

Natation. (Romans, 14 décembre 1954-). France. Champion de France du 100 mètres papillon en 1974 (été), 1975, 1976 et 1977 (hiver et été). Fils d’une représentante et d’un chauffeur routier international, précision de sa soeur Evelyne, il débute aux Dauphins de Romans, entraîné par André Pistre. Il nage en dos jusqu’en 1969, puis passe au papillon. L’homme des grandes occasions, il améliore son record de deux secondes (58’’08 contre 1’) en séries des championnats d’Europe de Vienne, puis termine 5e en finale. Puis il bat en 57’’58 le record de France qu’il co-détenait avec Alain Mosconi, aux mondiaux de Cali (1975).

BUSSARD [Ray]

Natation. (Hot Springs, 12 août 1928-Knoxville, Tennessee, 23 septembre 2010). Il
apprend à nager à six ans dans une crique de rivière de la Virginie rurale, près de sa maison. Collégien, à Bridgewater, il est champion national de décathlon, joue au football et au basket, en compagnie de Bob Richards, le champion olympique de saut à la perche en 1952 et en 1956. Il enseigne peu après ces sports en scolaires en Virginie et dans le Tennessee. L’été, il s’implique dans un programme d’enseignement de natation et de sauvetage proposé par la Croix Rouge, et dirige des piscines. Il crée la Chattanooga Swim League en 1960, s’installe, six ans plus tard, comme « head coach » de la toute nouvelle équipe de natation et de plongeon de l’Université du Tennessee. Il utilise les principes appris de ses années d’enseignement pluri-sportif, et les applique à ses nageurs. Pendant 22 ans, il guidera son équipe avec talent et succès, son palmarès étant de 252 victoires et 30 défaites dans les matches à deux. Il aimer jouer avec le public, avec des gadgets et des attitudes farfelues. Ses nageurs portent des tenues orange, couleur du Tennessee, et, à partir de 1971, la coiffe de ragondin à la Davy Crockett on distribue des oranges, des colliers dans le public. Il se spécialise dans la production de sprinters, définit ce qu’il appelle le contrôle de rapidité et en appelle à la technique des rebonds des sports de balle pour enseigner le départ et le virage ‘’Tennessee’’. Ses nageurs seront imbattables dans les courses de vitesse. Ils
battront six records du monde, dix-neuf américains, gagneront trois titres olympiques et quarante-quatre titres NCAA. Dave Edgar battra systématiquement Mark Spitz en petit bassin et Matt Vogel sera champion olympique du 100 mètres papillon et du 4×100 mètres quatre nages en 1976. John Trembley (qui pendra sa suite comme entraîneur de Tennessee) et Lee Engstrand seront ses autres grands nageurs. Il sera élu entraîneur national de l’année en 1972 et en 1978, entraînera dans l’équipe olympique US de 1984. Amoindri par un Alzheimer, il décède en 2010, victime du diabète.

BUSCHSCHULTE [Antje]

(Berlin, 27 décembre 1978-). Allemagne. Dossiste allemande de grande taille qui fut l’une des adversaires privilégiées de Roxana Maracineanu. Excellente nageuse de crawl également, issue de Magdebourg, elle fut championne du monde 2003 du 100 mètres dos (1’0’’50), 2e en 2005 derrière Coventry (1’0’’84 contre 1’0’’24), et 2001 sur 4 fois 100 mètres, championne d’Europe 1997 et 2002 du 100 mètres dos. Elle a été cinq fois médaillée de bronze olympique, sur 200 mètres dos en 2004 et dans quatre relais : sur 4 fois 100 mètres à Atlanta (1996), quatre fois 200 mètres à Sydney (2000) et à Athènes (2004) et sur 4 fois 100 mètres quatre nages à Athènes.

BURTON [Michael Jay]

Natation. (Des Moines, Indiana, 3 juin 1947-). États-Unis. L’un des meilleurs nageurs de demi-fond de l’histoire, il amena le record du monde du 1500 mètres de 16’58’’6, temps réalisé par Stephen Krause aux championnats US 1965, à 16’4’’5, en l’espace de trois ans, de 1966 à 1969. Burton nagea d’abord 16’41’’6 aux championnats US 1966, ensuite 16’34’’10 aux championnats US 1967. Le record fut amené à 16’28’’1 par Guillermo Echevarria en juillet 1968. Burton le reprit dans le temps de 16’8’’57 aux sélections olympiques US, le 3 septembre. En altitude, aux Jeux de Mexico, Burton fut un facile vainqueur du 400 mètres et du 1500 mètres. Il nagea ensuite en 16’4’’50 aux championnats US 1969.  En 1970, il termina second, à deux dixièmes, de John Kinsella, sur cette distance, aux championnats des États-Unis : en 15’57’’1 et 15’57’’3, où tous deux, les premiers, nagèrent la distance en moins de 16’. Encore vainqueur des
championnats US en 1971, pour la première année sans battre le record mondial, Burton, qui s’était marié en 1969, dominait moins que le passé. Il fut battu aux sélections pour les Jeux de Munich par Rick DeMont, nouvelle étoile du demi-fond et nettement dépassé sur 400 mètres. DeMont fut empêché de nager le 1500 mètres pour une sombre affaire de dopage à l’éphédrine, et Burton, après avoir lancé la course comme à son habitude, subit une attaque de Graham Windeatt, qui mena du premier au second tiers de la course, mais perdit son rythme. Burton repassa l’Australien et l’emporta, en reprenant le record du monde de l’épreuve (15’52’’58). Il devenait ainsi le premier nageur à conserver son titre olympique sur la distance. Il établit également des records du monde du 800 mètres, 8’34’’3 en 1968, 8’28’’6 en 1969, au passage de deux de ses cinq 1500 mètres record, et fut aussi champion US du 200 mètres papillon en 1969. Burton était petit et léger (1,75m, 69,5kg), mais très courageux et résistant. Il travaillait dur et lançait ses courses à un rythme élevé, qui convenait au nageur qu’il était, incapable d’utiliser un battement autre qu’un deux-temps : « j’ai toujours pensé que dans un 1500 mètres, je devais être fatigué dès les 500 premiers mètres. Il fallait ensuite tenir le rythme à travers la fatigue » expliquait-il. Il fit l’essentiel de sa carrière à Arden Hills, entraîné par Sherman Chavoor où, à treize ans, suite à un grave accident – sa bicyclette avait été renversée par une auto –, il accomplit une rééducation, et débuta comme nageur de dos. Il nageait avec un battement à deux temps et son attaque de bras d’une féroce énergie évoquait, disaient des rieurs, un coupeur de bois. C’était un style bien à lui. Mike avait un frère, assez bon nageur, et Doc Counsilman n’arrivait
pas à les distinguer, dans l’eau, tant leurs nages se ressemblaient. Mais Chavoor, qui admirait l’action sous-marine des bras de Burton, ne chercha pas à changer l’apparence de sa nage. Retiré de la compétition en 1972, il devint entraîneur à son tour et fonda en 1980 un club aquatique à Des Moines, dans l’Iowa.

BURKE [Lynn Edythe]

Natation. (New-York, 22 mars 1943-). États-Unis. Championne olympique, entraînée comme Christine Von Saltza par George Haines à Santa Clara. Cette fille élancée de 1,73m pour 61kg enleva aux Jeux de Rome, en 1960, les titres du 100 mètres dos et du relais quatre fois 100 mètres quatre nages (record mondial et olympique pour les USA en 4’41’’1), dont elle effectua le parcours initial en dos dans le temps de 1’9’’, record du monde. Dans sa carrière, elle établit six records du monde, amenant celui du 100 mètres dos de 1’10’’9 à 1’9’’, et remporta six titres américains. Elle parut sortir du néant, et ses quatre records du monde du 100 mètres dos furent établis en l’espace de trois mois. Sa victoire sur 100 mètres dos de Rome, le lendemain du relais quatre nages, ne souffrit aucune contestation : Lynn, qualifiée en 1’9’’4, l’emporta d’une longueur de corps, en 1’9’’3 contre 1’10’’8 à sa seconde, la Britannique Natalie Stewart, elle-même détachée devant un groupe de trois filles dont la française Rosy Piacentini créditées du même temps, 1’11’’4. Ses multiples centres d’intérêt – elle fut mannequin modèle, écrivain, femme d’affaires et mère de famille de trois enfants – mirent un terme précoce à sa carrière. Dès le début mars 1961 – elle n’avait pas dix-huit ans – elle annonça son retrait des compétitions.

BURGH [Cameron Van Der]

(Pretoria, 25 mai 1988-). Afrique du Sud. Champion olympique du 100 mètres brasse à Londres en 2012. Champion du monde 2009 (à Rome) du 50 mètres brasse en 26’’67 (RM) devant Felipe Franca Silva (Brésil), et 2013 (à Barcelone), d’un centième en 26’’77 devant Christian Sprenger, 26’’78, et Giulio Zorzi, 27’’04. Entraîné par Dirk Lange à Pretoria, ce costaud de 1,84m aux larges épaules s’empare du record du monde du 50 mètres brasse en avril 2009, avec 27’’06. Le record est battu par le Brésilien Silva (26’’89). Van der Burgh le reprend avec 26’’92 en séries des mondiaux de Rome et confirme sa supériorité sur Silva, 26’’67 contre 26’’76. Il est aussi 3e du 100 mètres brasse en 58’’95, derrière Rickard et Duboscq. L’année précédente, 2008, Van der Burgh a battu les records en petit bassin sur 50 mètres (26’’08, puis 25’’94) et 100 mètres (56’’88) brasse. En 2011, aux mondiaux de Shanghai, il est 3e du 50 mètres brasse, 27’’19, derrière Felipe França Silva, 27’’01, et Fabio Scozzoli, 27’’17, et du 100 mètres brasse, 59’’49, derrière Alexander Dale Oen, 58’’71, et Scozzoli, 59’’42. Aux Jeux olympiques de Londres, il remporte le titre olympique du 100 mètres brasse. Il raconte d’ailleurs qu’il a triché, effectuant plus d’une ondulation de dauphin (seule autorisée) au virage, pour l’emporter, devant l’Australien Christian Sprenger. Les juges n’ont rien vu. Il expliquera aux medias australiens : « tout le monde pousse les règles et pousse les limites, et si vous ne le faites pas, vous n’essayez pas assez fort. » Il développe plus loin ce qui pourrait passer pour une étrange apologie de la triche : « Ce n’est pas la chose morale à faire. Mais je ne sacrifierai pas volontiers ma performance personnelle et quatre ans de dur travail pour quelqu’un qui serait près à le faire. » Déclaration qui laisse croire qu’il n’était pas le seul dans son cas. Fait que confirme l’Américain Hansen, 3e, quand il a expliqué qu’il connaissait ses adversaires qui trichaient. « En séries, j’avais un demi-mètre de retard au départ. Les coaches m’ont demandé comment je pouvais remédier à cela. Je leur ai répondu : je fais mon départ légalement. Que dire de plus ? » Aux mondiaux 2013, à Barcelone, il gagne le 50 mètres brasse, est devancé sur 100 mètres par Christian Sprenger en 58’’79 contre 58’’97.

BUI-DUYET [Diane]

(Nouméa, 22 décembre 1979-). Découverte au CN Calédonien, elle connait une longue carrière à éclipses en équipe de France. Française par sa mère, vietnamienne par son père, c’est une nageuse de courtes distances qui se signale par des coulées de départ et de virages redoutables. De ce fait, elle est plus à l’aise en petit bassin. Précoce, elle fut championne de France des 50 mètres et 100 mètres papillon en 1993, à treize ans, remportera le titre du 50 mètres papillon en 2002 et 2009. Elle gagne le 100 mètres papillon de la Coupe du monde 2000, à Melbourne. Le 12 décmbre 2009, elle améliore en 55’’05 le record du monde (petit bassin) du 100 mètres papillon de Felicit Galvez, 55’’46, mais est battue en finale par Inge Dekker, 55’’74 contre 55’’93. Championne de France en petit bassin des 50 et 100 mètres papillon en 2007 et 2008.

BÜCHSE [Peggy]

(Rostock, 9 septembre 1972-). Allemagne. Championne du monde sur 10 km à Fukuoka en 2001, elle enleva aussi la 2e place sur 5 km aux mondiaux de Fukuoka et sur 25 km à Perth en 1998, ainsi que le bronze des 5 km, également à Perth en 1998. Elle fut aussi championne d’Europe de grand fond à cinq reprises : sur 25 km en 1995 à Vienne, et en 2000 à Helsinki ; sur 5 km à Séville en 1997, à Istanbul en 1999 et à Helsinki en 2000. En piscine, elle avait été championne d’Europe junior du 400 mètres en 1987. Elle prit sa retraite en 2002, à l’annonce que le 10 km ne serait pas disputé aux Jeux olympiques de 2004. Diplômée en sciences du sport, Peggy Buchse enseigne à l’Université de Ratisbonne.

Michael Andrew, nageur professionnel de 14 ans

2 septembre 2013

L’Américain Michael Andrew est depuis le 11 juin dernier le plus jeune nageur professionnel répertorié. Il est âgé de quatorze ans. Né le 18 avril 1999, il a établi le record US des 50 mètres (en grand bassin) 13-14 ans, dans le temps de 23’’47. L’ancien record, 23’’50, appartenait à Caeleb Dressel, qui est devenu champion du monde junior des 100 mètres avant-hier à Dubaï. Michael a amélioré 32 records US dans les petites catégories d’âge et en détient toujours 11, nous signale Braden Keith dans le site de Swim Swam, qui s’est fendu d’un énorme article sur le phénomène. Ayant signé un contrat avec une marque de produits alimentaires, Michael Andrew a perdu le statut amateur et donc le droit de disputer les compétitions scolaires ou universitaires, ce qui n’est pas grave, dit son père, qui précise qu’il étudie par correspondance. Le seul précédent notable à ce mode de fonctionnement, est celui de Michael Phelps, qui devint pro à seize ans et n’a donc jamais suivi la filière universitaire. Né dans une famille de sportifs, Andrew mesure déjà 1,93m (la taille de Phelps) pour 81 kg et continue de grandir. Son père, Peter, est un ancien nageur et plongeur militaire sud africain de 1,96m et sa mère, Anna, d’origine anglaise, une bonne sportive (de 1,88m). Il nage avec sa sœur Michaella (pas beaucoup d’imagination pour les prénoms, les parents Andrew) dans un bassin de deux lignes d’eau creusé dans la maison familiale, à Lawrence, dans le Kansas. C’est papa qui l’entraîne selon les préceptes de Brent Rushall (nager exclusivement à la vitesse de course, une méthode dont nous parlerons prochainement)…

Ce contrat pro est un pari comme un autre. Ruta Meilutyte avait signé un contrat avec Arena à quinze ans, mais elle était championne olympique. Michael est le 59e nageur de 50 mètres des USA.

Les records des mondiaux juniors de Dubaï

1er septembre 2013

Voici la liste des records des championnats du monde juniors, tenus à Dubaï entre le 26 et le 31 août. Nous n’avons pas tenu compte des relais mixtes, une de ces inventions farfelues dont la FINA a le secret, qui doit correspondre vaguement dans l’esprit de ses concepteurs au double mixte de tennis, et dont on souhaitera (en vain, on le sait on sait comment la FINA s’accroche à ses médiocrités, voir les combinaisons aquatiques) la prochaine disparition, sans fleurs ni couronnes.

Tout cela ne mérite pas de grands commentaires. Ces records sont en général excellents quoique variables en valeur. Quand Ruta Meilutyte nage en brasse, c’est de l’exceptionnel, de la natation adulte. Presque partout ailleurs, cela reste des records juniors. Rappelons que tous les meilleurs juniors du monde ne sont pas là, Meilutyte reste une exception. La meilleure nageuse d’Europe reste une adolescente qui s’amuse en nageant, et sa domination en Lituanie la dispense de sélections et de qualifications éprouvantes. Elle choisit souverainement les compétitions internationales qu’elle entend honorer de sa gracieuse présence, n’est-ce pas beau ?

Si les mondiaux juniors avaient le rayonnement qu’on imagine et si le programme des compétitions internationales n’était pas si pléthorique, on aurait vu Missy Franklin et Katie Ledecky, entre autres, à Dubaï. Ces mondiaux sont, pour la plupart des nageurs, ce qu’ils sont, ce qui n’est pas mal : un bol de fraîcheur, en même temps qu’une marche vers le très haut niveau international. Voir McKenzie Horton, venu à Dubaï venger sa frustration de n’avoir pas été inclus dans l’équipe australienne pour les mondiaux, les vrais, ceux de Barcelone.

Ces mondiaux juniors peuvent constituer un bel exemple du pouvoir de la « motivation ». Voyez la Russe Chimrova, qui a fini 19e ex-aequo des 100 mètres papillon avec 59’’28 aux mondiaux de Barcelone, et qui, ici,  amène en trois étapes le record des championnats juniors à 58’’34, un temps qui l’aurait qualifiée (de justesse mais qualifiée) en finale à Barcelone et qui pourra lui donner un sentiment d’accomplissement et un surcroit de confiance pour les saisons à venir.

A partir de ce qui précède, il convient d’être prudent pour ce qui concerne les médailles gagnées par tel ou tel pays, par tel ou tel système. Imaginez le score US si Ledecky et Franklin avaient été là. La Russie n’aurait pas pavoisé dans les relais féminins et on sait qui aurait gagné toutes les courses féminines du 100 mètres au 1500 mètres, et du 50 mètres au 200 mètres dos. Alors voilà. Restons-en à ce qui a été réalisé à Dubaï sans trop lui donner plus de signification que cela en a.

Les Mondiaux juniors sont un passeport pour la grandeur, il manque encore le visa. Et celui-ci, il faudra l’obtenir…

Et la France ? On ne parle pas de la France? Oui: il y a du souci à se faire…

Eric LAHMY

 

 

MESSIEURS.-

50 mètres : Evgueny Sedov, Russie, 22’’13 (a. r. Orimoco Faamausili, NZL, 22’’37 [2008])

-Luke Percy, 22’’11 (a. r. Evgueny Sedov, Russie, 22’’13 [2013].

100 mètres : Luke Percy, Australie, 49’’14 au départ du relais australien (a. r. Cameron McEvoy, Australie, 49’’54 [2011])

-Caeleb Dressel USA, 48’’97 (a. r. Luke Percy, Australie, 49’’14 [2013])

200 mètres : McKenzie Horton, Australie, 1’47’’55 (a. r. Danila Izotov, Russie, 1’47’’63 [2008])

400 mètres : McKenzie Horton, Australie, 3’50’’25 (a. r. Fumiya Hikada, 3’50’’97 [2011])

-McKenzie Horton, Australie, 3’47’’12 (a. r. McKenzie Horton, Australie, 3’50’’25 [2013])

800 mètres : McKenzie Horton, Australie, 7’45’’67 (a. r. Evan Pinion, USA, 7’55’’92 [2011])

1500 mètres : McKenzie Horton, Australie, 14’56’’60 (a. r. Evan Pinion, SA, 15’11’’03 [2011])

50 mètres dos : Grigori Tarasevich, Russie, 25’’44 (a. r. Christian Diener, Allemagne, 25’’58 [2011])

100 mètres dos : Apostolos Christou, Grèce, 54’’87 (a.r. Daniel Bell, NZL, 54’’99 [2008]

200 mètres dos : Luca Mencarini, Italie (a. r. Jacob Pebley, USA, 1’58’’73 [2011])

50 mètres brasse : Peter John Stevens, Slovénie, 27’’74 (a. r. Oleg Utekhin, 28’’01 [2011])

100 mètres brasse : Ilya Khomenko, Russie, 1’0’’88 (a ; r. Craig Harry Benson, GBR, 1’1’’34 [2011])

200 mètres brasse : Alexandre Palatov, Russie, 2’10’’75 (a. r. Akihiro Yamaguchi, Japon, 2’11’’70 [2011])

200 mètres papillon: Andrew Seliskar, USA, 1’56’’42  (a. r. Kenta Hirai, Japon, 1’57’’16 [2011])

200 mètres 4 nages : Andrew Seliskar, USA, 1’59’’91 (a. r. Kosuke Hagino, 2’0’’90 [2011]).

-Joseph Bentz, USA, 1’59’’44 (a. r. Andrew Seliskar, USA, 1’59’’91 [2013]).

400 mètres 4 nages: Joseph Bentz, USA, 4’14’’97 (a. r. Maxime Shemberev, Ukraine, 4’15’’64 [2011]).

4 fois 100 mètres : Australie, 3’16’’96 (Luke Percy, 49’’14, Regan Leong, 49’’11, Blake Jones, 49’’38, Mckenzie Horton, 49’’33)-(a. r., Italie, 3’19’’09 [2008]).

4 fois 200 mètres : Grande-Bretagne, 7’19’’93 (Guy James, 1’48’’23, Max Litchfield, 1’50’’14, Caleb Hugues, 1’50’’96, Matthew Johnson, 1’50’’60)-(a. r. Grande-Bretagne, 7’20’’18 [2008])

-Grande-Bretagne, 7’15’’36 (Matthew Johnson, 1’50’’88, Max Litchfield, 1’49’’11,  Caleb Hugues, 1’48’’98, James Guy, 1’46’’39)-(a. r. Grande-Bretagne, 7’19’’93 [2013])

DAMES.-

50 mètres : Ruta Meilutyte, Lituanie, 25’’19 (a. r. Bronte Campbell, Australie, 25’’22 [2011])

-Rozaliya Nasretdinova, Russie, 25’’02 (a. r. Ruta Meilutyte, 25’’19 [2013])

100 mètres : Siobahn Bernadette Haughey, Hong Kong, 54’’47 (a. r. Lia Neal, USA, 54’’90 [2011])

50 mètres dos : Gabrielle Fa’Amausili, NZL, 28’’14 (a. r. Darina Zevina, Ukraine, 28’’45 [2011]).

200 mètres dos : Kylie Stewart, USA, 2’9’’74 (a. r. Darina Zevina, Ukraine, 2’10’’43 [2011])

50 mètres brasse : Ruta Meilutyte, Lituanie, 31’’10 (a. r. Amanda Reason, Canada, 31’’25 [2008])

-Ruta Meilutyte, Lituanie, 30’’04 [a. r. Ruta Meilutyte, Lituanie, 31’’10 [2013]].

-Ruta Meilutyte, Lituanie, 29’’86 (a. r. Ruta Meilutyte, 30’’04 [2013].

100 mètres brasse : Ruta Meilutyte, Lituanie, 1’6’’61 (a. r. Lisa Fissneider, Italie, 1’7’’71 [2011])

200 mètres brasse : Viktoria Solnceva, Ukraine, 2’23’’12 (a. r. Olga Osteniuk, Russie, 2’25’’19 [2008])

50 mètres papillon : Svetlana Chimrova, Russie, 26’’62 (a. r. Farida Osman Hicham, Egypte, 26’’69 [2011])

-Svetlana Chimrova, Russie, 26’’40 (a. r. Svetlana Chimrova, Russie, 26’’62 [2013])

-Svetlana Chimrova, Russie, 26’’32 (a. r. Svetlana Chimrova, Russie, 26’’40 [2013])

100 mètres papillon : Svetlana Chimrova, Russie, 59’’30 (a. r. Rachel Elizabeth Kelly, GBR, 59’’37 [2011])

-Svetlana Chimrova, Russie, 58’’75 (a. r. Svetlana Chimrova, 59’’30 [2013])

Svetlana Chimrova, Russie, 58’’34 (a. r. Svetlana Chimrova, Russie, 58’’75 [2013])

200 mètres quatre nages : Ruta Meilutyte, Lituanie, 2’12’’32 (a. r. Dagny Knutson, USA, 2’12’’97 [2008])

400 mètres quatre nages : Ella Eastin, USA, 4’40’’02 (a. r. Miyu Otsuka, Japon, 4’40’’96 [2011]).

4 fois 100 mètres : Russie, 3’41’’40 (Maria Baklakova, 55’’05, Rosalia Nasretdinova,  55’’35, Valeria Kolotushkina, 55’’45, Daria Ustinova, 55’’55)-(a.r. USA, 3’42’’85, [2011])

4 fois 200 mètres : USA, 7’59’’42, Quinn Carrozza, 2’0’’35, Kathryn McLaughlin, 1’59’’34, Katherine Drabot,  2’0’’08, Cierra Runge, 1’59’’65)-(a. r. USA, 8’9’’33 [2011]).

4 fois 100 mètres quatre nages : Russie, 4’4’’46 (Daria Ustinova, 1’1’’29, Anna Belousova, 1’8’’74, Svetlana Chimrova, 58’’65, Rozaliya Nasretdinova, 55’’80)-(a. r. Japon, 2011, 4’5’’65 [2011])