Catégorie : News

« Savoir Nager », bataille pour la vie

Par Eric LAHMY

 Pour Valérie Fourneyron, ministre des sports, et Francis Luyce, président de la FFN,  la lutte contre les noyades en France passe par « Savoir Nager ». Une « croisade » dont ils ont lancé, l’édition 2013, ce matin à Paris.

Jeudi 11 juillet 2013

1238. c’est le chiffre du jour. Douze cents trente-huit morts par noyade, l’année écoulée en France. Quatre noyades par jour. Autant de morts évitables– au moins pour la plupart. Parce que si ces personnes avaient su nager !

Francis Luyce a annoncé ce triste bilan au bord de la piscine Roger Le Gall, (Paris 12e), ce 11 juillet au matin, en présence de Valérie Fourneyron, la ministre des sports. Tous deux étaient venus lancer « Savoir Nager » pour 2013. Depuis 2008, la Fédération, avec l’aide du Ministère des Sports, lance chaque été, cette opération de grande envergure dont les progrès, d’année en année, ne se démentent pas.

Le nombre de clubs et de pratiquants impliqués, qui nous ont été aimablement communiqués par M Jean-Jacques Beurrier, vice-président délégué de la FFN, ne cesse d’augmenter. On est passé de 62 clubs en 2008 à 102 en 2012, et de 1500 à 4200 enfants impliqués, pour un ensemble de 57.000 séances d’une demi-heure (par principe, chaque enfant doit bénéficier de quinze séances). En 2013, 111 clubs ont adhéré, annonçait Francis Luyce, qui se félicitait que 25 des 28 comités régionaux de la Fédération Française de Natation, qu’il préside, emboîtaient désormais le pas; et le président d’espérer que le mouvement s’amplifie.

Dans le petit bassin couvert de la piscine Roger Le Gall, Valérie Fourneyron et Francis Luyce ont assisté à une séance type, pendant laquelle une trentaine d’enfants de l’école de natation du Cercle des Nageurs de Paris et d’autres gamins plus ou moins adroits dans l’eau  ont fait montre de leurs jeunes (et fort diverses) aptitudes. On nageait, on passait sous les lignes d’eau pour domestiquer la crainte de l’apnée sous-marine. Certains aidaient leur flottaison en se tenant à des flotteurs de polystyrène expansé. Cela sentait à la fois le sérieux et la bonne humeur.

Après « Nager Grandeur Nature », campagne dirigée vers le plus grand nombre et impliquant une pratique natatoire en-dehors des piscines, après « Nager Forme Santé », opération orienté vers une clientèle d’adultes qui ne peuvent être qu’intéressés par la pratique du sport santé par excellence qu’est la natation, voici donc « Savoir Nager », qui vise des enfants de 7 à 12 ans et ambitionne de leur faire acquérir indépendance et sécurité dans l’élément liquide.

L’intérêt de la ministre  pour la natation remonte à fort longtemps. Si elle-même n’a pratiqué qu’une natation plaisir, Valérie Fourneyron a été bien entourée avec un mari et une belle-sœur nageurs de compétition de niveau international universitaire. Mais elle s’est aussi beaucoup impliquée, en tant qu’édile de Rouen, la natation ayant attiré son attention du temps où Stephan Caron régnait sur le sprint européen. Depuis, elle n’a plus jamais lâché prise ! C’est sans doute aussi parce que, derrière le Maire de Rouen, elle restait un médecin et un médecin du sport, donc une personne que sa profession a convaincu de l’importance du premier des sports santé.

L’an dernier, les 30 et 31 juillet, elle avait accompagné François Hollande à Londres. Elle assistera pendant deux jours, exactement à la même date, aux mondiaux de Barcelone. Et preuve d’un attachement qui ne s’inquiète pas trop des échos et des tam-tam, c’est la deuxième année qu’elle est venue lancer « Savoir Nager » dans une ambiance des plus discrètes. L’an dernier c’était à Dunkerque. Aujourd’hui dans la piscine du 12e arrondissement de Paris qui fut pendant plus d’un demi-siècle le siège du Cercle des Nageurs de Paris.

Malia Metella s’était déplacée depuis Toulouse, où elle réside, pour tenir son rang de marraine de « Savoir Nager » 2013. La championne n’était pas venue sans une bonne nouvelle : celle que son « pays », la Guyane, s’était associée à l’opération. Valérie Fourneyron, elle, n’oubliant pas que l’intitulé de son ministère ajoute aux sports « la jeunesse, l’Education populaire et la Vie associative », a évoqué les « inégalités » dans la pratique de la natation, les enfants des familles les plus démunies ayant beaucoup moins accès à des entraînements et offert à la réflexion ce chiffre étonnant : 70% des enfants ne savent pas nager ! Sous cet angle aussi, « Savoir Nager » parait exemplaire : 15€ pour quinze séances d’une demi-heure de natation n’est pas cher payé.

Le sprint jeune habite en Russie

11 juillet 2013

Poznan, championnats d’Europe des jeunes.

Si le sprint français masculin des années 2000 a compté parmi les premiers du monde, et atteint la plus haute marche aux Jeux olympiques avec Alain Bernard en 2008 et le relais quatre fois 100m en 2012, sans compter des quantités daccessits, on peu se demander si la recette n’a pas été perdue. Tom Paco Pedroni, qui a participé dans le 100 mètres de la seconde journée des championnats d’Europe 2013, à Poznan, a pu se rendre compte du fossé qui le séparait, lui et sa 35e place en 52’’29, de ce qui se fait de mieux dans le Vieux Continent. Le Russe Evgueni Sedov a dominé les séries où il a paru représenter une classe à part. Seul concurrent à passer en moins de 24’’ aux 50 mètres, et à revenir en moins de 26’’, il laisse son second, le Hollandais Kyle Stolk à trois longueurs de coudes ! Et tous les deux, nés en 1996, devancent tous les nageurs nés en 1995. Si les petits poissons ne les mangent pas…

Sur 200 mètres quatre nages, Cyril Chatron a fait ce qu’on pouvait attendre de lui, à la fois au plan chrono (2’4’’88, contre 2’4’’26, temps d’engagement) et de par la place obtenue, 5e, qui lui assure une confortable qualification.

GARÇONS. – 100 mètres (séries): 1. Evgeny SEDOV (96) Russie 49’’73 (23’’95=25’’78) ; 2. Kyle STOLK (96) Pays Bas 50’’48 3. Iaroslav NIKULIN (95) Russie 50’’48; 4. Sebastian SZCZEPANSKI (95) Pologne, 50’’65; 5. Magnus WESTERMANN (95) Danemark, 50’’68; Jan HOLUB (96) Pologne, 50’’68; 7. Miguel Duarte NASCIMENTO (95) Portugal, 50’’83 ; 8. Jack SMITH (96) Grande Bretagne, 50’’84; …35. Tom PACO PEDRONI (95) France 52’’29 (24’’38+27’’91).

1500 mètres (série lente): 1. Maarten BRZOSKOWSKI (95) Pays-Bas, 15’43’’69 ; 2. PIIROINEN Eetu 95 Finland 15:44.95 ; 3. Sven Arnar SAEMUNDSSON (96) Croatie, 15’49’’85; 4. Brendan GIBBONS (95) Irlande, 15’52’’96 ;

200 mètres papillon: (séries): 1. Jerzy TWAROWSKI 95 Pologne, 2’0’’29 ; 2. Benjamin GRATZ (96) Hongrie, 2’0’’65 ; 3. Alexander KUDASHEV (95) Russie, 2’0’’72.

200 mètres quatre nages (séries) : 1. Semen MAKOVICH (95) Russie 2’1’’37 (25’’56, 30’’81, 35’’20, 29’’80); 2. Max LITCHFIELD 95 Grande Bretagne, 2’2’’48 ; 3. Andrey MASLOV (95) Russie 2’03’’08;  4. Mark SZARANEK (95) Grande Bretagne 2’4’’39 : 5. Cyril CHATRON (95) France, 2’4’’88 ; 6. Kacper CWIEK (95) Pologne, 2’5’’11… 24. Guillaume LAURE (96) France, 2’7 »93.

FILLES.- 400 mètres (séries) : 1. Antonia MASSONE (97) Allemagne, 4’15’’07 ; 2. Nikoletta KISS (97) Hongrie 4’15’’09; 3. Ellena JONES (97) Grande Bretagne, 4’15’’99.

200 mètres brasse : 1. Anastasiya MALYAVINA (97) Ukraine 2’30’’93 ; 2. Viktoriya SOLNTSEVA (98) Ukraine, 2:31.46 ; 3. Silvia GUERRA (97) Italie, 2’32’’24 ; 4. Polina KAZINA (97) Russie 2’32’’84… 32. Ambre LEDUC  (97) France, 2’43’’23.

CLOE HACHE DEVOILE SES BATTERIES

11 juillet 2013

Après une qualification facile en séries du 100 mètres, le matin de cette première journée de championnats d’Europe juniors qui se déroulent à Poznan, Cloé Hache a dévoilé ses batteries en demi-finales, et s’est qualifiée dans un temps de 55 »77. Seule la Russe Maria Baklakova a nagé plus vite (55’28). Belle progression pour la Compiénoise qui se présentait avec un temps d’engagement plus modeste de 56 »38, réussis à Toulouse, le 11 mai dernier. Le sociétaire du Beauvaisis Aquatic Club est passée ainsi de la 10e à la 6e place dans le bilan français de la saison. Marie Wattel, de son côté, s’est qualifiée sur 200 mètres papillon en restant à trois secondes des 2’13 »27 qui lui avaient donné la 2e place des championnats de France à Rennes. La Niçoise reste plus que jamais notre meilleur atout, mais s’est découverte une compagne en Hache.

GARÇONS.- Encore 5e aux 300 mètres, le Tchèque Micka remonte ses adversaires, n’est plus devance que par Wojdak au dernier virage et l’emporte. 400 mètres. FINALE.- 1. Jan MICKA (95) Tchèque, 3’50’’47; (50m: 27’’01 27’’01; 100m: 55’’48, 28’’47; 150m: 1’24’’48,  29’’; 200m: 1’54’’11, 29’’63; 250m: 2’23’’52, 29’’41; 300m: 2’53’’87, 30’’35, 350m: 3’23’’19, 29’’32; 400m: 3’50’’47, 27’’28). 2. Matthew JOHNSON (95) Grande-Bretagne, 3’51’’11; 3. Andrea Mitchell D’ARRIGO (95) Italie, 3’51’’74; 4. Wojciech WOJDAK (96) Pologne, 3’51’’80; 5. Max LITCHFIELD (95), Grande-Bretagne, 3’52’’10.

 100 mètres dos (demi-finales): 1. Grigory TARASEVICH (95) Russie, 54’’63 (26’’60+28’’03) ; 2. Danas RAPSYS (95) Lituanie 55’’32 ; 3. Simone SABBIONI (96) Italie, 55’’55 ; 4. Carl-Louis SCHWARZ (95), Allemagne, 55’’71 ; 5. Apostolos CHRISTOU (96) Grèce, 55’’95.

200 mètres brasse (demi-finales): 1. Mikhail DORINOV (95) Russia 2’13’’54 ; 2. Alexander PALATOV (95) Russie 2’14’’36; 3. Yannick LINDENBERG (95) Allemagne, 2’14’’80; 4. David HORVATH (96) Hongrie, 2’15’’20; 5. Max PILGER (96) Allemagne, 2’16’’20; 6. Harry ACKLAND (96) Grande-Bretagne, 2’17’’13; 7. Mantas AURUSKEVICIUS (95) Lituanie, 2’17’’26 ; 8. Quentin CALLAIS (96) France, 2’17’’47 (31’’63, 35’’14, 35’’45, 35’’25) ; 9. Luca PFYFFER (96) Suisse, 2’17’’53 ; 10. Mateusz NACHTMAN (95) Pologne 2’17’’71.

50 mètres papillon (demi-finales): 1. Evgeny SEDOV (96) Russie, 23’’99; 2. Daniel Steen ANDERSEN (95) Danemark, 24’’10; 3. Jonas BERGMANN (95) Danemark, 24’’17; 4. Francesco GIORDANO (95) Italie 24’’31; 5. Sascha SUBARSKY (96) Autriche, 24’’47; 6. Mateusz CHABA (96) Pologne, 24’’65; 7. Jacob SEVERINSEN (95) Danemark, 24’’69; 8. Alexandre HALDEMANN (95) Suisse, 24’’70.

FINALE. 1. Evgeny SEDOV (96) Russie, 23.85; 2. Jonas BERGMANN (95) Allemagne, 24’’06; 3. Daniel Steen ANDERSEN (95) Danemark, 24’’25; 4. Sascha SUBARSKY (96) Autriche, 24’’36; 5. Francesco GIORDANO (95) Italie, 24’’45 ; 6. Mateusz CHABA (96) Pologne, 24’’64 ; 7. Deividas MARGEVICIUS (95) Lituanie, 24’’81; 8. Fedir BOLYCHEV (95) Ukraine, 24’’86.

FILLES. 100 mètres (demi-finales): 1. Maria BAKLAKOVA (97) Russie, 55’’28 (26’’80+ 28’’48) ; 2. Cloé HACHE (97) France, 55’’77 (26’’58+29’’19). 3. Helen SCHOLTISSEK (97) Allemagne, 56’’14; 4. Fatima GALLARDO CARAPETO (97) Espagne, 56’’15; 5. Julie-Marie MEYNEN (97) Luxembourg, 56’’17… 18. Aurore JACOLIN (97) France, 57’’78, 27’’97+29’’81).

800 mètres FINALE. 1. Leonie Antonia BECK (97) Allemagne, 8’33’’08; 2. Alisia TETTAMANZI (97) Italie, 8’41’’73 ; 3. Nikoletta KISS (97) Hongrie, 8’43’’07; 4. Jimena PEREZ BLANCO (97) Espagne, 8’44’’23.

200 mètres dos (demi-finales): 1. Daria USTINOVA K (98) Russie, 2’10’’62 ; 2. Sonnele OEZTUERK (98) Allemagne, 2’13’’25 ; 3. Ugne MAZUTAITYTE (97) Lituanie, 2’15’’02.

50 mètres brasse (demi-finales) : 1. Viktoriya SOLNTSEVA (98) Ukraine, 31’’09 ; 2. Arianna CASTIGLIONI (97) Italie, 31’’73; 3. Margarethe HUMMEL (97) Allemagne, 31’’84; 4. Marlene HUETHER (98) Allemagne, 31’’99; … 15. Chloe CAZIER (98) France 33’’18.

50 mètres brasse FINALE.- 1. Viktoriya SOLNTSEVA (98) Ukraine, 30’’83; 2. Marlene HUETHER (98) Allemagne, 31’’61; 3. Margarethe HUMMEL (97) Allemagne, 31’’65; 4. Arianna CASTIGLIONI (97) Italie, 31’’66; 5. Dominika SZTANDERA (97) Pologne, 32’’32; 6. Anastasiya MALYAVINA (97) Ukraine, 32’’38; 7. Sophie HANSSON (98) Suède, 32’’50.

200 mètres papillon (demi-finales).- 1. Dalma SEBESTYEN (97) Hongrie, 2’13’’15; 2. Emma DAY (97) Grande-Bretagne, 2’13’’39 ; 3. Anastasia GUZHENKOVA (97) Russie, 2’13’’83 ; 4. Melinda NOVOSZATH (98) Hongrie, 2’14’’30; 5. Carmen RICO PEREZ (98) Espagne, 2’14’’86 ; 6. Rosalie KAETHNER (97) Allemagne, 2’14’’94 ; 7. Marie WATTEL (97) France, 2’16’’13; 8. Elin PODEUS (97) Suède, 2’16’’29; 9. Shauntelle AUSTIN (97) Grande-Bretagne 2’16’’46 ; 10. Alena BENESOVA (98) Tchèque 2’17’’14; 11. WISHAUPT Camille 98 France 2’18’’27.

POZNAN : séries sans surprises

10 juillet 2013

Cloé Hache termine 9e du 100 mètres en séries. Sur 100 mètres brasse, Chloé Cazier est 12e à l’issue  des séries du 100 mètres brasse, ce qui est exactement sa place sur les listes de départ, et reste intéressant, car, née en 1998, elle est 4e dans cette année d’âge. Les relais libre garçons et filles se qualifient, tandis que Marie Wattel ne s’emploie pas pour finir 11e des séries du 200 papillon.

GARÇONS.-

400 mètres libre (séries): 1. Jan MICKA (95), Tchèque, 3’54’’03; 2. Max LITCHFIELD (95) Grande Bretagne, 3’54’’13; 3. Andrea Mitchell D’ARRIGO (95) Italie, 3’54’’14; 4. Matthew JOHNSON (95) Great Britain 3’54’’24; 5. Wojciech WOJDAK (96) Pologne, 3’54’’36; 6. Marc CALZADA MUNOZ (95) Espagne, 3’54’’40; 7. Poul ZELLMANN (95) Allemagne, 3’55’’01; 8. Caleb HUGHES (95) Grande Bretagne, 3’55’’56; 16. Joris BOUCHAUT (95) France, 3’57’’68.

 100 mètres dos (séries) : 1. Grigory TARASEVICH (95) Russie 55’’57; 2. Simone SABBIONI (96) Italy 55’’73 ; 3. Luca MENCARINI (95) Italie, 56’’22 ; 4. Danas RAPSYS (95) Lituanie, 56’’40 ; 5. Axel PETTERSSON (95) Suède, 56’’47 ; 6. Apostolos CHRISTOU (96) Grèce, 56’’65 ; 7. Carl-Louis SCHWARZ (95) Allemagne, 56’’72 ; 8. Michail KONTIZAS (95) Grèce, 56’’90 22 ex-aequo, Nans ROCH 96 France 58.18. En barrage,1. ROCH, France, 1’0’’60.

200 mètres brasse (séries) :1. Mikhail DORINO (95) Russie, 2’12’’58; 2. Alexander PALATOV (95) Russie, 2’13’’07 ; 3. Ilya KHOMENKO (95) Russie, 2’13’’56; 4. Alexander OSIPENKO (95) Russie, 2’15’’93; 5. David HORVATH (96) Hungrie, 2’16’’77; 6. Yannick LINDENBERG (95) Allemagne, 2’16’’86; 7. Max PILGER (96) Allemagne, 2’17’’23;  8. Harry ACKLAND (96) Grande Bretagne, 2’17’’31 ; 9. Taras BOYCHUK (96), Ukraine, 2:17.64 ; 10. Konrad STEPIEN (96) Pologne, 2’17’’81 ; 11. Anton ADAMENIA (96) Belarus, 2’17’’85 ; …12. Quentin CALLAIS 96 France 2:18.56.

 50 mètres papillon (séries) : 1. Evgeny SEDOV (96) Russie, 23’’71; 2. Jonas BERGMANN (95) Allemagne, 24’’26 ; 3. Daniel Steen ANDERSEN (95) Danemark, 24’’33; 4. Sascha SUBARSKY (96) Autriche, 24’’36; 5. Francesco GIORDANO (95) Italie, 24’’53; 6. Deividas MARGEVICIUS (95) Lituanie, 24’’74; 7. Jacob SEVERINSEN (95) Danemark, 24’’83 ; 8. Mark SZARANEK (95) Grande Bretagne, 24’’84 ; 9. Fedir BOLYCHEV (95) Ukraine, 24’’91 ; 10. Alexander KUDASHEV (95) Russie, 24’’97 ; 11. Dominik CIEZKOWSKI (96) Pologne, 24’’99.

4 fois 100 mètres (séries) : 1. Pologne, 3’22’’78 ( Jan HOLUB, 50’’35, Maciej FALACINSKI, 51’’32; Kacper LOPACINSKI, 51.68,  Sebastian SZCZEPANSKI , 49.43) ; 2. Danemark, 3’23’’17, (Magnus WESTERMANN, 50.44);  3. Allemagne, 3’24’’13 (Damian WIERLING 50’’67) 4. Russie, 3’24’’59; 5. Suède, 3’25’’60; 6. Italie, Italie, 3’25’’68; 7. Espagne, 3’25’’97; 8. France, 3’26’’52 (Robin COQUEREL Robin, 51’’99, Guillaume LAURE, 52’’24 ; Florian COIFFARD, 51’’69, Tom PACO PEDRONI, 50’’60).  

FILLES.- 100 mètres libre (séries). 1. Maria BAKLAKOVA (97) Russie 55’’48; 2. Fatima GALLARDO CARAPETO (97) Espagne, 55’’66; 3. Nastja GOVEJSEK (97) Slovénie, 55’’81 ; 4. Julie-Marie MEYNEN (97) Luxembourg, 55’’99 ; 5. Helen SCHOLTISSEK (97) Allemagne, 56’’30; 6. Harriet COOPER (97) Grande Bretagne, 56’’57; 7. Daria USTINOVA S (98) Russie, 56’’98; 8. Julie LEVISEN (97) Danemark, 57’’ ;9. Cloé HACHE (97) France, 57’’04 ; 10. Nele KLEIN (98) Allemagne, 57’’15; 11. Giorgia BIONDANI (97) Italie, 57’’16; 12. Katie LATHAM (97) Grande Bretagne, 57.40; 13. Anna-Stephanie DIETTERLE (97) Allemagne, 57.42; 14. Amy DE LANGEN (97) Pays-Bas, 57.43 ; 15. Barbora MISENDOVA (98) Slovaquie 57.49 ; 16. Aurore JACOLIN (97) France, 57.56.

200 mètres dos (séries): 1. Daria USTINOVA K (98) Russie, 2’13’’29 ; 2. Sonnele OEZTUERK (98) Allemagne, 2’13’’43 ; 3. Ugne MAZUTAITYTE (97) Lituanie, 2’14’’08 ; 4. Megan BRIGGS (97) Grande-Bretagne, 2’14’’32 ; 5. Lucy HOPE (97) Grande-Bretagne, 2’15’’67 ; 6. Lucy MCKENZIE (97) Grande-Bretagne, 2’15’’79 ; 7. Katsiaryna PAULIUKEVICH (98) Biélorussie, 2’16’’10 ; 8. Francesca VIVERIT (97) Italie, 2’16’’32.

 100 mètres brasse (séries): 1. Arianna CASTIGLIONI (97) Italie, 31’’72 ; 2. Marlene HUETHER (98) Allemagne, 32’’20; 3. Margarethe HUMMEL (97) Allemagne, 32’’23; Dominika SZTANDERA (97) Pologne, 32’’23 ; 5. Viktoriya SOLNTSEVA (98) Ukraine, 32’’25 ; 6. Sophie HANSSON (98) Suède, 32’’43 ; 7. Anastasiya MALYAVINA (97) Ukraine, 32’’55 ; 8. Silvia GUERRA (97) Italie, 32’’58 ; 9. Silja KAENSAEKOSKI (97) Finlande 32’’78 ; 10. Polina KAZINA (97) Russie, 32’’85; 11. Tjasa PINTAR (97) Slovénie, 32’’86;12. Chloé CAZIER (98) France, 32’’95.

 200 mètres papillon (séries): 1. Dalma SEBESTYEN (97) Hongrie, 2:13.52 ; 2. Emma DAY (97) Grande-Bretagne, 2’13’’92 ; 3. Melinda NOVOSZATH (98) Hongrie, 2’14’’18; 4. Ade JUHASZ (Hongrie), 2’14’’36; 5. Lisa Katharina HOEPINK (98) Allemagne, 2’14’’70 ; 6. Fanni ILLES (97) Hongrie, 2’15’’; 7. Shauntelle AUSTIN (97) Grande Bretagne, 2’16’’12 ; 8. Anastasia GUZHENKOVA (97) Russie, 2’16’’25 ; 9. Carmen RICO PEREZ (98) Espagne, 2’16’’67 ; 10. Rosalie KAETHNER (97) Allemagne 2’16’’91 ;11. Marie WATTEL (97) France 2’17’’07.

 400 mètres quatre nages (séries) : 1. Jimena PEREZ BLANCO (97) Espagne, 4’49’’49, 2. Adel FARKAS (98) Hongrie, 4’49’’74; 3. Amber KEEGAN (97) Grande-Bretagne, 4’52’’76; 4. Emily SIEBRECHT (97) Allemagne, 4’53’’34; 5. Alejandra NULA FERNANDEZ (97) Espagne, 4’56’’08; 6. Zsanett KOVACS (97) Hongrie, 4’56’’55; 7. Alina KENDZIOR (98) Russie, 4’56’’64; 8. Africa ZAMORANO SANZ (98) Espagne, 4’57’’20.

4 fois 100 mètres (series): 1. Russie, 3’45’’98 ; Daria USTINOVA, 56’’53 ; Valeria SALAMATINA, 57’’21 ; Daria KARTASHOVA, 56.75 ; Rozaliya NASRETDINOVA, 55’’49) ; 2. Grande-Bretagne, 3’48’’78 Harriet COOPER, 56.66); 3. Espagne, 3’50’’12 ; 4. Slovénie, 3’50’’13; 5. Pologne, 3’50’’86; 6. Allemagne, 7. France, 3’52’’92 (VIGUIER +0,70 28.15 58.76 Marine SCHWARTZ, 59’’18 ; Manon Aurore JACOLIN, 57’64 ; Anais ARLANDIS, 57’’34 ; 8. Danemark, 3’55’’18.

KAZAN : relais dames en finale

10 juillet 2013

Première journée de natation aux Universiades à Kazan : sur 400 mètres, Simon Guérin, 3’54’’38, 4e de la 4e série, échoue pour la finale avec le douzième temps. Il est devancé par Yamamoto (5e série), Japon, 3’50’’83. Ryan Napoleon (5e), Australie, 3’51’’16, Fumiya Idaka (3e), Japon, 3’52’’40, Jacob Ritter (3e), 3’52’’50, Alex Wold (5e), USA, 3’52’’76. Evgueni Kulikov (4e), Russie, 3’53’’34, Eric William Edlin (4e), Canada, 3’53’’35, George O’Brien, Canada(4e), 3’53’’46 tous qualifiés. Ainsi que par, Francis Thomas Despond (4e), Canada, 3’53’’62, Lucca Biaggi (3e), Italie, 3’53’’84, Andrew Megan (2e), Irlande, 3’54’’11.

Le relais quatre fois 100 mètres dames français, 6e (3’45’’45), s’est assuré une place en finale ; côté masculin, les 3’21’’69 lui ont valu la 9e place. En séries du 50m papillon, Anna SANTAMANS, 27’’01, a fini 10e et sur 100 dos, Benjamin STASIULIS, 9e avec 55’’32.

Dans la 2e demi-finale du 100m brasse, messieurs, le Japonais Yashuhiro Koseki l’a emporté en1’0’’03. L’autre demi revient à l’Américain Mihail Alexandrov, 1’0’’57.

Marie Wattel and co à l’épreuve de Poznań

8 juillet 2013

Par Eric LAHMY

L’équipe de France compte sur une « super » Marie Wattel et un « costaud » Joris Bouchaut pour exister sur les podiums. Après, cela sera plus difficile…

 Comment se présentent, pour l’équipe de France, les courses en piscine des championnats d’Europe de natation, qui débutent après-demain à Poznań, en Pologne? La meilleure façon, sinon de le savoir (pour cela, seule la machine à voyager dans le temps pourrait nous être utile), du moins  de l’imaginer, c’est d’utiliser les temps d’engagement des concurrents et de faire comme s’il s’agissait des résultats de la compétition…

A ce jeu, côté garçons, les Russes empocheraient 7 des 17 courses individuelles, les Britanniques 4 titres, les Suédois 2, l’Italie, la Lituanie, la Pologne, la Tchécoslovaquie, 1. Les Russes partiraient favoris des relais. D’autres pays, l’Ukraine, l’Allemagne, le Danemark, la Grèce, la France, la Lettonie, la Hongrie et la Slovénie pourraient empocher une médaille d’argent ou de bronze au moins.

Et les filles ? Tableau assez proche pour les Russes, en pole-position dans 7 courses, devant l’Allemagne, la France, la Hongrie et l’Ukraine, 2, l’Italie, la Lituanie, 1.

Quels Français sont dans les trois premiers sur les listes des engagés ? D’abord Marie Wattel. L’élève de Leutenegger à Nice, trône en tête des classements sur 50m et 100m papillon, et 2e du 200m papillon. Il y a ensuite Joris Bouchaut, qui pointe à la 3e place du 800m (et à la 4e du 1500m). Après, c’est assez désertique, Bouchaut part encore 7e du 400m, Cyril Chatron 8e du 200m quatre nages, et Cloé Hache flirte avec des possibilités de finales sur 50m, 100m, 200m, et 50m papillon. Notre dossiste Laurine Delhomme doit gagner une place pour entrer en finale du 100 dos.

Nous pensons que les places en finales montrent, sinon mieux, du moins mieux en profondeur, la force réelle d’une natation, que les médailles, au-delà des aléas qui font le sel de la compétition. Dans un classement qui prendrait en compte les finalistes, attribuant de 7 à 1 point de la 2e à la 8e place et 9 points au premier, voici le « classement » obtenu sur les start-lists.

Garçons : 1. Russie, 174pts ; 2. Grande-Bretagne, 74pts ; 3. Italie, 72pts ; 4. Pologne, 62pts ; 5. Allemagne, 41pts ; 6. Danemark, 31pts ; 7. Hongrie, 27pts ; 8. Tchécoslovaquie, 23pts ; 9. FRANCE, 19pts ; 10. Lituanie et Suède, 18pts ; 12. Grèce, 16pts ; 13. Espagne, 12pts ; 14. Ukraine, 11pts ; 15. Lettonie, pts ; 16. Autriche et Slovénie, 7pts ; 18. Portugal, 4pts ; 19. Suisse, 3pts.

Filles : 1. Allemagne, 176pts ; 2. Russie, 140pts ; 3. Hongrie, 73pts ; 4. Italie, 53pts ; 5. Ukraine, 34pts ; 6. Grande-Bretagne, 33pts ; 7. FRANCE, 26pts ; 8. Espagne, 20pts ; 9. Lituanie, 18pts ; 10. Slovénie, 17pts ; 11. Tchécoslovaquie, 13 pts ; 12. Luxembourg, 10pts ; 13. Biélorussie, 7pts ; 14. Danemark, 5pts ; 15. Belgique, 2pts ; 16. Pologne et Portugal, 1pts.

Au total, la Russie, 314pts, devancerait l’Allemagne, 217pts, l’Italie, 125pts, la Grande-Bretagne, 107pts, la Hongrie, 100pts. La France, avec 45pts, serait, 7e ex-æquo avec l’Ukraine, devancée par la Pologne.

Au niveau des jeunes, donc, seules la Russie et l’Allemagne parviennent à fabriquer une sorte de « natation de masse. » Il est assez frappant de constater que les Allemands dominent chez les filles, comme à une époque peu enthousiasmante de l’histoire de ce sport, mais, cette fois, on l’espère, pour d’autres raisons. Les Italiens, les Britanniques, les Polonais, les passent chez les garçons.

La France, donc, sur le papier n’est que septième. Ce qui est beaucoup mieux que l’an passé, où elle avait échappé à la honte de disparaitre du tableau des médailles grâce au bronze ramené à la vingt-cinquième heure par Camille Gheorghiu. Ce qui, après les années Agnel, était navrant.

C’est par rapport à ces places que l’équipe de France juniors de Poznań sera jaugée (plus que jugée). Avec deux médailles d’or, une d’argent et une de bronze, elle aura amplement rempli sa mission. Au-dessus, cela signifiera que la préparation finale aura été bonne ; on sortira le champagne ; au-dessous, ce ne sera pas grave, mais il faudra se poser les bonnes questions et se remettre au travail.

Benjamin Auffret, la quatrième dimension (saison 1)

8 juillet 2013

Par Eric LAHMY

Pour certains, 4e dans un concours, c’est la médaille ‘’en chocolat’’, la pire des places. Mais d’après Bernard Pierre, le respecté coach de plongeon, les deux 4e positions de Benjamin Auffret aux Europe juniors de Poznan sonnent l’heure de la relève des Tricolores.

« Ce qu’a fait Benjamin Auffret est vraiment sensationnel. » C’est Bernard Pierre qui parle. Le vice-président de la section plongeon de la VGA Saint-Maur, membre de la Commission de plongeon de la FFN chargé des organisations, en connait un rayon ! International de plongeon, il a officié comme entraîneur du plongeon français, à l’INSEP, de 1965 à décembre 2002, excusez du peu. Il a présidé la commission fédérale de plongeon de la Fédération, et on peut dire qu’il a tout vu. Donc vous pouvez le croire s’il vous dit que le jeune homme, « c’est la relève. »

Pas le seul, ajoute-t-il. Mais ce que Benjamin a réussi aux championnats d’Europe juniors de Poznan, atteindre deux quatrièmes places, lui parait être le signe de progrès fulgurants. « C’est sa troisième année de plongeon, et il s’est trouvé à seulement huit points du podium ! D’ailleurs, à 3 mètres, il était en troisième position aux éliminatoires. » Et s’il a perdu une place en finale, c’est en améliorant son meilleur total. Ultérieurement, à 1 mètre, il a fait 5e aux éliminatoires et, cette fois, gagné une place en finale.

Les qualités du jeune homme ? « D’abord il est impeccable à l’entraînement : très bon esprit. Ensuite il est très rapide, agile, il a une très belle vitesse de rotation. Il est sorti d’un pôle France de gym à Vélizy. »

Pour Bernard Pierre, « la relève », c’est, donc, Benjamin Auffret,… mais aussi Maxine Eouzan et Antoine Catel. Tous trois venus de la gymnastique ou des sports acrobatiques, tous trois déterminés semble-t-il à se faire une place dans l’air raréfié de la « haute compétition. »

« Maxine était, elle, dans un pôle trampoline à Bois-Colombes. Catel était un junior de Clamart-gym et de l’équipe France de gymnastique artistique. Eouzan a réussi les minimas monde et se retrouvera à Barcelone et Capel a obtenu sa sélection aux championnats universitaires. Tous trois sont du pôle de l’INSEP. »

Eouzan passera son bac en septembre. Parions qu’elle emmènera quelques livres d’études à Barcelone.

AUDREY LABEAU PASSE LE TEMOIN

8 juillet 2013

Plongeon

Par Eric LAHMY

Du temps, pas si lointain, où elle plongeait, Audrey Labeau, 28 ans, envisageait d’entraîner des jeunes plongeurs. Assurer le passage du témoin en quelque sorte. C’est chose faite. Depuis la rentrée dernière, quelques mois après être devenue la première championne d’Europe de Team Event (une formule mixte dans laquelle un garçon et une fille plongent sur leur épreuve forte et sur leur épreuve faible) en compagnie de Matthieu Rosset est devenue entraîneur à l’INSEP. Pourquoi ? Elle-même l’avait expliqué en avril dernier lors d’un entretien à l’INSEP sur l’insertion professionnelle des champions. Son sujet : « devenir entraîneur non par défaut mais par vocation. »

Audrey,   qui est née à Saint-Germain-en-Laye, n’a pas suivi d’emblée le chemin de la piscine dans une ville dont le club de natation est  l’un des plus importants de France. « Je   faisais de l’acrosport, et ce jusqu’à 18 ans, explique-t-elle. J‘ai donc plongé   assez tard. Pourquoi ? D’abord, l’acrosport n’est pas un sport olympique   et le plongeon l’est, olympique. Ensuite  j‘avais des partenaires qui ont quitté l’acrosport   et je me suis retrouvée seule. »

Le   plongeon et la gymnastique font partie d’un même genre de sports, dits sports   acrobatiques. Peut-on imaginer un passage immédiatement rentable entre l’acrosport   et le plongeon ? Non, répond Audrey :

« Il   faut oublier pas mal de choses et en acquérir d’autres. La technique n’est   pas la même. Il y a bien entendu beaucoup de points communs, la place dans l’espace,   les repères visuels. Une chose difficile à comprendre, c’est l’arrivée par la   tête, alors que sur terre, on arrive par les pieds. Moi, quand je partais le   dos à l’eau, e comprenais, mais de face, je comprenais mal, et alors c’était   l’arrivée à plat ventre ou à plat dos, et pas comme il faut. »

« Il   a fallu deux, trois ans. Disons deux. Après, ce n’était pas facile tous les jours, mais ça allait mieux. La première année, j’ai été entraînée par Monsieur Pierre (lisez :   Bernard Pierre), puis le reste de ma carrière par Gilles Emptoz-Lacote. »

Audrey avaIt obtenu son professorat de sport en 2010. On lui avait réservé un « poste   INSEP » qui lui garantissait un emploi du temps très allégé permettant   deux entraînements par jour, « ce que je n’aurais pu faire avec un emploi normal » ajoute-t-elle.

Après les Jeux olympiques de Londres, Gilles a pris du galon, est devenu DTN adjoint chargé du plongeon et a rejoint son poste à Bordeaux. Une place d’entraîneur à l’INSEP était disponible. Audrey n’a pas hésité. Une telle opportunité ne   se représenterait pas de sitôt. Elle a abandonné la pratique pour l’enseignement : « de toutes façons, j‘aurais plongé un an de plus, mais je n’aurais pas   fait l’olympiade, dit-elle. Donc pas de regrets. D’autant, dit-elle que : « j‘ai trois anciens gymnastes », ajoute-t-elle avec un accent de   triomphe dans la voix.

L’aventure continue…

à Poznan, l’espoir s’appelle Wattel

Les championnats d’Europe juniors 2013 ont débuté à Poznan (Pologne). Les championnats d’Europe juniors de natation ne correspondent pas aux championnats d’Europe seniors de natation. Les forces relatives ne s’y retrouvent pas. C’est un petit peu un autre monde.

Par exemple, en 2012 (année troublée par la présence des Jeux olympiques, certes), le tableau des médailles des championnats d’Europe seniors donnait la Hongrie, triomphatrice avec 26 médailles dont 9 d’or, devant  l’Allemagne, 8 or, 17 médailles, l’Italie, 18 médailles et 6 en or, et la France, 11 médailles dont quatre en or. Alors qu’en juniors, la Russie triomphait avec 12 or, 22 médailles, devant l’Italie, 13 médailles dont 6 en or, l’Allemagne, 21 médailles dont 5 d’or, le Royaume Uni, 20 médailles dont 4 d’or. Seules l’Allemagne et l’Italie se trouvaient dans les deux tableaux d’honneur…

En revanche, si l’on observe un décalage de trois ou quatre ans, les juniors projettent assez bien ce qu’on pourra voir plus tard chez les adultes. En général, la talent se détermine assez tôt chez un nageur ! Si l’on prend les résultats des championnats d’Europe juniors 2009, à Prague, que voit-on ? Yannick Agnel y gagner le 200m et le 400m et participer aux relais 4 fois 100m (2e) et quatre fois 200m (vainqueur). D’un autre côté, Camille Radou gagne le 200m à Prague et n’a pas confirmé, mais Anna Santamans, alors 3e du 50m, continue de progresser.

Si les résultats des juniors correspondent assez à ce que sera l’équipe de France seniors trois ou quatre ans plus tard, alors il y a de quoi s’inquiéter. En 2012, l’équipe de France avait terminé en 15e position, ex-aequo avec l’Autriche, la Biélorussie, la Georgie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Slovénie, et DERRIERE la Croatie, Israël et la Moldavie !

L’histoire des récents championnats d’Europe juniors est, pour la France, celle d’une sorte de dégringolade…

En 2009, la France avait été 3e au nombre de titres (4), 6e au nombre des médailles (7). On l’a dit, les vainqueurs avaient été Agnel (200m, 400m), le 4x200m, Camille Radou (200m), les médaillés le 4x100m messieurs (2), Anna Santamans (3e du 50m) et Camille Radou (3e du 100m).

En 2010, Agnel remet ça, gagne 100m, 200m et 400m. Mehdy Metella est 2eme du 100m, 3eme du 50 papillon. Clément Mignotti 3eme du 50m. Ganesh Pédurand 3eme du 200m quatre nages. Les relais 4x100m et 4x200m s’imposent, le 4x100m quatre nages est 2e. Béryl Gastaldello 3eme du 50m. Alizée Mehdy 3eme du 100m. Mathilde Cini 3eme du 50m dos. Le 4x100m dames est 3ème. La France est 3ème aux titres (5), 1ère aux médailles (17).

En 2011, la France gagne 2 relais féminin (4x100m et 4x200m) et Charlotte Bonnet gagne le 100 mètres. Mathias Bellange est 3eme du 50m papillon. Les filles (et une fois de plus Nice) nous sauvent le coup. 3e nation pour les titres, mais seulement 10e pour les médailles.

2012. Le vivier français parait s’être asséché. Une fille de Bourges, entraînée à Font-Romeu puis à Antibes, Camille Gheorghiu, sauve l’honneur : 3eme du 400m. Et rien d’autre. Et là on commence à se faire du mauvais sang.

Sur le papier, 2013 ne sera pas bien meilleur pour la natation française. Une nouvelle fois, Nice va assurer pour la France entière. On dirait un peu que les autres unités ont perdu les clés. Nice sait-elle seule fabriquer du haut niveau ? On se le demande. Deux exemples (qui valent ce qu’ils valent). En 2009, Camille Radou, formée à Saint-Germain-en-Laye, est championne d’Europe juniors. Elle s’en va à Font-Romeu, car dit-elle, sourire radieux « c’est le meilleur moyen de concilier études et sport, » (entretien du Parisien du 15 juillet 2009). Finalement, elle s’en va à Mulhouse, mais l’air de l’Alsace ne lui convient pas. En 2011, sa meilleure place aux championnats de France est 11e sur 200 mètres papillon, elle finit aussi 24e du 200m, 26e du 200m papillon, 39e du 100m. Où s’est dissipée sa belle énergie, quand son enthousiasme s’est-il noyé??

L’autre exemple est celui de Marie Wattel. A 14 ans, elle nage pour les Dauphins d’Annecy, et, aux championnats de France, termine 8e du 100 mètres papillon. Puis elle décide de partir pour Nice, où elle rejoint le groupe entraîné par Maxime Leutenegger, afin de concilier études et sport. A l’ombre portée de Fabrice Pellerin, Leutenegger fait plus que du bon travail. Dans les douze mois qui suivent, Wattel va vien merci, trois fois 2e des courses de papillon des championnats de France, qualifiée pour les mondiaux de Barcelone et le seul participant français (garçons et filles) sauf exploit de Joris Bouchaud, le Squale guadeloupéen du TOEC, à pouvoir espérer une médaille d’or aux championnats d’Europe de Poznan…

Plongeurs juniors russe et britannique

8 juillet 2013

Poznan, championnats d’Europe juniors

A Poznan, les Russes et les Britanniques, arbitrés par le Polonais Kadper Lesiak, vainqueur du tremplin masculin à un mètre, se sont partagés, assez équitablement, les podiums des Européens juniors. Derrière ces trois là, l’Allemagne, l’Italie et l’Ukraine parviennent à grappiller du bronze. Benjamin Auffret, pour la France, ne se trouve pas loin. L’espoir de la VGA Saint-Maur, deux fois quatrième, aux plongeons de tremplin. Respectivement 10e et 8e l’an passé, l’ancien gymnaste progresse donc d’une façon qui semble satisfaisante.

MESSIEURS.- 1 METRE.- 1. Kacper Lesiak, Pologne, 529pts ; 2. Ilia Kuzmin, Russie, 486pts ; 3. Tino Barthel, Allemagne, 480,60pts ; 4. Benjamin Auffret, France, 466,05pts.

3 METRES.- 1. Ilia Kuzmin, Russie, 573,05pts ; 2. Kacper Lesiak, Pologne, 571,20pts ; 3. Vadim Nevnglovskyy, Ukraine, 559pts ; 4. Benjamin Auffret, France, 551,10pts.

HAUT-VOL.- 1. Daniel Goodfellow, Grande-Bretagne, 551,10pts ; 2. Alexey Zhevak, Russie, 532,25pts; 3. Dominik Stein, Allemagne, 524,30pts.

SYNCHRO.- 1.  Ilia Molchanov et Ilia Kuzmin, Russie, 331,62pts ; 2. Jack Haslam et Frederick Woodward, Grande-Bretagne, 309,pts; 3. Vadym Nevinglovskyy et Philip Tkachenko, Ukraine, 298,14pts.

DAMES.- 1 METRE.- 1. Alicia Blagg, Grande-Bretagne, 407,40pts ; 2. Maria Polykova, Russie, 397,75pts ; 3. Laura Bilotta, Italie, 383,90pts.

3 METRES.- 1… Alicia Blagg, Grande-Bretagne, 472,05pts ; 2. Louisa Stawczinsky, Allemagne, 438,65pts ; 3. Ganna Krasnoshlyk,  Ukraine, 429,30pts.

HAUT-VOL.- 1… Ekaterina, Petukhova, Russie, 448,20pts ; 2. Daria Govor, Russie, 396,05pts ; 3. Bettany Watt, Grande-Bretagne, 377pts.