Catégorie : Uncategorized

200 PAPILLON : BELMONTE JOUE À L’IBÈRE GAGNE : LE PODIUM DE RIO EST RENOUVELÉ AUX DEUX-TIERS, MAIS MIREIA RESTE OLYMPIENNE AUX MONDIAUX

Éric LAHMY

Samedi 29 Juillet 2017

Le 200 papillon dames fut un triomphe de la vieille vague du vieux continent – BELMONTE, HENTKE, HOSSZU, moyenne d’âge 28 ans, podiumisées dans l’ordre – sur la nouvelle vague asiatique, AN Sehyeon, Corée, ZHANG Yufei, Chine, Suzuka HASEGAWA, Japon, qui se disposèrent de la quatrième à la sixième places. L’avenir proche ne s’en situe pas moins entre le Matin Calme, l’Empire du Milieu et le Soleil Levant, mais en attendant, BELMONTE ajoutait l’or mondial à l’or olympique à l’issue d’un match à quatre où AN, 28s20 aux 50 mètres, Katinka, 1’0s41 aux 100, menèrent avant que l’Espagnole, la plus vite entre 50 et 150, en 1’4s20, contre 1’4s65 à HENTKE et 1’5s07 à HOSSZU, ne prenne la course en mains. HENTKE rétorqua férocement dans la dernière longueur, lui reprenant 0s22, mais échouant à 0s13. HENTKE a fait l’objet d’une éclosion extrêmement tardive, apparaissant à Kazan, à 26 ans, en finissant 4e de la même course ! Quant à HOSSZU, elle avait un peu dédaigné le papillon, ces derniers temps, mais sa classe est telle qu’elle s’y est mdaillée…

Temps de BELMONTE : 28s61, 1’0s55 (31s94), 1’32s81 (32s26), 2’5s26 (32s45).

QUATRE FOIS DEUX SINO AMERICAIN, COMME ATTENDU

On en a pensé ce qu’on a voulu, mais Leah SMITH, n’en déplaise à ses contempteurs des réseaux asociaux américains, a eu totalement raison de déclarer forfait sur 1500 mètres. Cette décision lui a permis de se lancer avec une belle fraîcheur dans un relais quatre fois 200 mètres dames très dur, face à l’évidente menace que représentait le jeune et très brillant quatuor chinois. Heureusement qu’au départ SMITH a assuré une petite avance sur laquelle ont vécu COMERFORD et MARGALIS, et que LEDECKY était à la conclusion. Une grosse fatigue de COMERFORD, 30s28 dans la fin de son parcours, avait permis à LIU Zixuan, 29s69 dans la même phase, de lui revenir dessus, puis ZHANG fit jeu égal avec MARGALIS…

L’Australie, 3e, dut engager une course poursuite face à la Russie qui avait préféré placer d’entrée son atout maître, POPOVA, qui positionnait son pays en tête (1’55s95). Emma MCKEON récupéra entièrement le handicap, mais ensuite, Daria K. USTINOVA, plus connue pour ses talents de dossiste, se joua de la troisième « Dolphin », Kotuku NGAWATI, et il fallut tout le talent d’Ariarne TITMUS pour reprendre la petite OPENYSHEVA. Par ailleurs, seule Femke HEEMSKERK se distingua dans son effort en 1’55s46, mais elle se trouvait bien seule dans l’équipe néerlandaise, tandis que l’Italie s’était exclue dès les séries en voulant reposer PELLEGRINI. Et c’est un fait, elle ne s’est pas fatiguée en finale!

1.Etats-Unis, 7’43s39 (Leah SMITH, 27s43 56s55 1’26s20 1’55s97; Mallory COMERFORD, 27s06, 56s54, 1’26s64, 1’56s92; Melanie MARGALIS, 27s59, 57s01, 1’26s81, 1’56s48; Katie LEDECKY, 26s66, 55s46, 1’24s76, 1’54s02); 2 Chine, 7’44s96 (AI Yanhan, 27s20, 56s94, 1’27s22, 1’56s62, LIU Zixuan, 27s18, 56s71, 1’26s65, 1’56s34, ZHANG Yuhan, 26s97, 56s84, 1’26s75, 1’56s54, LI Bingjie, 26s40, 55s73, 1’25s59, 1’55s46).

Sur 50 mètres dos dames, Etiene MEDEIROS, Brésil, l’emporte en 27s14 devant la Chinoise FU Yuanhui, 27s15, et la Biélorusse Aliaksandra HERASIMENIA, dont le nom prend un astérisque sur le site SwimVortex de Craig LORD, 27s23.