CE JOUR SANS CATE EST UN JOUR DE BRONTE

ET AUSSI CELUI D’EMMA MCKEON, 57s24 SUR 100 PAPILLON

Éric LAHMY

Samedi 5 Mars 2016

L’histoire du sport (chapitre récent) nous raconte que c’est la jeune Bronte Campbell qui a inoculé à son aînée, Cate, le virus de la natation. En fait de virus, elle lui en a collé un deuxième, hier, celui de son rhume ou de sa grippe. Résultat, Bronte n’avait pas pu nager le 100 mètres la veille, et maintenant, c’est Cate qui est restée au lit pendant que la cadette s’est farci le boulot. Ça a été bien fait et même vite fait, il lui a fallu 24s27 pour brûler l‘aller simple du bassin du SOPAC – il ne s’agit pas d’un produit de ménage, le sigle correspond à : Sydney Olympic Park Aquatic Center – ce qui ne révolutionne pas le sport mais constitue une performance du dernier bien pour une fille hier encore scotchée avec une grippe au fond d’un plumard.

Elle est même méritoire pour une fille en bonne santé ! Après tout, Cate, sa sœur, n’avait nagé qu’un centième plus vite, à Kazan, pour arracher la 4e place de la course la plus courte des championnats du monde (tandis qu’elle avait gagné en 24s12).

HISTOIRES DE PILOTAGE AUTOMATIQUE : BENJMAIN SANSON ET JESSE OWENS

Mais j’ai vu des choses également étonnantes réalisées par des nageurs. Je me souviens avoir tenu compagnie, une heure avant un 400 mètres, au meeting de La Réunion, à un garçon d’ailleurs fichtrement sympathique qui répondait au nom de Benjamin Sanson, un courageux des longues distances et qui se trouvait plongé ce jour là dans les affres d’une gastro envahissante qui le faisait, chaque trois minutes, au milieu d’une phrase, disparaitre en s’excusant dans un buisson touffu qui décorait le terre-plein où se situait la piscine, puis revenait tout vacillant de ses vidanges. Benjamin, un excellent « quatre nageur » s’acquittait à l’époque d’un 400 mètres en 3:53s et je me demandais s’il allait pouvoir finir celui-ci. Il se mit à l’eau et nagea son 400 mètres comme d’hab, en 3:53s !

Je me suis demandé ce jour là si un entraînement extrêmement solide ne dotait pas parfois le champion d’une sorte d’armure ou de bouclier vaguement miraculeux qui fait rempart et protège parfois ses performances, ou encore assure un fonctionnement indépendant , un système en double aveugle pour tout ce qui concerne ta technique apprise, au point de laisser perplexe vu que partout ailleurs, il a l’air de ne pas être dans le coup, voire même d’être en totale débandade.

Jesse Owens, qui fut reconnu comme le plus grand athlète de la première moitié du 20e siècle, vécut ainsi un jour une de ces journées étranges où la science de son sport remplace tout, la santé, l’énergie. Ce 25 mai 1935, jour de rencontre universitaire à Ann Arbor, Jesse, champion de son Université sur 100m, 200 et en longueur, ne put se lever, dos bloqué, incapable de bouger. Le gars est tellement important pour l’équipe que ses copains le lèvent, l’habillent, le trimballent en voiture au stade. Là, rebelote, ils lui mettent sa tenue, chausse ses pointes, et lui ne peut toujours pas bouger, le moindre mouvement le fait hurler. Puis la première épreuve arrive, Owens se lève, marche sans que Jésus-Christ ne semble y être pour quelque chose, puis, bon, je vous la fais brève, il bat quatre records du monde, sur 100 yards, 220 yards, en longueur (celui-là tiendra 25 ans) et du 220 yards haies. Après ça, ses douleurs le reprennent et ses potes sont obligés de le rhabiller et de le ramasser pour le ramener !

UNE PREMIERE EN DOS FILLES : MINNA ATHERTON PASSE MADISON WILSON

Mais revenons à Sydney. Bronte, donc, a nettement devancé la Danoise Jeannette Ottesen et Emma McKeon. Laquelle McKeon a signé une très belle performance sur 100 papillon qui la met à égalité en valeur avec le 50 mètres de Bronte. Non seulement elle a nagé en 57s24, Emma, ce qui est tout bon, mais elle a devancé Ottesen, qui n’est rien moins que la médaillée d’argent de l’épreuve aux derniers championnats du monde de Kazan et semble devoir, la pauvrette trouver tout le temps quelqu’un pour la devancer ! On dirait vraiment que, depuis qu’elle a changé d’entraîneur, son projet prend forme. Emma a battu de trois centièmes son record personnel établi en janvier dernier, qui plus est en expédiant des pointures comme Ottesen et Coutts : elle ne cesse de marquer des points.

C’est aussi le cas de Minna Atherton, qui, pour la première fois, a passé Madison Wilson sur 100 dos. Jusqu’ici, la championne du monde junior n’était qu’une menace pour ses aînées, maintenant, c’est une menace qui s’est réalisée. Cela dit, Emily Seebohm apparait quand même encore comme un trop gros morceau pour cette jeunesse et rien ne dit que Wilson ne rendra pas coup pour coup…

Pour le reste, Mitchell Larkin a signé un solide 1:55s08 sur 200 mètres, Jake Packard un bon temps sur 100 brasse, la Danoise Rikke Pedersen, recordwoman du monde en titre, a réussi à contenir l’attaque terminale de Kanako Watanabe, la championne du monde de Kazan ; Jessica Ashwood a gagné un 400 mètres de bonne facture devant Boyd, et Cameron McEvoy a triomphé dans un 200 mètres somnolent qui n’a pas révolutionné l’histoire du sport.

MESSIEURS.- 200 mètres : 1. Cameron McEvoy, 1:46s85; 2. Daniel Smith, 1:47s32 (en séries, 1:47s25); 3. Kurt Herzog, 1:47s80

200 mètres dos : 1. Mitchell Larkin, 1:55s08 ; 2. Joshuah Beaver, 1 :57s79 ; 3. Ashley Delaney, 1:59s05.

100 mètres brasse: 1. Jake Packard, 1:1s01; 2. Hayato Watanabe, 1:1s31; 3. Matthew Wilson, 1:1s68; 4. Matthew Treloar, 1:1s75

50 mètres papillon: 1. Daniel Lester, 23s90

200 mètres 4 nages: 1. Justin James, 2:0s04; 2. Juran Mizohata, Japon, 2:0s07

4 fois 200 mètres: 1. Japon, 7:25s17

DAMES.- 50 mètres : 1. Bronte Campbell, 24s37; 2. Jeannette Ottesen, Danemark, 24s77; 3. Emma McKeon, 25s03; 4. Brittany Elmslie, 25s39; 5. Shayna Jack, 25s56; 6. Marieke D’Cruz, 25s59

400 mètres : 1. Jessica Ashwood, 4:6s11 ; 2. Lauren Boyle, Nouvelle-Zélande, 4:8s91 ; 3. Rémy Fairweather, 4:10s37 ; 4. Leah Neale, 4:10s84 ; 5. Kiah Melverton, 4:12s29.

100 mètres dos : 1. Minna Atherton, 59s73 ; Madison Wilson, 59s80; 3. Hayley Baker, 1:0s95; 4. Michele Coleman, 1:1s19.

200 mètres brasse: 1. Rikke Pedersen, Danemark, 2:23s55; 2. Kanako Watanabe, Japon, 2:24s04; 3. Georgia Bohl, 2:25s61; 4. Sally Hunter, 2:26s44; 5. Jessica Hansen, 2:26s69.

100 mètres papillon : 1. Emma McKeon, 57s24 ; 2. Jeannette Ottesen, Danemark, 57s40 ; 4. Alicia Coutts, 57s53 ; Sehyun An, Corée, 58s19.

4 fois 200 mètres : 1. Melbourne Vicentre, 8:14s01 ; 2. Japon, 8:18s69 ; 3. Ravenswood, 8:19s18

Ces articles peuvent vous intéresser:

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 × = quatre