CHAMPIONNATS D’AUSTRALIE : CAMERON MCEVOY DEVANT KYLE CHALMERS AUX CENT METRES, UN PARFUM VAGUE DE « REVANCHE » OLYMPIQUE

Éric LAHMY

Mercredi 12 Avril 2017

Je ne sais pas si le 100 mètres nage libre des championnats d’Australie, hier soir à Brisbane, constituait une revanche des Jeux olympiques, on ne se « venge » ni ne se « revanche » des Jeux olympiques, l’épreuve est trop à part, trop au-dessus des autres de par son impact, son audience. Mais enfin, l’accroche était belle. On pouvait savourer un goût de revenez-y dans cette course.

Résumé des chapitres précédents. Aux Jeux, Cameron MCEVOY, recordman du monde « maillot », avec 47s04, performance supposément de meilleure valeur que les 46s92 polyuréthane de Cesar CIELO, était le roi, et son jeune équipier Kyle CHALMERS, entrait en finale avec tout l’air d’un dauphin, d’un héritier qui apprenait le métier dans l’optique du titre de 2020. A l’arrivée, MCEVOY contre-performait grave, se perdait à la septième place, et CHALMERS s’emparait de la couronne : coup d’épée dans l’eau pour l’un, coup d’éclat, voire coup d’Etat pour l’autre.

On a tellement jasé et daubé sur la question qu’il peut paraître oiseux d’y revenir. Pour résumer, MCEVOY avait cédé au trac et CHALMERS s’était montré magistral. L’élève avait en effet battu le maître et réussi la passe magique, champion olympique et recordman du monde junior, qu’on avait vu jusqu’ici illustrée chez les filles (Ruta MEILUTYTE, Missy FRANKLIN à Londres, pour ne citer qu’elles).

Champion olympique ou pas, CHALMERS savait qu’il serait très menacé par un MCEVOY qui, après avoir fait amende honorable, était décidé à réussir une grande saison post-Rio. Il n’y avait pas de place pour deux rois sur 100 mètres, et il était décidé à reprendre son sceptre…

Sincèrement, je ne sais pas s’il sera champion du monde à Budapest cet été, MCEVOY n’a jamais été chanceux dans les grands coups, il s’est ainsi fait torcher par James MAGNUSSEN aux Jeux du Commonwealth en 2014, 48s11 contre 48s34, devancer par un éclopé du contrôle antidopage, le Chinois Ning ZETAO, 47s84 contre 47s95 en 2015 aux championnats du monde de Kazan, avant de se faire ramasser à Rio, aux Jeux, septième place de la course qu’il ne pouvait pas perdre.

TOUS DERRIÉRE ET CAMERON DEVANT

A part un succès d’estime aux Panpacifics, en 2014, où, fort d’un 47s82, il régla Nathan ADRIAN, 48s30, James MAGNUSSEN, 48s36 et Michael PHELPS, 48s51 – dans l’ordre, ce qui est toujours bon pour l’estime de soi –, il n’avait rien, en termes de victoires, qui puisse conforter son rang de maître sprinteur du monde…

L’homme parait fragile dans les grands rendez-vous.

Mais pas au niveau national.

A Brisbane, la course se scinda en deux. MCEVOY devant et tout le monde derrière. Et cela dura jusqu’au bout. Départ électrique, MCEVOY prenait un mètre à mi-course (atteinte en 22s73), les sept autres du « peloton » s’étageant entre 23s40 (CHALMERS) et 23s98 (Daniel SMITH). CHALMERS et Jack CARTWRIGHT effectuaient les meilleurs retours (en 24s80 et 24s91), ce qui les qualifiait pour Budapest, mais ne leur suffisait pas à reprendre MCEVOY, retour en 25s18, temps final 47s91, seul sous les 48 secondes…

Que dire d’autre ? Que le crawl australien est une machine impressionnante, bourrée de talents et de valeurs. Trois nageurs sous les 48s5, huit autre nageurs sous les 50 secondes et des jeunes à foison, CHALMERS et CARTWRIGHT ont dix-huit ans, TOWNSEND dix-neuf, un Joseph JACKSON de Brisbane, dix-sept ans, a nagé 51s29, un Elijah (Eli) WINNINGTON, de l’université de Bond, seize ans, une certaine ressemblance physique avec MCEVOY et une précocité à la Ian THORPE, a nagé 50s51 (et 1’48s76, et 3’54s65) cet été austral. Que du beau monde…

En revanche, l’Australie peine à trouver des spécialistes. Sur 200 mètres papillon, David MORGAN – fils d’une galloise, Amanda JAMES, concurrente aux Jeux olympiques de Montréal en 1976 – et Grant IRVINE, sont les leaders attitrés. A l’issue de leur duel au couteau, c’est le premier nommé qui a arraché sa qualification pour les mondiaux… Comme l’an passé pour les Jeux de Rio !

Sur 200 mètres dos dames, Emily SEEBOHM, santé retrouvée, a achevé son succès : rafle réussie dans les courses de la spécialité. Elle a devancé Kaylee MCKEOWN, la benjamine de la finale, à l’issue d’une course sans suspense qu’elle a mené de bout en bout, aggravant systématiquement son avance. Toutes deux étaient qualifiées pour les mondiaux. Un peu plus tôt, l’aînée de Kaylee, Taylor MCKEOWN, gagnait le 200 brasse, mais dans un temps insuffisant pour lui assurer un visa pour Budapest. Mais un repêchage n’est pas totalement exclu, comme pour Grant IRVINE d’ailleurs…

Déception en revanche pour Minna ATHERTON, 16 ans, qui a du mal à se remettre après une grande et prometteuse saison 2016, et finit cinquième, à quatre secondes de SEEBOHM, dont elle partage les entraînements à Brisbane.

MESSIEURS.- 100 libre : 1. Cameron MCEVOY, BOND, 47s91; 2. Kyle CHALMERS, MARI, 48s20; 3. Jack CARTWRIGHT, St. Peters Western, 48s43; 4. Zacchary INCERTI, West Coast Swim, 49s03; 5. Alexander GRAHAM, BOND, 49s19; 6. Louis TOWNSEND, Rackley, 49s28 (en série, 49s19); 7. Jack GERRARD, Melbourne Vicentre, 49s58; 8. Daniel SMITH, St. Peters Western, 49s77 en série, 49s53. En finale B: James ROBERTS, Somerset, 49s34; 2. Andrew ABOOD, MARI, 49s63.

200 papillon : 1. David MORGAN, TSSAquatics, 1’55s70 ; 2. Grant IRVINE, St. Peters Western, 1’56s05.

400 4 nages : 1. Clyde LEWIS, St. Peters Western, 4’18s60.

DAMES.- 200 dos: 1. Emily SEEBOHM, Brisbane Grammar, 2’7s03; 2. Kaylee MCKEOWN, 15 ans, USC Spartans, 2’8s98; 3. Hayley BAKER, Melbourne Vicentre, 2’9s26; 4. Stan WHITTAKER, Melbourne Vicentre, 2’9s60; 5. Minna ATHERTON, 16 ans, Brisbane Grammar, 2’11s32.

 200 brasse : 1. Taylor MCKEOWN, 2’23s58 ; 2. Tessa WALLACE, Pelicans, 2’25s45.

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 5 = trente cinq