CHE SARA’ SARAH ! EN 52s28, SJÖSTRÖM CONTRESIGNE SON PACTE DU CENT

Éric LAHMY

Mercredi 14 Juin 2017

Barcelone, deuxième journée de l’étape espagnole du Mare Nostrum… Sarah SJÖSTRÖM ne laissait aucune illusion à ses concurrentes, sur 50 mètres papillon, dès les séries, avec un 25s51 qu’elle seule a dépassé cette saison. Ranomi KROMOWIDJOJO, 26s03, et Penny OLEKSIAK, 26s33, suivaient à distance respectueuse.

SJÖSTRÖM dominait aussi les séries du 100 libre, 53s35, décidément proche du copié-collé de ses performances de Monte-Carlo où sa série avait produit un temps de 53s30. Elle devançait Cate CAMPBELL, 53s85, qui se rappelait que malgré ses semi-vacances et le fait qu’elle ait tiré un trait sur Budapest, elle était la deuxième nageuse du monde en 2017.

En finale, quoiqu’après le 50 papillon, SJÖSTRÖM alignait les deux longueurs en 52s28. Passage en 25s16, retour en 27s12, selon l’expression, il n’y avait pas photo. Cate CAMPBELL, dont on ne saurait trop rappeler qu’elle est la recordwoman du monde, virait avec autour d’un mètre de retard et en laissait filer à peu près autant dans son retour. La seconde Suédoise, Michelle COLEMAN, le Néerlandaise Femke HEEMSKERK et Bronte CAMPBELL tenaient plus ou moins le rythme de l’Australienne avant de la laisser filer et de se disputer les places de podium, tandis que Ranomi KROMOWIDJOJO, pour s’être un peu assoupie en séries, était confinée à la finale B, où elle avait au moins l’avantage de ne pas subir l’ « humiliation » du rouleau compresseur suédois, et aussi de signer le deuxième meilleur temps général de ces finales, en 53s42, un centième plus vite que Cate CAMPBELL !

Plus que jamais SJÖSTRÖM, qui amenait son record de l’année, en même temps que son record de Suède, sur la distance étalon, de 52s54 à 52s28, apparaissait comme la nageuse vedette de la saison, la star absolue de l’après Rio, une sorte de réplique suédoise et anaérobie à la supériorité américaine (et plus ou moins) aérobie de Katie LEDECKY…

Bien sûr, elle ne bat pas autant de records (Cate, 52s06, et l’Allemande Britta Steffen, 52s07 en polyuréthane, ont nagé plus vite), et de marges moins conséquentes ; mais les grandes performances de sprint sont moins « compressibles » que celles du demi-fond, donc cela n’enlève rien à sa gloire.

D’ores et déjà, sans préjuger de ce que sera la suite, et notamment ce qui ressortira des mondiaux de Budapest, dans cinq semaines, on peut dire qu’elle a montré qu’elle avait eu raison de changer d’entraîneurs et d’entraînement, et de prétendre qu’en lui faisant courir le lièvre du 200 mètres nage libre, on avait entravé la pleine expression de son potentiel sur 100 et sur 50… Je ne sais s’il y va de son gabarit, de ses qualités musculaires, de son tempérament ou des trois à la fois, mais SJÖSTRÖM se sent sprinteuse, et bien dans cette peau, et je ne vois rien à redire à cela !

DAMES.- 100 libre : 1. Sarah SJÖSTRÖM, SWE, 52s28 ; 2. Catherine CAMPBELL, AUS, 53s43 ; 3. Michelle COLEMAN, SWE, 53s85 ; 4. Femke HEEMSKERK, NED, 54s00 ; 5. Bronte CAMPBELL, AUS, 54s43 ; 6. Sandrine MAINVILLE, CAN, 54s04 ; 7. Emma McKEON, AUS, 54s14 ; 8. Madison WILSON, AUS, 54s24. Finale B : 9. Ranomi KROMOWIDJOJO, NED, 53s42 ; 10. Chantal VAN LANDEGHEM, CAN, 54s30 ; 11. Rebecca SMITH, CAN, 55s01 (en séries, 55s00).

Autres temps des séries, Bruno FRATUS, 22s36 au 50 libre.

Aleksandr KRASNYHK (RUS), 1’48s35 au 200 libre
Mitch LARKIN, 55s17 au 100 dos.

Anton CHUPKOV a réalisé 2’9s99 sur 200 brasse. On ne peut casser les 2’10s de façon plus économique.

En brasse, Jennie JOHANSSON a nagé en 1’7s35, Julia EFIMOVA en 1’7s41.

Laszlo CSEH s’est débrouillé pour être le plus rapide des finalistes du 100 papillon, avec 53s53 ; le huitième à seulement 0s48. Embouteillage prévue à l’heure de pointe !

Veronika POPOVA (RUS), 4’11s13 au 400 libre.Emily SEEBOHM, 2’12s47 au 200 dos dames.AN Sehyeon (Corée), 2’10s59 au 200 papillon,
Katinka HOSSZU a nagé son 200 quatre nages en 2’13s63. Hannah MILEY, 2’11s75 cette saison, s’est endormie en route, et ses 2’18s12 ne l’ont pas qualifiée !

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ six = 10