COLOSSALES AUSTRALIENNES ET PETITES FRANCAISES

Par Eric LAHMY                                                         Samedi 2 Mai 2015

Nous continuons notre étude de la natation mondiale ; à l’issue de la plupart des championnats qualificatifs pour les mondiaux de Kazan (Russie) en août prochain, elle peut avoir un sens. Nous avons pris les 20 premiers dans toutes les courses individuelles du programme, affectant 20 points à la première, 19 à la deuxième, et en descendant jusqu’à la 20e. Comme pour les hommes, il s’agit d’une photographie de l’état de la natation en grand bassin, marquée par la quasi-absence des Américains, qui, soit n’ont pas nagé du tout sérieusement, soit se sont exprimés avec toute la vigueur désirée dans les championnats NCAA messieurs et dames, en petit bassin de 25 yards, dans des conditions telles qu’elles représentent, si l’on ose dire, un autre sport et qui sont assez difficilement traduisibles (encore que le jeu puisse être assez amusant).

Le classement féminin, qui fait aujourd’hui l’objet de notre étude, est assez différent du masculin, qui nous avait occupé précédemment (voir notre article : le poids de l’élite française), en ce que l’Australie y est extrêmement dominatrice. Lorsque nous soupesions les forces respectives dans le classement masculin, nous nous disions que l’Australie, au vu de ce qui ressortait de nos constructions, pouvait être assez frustrée dans son ambition affichée de devenir la première natation mondiale d’ici 2020.  Son équipe masculine était la plus forte, mais de très peu…

…En examinant les dégâts côté filles, notre sentiment est assez différent. Les listes mondiales confortent le sentiment, assez flou et impressionniste, mais dominant, que les Australiennes sont plus fortes que les Australiens. Que l’Australie est déjà – hormis, encore une fois, les USA – le géant de la natation féminine. En fait, elles sont beaucoup plus fortes que leurs homologues masculins, ces fortes filles. 58 présences, de qualité élevée, leur donnent 738 points, autant que l’addition des deux natations qui la suivent, la Britannique et la Chinoise, et de la France…

Les filles de Grande-Bretagne sont un peu moins fortes que leurs garçons, mais elles souffrent surtout de la comparaison avec cette colossale formation wallabie… En face, je ne sais ce qui va se passer à Kazan, mais pour l’instant, elles existent à peine !

La Grande-Bretagne devance la Chine, qui dispose traditionnellement de bonne nageuses en papillon et dans les quatre nages. Suivent les USA, qui n’ont pas nagé sérieusement, en-dehors de Katie Ledecky, dont la marge sur le demi-fond mondiale est telle que sa domination ne se compare à aucune autre de nos jours. Le jour où les USA nageront à fond, tout le monde va voir sa part du bateau se réduire, à vue de nez, de dix à vingt-cinq pour cent ! Suit le Japon, qui a trouvé un phénomène en la personne de Kanako Watanabe, petite et délicate nageuse à la glisse merveilleuse qui, encore fort jeune, ajoute à ses dons de spécialiste de brasse de fortes propensions à gagner en quatre nages ! Mais on ne peut pas dire que les filles du Japon valent les garçons : l’image que donne l’Australie est ici inversée. Il est étrange que ce grand pays moderne soit aussi en arrière dans le sport féminin…

Au-delà du Japon, on rencontre des équipes de moins en moins complètes, disposant d’une ou deux spécialités, voire quelques fois d’une ou deux nageuses affleurant au plus haut niveau. Les Japonaises font 30 apparitions dans ce bilan, les Hollandaises, qui suivent, seulement 15, c’est dire qu’il y a là une rupture. En revanche, ces Néerlandaises, moins nombreuses, sont mieux placées. Cela pourrait être dû à la longue, vieille, tradition hollandaise d’excellence aquatique, quasi-séculaire puisqu’elle remonte pour le moins à l’époque de ‘’Ma’’ Braun, le grand coach en jupons des années 1930 ! Ces natations incomplètes, que sont-elles ? Le sprint néerlandais (auquel s’ajoute Sharon van Rouwendaal), le sprint suédois (résumé plus ou moins à Sarah Sjöström), le sprint danois (qu’épice la présence de Lotte Friis). L’Italie, la Russie, l’Allemagne, plus variées dans les talents ; l’Espagne, tournée vers les distances, autour de la formidable présence de Mireia Belmonte.

Pour tous ces pays, on peut difficilement parler d’équipes complètes (je parle bien entendu au niveau de la super élite), mais de petits groupes de nageuses, qui font penser à l’expression, reprise par le sport depuis un demi-siècle, de « commando ». Le ‘’haut-niveau’’ restera toujours un peu (beaucoup) rien d’autre chose qu’une opération menée autour de petits groupes décidés. On parlera d’une nation, d’un peuple « sportif » ou pas, quand il s’agira de trois pékins vivant leur plus ou moins grande épopée !

La France se situe dans ce deuxième peloton qui part des Pays-Bas et de leur 205pts et qui s’arrête au Canada avec 118pts, et compte 10 natations. Cette équipe est la 12e du monde, la 8e en Europe, un continent qui ne domine pas, mais qui dispose de plusieurs nations fortes. Elle a ses cartes, pas nombreuses, mais intéressantes, ne serait-ce que pas le sentiment qu’elle donne de vouloir exister et de se donner un but, après la tragédie Camille Muffat. Je sais que ce n’est pas très analytique ou technique mais…Il y a quelque chose de déterminé et sympathique dans ce groupe de filles qui fait qu’on aimerait les voir réussir encore plus que de coutume…

  1. AUSTRALIE,  58 présences, 738pts.  (20, 19, 15, 10, 9, 20, 18, 16, 15, 14, 9, 18, 15, 11, 9, 6, 3, 16, 9, 6, 19, 10, 1, 10, 19, 16, 7, 20, 19, 9,  20, 18, 17, 15, 14, 9, 15, 8, 4, 15, 11, 9, 16, 15, 13, 5, 1, 18, 17, 15, 12, 1, 20, 18, 16, 8, 11, 9)
  2. GRANDE-BRETAGNE, 26 présences 319 pts (17, 12, 8, 12, 7, 19, 18, 7, 12, 13, 12, 8, 7, 16, 16, 8, 3, 16, 11, 8, 9, 20, 12, 20, 19)
  3. CHINE 28 présences, 289 pts (10, 13, 10, 7, 5, 1, 8, 11, 9, 4, 18, 17, 11, 6, 14, 9, 8, 16, 17, 11, 14, 13, 13, 11, 3, 1, 14, 15)
  4. USA 25 présences 264pts (1, 5, 3, 17, 20, 20, 16, 20, 14, 11, 4, 13, 10, 6, 5, 6, 4, 15, 4, 15, 13, 11, 14, 10, 7)
  5. JAPON 30 présences, 244 pts (2, 7, 8, 9, 4, 11, 10, 8, 8, 18, 8, 4, 1, 18, 13, 5, 4, 2, 4, 17, 14, 19, 9, 6, 3, 2, 17, 9, 3, 1)
  6. PAYS-BAS 15 présences, 205 pts (18, 16, 20, 13, 20, 15, 12, 13, 3, 18, 12, 18, 13, 9, 5)
  7. ITALIE, 20 présences, 162 pts 16, 6, 12, 11, 4, 7, 3, 14, 5, 12, 10, 8, 2, 14, 8, 6, 5, 10, 5, 4,
  8. SUEDE, 11 présences, 155 pts (12, 17, 1, 19, 14, 10, 14, 17, 11, 20, 20)
  9. RUSSIE, 15 présences 147 pts (4, 7, 4, 2, 15, 2, 19, 20, 20, 16, 12, 7, 15, 3, 1)
  10. ALLEMAGNE, 13 présences, 145 pts (9, 8, 15, 14, 18, 17, 16, 8, 15, 1, 1, 7, 16)
  11. HONGRIE, 15 présences, 137 pts (8, 14, 11, 2, 2, 1, 6, 5, 12, 8, 2, 18, 17, 18, 13
  12. FRANCE, 16 présences, 125 pts (6, 11, 10, 13, 1, 3, 9, 13, 1, 4, 17, 10, 2, 7, 6, 12)
  13. ESPAGNE, 13 présences, 124pts (17, 2, 13, 7, 15, 12, 3, 2, 2, 10, 19, 6, 16)
  14. DANEMARK, 8 présences, 122 pts (14, 5, 15, 18, 13, 19, 19, 19)
  15. CANADA 16 présences, 118 pts    2, 11, 5, 3, 13, 11, 3, 8, 8, 9, 8, 10, 7, 10, 4, 6
  16. NOUVELLE-ZELANDE 5 présences, 60 pts (18, 17, 4, 19, 2)
  17. LITUANIE 3 présences, 58 pts (19, 19, 20)
  18. CHILI, 4 présences, 45 pts (6, 17, 16, 6)
  19. BRESIL, 5 présences, 37 pts (11, 3, 20, 1, 2)
  20. JAMAIQUE 1 présence, 17pts (17)
  21. TURQUIE, 1 présence, 14 pts (14)
  22. BIELORUSSIE, 1 présence, 13 pts (13)
  23. IRLANDE, 1 présence, 12 pts (12)
  24. BAHAMAS 2 présences, 12pts. (7, 5)
  25. ISLANDE 1 présence, 7 pts (7)
  26. ZIMBABWE, 1 présence, 7 pts (7)
  27. FINLANDE, 2 présences, 6 pts (5, 1)
  28. EGYPTE, 2 présence, 5 pts (5)
  29. BELGIQUE, 1 présence, 3 pts (3)
  30. SLOVENIE 1 présence, 3 pts (3)
  31. POLOGNE 1 présence, 2 pts (2)

Ces articles peuvent vous intéresser:

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six − 6 =