Court jus à Gwangju

9 août 2013

Scandale sur fond de championnats du monde 2019

La ville coréenne de Gwangju est appelée ville de la lumière. Mais ce Paris de l’extrême Orient se trouve aujourd’hui au centre d’une assez sombre affaire. Les bureaux du Maire de Gwangju, supposée organiser les championnats du monde de natation en 2019, ainsi que les domiciles du maire, Kim Yoon-Suk et de personnalités de la mairie, ont été visités par la police. Le Maire est accusé d’avoir produit des « garanties financières » gouvernementales bidon dans lesquels les signatures du Premier Ministre et du Ministre des Sports avaient été imitées. Le Maire a rejeté la faute sur des administrateurs d’un rang subalterne, affirmant qu’il n’était pour rien dans cette falsification. Le scandale avait été révélé avant le vote, mais la FINA  attribua quand même l’organisation des championnats 2019 à Gwangju (6e ville de Corée), qui accueillera aussi les Universiades d’été 2015. Gwangju comptait pour mener à bien cette organisation sur une aide gouvernementale équivalente à €3,8 millions. Le gouvernement a prévenu qu’en raison du scandale, il ne dépenserait pas un won (0,1 centime d’Euro environ) sur cet événement. La FINA n’a toujours pas réagi à la situation. Peut-être le fera-t-elle après sa Convention (31 octobre-1er novembre)… à Gwangju ?

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *