DIRECTION TECHNIQUE NATIONALE: LAURENT GUIVARCH, UN INTÉRIM, ET PLUS SI AFFINITÉS?

Éric LAHMY

Vendredi 14 Avril 2017

D’abord une note subjective (j’ai parfois l’impression de n’être que pure subjectivité). Laurent GUIVARC’H  me semble être une bonne idée pour la Fédération Française de Natation.

Si vous avez raté les chapitres précédents, je vous relis la note parue sur le site fédéral :

« Laurent GUIVARC’H nommé DTN par intérim – Suite à la proposition de Gilles SÉZIONALE, président de la FFN, auprès de la direction de Sports, de désigner Laurent GUIVARC’H pour la mission de DTN par intérim afin d’assurer la gestion des affaires courantes. Cette nomination a pris effet à compter du lundi 10 avril. Un appel à candidatures par instruction du CGO CTS va être prochainement lancé pour assurer la succession de Jacques FAVRE qui a occupé cette fonction durant vingt-quatre mois. »
Pendant longtemps, GUIVARC’H, je me suis contenté de ce qu’on m’en disait. L’homme avait de la moelle et des convictions, il s’était impliqué avec force dans la vie fédérale. Un jour où un interlocuteur me balançait des noms que je ne trouvais pas convenir à l’idée (non autorisée) que je me fais du DTN de la natation, je me suis inventé mes candidats à la Direction Technique Nationale. Et dans ma petite finale privée, sur des critères de sélection « miennement » arbitraires, j’ai retenu les noms qui suivent :  Carolle ANDRACA, Eric BOISSIERE, Michel CHRETIEN, Patrick DELEAVAL Richard MARTINEZ… et bien entendu Laurent GUIVARC’H. Et j’ajoutais en points d’interrogation pour l’avenir et sur leur bonne mine David NOLOT et Nicolas SCHERER.

Il y avait d’autres pointures mais que je ne connaissais pas assez ou dont j’avais perdu le contact depuis trop de temps, ainsi une ancienne CTN de synchro aujourd’hui « exilée » à l’INSEP…

Cet hiver, je devais vouloir comprendre certains fonctionnements de la natation française et j’ai contacté GUIVARC’H. Allez vous faire une idée au téléphone. Mais il avait un peu de temps, ce week-end, vu qu’il devait passer sur le billard le lundi suivant et avait donc coupé dans ses activités. On a pu parler.

L’impression que j’ai retirée de cette conversation, fut que ce garçon était taillé dans le bois dont on pourrait faire un futur DTN de natation. Il avait un fonctionnement intellectuel qui m’intéressait, une culture, évidente de par la riche palette de mots dont il disposait pour donner un point de vue précis. Et pour autant qu’on puisse apprécier dans une conversation, une vision, une idée, forgées à travers sa carrière au sein des conseillers techniques.

Laurent avait débarqué au sein de la Fédération Française de Natation en janvier 2007 en tant que salarié dans le cadre des « 1000 emplois STAPS » (1). Il était, selon ses propres termes, « issu d’une formation universitaire associant psychologie et physiologie », et avait « développé des compétences dans le cadre du sport de haut niveau, notamment dans le management d’équipes semi professionnelles. » Il avait été aussi un bon triathlète, deux fois deuxième du championnat de France par équipes à Rouen, avant de devenir entraîneur haut niveau bénévole, toujours de triathlon, à Toulouse, entre 2002 et 2008. Dans le même temps, de 2002 à 2006, il fut vendeur chez Décathlon, à Saint-Brieuc et Toulouse, autre expérience qui lui fit connaître les processus mis en oeuvre dans la grande distribution, et l’amena à mettre en place « un projet qui permit d’augmenter de 30% les ventes annexes aux produits phares. »

Peu après son entrée à la DTN, il réussit le concours de professeur de sport (en juin 2008). Titularisé avec avis très favorable, il devint conseiller technique national et connut trois directions techniques nationales en six ans, dans les équipes de Claude FAUQUET, de Christian DONZÉ et de Lionel HORTER. Expérience qu’il souligna d’un commentaire (peut-être ironique) : « une diversité de direction riche d’enseignements à différents niveaux. »

Ayant réfléchi et acté sur diverses missions, « analyse contextuelle et sportive des comités régionaux, analyse de la licence, prospectives de développement, action de formation », en 2014, Laurent avait posé sa candidature au poste et, mieux que ça. Son parcours en tant qu’athlète et entraîneur, estimait-il, lui offrait « également l’opportunité d’avoir une vision globale de l’environnement fédéral ! » Candidature écartée par Francis Luyce…

Or son projet ne manquait pas d’intérêt. Ayant prédit une prochaine inversion des résultats, glorieux, de la natation française, à Londres, et tout en sachant qu’il aurait du mal à rebondir à vingt mois des Jeux olympiques (on était en décembre 2014, et cela urgeait) il avait estimé devoir concevoir, « outre les aspects techniques traditionnels d’une direction technique, parcours d’excellence sportive, listes de haut-niveau, formation, etc. », un programme bâti autour de quatre « pôles » : sports et haut niveau, formation et recherche, prospectives et accompagnements, gestion des ressources humaines.

Selon Guivarc’h, il fallait bien se pénétrer des évolutions attendues du contexte pour établir une stratégie politique. Si la natation disposait d’atouts remarquables – forte pratique de masse, résultats brillants, champions emblématiques, progression dans tous les secteurs hormis la natation synchronisée, cote d’amour médiatique -, il convenait de prendre en compte le désengagement de l’Etat pour envisager une augmentation des financements privés, mais aussi la réforme territoriale, les menaces sur les CREPS…

Suivait une litanie de propositions  d’actions sur lesquelles il serait sans doute oiseux de digresser ici, concernant les pôles sports et haut niveau, formation et recherche, prospectives et accompagnements (stratégies de la licence), et gestion des ressources humaines.

L’une des raisons pour lesquelles la dernière mandature a écarté Guivarc’h en 2014 pourrait tenir à ce que sa proposition tendait à réduire l’actuelle place forte, la « direction générale » de la Fédération, voulue et cajolée par l’ancien président de la Fédération pour, dit-on non sans arguments,  faire pièce à la direction technique.

Dans le plan Guivarc’h, la direction technique redevenait le centre d’action de la Fédération, agissant directement sur les quatre pôles recensés plus haut. Et le pôle gestion et ressources humaines, évoqué plus haut, n’était rien autre que la direction générale réduite à la situation au-delà de laquelle elle n’aurait jamais dû s’enfler et se boursoufler.

Certes, me direz-vous, après tout mon laïus, n’en faites-vous pas trop pour un intérimaire du poste ? Sans doute, mais après tout, je ne dispose d’aucun « pouvoir » autre que celui de l’électron libre, jamais solidement lié à un atome, et, que son tempérament baladeur amène à participer seulement à la circulation électrique…

Voilà pourquoi, ne prétendant à rien de plus, je ne nommerai pas Guivarc’h au poste (le Diable m’en garde !), mais je dirai seulement qu’il peut constituer une bonne idée.

 (1). Sciences et techniques des Activités Physiques et Sportives.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • DOPAGE : UN COMPTE A DORMIR DEBOUT ? POUR CES LABORATOIRES, CRIER AU DOPAGE GENERALISE, C'EST UNE FACON DETOURNEE DE DEMANDER PLUS D'ARGENT Par Eric LAHMY Mercredi 25 Février 2015 Entre le “tous dopés” des uns et “un […]
  • LEVEAUX FAIT DES RONDS HORS DE L’EAU Amaury Leveaux. SEXE, DROGUE ET NATATION. Un Nageur Brise l’Omertà. Fayard éditeur. 18€. Par Eric LAHMY                                                       Mardi 21 Avril 2015 Les […]
  • LES FRANCE A STRASBOURG EN NOVEMBRE Samedi 2 Mai 2015 D’après Radio Bleue (30 avril), information reprise par les Dernières Nouvelles d’Alsace, Strasbourg pourrait bien accueillir les championnats de France d’hiver, petit […]
  • ITALIENS A RICCIONE : DETTI ET PELLEGRINI TOUJOURS GABRIELE DETTI SE DÉFAIT AU SPRINT D’UN DAMIEN JOLY ACCROCHEUR Éric LAHMY Samedi 19 Décembre 2015 Damien JOLY a vraiment connu durant ces deux jours de championnats d'Italie d'hiver, […]

Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


huit − 5 =