GILLES SEZIONALE ÉLU PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE NATATION

Francis LUYCE, battu, avait atteint les 50% de voix, mais s’est retiré

Éric LAHMY

Dimanche 2 avril 2017

M. Gilles SEZIONALE a été élu aujourd’hui président de la Fédération française de natation. Après 24 ans de présidence Francis LUYCE, c’est donc une nouvelle ère qui s’ouvre pour la Fédération. La veille encore, la campagne faisait rage, LUYCE, demeuré candidat malgré des signes des progrès de l’opposition et semblant croire en ses chances, vitupérait ce qui lui semblait être une sédition.

Une telle position, après sa défaite, lui commandait de s’en aller. Il est parti ! 

C’est une situation équivoque que laissent LUYCE et les siens à leurs successeurs. Une position financière saine, certes, mais à côté de cela, une série de chantiers voire même de ruines : élite décapitée par les départs de toute une glorieuse ancienne génération, image médiatique délabrée par la gestion maladroite des sélections olympiques et par des résultats décevants, assiette des clubs difficile et par endroits alarmante, équipe technique inquiète et pour certains démobilisée pour ne pas dire démoralisée. A cela s’ajoute que seulement 14% du budget fédéral s’en allait vers le sport, tout le reste étant dévoré par les frais de gestion du siège… 

Il va peut-être maintenant devoir faire preuve de patience. Rendre l’espoir aux clubs par des mesures adéquates, ramener l’enthousiasme parmi les techniciens, mener une action urgente de style commando pour les nageurs français qui vont se colleter avec les championnats du monde de Budapest en juillet prochain, avant de s’attacher aux actions à moyen terme, telles sont les idées qui me viennent en vrac, et qui seront, je crois, pour certaines d’entre elles, à la base des actions menées par Gilles SEZIONALE et les femmes et hommes de son groupe. 

Une chose me parait sûre. Aussi peu doué suis-je pour un enthousiasme de commande, aujourd’hui, je vois aux manettes des gens ouverts, décidés, et qui ont fait leurs preuves dans leurs différentes régions. Je suis aussi sûr que possible, outre leur compétence, de leur bonne volonté, de leur sincérité, et c’est peut-être cela qui pourra faire la différence.

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

18 comments:

  1. Bruno Dencausse

    Un vrai beau chantier effectivement , avoir limité son action à deux mandats , sans connaître l’homme , c’est déjà un acte fondateur….
    Le cap est fixé, Paris 2024 …..

    1. Eric Lahmy *

      Sezionale limite les présidences de la Fédé à huit ans. Luyce voulait les limiter à huit mandats. Et on a osé lui chercher des poux dans la tête pour si peu, à c’t honnête homme!

  2. Marc

    Champagne ! Très heureux !
    C’est la meilleure des choses qui puisse arriver à la natation française.

    (Le DG tient sa promesse et part aussi comme annoncé ?)

    1. Eric Lahmy *

      Le DG, c’est plus difficile, c’est une fonction rétribuée. Sa démission a été négociée auprès de Francis Luyce. Plusieurs scenarii sont possibles, en fonction de la procédure choisie, avec des possibilités de requalification de la démission en licenciement, ce qui pourrait être l’une des causes des fameuses lettres du DG. Il semble qu’il voulait partir et qu’on ne va pas se battre pour le retenir…

  3. Jean-Pierre Le Bihan

    ce n’est pas aujourd’hui que je vais tirer sur une ambulance, mais je savoure la trois monts avant le champagne. Bravo et courage à Gilles S

  4. YERDA

    A quel prix pour en arriver là.
    Certain(e)s on été débarqué(e)s sans respect mais c’est la politique au sens large du terme.

    1. Eric Lahmy *

      J’avais « trouvé » avant même que vous m’en parliez, puisque je connaissais l’histoire et les débats qui tournaient autour de ce « débarquement » sur les rives de la Côte d’Argent plusieurs jours avant les élections, grâce aux contacts que j’avais avec l’équipe Sezionale. Je voulais, en vous demandant d’être plus explicite, trouver quelqu’un qui se mouille et me dise les faits et m’en fasse une interprétation. Eh! bien voilà, ce ne sera pas vous.
      Autre chose, puisque c’est toujours moi qui dois donner mon avis sur ce site: si vous connaissez et analysez l’histoire, vous verrez que personne n’a été débarquée sans respect. Si cette personne – rejetée par sa région – n’avait pas été débarquée, avec ou sans respect, n’ayant pas de certitude sur le compte des voix, on ne pouvait pas savoir si l’équipe d’en face n’aurait pas gagné.
      Et dès lors, non seulement cette personne aurait été débarquée de toute façon, parce qu’elle n’était pas mieux vue par la formation d’en face, mais toute l’équipe à laquelle elle avait appartenue aurait été débarquée, et Francis Luyce aurait pu être aujourd’hui en train d’inaugurer son septième mandat de président de la Fédération (cauchemar).
      Alors je n’ai rien contre cette personne, mais je ne vois pas en quoi il fallait la maintenir à tout prix!
      Quand vous choisissez votre équipe pour les championnats, vous prenez ceux qui vont vous faire gagner, pas ceux qui peuvent vous faire battre. Je dis bravo au sélectionneur pour avoir effectué un choix difficile, sans doute pas de gaîté de cœur, (et je me dis qu’il peut exister des compensations, des missions et des tas de commissions fédérales pour cette personne qui vous tient à cœur).
      Mais bien entendu, Francis Luyce et vous-même pouvez penser le contraire…

      1. YERDA

        C’est une facon d’interpreter des faits sans être effectivement en possession de certains éléments. Une fois encore je constate qu’il est très facile de faire des amalgames sans vraiment connaître les personnes.

        1. Eric Lahmy *

          Arrêtez! Ce que vous dites est cryptique, donc sans intérêt. Ou vous dites les choses que vous prétendez savoir, ou vous ne les dites pas. Et si vous ne les dites pas, c’est que vous n’en avez pas le courage. Et si vous n’en avez pas le courage, c’est que vous savez que ce que vous direz sera repris de volée par d’autres qui savent. N’essayez pas de faire un pataquès avec rien du tout.

    1. Eric Lahmy *

      Je ne sais pas si c’est dommage, et jusqu’à preuve du contraire, je ne comprends pas ce que « Yerda » veut.
      Que je me lance dans une enquête sur la stratégie de conquête de la présidence de Sezionale? A quel titre? J’étais – plus ou moins – mêlé à cette stratégie…
      Que dénonce ce monsieur (ou cette dame)? Je ne sais pas. A qui dois-je demander cela? Je ne sais pas. Pourquoi le ferais-je? Je ne sais pas. Qui se cache derrière Yerda? Je ne sais pas. Qui accuse-t-il? Je ne sais pas. Pourquoi le fait-il de cette manière? Je ne sais pas. Pourquoi n’est-il pas plus disert? Je ne sais pas.
      En revanche, à la question: est-il un provocateur, je répondrai OUI!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


deux + = 3