JEUX DU COMMONWEALTH: COMMENT L’ESPRIT VIENT AUX FEMMES

Eric LAHMY

Mardi 2 Avril 2018

Je posais récemment la question de savoir pourquoi on ne trouvait pas plus de femmes entraîneurs. La réponse est à la fois simple et compliquée. Depuis toujours, les hommes ont pris toute la place. Si aujourd’hui, un certain nombre d’entre eux sont d’accord sur le principe, il est plus compliqué de mettre en oeuvre l’application de ces bonnes résolution. Comment faire rentrer plus de femmes et s’assurer que ce soient les meilleurs qui occupent les places?
L’organisation des Jeux du Commonwealth
(GFC: Commonwealth Games Federation) a dû se poser la même question, parce qu’il semble qu’elle tente de se donner les moyens de remédier à une telle carence. 19 coaches féminins en provenance des pays du Commonwealth vont bénéficier d’un programme pendant la tenue des Jeux, lesquels se tiennent ce mois ci, pendant l’été austral, à Gold Coast, grande ville du Queensland, Etat de l’est australien… Ce programme d’enseignement de coaching féminine (Women’s Coaching Internship Programme) est censé répondre à une stratégie d’égalité entre les sexes, qui offrira une formation à des entraîneurs femmes de douze sports et de onze nations (Botswana, Canada, Angleterre, Kenya, Malaisie, Maurice, Mozambique, Nouvelles-Hébrides, Irlande du Nord, Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, du 4 eu 11 avril.

Ce programme comprendra des séances d’informations, et des conférences de coachs femmes établies. Les participantes logeront au Village des athlètes. Les organisateurs des Jeux se sont efforcés d’organiser les compétitions les plus équilibrées, puisque, pour la première fois, ils distribueront autant de titres (133) pour les femmes que pour les hommes. Il s’agit d’un précédent pour ce qui est des compétitions multisportives, a assuré Bruce Robertson, le vice-président des Jeux du Commonwealth (un ancien nageur, 2e du 100 papillon des Jeux olympiques de Munich derrière Mark Spitz, champion du monde de la même course à Belgrade, Yougoslavie, en 1973 et aux Jeux du Commonwealth de Christchurch, Nouvelle-Zélande, en 1974, 4e aux mondiaux 1975 à Cali, Colombie et demi-finaliste aux Jeux de Montréal en 1976)…

Les fédérations internationales de basketball, de hockey et de natation ont confirmé qu’au minimum la moitié de leurs officiels seront des femmes.


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *