KAZAN (15) KATINKA HOSSZU GAGNE OU CA L’ARRANGE

LA « DAME DE FER » ABANDONNE LE DOS

POUR TRIOMPHER EN QUATRE NAGES

Eric LAHMY

Lundi 3 août 2015

Quand on se fait appeler « la dame de fer », on est censé pouvoir faire un peu ce qu’on veut. C’est le cas. Katinka HOSSZU avait commencé la journée dans le 100 mètres dos. Plutôt bien, puisqu’elle avait nagé la course plus vite que tout le monde, en 58.78, dans la cinquième série, temps que ni Madison WILSON, Australie, 59.17 dans la sixième série, ni Emily SEEBOHM, autre Australienne, 59.04 dans la septième, encore moins Melissa FRANKLIN, 59.59, ne purent dépasser.

Et puis l’après-midi, Katinka ne se présenta pas aux demi-finales. Probable que ces séries faisaient partie de son hygiène apéritive; Elle laissait la voie libre à SEEBOHM, 58.56, NIELSSEN, 58.84, WILSON, 59.05, FU, 59.33, FRANKLIN, 59.42, etc. C’est que moins d’une demi-heure après, elle avait un autre rendez-vous, et qu’elle l’avait privilégié, celui du 200 mètres quatre nages.

Katinka s’était qualifiée la veille avec, excusez du peu, un nouveau record d’Europe en 2:7.30. Le record du monde (et des championnats du monde) était toujours bien accroché à 2:6.15, du fait de l’Américaine Ariana KUKORS, à Rome, en 2009 et en polyuréthane.

Compte tenu de ses insolentes capacités de récupération, il n’eut pas été impossible pour une inoxydable du genre d’HOSSZU de réussir à se qualifier sur 100 mètres dos à 18h25, puis à remporter trente minutes plus tard le titre du 200 quatre nages. Mais ce n’eut pas été dans la poche, loin de là, en raison de la difficulté, dans un si bref délai, de revenir au calme, d’éliminer les toxines de son organisme par un peu moins d’une demi-heure de nage lente, puis de se reconditionner pour la gagne. Elle et son coach de mari ne tentèrent pas le diable.

C’est comme cela qu’elle a effacé KUKORS, en 2:6.12. Elle a étouffé à peu près tout le monde dans son parcours en papillon, 27.30, noyé la seule qui restait alors à son niveau, la Britannique Siobhan Marie O’CONNOR en dos, 31.64 (et 58.94), nagé plus vite en brasse que toutes sauf la délicate spécialiste Japonaise Kanako WATANABE, avec 36.70 (et 1:35.64), et terminé avec une confortable avance, devançant la Japonaise, 2:8.45, de plus de deux secondes. WATANABE, dans un parcours de crawl sensationnel (et qu’on ne lui connaissait pas) en 30.11, raflait l’argent devant une O’CONNOR en perdition. Lojn derrière, en 8e position, YE Shiwen, la championne olympique chinoise…

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • EMILY SEEBOHM EN DOS EN ROUTE POUR RIO L’AUSTRALIENNE MARQUE ENCORE DES POINTS SUR KATINKA HOSSZU ET MELISSA FRANKLIN Eric LAHMY Jeudi 1er Octobre 2015 Pékin. Coupe du monde de natation, x-ième volet. Une grande […]
  • MELISSA VA-T-ELLE, ELLE AUSSI, « TOUT CASSER » A KAZAN ? Par Eric LAHMY                                              Dimanche 3 Mai 2015 Est-il possible que Melissa Franklin, sur ses résultats des championnats universitaires des Etats-Unis, […]
  • L’incroyable Katinka Hosszu Par Eric LAHMY 27 décembre 2013 Meilleure nageuse européenne de l’année, présente sur tous les fronts de la compétition, mondiaux, championnats d’Europe, Coupe du monde, Katinka […]
  • MEETING ARENA DE SANTA CLARA (2) FEMKE HEEMSKERK DÉZINGUE HOSSZU, FRANKLIN ET SCHMITT POUR LE PRIX D'UNE Par Eric LAHMY                                                     Samedi 20 Juin 2015 Après les apéritifs de […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un × 3 =