KAZAN (41) DAIYA SETO JAPON SE SUCCÈDE À LUI-MÊME

SETO, VERRASZTO, LE PODIUM DES QUATRE NAGES RIME EN EAU

Eric LAHMY

Dimanche 9 août 2015

Après les temps, en série, de Chase Kalisz, sur 400 mètres quatre nages – une course difficile en termes de condition physique et de technicité dans toutes les nages, et qui définit, de ce fait et d’une certaine façon, le nageur à la fois « complet » (maîtrise des quatre nages) et résistant – après les temps de Kalisz, donc, on se demandait si le Japon n’allait pas regretter amèrement l’absence de son nageur phare, blessé, Kosuke Hagino.

Mais Chase Kalisz avait déjà fait le coup en 2013 à Barcelone, où lui était échu le meilleur temps de séries: il aime se qualifier avec des temps canon ; par ailleurs, l’absence du « Phelps japonais » a été brillamment compensée par son compatriote, Daiya Seto, qui, champion du monde en titre, ne demandait qu’ rééditer son coup gagnant des mondiaux de Barcelone, en 2013.

Seto l’a emporté ce dimanche après-midi, dernière journée de courses de natation des mondiaux de Kazan, après avoir plus ou moins mené tout du long, en dehors d’une attaque énergique de Tyler Clary qui l’a repris dans la seconde moitié du parcours en dos. Clary (champion olympique de Londres sur 200 mètres dos, et finaliste en papillon) avait nagé la première moitié de son dos en 31.65, mais il changea de rythme et attaqua avec violence, effectuant la longueur suivante en 30.83. Malheureusement pour lui, il allait tomber ensuite devant trois meilleurs spécialistes de brasse que lui, Kalisz, Verraszto et, bien entendu, Seto, lequel fut aussi le plus performant dans son parcours de crawl. Quand le Japonais toucha, en 4’8.50, ses suivants attaquaient l’eau derrière son battement, Verraszto réglant in extremis l’Américain Kalisz… Seto avait été égal à celui qu’on avait vu à Barcelone, vainqueur en 4’8.69. Verraszto, 2e en 4’9.90, avait été 6e à Barcelone, Kalisz, 3e à Kazan avec 4’10.05, avait été 2e à Barcelone, Clary, 4’11.71, conservait sa 4e place de Barcelone.

David Verraszto, fils d’un grand des quatre nages hongrois, accédait à l’argent mondial. Son « papa », Zoltan, avait été champion du monde du 200 mètres dos, en 1975, à Cali, en Colombie, où il avait été le premier nageur à faire tomber un monument du dos, Roland Matthes, alors bouffé de tendinites aux épaules et contraint par ses charmants dirigeants de continuer à nager alors qu’il ne voulait qu’entamer une carrière médicale. David a donc fait encore un peu moins bien que son auguste père… mais pourrait bien changer le rapport de forces familial l’an prochain à Rio… (Une sœur à lui a nagé longtemps à Nice, mais n’a pas atteint aux mêmes honneurs)…

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • KAZAN (35) MITCHELL LARKIN DOUBLE EN DOS LE DOS AUSTRALIEN EST LE MEILLEUR DU MONDE Eric LAHMY Vendredi 7 août 2015 Après le triomphe de la petite sœur Bronte, celui de Mitchell Larkin pouvait, enfin, permettre aux […]
  • Tyler Clary, comme un goût de déjà vu. 1er août 2013 Barcelone, 15emes championnats du monde Ce 200 mètres dos ressemble assez à celui des Jeux olympiques, dont neuf des seize qui atteignent les demi-finales en avaient […]
  • CLARY, C’EST AUSSI LINDSEY Samedi 20 Février 2016 La conférence « BIG TEN », tenue au Canham, au Natatorium d’Ann Arbor, Etat du Michigan, a donné quelques performances intéressantes. On y a vu Lindsey CLARY, la […]
  • VYATCHANIN, GRACIEUSE DERIVE Lundi 19 Mai 2014 A Charlotte, dimanche, dernier jour du meeting Arena, Arkady Vyatchanin a dominé le 200 mètres dos messieurs de la plus insolente des façons. Tyler Clary, le champion […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


1 + sept =