KAZAN (42) PALTRINIERI REND LE 1500 A L’EUROPE…

… ET CONNOR JAEGER REMET LES USA

SUR LE DEVANT DE LA SCENE

Eric LAHMY

Depuis bien vingt années, le 1500 mètres avait échappé à la vielle Europe. C’était une affaire de Chinois, de Tunisiens, d’Australiens. Paltrinieri a récupéré la tunique de Salnikov.

Ce devait être une sorte de match du siècle. Ce genre de match du siècle qu’on peut voir, je vous rassure, une fois par an, et qui ne nécessite donc par de vivre cent ans pour y assister… Une de ces rencontres qui comptent pourtant. Mais il n’a pas eu lieu.

Paltrinieri a donc gagné le titre de champion du monde du 1500 mètres par abandon de l’adversaire. Sun Yang s’est-il déballonné ? A-t-il senti dans ses muscles ou dans sa tête qu’il ne serait pas à la hauteur de la confrontation en face d’un Italien qui l’avait manifestement rejoint, en valeur nautique ?

Samedi, quand il s’était qualifié, avec le troisième temps, 14’55.11, dans la troisième série que Paltrinieri avait épinglée, 14’51.04, devant Conor Jaeger, 14’53.34, s’est-il senti dépassé, comme obsolète ? Le champion olympique, champion et recordman du monde a-t-il mal vécu, aussi, de voir, lui qui terminait ses 1500 mètres en boulet de canon, le Britannique Stephan Milne lui reprendre presque trois longueurs de corps dans un dernier 100 mètres en 56.86, alors qu’il n’avait pu, dans ce même parcours, faire mieux que 59.35 ? Voyait-il que son arme maîtresse, ce finish, l’avait quitté ?

Est-ce lui qui a déclaré forfait, ou est-ce ses dirigeants qui, après son doublé 400-800 mètres, ont voulu lui éviter « l’humiliation » d’une défaite ? Si son forfait avait été connu à temps, Pal Joensen, des Féroé, neuvième temps des séries, aurait pu nager (Damien Joly était dixième). Mais la ligne resta tristement orpheline d’un nageur…

Toujours est-il que la course au titre sur 1500 mètres s’est réduite à un duel entre d’un côté l’Italien au style frénétique et fort laid de pendule qu’on remonte, lointain héritage de la nage de Janet Evans, mâtinée du style qu’on retrouve, depuis Novella Calligaris, chez plusieurs exposants italiens des longues distances, mais d’une légèreté un peu irréelle, d’une économie, d’une très faible capacité à fatiguer ; et de l’autre l’Américain Connor Jaeger, très belle longueur de nage et capacités très proches de celles de Sun Yang de démarrer en fin de course et de laisser en plan ses vis-à-vis…

D’une certaine façon, j’ai vu dans ce 1500 mètres une entreprise, réussie, de Paltrinieri, de lâcher l’Américain, et une autre, à deux doigts de réussir mais finalement ratée, de l’Américain, de « ralentir » Paltrinieri, de l’amener à restreindre son effort, avant que lui, Jaeger, fort de ce talent qui revient à disposer d’un sprint supérieur, ne lui règle son compte dans les deux dernières longueurs de bassin.

Le défaut des qualités de Jaeger, c’est de trop vouloir protéger cette faculté de sprint, ce qui revient à trop lui faire confiance, donc à laisser partir l’adversaire, ce qui lui rend finalement impossible, dans certains cas, la tâche de le déborder. On l’avait vu, au début de l’été, se faire prendre dans ce genre de course d’attente où il était parti de trop loin, par son compatriote McBroom…

Là où le plus fort des Sun suivait et collait, Jaeger suit mais se laisse décoller. Il accumula ainsi presque quatre secondes de retard aux 800 (Paltrinieri , 7’46.85, Jaeger, 7’50.68). Cette différence se retrouvait peu au prou aux 1300 mètres (12’42.92 – 12’46.39). Jaeger lança ses dernières forces, et se rapprocha, mais c’était trop tard, et Paltrinieri, qui finissait en 57.43, contre 56.08 à Jaeger, avait encore de la marge. Il touchait avec une seconde et demie d’avance.

L’échec de Jaeger était quand même annonciateur de bonnes choses. Il y a des années que les Américains n’existaient plus sur 1500 mètres. Il y a comme cela des mouvements de balanciers, dans les équipes. Aux USA, comme partout ailleurs, ils s’étaient tous rués sur le sprint, mais maintenant, il en est qui font des calculs différents.

Le troisième, Ryan Cochrane, vieil habitué des podiums, était largué à quinze mètres.

 

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • Phelps moins libre que papillon 16 Mai 2014   Dès les séries du premier jour du meeting « Arena » de Charlotte, Michael Phelps a montré qu’il était plus en avance dans son programme de papillon que de nage […]
  • KYLIE PALMER: LA FIN D’UNE AFFAIRE KYLIE PALMER PEUT REPRENDRE LA COMPÉTITION Vendredi 18 septembre 2015 La nageuse australienne Kylie Palmer, qui avait été contrainte de se retirer de l’équipe australienne des […]
  • Agnel, à Minneapolis puis Glasgow 21 septembre 2013 Yannick Agnel nagera dans l’équipe d’Europe lors du « duel » Europe-Etats-Unis, à Glasgow, rapporte Swim Vortex. Le champion olympique et du monde du 200 mètres nagera […]
  • PALTRINIERI: LES ITALIENS ONT UN BON FOND DERRIÈRE PALTRINIERI, LE QUINZE CENTS MAÎTRE, LE DEMI-FOND ITALIEN S'ADOSSE À L’EAU LIBRE Éric LAHMY Vendredi 18 septembre 2015 Se passe-t-il quelque chose de particulier dans le […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − = trois