LE CAMILLE- MUFFAT 2018, C’EST À SARCELLES, OU CHRISTINE ET GUY CANZANO REÇOIVENT

Éric LAHMY

Mardi 6 Mars 2018

Sarcelles, deuxième étape du « Golden Tour Camille Muffat ». Le Centre Aquatique Christiane et Guy Canzano, inscrit dans le complexe sportif Nelson Mandela, accueillera pendant trois jours, du vendredi 9 au dimanche 11 mars les compétitions et la chaîne BeIn sports a prévu des retransmissions des finales de samedi et dimanche.

Le décor n’était pas prévu dans le film. L’étape du Camille-Muffat, a priori, c’était Amiens. Mais Amiens s’est désisté. Manque de volonté des nouveaux responsables du club et de la région, ou de la mairie, avec le retentissement financier des soucis (tribune du stade de la Licorne) du football ? « Amiens, le président, c’était Henri Wachter ; et Henri Wachter, c’était aussi le président de région et le vice-président de la Fédération. Cela ouvre des portes, conforte une situation, permet d’ambitionner et de réaliser ; Nice, même chose, ils ont avec eux le président de région devenu maintenant président de la Fédération ; Sarcelles, on est loin du compte », explique Guy Canzano, toujours fidèle au poste à 89 ans et qui donc se retrouve avec le bébé sur les bras.

François Detail, le président du club amiénois qui avait décidé d’annuler le meeting est sur le départ ; Amiens Métropole est co-présidé par deux anciens poloïstes, Mélanie de Rycke et Alexandre Cabral, et il n’est pas impossible qu’Amiens reprenne son bien. A suivre…

Mais en attendant…

« Quand Gilles (Sezionale, le président de la Fédération) m’a demandé de remplacer Amiens, j’ai répondu oui parce que j’avais déjà organisé et que je savais pouvoir compter sur les appuis nécessaires », continue Canzano, dont le statut, dans sa ville, atteint au mythe et qui recevra donc le Camille-Muffat dans la piscine qui porte les noms de son couple : Christine et Guy Canzano.

Pour organiser, Guy s’est assuré qu’il pouvait disposer des fonds nécessaires. Si les meetings ne pèsent pas réellement dans un palmarès de nageurs, ils présentent un intérêt professionnel, diverses primes d’un montant global proches des 100.000€ venant récompenser les trois premiers de chacune des 34 courses du programme ainsi que les mieux classés par points du Golden Tour. Les entraîneurs des sont associés à ces gains, et reçoivent 15% des sommes allouées à leurs nageurs. Sur cette somme, l’étape de Sarcelles devait en assurer un tiers. Et 30.000€, par les temps qui courent, ne se trouvent pas sous le sabot d’un cheval !

« Je suis donc allé voir mon maire, un jeune maire plein d’énergie, Nicolas Maccioni , héritier d’une lignée de hauts fonctionnaires, père préfet de la Réunion, de la Haute-Normandie et de Seine-Maritime, grand-père sous-préfet. Prudent, Guy obtient son accord avant de poser un chiffre. Après cela, il faut solliciter des aides à tous les niveaux, sonner d’un côté le comité départemental, la ligue, la fédération, et frapper de l’autre aux portes de la région, du comité d’agglomération, et se mettre au diapason de la compétition : « comme la télé sera là, l’éclairage passe de 800 à 1200 lux, on installe une tribune », etc.

CHAMPIONNES OLYMPIQUES : KROMOWIDJOJO ET BLUME HEEMSKERK ; CHAMPIONS DU MONDE : STRAVIUS, REYMOND, KOCH

Parmi les engagés, trois championnes olympiques, Ranomi Kromowidjojo, Femke Heemskerk (Pays-Bas) et  Pernille Blume (Danemark), les championnes et champions du monde Axel Raymond et Jeremy Stravius, ainsi qu’un fidèle du tournoi, Marco Koch (Allemagne). Et d’autres « noms » de la natation, comme Jazmin Carlin, demi-fondeuse britannique médaillée olympique, Viktor Bromer, champion d’Europe danois du 200 mètres papillon…

Siobhan O’Connor, Grande-Bretagne, vice-championne olympique du 200 quatre nages, ou encore Giedrus Titenis, Lituanie, David Verraszto, Hongrie, qui mène le classement provisoire du Camille-Muffat après la première étape (Nice) le mois dernier.

Ce sont les français, qui, paradoxalement, se sont le moins battus pour nager à Sarcelles, par exemple, Charlotte Bonnet évitera le Camille-Muffat pour s’exhiber à Milan ; choix « régional » certes compréhensible, Milan étant trois fois plus proche, 320km que Sarcelles, 960km, de Nice. Outre les nageurs déjà cités, on trouve les noms de Fanny Deberghes, Thomas Avetand, Maxime Grousset. Ces deux derniers sont amiénois : on n’organise pas, mais on participe.

Quoiqu’elle ne soit pas annoncée sur le programme issu du site fédéral, il semble qu’en revanche notre nageuse britannique préférée, Marie Wattel, nagera à Sarcelles…


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *