L’IDIOT DU VILLAGE OLYMPIQUE

Billet

La variété de la vie aquatique est étonnante. Nagent ainsi dans les océans des champions de l’intelligence, tels les cétacés, et les lamellibranches les plus obtus. Il en va de même dans les piscines.

Depuis plusieurs années maintenant, un flux d’infos en provenance des USA laissait supposer que Ryan Lochte, nageur d’exception, souffrait par ailleurs de certaines lacunes au plan du développement cérébral. Dans les milieux où l’on s’efforce de penser, aux USA – pays de Donald Trump, ne l’oublions pas -, on estime son quotient intellectuel, s’il pouvait s’inscrire, comme sur un thermomètre, en degrés, du côté de moins 273 : le zéro absolu. Ce qui ne parait pas l’empêcher d’être « hot », à preuve ses succès de télé-réalité. Sa théorie et sa pratique du mauvais goût ont permis à ce beau gosse mal fini quelque part de se classer, dans le monde insolite de la télé réalité, presque au niveau des sœurs Kardashian, ce qui situe la pointure du personnage.

Ses arguments, il est vrai, ne manquent pas. L’homme dispose de 130 paires de chaussures, dont sa préférée, a-t-il confié à John Mc Enroe, une horreur vert néon qui dit « Ryan » sur une semelle et « Lochte » sur l’autre. Les leit motiv qu’il éructe « houh, houh, yeah » forment une partie essentielle de son vocabulaire. [Un dictionnaire Ryan Lochte – Phiippe Lucas serait en préparation, long d’un quart de page]. Lochte, apologue de l’outrance et du mauvais goût, a martelé son souhait d’être la première personne à uriner dans la piscine du Mémorial Lincoln, à Washington. Cela, et quelques autres provocs, sont les signes de ce qu’il appelle son originalité. En 2012 ayant enlevé le 400 mètres quatre nages, il entendait monter sur le podium en ayant plaqué sur son sourire un dentier incrusté de diamants représentant un drapeau américain. Les dirigeants US l’incitèrent à recracher cette marque incisive de patriotisme sous prétexte qu’elle ne faisait pas partie de l’uniforme officiel de l’équipe nationale.

Régulièrement traité de « douchebag » –  appareillage utilisé pour la toilette intime féminine, mais qui, par métaphore signifie quelque chose comme blaireau ou connard -, ce débile léger, comme cela arrive parfois, paraît comme frôlé par l’aile du génie, par exemple quand il a prétendu être, je cite, « le Michael Phelps de la natation. » Mais il a fait fort pour son image, celle de son équipe et de son pays, avec cette troisième mi-temps de Rio de Janeiro où, dans une virée alcoolisée avec des potes de l’équipe US, Jimmy Feigen, 25ans, Jack Conger, 21 ans, et Gunnar Bentz, 20 ans, notre énergumène de 32 ans a participé à un relais des pissotières, détruit la porte des toilettes d’une station service, cherché querelle à l’employé qui entendait faire payer les dégâts et a fini par les tenir en joue, l’arme au poing ; enfin, il a prétendu avoir été attaqué par de faux policiers qui cherchaient à le détrousser.

Ayant réussi à quitter le Brésil avant que la justice ne réagisse, il devrait sortir indemne de l’aventure, selon certains observateurs, en raison surtout de sa teinte de peau. Un Lochte noir, aux States, aurait été médiatiquement lynché. Blanc, il sera lavé de tout soupçon. Nous laisserons la morale de cette histoire à Marina Hyde, chroniqueuse du Guardian, qui épiloguait au sujet de ce Phelps de la bêtise incarnée : « parce qu’avec ses plus jeunes compagnons de virée, il jouit du privilège du blanc, nous savons maintenant que Ryan va sortir indemne de cette histoire. Les commentateurs outragés qui tentent de lever un gant contre lui en seront pour leur peine. Avant de partir à Rio, Lochte exposait ses intentions : être célèbre ; être un styliste ; être un mannequin ; être une star de la télévision. Aucune de ces activités ne souffrira de ses méfaits au Brésil. Le premier monde civilisé n’est-il pas le lieu où d’innombrables idiots professionnels disposent de shows télévisés voués au spectacle des allers et retours de leur vie privée? Si je comprends bien, c’est ce qui nous différencie de l’animal. »

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • UN JOURNALISTE FOU AGRESSE KATINKA HOSSZU Par Eric LAHMY                               Vendredi 22 Mai 2015 Le journalisme est un sport de compétition comme un autre. Il y a des fois où on est hors de forme. Où on connait […]
  • Tous dopés, sauf moi Billet 24 septembre 2013 Ben Johnson, le vainqueur éliminé du 100 mètres plat des Jeux olympiques de Séoul, en 1988 (il avait battu le record du monde avec 9’’79, mais la performance […]
  • BILLET: LA VIE DE COUPLE A UN BEL AVENIR Mercredi 21 septembre 2016 Depuis qu’Angelina Jolie a demandé le divorce, je ne dors plus. Mais il parait que je doive me rassurer. Le vrai couple star reste uni: Francis Luyce et Jacques […]
  • PARK ET EFIMOVA, COUPABLES OU VICTIMES ? Eric LAHMY à Montréal               30 Mars 2015 Y a-t-il quelque chose d'excessif dans le système de répression du dopage ? Peut-être que si. Dans sa rage à se défaire d’un système […]

Also published on Medium.

4 comments:

  1. Baigneur

    hahaha la déclaration de R.Lochte, je suis « le Michael Phelps de la natation » et votre commentaire : ‘frôlé par l’aile du génie’ 🙂

        1. Eric Lahmy *

          Vouloir uriner dans la piscine du Lincoln Memorial le rapproche déjà de Jean-Paul Sartre dont l’un des premiers exploits rapportés fut, authentique, de « pisser sur la tombe de Chateaubriand ». Puis pendant les cinquante ans qui suivirent, il pissa généreusement de la copie à jets continus. Lochte vient ici d’écrire sa « Nausée », et il est, déjà, c’est sûr « L’idiot de la Famille » natation, sans pourtant se comparer à Flaubert, et pour « Les Mots », il faudra patienter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − = quatre