L’incroyable Katinka Hosszu

Par Eric LAHMY

27 décembre 2013

Meilleure nageuse européenne de l’année, présente sur tous les fronts de la compétition, mondiaux, championnats d’Europe, Coupe du monde, Katinka Hosszu termine son année à l’île de La Réunion. Vacances ? C’est mal connaître cette femme dont l’acier est inoxydable.

Dans le civil, on l’appellerait Madame Tusup (du nom de Shane, son mari-coach-agent, récemment épousé) mais sans aucun succès garanti. C’est le sous l’identité de Katinka Hosszu qu’elle s’est fait connaître. Si le titre (officieux) de meilleure nageuse du monde pour 2013 pouvait être disputé entre Melissa Franklin et Katie Ledecky (cette dernière a été finalement plébiscitée), Hosszu aurait très bien pu revendiquer un (gros) bout de cette distinction. Elle n’a rien de phénoménal, physiquement, rien qui se compare aux « mètres quatre-vingts » et plus que font les Potec, Muffat, Adlington, Kromowidjojo, Manaudou, Pellegrini, Franklin, Steffen et autres Torres. Elle mesure 1,70m pour 56kg, et les photos révèlent parfois sa musculature fine mais dessinée, parfois une certaine joliesse, mais toujours un sourire jovial. Katinka, personne avenante et sympathique ne nage pas dans la morosité. Mais son année 2013 a été carrément superbe, et sa conception de la natation a quelque chose de « sans précédent » dans l’histoire de ce sport…
Pourtant, après les Jeux olympiques de Londres, la gaieté n’était pas la note dominante. Hosszu était partie aux Jeux pleine d’ambitions basées sur des références chronométriques encourageantes. Mais elle se retrouve éliminée en demi-finales du 200 mètres papillon (2’7’’69), termine dernière de la finale du 200 mètres quatre nages, 4e du 400 mètres quatre nages. Katinka, qui a nagé dans les « eaux mondiales » depuis 2004, année où, à quatorze ans, elle a participé à ses premiers Jeux olympiques, a vu sa carrière décoller vraiment en 2009, après sa première année d’entraînement chez Dave Salo, l’entraîneur de l’Université de Southern California. Cette année, elle devient championne du monde du 400 mètres quatre nages, devant Stephanie Rice, enlève le bronze sur 200 mètres papillon et 200 mètres quatre nages. En 2010, à Budapest, elle a été championne d’Europe du 200 mètres quatre nages, du 200 mètres papillon, du relais quatre fois 200 mètres, 2e du 400 mètres quatre nages. Après une année 2011 décevante au regard de ses aspirations, Katinka repart du bon pied aux championnats d’Europe (or sur 200m papillon, 200 et 400 quatre nages, argent du quatre fois 200 mètres).

Retour des Jeux, c’est une Hosszu en berne qui rencontre Salo. Lequel ne peut lui donner une raison de ses échecs qui la satisfasse, ou la rassure. Hosszu décide de nager à Budapest. La saison hivernale suivante est éblouissante. Elle enlève la victoire aux meetings de World Cup (la compétition en huit étapes en petit bassin organisée par la FINA), triomphe dans ses épreuves classiques aux championnats d’Europe en petit bassin de Chartres, en novembre 2012), puis du monde (deux or, deux argent, un bronze).

Shane et Katinka ont un projet, créer à Budapest la meilleure école de natation d’un pays passionné de sport et qui a donné, en un siècle, un nombre très élevé de grands champions. Et pour cela, ils se bougent. Dans leur programme, ils ont réservé un peu de temps à leur mariage. Pendant la lune de miel (durée non spécifiée) aux Seychelles, dans un hôtel disposant d’une piscine de 50 mètres, Katinka nagea 31 kilomètres. Comment le sait-on ? La distance qu’elle parcourra a fait l’objet d’un concours ouvert aux Hongrois. Le vainqueur de ce concours avait parié sur 32 kilomètres. Bien visé…

Aux mondiaux 2013, Katinka Hosszu avait redressé la barre. Elle remporte le 200 mètres quatre nages en 2’7’’92 devant Alicia Coutts, 2’9’’39, et Mireia Belmonte, 2’9’’45. A noter que ses temps des séries, 2’8’’45, et de sa demi-finale, 2’8’’59, lui auraient suffi pour l’emporter. Elle gagne aussi le 400 mètres quatre nages en 4’30’’41 devant Belmonte, 4’31’’21 et Elizabeth Beisel, 4’31’’69. Katinka finit 3e du 200 mètres papillon (en 2’5’’9) derrière Liu Zige, 2’4’’59 et Mireia Belmonte, 2’4’’78. Elle s’est brillamment qualifiée, deuxième temps, sur 100 mètres dos, en 59’’40, derrière Melissa Franklin, 59’’13, mais ne se présente pas en demi, et préfère se réserver pour la finale du 200 mètres quatre nages. Elle est aussi 6e du 200 mètres dos (2’9’’08) loin derrière Franklin intouchable. Sur 200 mètres libre, après s’être qualifiée brillamment avec le deuxième temps (1’56’’73), elle est première éliminée dans des  demis piégeuses, battue d’un sixième par Charlotte Bonnet.

Après les mondiaux, Katinka reprend le collier de la World Cup. Celle-ci démarre à Eindhoven, les 7-8 août, quelques jours après Barcelone. Katinka est sur sa forme catalane. Elle nage six courses, monte sur quatre podiums, dont trois à la plus haute marche. Et bat les records mondiaux des 200 mètres et 400 mètres quatre nages (2’4’’39 et 4’22’’18). Les 10 et 1, la voici à Berlin, présente à la deuxième étape. Elle nage peu (au regard de ses normes habituelles) : cinq courses « seulement » et en gagne quatre. Sans doute vise-t-elle de gosses performances, en tous cas, c’est ce qui se passe, car elle réalise les records mondiaux du 100 mètres quatre nages (57’’45 dans les séries) et du 400 mètres quatre nages qu’elle rétrécit d’une grosse seconde, en 4’20’’85. Elle enlève aussi le 200 papillon et finit 2e du 200 libre.

Deux mois plus tard, deuxième rafale des meetings. A Moscou, les 12 et 13 octobre, Katinka est engagée dans douze courses, se qualifie dans toutes les finales, en gagne trois (200m4nages, 4004nages, 200papillon), est 2e du 200 mètres, du 800 mètres, du 50 mètres dos, du 100 mètres quatre nages, 3e des 100 et 200 mètres dos, et du 100 mètres papillon, et n’est pas invitée aux podiums que dans deux courses, le 400 mètres (où elle nage volontairement neuf secondes moins vite qu’en séries) et au 50 mètres papillon (septième). Elle nagera encore douze épreuves à Dubaï, les 17-18 octobre, et à Doha (20-21 octobre), onze à Singapour (5-6 novembre) dix à Tokyo (9-10 novembre), et à Pékin (13-14 novembre). Au total, elle dispute 78 courses de la World Cup, ce qui implique 143 plongeons de départ entre les séries et les finales. Elle gagne à 32 reprises, termine douze fois 2e et douze fois 3e. Ses gains s’élèvent  à 365.000 dollars. Elle améliore finalement six records mondiaux.

Fatiguée, Hosszu ? Que nenni, la voilà aux championnats d’Europe de Herning, aux Pays-Bas, où elle continue de se bien comporter. Mireia Belmonte, qui s’est préparée spécialement pour ces épreuves, sera la grande nageuse à Herning, et enlèvera 400m, 800m, 200m papillon et 400m quatre nages. Mais Katinka ne partira pas bredouille, enlevant le 200 mètres quatre nages et finissant 2e des 100m et 400m quatre nages.

Le déplacement à l’île de la Réunion ressemblera à des vacances pour Katinka, mais des vacances studieuses. La fille est comme ça. On ne refait pas quelqu’un qui nage 31 kilomètres pendant sa lune de miel.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • Et le meilleur nageur US est… 6 octobre 2013 Ryan Lochte, Melissa Franklin et Katie Ledecky sont les mieux placés pour enlever les “Golden Goggle Awards” qui récompensent chaque année les meilleurs nageurs […]
  • KAZAN (26) KATIE LEDECKY SOUFFRE MAIS GAGNE LE 200 DERRIÈRE L’INVINCIBLE, PELLEGRINI ET FRANKLIN INVERSENT LEURS POSITIONS DE BARCELONE Éric LAHMY Mercredi 5 août 2015 Katie Ledecky, on le savait, aurait quelque mal à gagner le 200 […]
  • KAZAN (16) LEDECKY BAT LE RECORD DU MONDE SANS LE VOULOIR. KATIE ? A MI-CHEMIN DE LA FEMME ET DU POISSON ! Éric LAHMY Lundi 3 août 2015 Temps de passage de Katie LEDECKY dans son 1500 mètres record du monde, en séries des mondiaux de Kazan. […]
  • KAZAN (15) KATINKA HOSSZU GAGNE OU CA L’ARRANGE LA "DAME DE FER" ABANDONNE LE DOS POUR TRIOMPHER EN QUATRE NAGES Eric LAHMY Lundi 3 août 2015 Quand on se fait appeler "la dame de fer", on est censé pouvoir faire un peu ce qu’on […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


trois + 3 =