Ma Nuit « Entre les Lignes » Avec Laure Manaudou

LAURE MANAUDOU (avec Marion Festraëts). Entre les Lignes. Editeur Michel Laffon. 17,95€

Par Eric LAHMY

Ce n’est pas un livre de technique. Ce n’est pas un livre de people. Ce n’est pas un livre de natation. Mais c’est un livre de Laure Manaudou, et donc susceptible d’intéresser tous ceux que la nageuse a fascinés. Elle règle parfois des comptes, balance sur un de ses ex qui lui intente un procès quoiqu’il ferait mieux d’écraser, n’oublie pas de se malmener et de se balancer des auto-vacheries, reconnait ses fautes sans concessions. Cela a parfois le ton de la confession, et m’a laissé un peu interdit. On ne peut reprendre ici tous les thèmes qu’elle aborde. Après une nuit passée à le lire, voici les quelques thèmes qui me sont venus. Tous concernent avant tout la nageuse et négligent la people…

« JE N’AI JAMAIS AIME NAGER »

Première phrase : « je n’ai jamais aimé nager ». Brandie d’entrée telle un étendard, répétée comme un mantra, dès le premier chapitre, et qu’elle réitère plus loin, des fois qu’on aurait mal compris. Un gag : année après année, les Français élisent la natation comme le sport préféré (devant le foot, il faut le faire). Et Manaudou…

L’info mérite d’être méditée. Est-elle totalement sincère ? Sans doute, puisque, dit-elle, depuis sa retraite, elle n’a plus mis les pieds dans l’eau. Laure Manaudou précise : elle n’aime pas nager, elle aime gagner. Elle n’est pas la seule dans son cas, je pourrais vous citer dix champions olympiques ou recordmen du monde qui ont dit un peu la même chose. Les frères Joe et Mark Bottom, ou Amaury Leveaux par exemple. Seulement, chez Laure Manaudou, c’est différent. Et aggravé. Car tous ces nageurs qui déclaraient ne pas aimer la natation étaient des sprinters. Ça leur permettait d’en faire le moins possible, et de passer plus de temps en salle de musculation qu’avec la tête dans le bouillon. Elle, a hanté les courses de demi-fond. Pas conseillées aux pères la flemme…

Dans un numéro de Sport et Vie, j’ai lu un jour un article sur « ce sport que ses pratiquants champions déclaraient détester » et c’était la natation ! Combien de gens n’aiment dans leur job que le jour de la feuille de paie ? Regardez Amaury Leveaux, dont j’ai lu qu’il était « l’un des plus marrants dans les réseaux sociaux ». Marrant, sans doute, pour ceux qui l’encouragent dans cette direction. Mais le plus futé ? Lui n’aime pas nager. Il n’aime pas la musculation. Il aime boire des canons avec des potes. Et, imbiber ses tweets sur Mandela et Luther King. Il est champion olympique de relais, médaillé d’argent olympique sur 50 mètres, toujours recordman du monde du 100 mètres en petit bassin (dans un temps de fou). Il y a comme ça des gens qui réussissent là où ils ne s’attendent pas. Marie-José Pérec détestait courir. Ça ne lui enlèvera pas son palmarès.

Surtout, il faut faire attention avec ces déclarations. Quand, en octobre 1968, Don Schollander (incontestable meilleur nageur du monde en 1963, 1964 et 1966) prit sa retraite, il annonça la couleur avec humour. Il avait tellement trempé dans l’eau depuis son enfance, disait-il, qu’il ne prendrait même plus de douche. J’étais resté avec cette idée que Schollander avait trop souffert dans l’eau pour y retourner. Mais un jour de 1973 ou de 1974, je rencontre Schollander dans un ascenseur d’hôtel à Belgrade (je crois), où se déroulent les championnats du monde. Il fait partie du premier « Team Arena », un groupe de gloires de la natation réunies pour promouvoir la jeune marque d’articles de bain. Le lendemain, je suis au bord du bassin. Dans les championnats, avec ce fanatisme qui me distingue, je refuse de quitter le bassin sauf pour l’heure du déjeuner entre les séries et les finales, et je passe mon temps à lire les feuilles de résultats, à imaginer ce que seront les finales, à préparer des mini-bios des nageurs en lice. Et voilà que quelques nageurs de l’ARENA Team se mettent à l’eau. Je ne me souviens plus des autres, mais Schollander me scie ! Il effectue une longue série de 100 mètres, développant son immense compas (Schollander mesure un petit 1,78m quoiqu’en disent ses biographies où il se donne 1,83m) mais allongé dans l’eau, sa taille parait être de deux ou trois mètres. Sans plaisanter. Par curiosité, je déclenche mon chrono. Le soir, je raconte au sprinteur italien Roberto Pangaro, toujours en activité, avec qui je dîne en compagnie de mon ami du PUC et du Racing, Marc de Herdt (aujourd’hui président des Internationaux de natation) : « Schollander a nagé des séries de 100 mètres en 1’8’’. » Et Pangaro : « je ne les fais pas. » Pas mal pour un homme qui n’aime pas nager, cinq ou six ans après son arrêt d’activité !

Des vieux de la veille ne s’étonnent guère de ce propos de Manaudou. « C’est normal, me dit  Aldo Eminente, finaliste olympique du 100 mètres en 1952 et en 1956 et ancien entraîneur du Racing. Je n’aimais pas trop m’entraîner, je préférais la compétition. » Et Marc De Herdt : « quand Manaudou dit cela, elle a dix ans de natation, et des heures quotidiennes dans l’eau. Au bord du bassin, les plus vieux nageurs, c’était toujours ceux qui trainaient sur le bord, ils plongeaient toujours les derniers. Mais on aimait la course, gagner. »

Et puis un jour, beaucoup reviennent. Des qui ne pouvaient plus voir l’eau en peinture s’y remettent, et parfois se piquent au jeu des masters. Ne peuvent plus s’en passer. Structurent même pour certains leurs existences autour de la piscine…

« JE NE SAIS RIEN FAIRE »

Qu’une championne comme Laure Manaudou soit aussi peu sûre d’elle et trimballe une aussi mauvaise image d’elle-même a quelque chose de navrant. Je veux tout admettre de ce qu’elle nous dit, que sans Philippe Lucas, elle ne serait pas devenue la championne, qu’elle a tendance à ne rien faire. Il n’empêche, cette image qu’elle se donne de personne pas qualifiée ne me convainc pas tout à fait. Avez-vous entendu Laure Manaudou, dans une ou deux interventions télé ? Ne trouvez-vous pas que la fille a bien évolué ? Elle n’est pas aussi stupide qu’elle veut nous le faire croire. Elle a quelques idées et elle sait les exprimer. Elle trouve que Florent, son petit frère, perd trop de temps dans les jeux vidéo, mais elle l’approuve de prendre de la créatine et le félicite d’avoir le courage de le dire. Bon, il ne s’agit pas là d’une étude comparée des philosophies de Comte-Sponville et de Finkielkraut, et elle peut encore progresser, mais je trouve qu’elle a développé un certain bon sens, et que depuis 2004, elle a appris à réfléchir et surtout à exprimer. Jusqu’ici, je la croyais limitée, je me demande maintenant si son intelligence n’était pas seulement engourdie. Je crois cependant que c’est une fille qui a trop peu d’envies fortes, de désirs vrais, que son idéal de vie est d’une simplicité, d’une modestie très éloignées de son statut ‘’médiatique’’.

« NAGEUSE PROFESSIONNELLE »

Laure raconte que, très jeune, elle veut devenir ‘’nageuse professionnelle’’. Un métier qui n’existe pas. Et qu’elle invente. J’ai envie de dire qu’elle a été la seule nageuse professionnelle française digne de ce nom (au niveau du compte en banque). Ce qui ne l’empêche pas d’illustrer le piège du professionnalisme en natation. Elle est sans doute la nageuse qui s’est la mieux tirée de ce piège fatal. Sa popularité lui a donné le moyen de donner une épaisseur à ce concept vide: Nageur professionnel. Quarante ans après, elle a revécu l’aventure qui donna Christine Caron. Avec une personnalité certes très différente (il y a quelque chose de solaire dans Christine Caron, de lunaire dans Laure Manaudou), elle est la Christine Caron nouvelle vague avec cette autre différence que le professionnalisme en natation n’existait pas alors. Il y a deux ans, dans un marché de Rouen, j’ai pu constater le nombre de gens qui reconnaissaient Christine ! Quarante-huit ans s’étaient passés depuis son record du monde et sa médaille olympique. C’est ce statut d’icône qu’a rejoint Manaudou et je ne crois pas du tout impossible que, malgré les modes qui passent, une maraîchère la reconnaîtra, vers l’an 2050, quand elle achètera sa salade. C’est tout le mal que je lui souhaite.

Mais le plus marrant dans l’histoire, c’est que dans sa vie comme dans son livre, Laure Manaudou donne l’impression d’être une nageuse amateur doublée d’une amoureuse professionnelle !

TELLEMENT TIMIDE

Il y a eu un malentendu Laure Manaudou. Ce malentendu est né de ce qu’on a pris pour de l’arrogance l’incroyable timidité de cette femme. Elle l’écrit, et je la crois très très fort. Je ne l’ai rencontrée qu’une fois. Dans une piscine, bien sûr, elle devait avoir quinze ans et était pilotée par Michel Rousseau. Je ne venais plus que rarement au bord des bassins, n’étant plus depuis des années chargé de la natation à L’Equipe. La fille était adorablement jolie, immense, un visage comme dessiné par la plume exquise d’un calligraphe ; elle avait une ou deux canines manquantes, qui ajoutaient un je ne sais quoi, d’exotique, comme une signature inimitable, à son allure…, et des yeux de biche apeurée. De grandes pupilles noires et une expression un peu affolée. Quand Rousseau me la présenta, je la félicitais. Elle avait nagé le 100 mètres dos en moins de la minute en petit bassin et je lui dis combien cela m’avait impressionné ; elle me donnait l’air à la fois de boire du petit lait et de chercher à s’enfoncer sous terre. Pendant toute sa carrière, à l’admiration sans mélange que faisaient naître les exploits de la championne, s’ajoutait pour moi le souvenir de cette jolie et immense petite fille aux sourires fascinés, silencieuse, réservée au point de paraître craintive. Et ce souvenir me donnait  l’impression de comprendre ses réactions…

PHILIPPE LUCAS

S’il est une personne envers qui la gratitude, l’amitié, de Laure Manaudou, s’exprime spontanément, c’est bien Philippe Lucas. Laure est sûre d’une chose. Sans lui, elle n’était pas. Il s’occupe de tout et il impose ses volontés. Il la houspille. Mais c’est ce dont elle a besoin. Elle le dit. Dans la vie comme dans les bassins, il lui faut un homme à poigne, qui la dirige. Laure est une force, mais déboussolée, un gros moteur auquel il manque le volant. Prenez sa « carrière », ce qu’on a appelé « le système Manaudou ». D’abord un boy-friend qui s’intitule agent et qui tente de gratter des avantages. Ensuite Didier Poulmaire, Pygmalion qui invente un personnage, Laure Manaudou, lointaine, intouchable, une sorte de Greta Garbo. En fait, Poulmaire lui a taillé un costume sur mesure. Laure a du mal à s’exprimer, on va faire de cette carence une arme, inventer qu’elle ne dit rien parce qu’elle atteint au statut des super-stars. On agira de même avec Marie-José Pérec: chaque fois qu’elle l’ouvre, celle-ci déclenche les catastrophes. Donc elle la fermera, ça lui donnera l’air de régner. Quand elle n’en veut plus, Manaudou s’en débarrasse sans qu’il en soit averti, le Poulmaire en question. Elle aurait pu lui dire : on change de stratégie, mais non, elle le plante là… La même façon de fonctionner avec son frère Nicolas quand celui-ci l’entraîne. Elle file à Mulhouse. Pas très courageuse, Laure Manaudou ? En tout cas elle n’a pas ce courage là.

Lucas, c’est autre chose. C’est le coach indépassable. Des tas de gens ont dit qu’ils auraient pu faire mieux que lui avec Manaudou. Vrai ? Faux, très probablement. Vrai : d’autres coaches auraient pu la faire nager « mieux ». Techniquement mieux. Lui donner une « glisse » qu’elle n’avait pas, des virages, dans lesquels elle perdait du terrain sur toutes ses meilleures adversaires, des coulées réduites chez elle à leur plus simple expression. Si on additionne toutes ces scories, Manaudou aurait dû nager le premier 400 mètres en moins de quatre minutes, être championne olympique du 800 mètres loin devant Aï Shibata, battre d’autres records sur 200 mètres et 1500 mètres et effectuer des intrusions sur 100 mètres libre.

Mais bon, citez-moi maintenant le nom des entraîneurs qui auraient pu mieux que Lucas, gérer cette fille au quotidien, la suivre du réveil matinal jusqu’à la fin de son deuxième entraînement, contraindre la nageuse qui n’aime pas nager à bosser à raison de seize kilomètres par jour pendant dix ans, la tenir à bout de bras et à coups d’encouragements et d’insultes, de caresses et de coups de pieds aux fesses à l’entraînement comme à l’approche de la compétition, la remonter comme une pendule avant les finales, lui donner ce masque de guerrière avant la bataille. Si vous avez un nom, je vous félicite, vous êtes beaucoup plus fort que moi, parce que je sèche.

Il est vrai aussi, Lucas n’a pas su négocier l’entrée de sa nageuse dans l’âge adulte. Un peu comme Pellerin avec Agnel puis Muffat. Mais, pour Philippe Lucas, il y a deux énormes circonstances atténuantes. La première, de caractère général, c’est que plus il aime ses nageurs, plus il les engueule. La seconde? Manaudou devient adulte, vit sa vie, s’octroie une vie privée pas si privée que ça, d’ailleurs, qu’elle affiche à coup de tatouages et de peintures sur doigts en plusieurs langues (love, amore, etc.) et, finalement, trahie il est vrai, par les assassines photos sur l’Internet. Mais il ne s’agit que d’une maturation biologique. Cette grande fille n’est grande qu’en partie seulement. Ce papillon est resté chenille dans sa tête. Et ce corps épanoui recèle un cerveau à maturation lente. Elle veut s’élancer dans les airs, mais n’a pas d’ailes, seulement des embryons d’élytres, la pratique intense de la natation y est sans doute pour quelque chose d’ailleurs; il faudra attendre Bousquet pour qu’elle commence à changer de statut. Lentement, douloureusement. Pendant ce temps, c’est Lucas qui lui donne ce qu’il peut…

Elle a bien raison, Laure, de lui dire : merci.

LE 1500 METRES DE LA ROCHE-SUR-YON

Si Philippe Lucas a fait d’elle une nageuse, il ne l’a pas aidée sur le plan de la présentation et du comportement en général. Pygmalion peut-être, mais sûrement pas professeur de bonnes manières. L’un des plus graves malentendus entre le couple Lucas-Manaudou et le directeur technique fédéral Claude Fauquet est venu de là. Un dialogue entre Lucas et Fauquet, c’était une conversation entre pidgin et étrusque ancien, sauf que là, il n’y avait pas de dictionnaire.

Et comme à un moment, il faut que cela explose, ça a explosé à la suite d’un record du monde en petit bassin battu à La Roche-sur-Yon par Laure Manaudou, sur 1500 mètres. Lucas se dit furieux que la Fédération ne soit pas représentée ce jour là. Allons bon… Puis ‘’L’Equipe’’ publie un commentaire signé Claude Fauquet sur cette performance qui peut être mal pris. Fauquet (qui, en l’occurrence, fait le travail du journaliste qui aurait pu trouver tout ça tout seul à condition de connaître un peu la natation) y explique que le 1500 mètres n’est pas souvent nagé en petit bain, que ce record est loin de valoir celui détenu en grand bassin, que Laure a nagé seule, ce qui change des conditions de la compétition, et autres détails pointilleux, très techniques, qui tous sont parfaitement acceptables mais qui, mis bout à bout, paraissent révéler, en étant modérément soupçonneux, une certaine condescendance du Directeur technique national vis-à-vis du succès de la nageuse…

On connait la suite : Lucas explose, vitupère, et se farcit médiatiquement Fauquet qu’il couvre de formules assassines à sa manière, lesquelles formules exploitent largement les fonctions reproductrices et excrémentielles.

Le gag à double détente, c’est, d’abord, que si personne de la Fédération ne s’est déplacé, c’est parce que Lucas, en électron libre qui se respecte, a décidé au dernier moment de faire nager son élève ou en tout cas n’a pas pris la peine d’annoncer ses intentions ; c’est ensuite que le point de vue signé Fauquet qui a provoqué la colère du coach n’a pas été exprimé par son signataire !

Le DTN, fort occupé ou en réunion lorsque le journaliste lui a demandé son analyse, avait dévié celui-ci vers un conseiller technique régional, Marc Planche, cheville ouvrière du site Internet de la Fédération. Planche a donné un avis très analytique, lequel, encore une fois, est très défendable, mais peut donner au paranoïaque lambda l’impression d’ un manque de chaleur ou d’enthousiasme, voire même d’un fort dédain ! Pour achever ce chef d’œuvre de communication moderne, le journaliste qui a recueilli le point de vue, estimant le pedigree de Marc Planche insuffisant pour s’honorer d’une entrée dans ses colonnes du quotidien, attribue l’analyse au supérieur hiérarchique. Lucas, qui voit rouge chaque fois qu’on agite le nom de Fauquet, fonce alors tête baissée avec la hargne d’un taureau des Asturies. Il exécute Fauquet et souille au passage le plastron de Francis Luyce (qui ne faisait que passer), histoire de faire bonne mesure.

Le pauvre Fauquet, bien empêché de rejeter la faute sur Planche (ce qui aurait mis aussi en porte-à-faux le quotidien de sport dont le professionnalisme n’est pas en l’occurrence au-dessus de tout soupçon), se voit contraint d’émettre de plates excuses.

Mais ce n’est pas tout. Il s’avère que la piscine de La Roche-sur-Yon, choisie par Lucas pour faire nager son élève surdouée, n’a jamais été homologuée. Elle est trop courte. Dès qu’on pose le système électronique sur le mur d’arrivée, il lui manque un centimètre. La terreur règne sur le siège fédéral. Si l’affaire se répand, on ne sait quelles épithètes Philippe Lucas va maintenant trouver. Le coach, on le sait, ne dispose pas forcément d’un vocabulaire de plus de mille mots, mais dont cinq cents sont gros, et quelques-uns très gros. Un géomètre expert est expédié dare-dare qui va miraculeusement authentifier la vraie bonne longueur du bassin (et plus spécialement celle de la ligne d’eau où a nagé notre héroïne). Ce nouveau miracle de la foi s’accomplit de lui-même dans la semaine et c’est ainsi que sera sauvé le record mondial du soldat Manaudou, et évité un nouveau scandale.

Manifestement, dans cet incident sans grande importance, Philippe Lucas s’était fourvoyé sur toute la ligne, mais dans l’océan médiatique, c’est comme chez les requins, celui qui dispose de la plus grande gueule dévore l’autre. Et le rayon de morsure de Philippe Lucas de cette époque aurait fait reculer Les Dents de la Mer !

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • Lire et nager avec méthode 16 octobre 2013 Par Eric LAHMY Les Grecs anciens disaient d’un ignorant : « il ne sait ni lire, ni nager ». Rien de tel dès lors qu’une méthode de natation pour vous cultiver. C’est […]
  • QUAND LEISEL JONES SOUFFRAIT DE SA CÉLÉBRITÉ LEISEL JONES : SOUVENIRS D’UNE GLORIEUSE DÉPRESSIVE Éric LAHMY Lundi 9 Novembre 2015 La nageuse australienne Leisel JONES vient de s’ajouter à la longue liste des champions et des […]
  • LES SECRETS DERRIERE LAPORTE LES MOTS POUR GAGNER OU L'ART     DE NE PAS RATER LE COACH ***Bernard Laporte. « SECRETS DE COACHS Les mots justes, les coups de gueule, les silences. » Editions du moment, 17,95€ Eric […]
  • UN DROLE DE PELLERIN Livre *Fabrice Pellerin, Accédez Au Sommet le Chemin Est En Vous. Michel Lafon éditeur, 15€.   Par Eric LAHMY   C’est un drôle de Pellerin que viennent de publier […]

1 comment:

  1. Ariel l'Astronaute

    J’ai lu cette biographie et je l’ai beaucoup aimé. Elle démontre qu’avec énormément de travail, de volonté et de soutien on peut réaliser ses rêves. Une fois le livre terminé j’étais davantage admirative de Laure, même si je ne comprends pas forcément le « Je n’ai jamais nagé ». Pour moi cela reste inconcevable de devenir championne olympique sans aimer ce sport… Il faut encore que je médite là dessus ! 😉
    Très bel article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 8 = cinquante six