MEHDY METELLA DOMPTE SUR 100 MÈTRES UN STRAVIUS QUI A TENTÉ SA CHANCE

Éric LAHMY

Dimanche 18 Février 2018

Jolie bagarre sur 100 mètres. On imaginait une explication à trois, deux Amiénois, Stravius et Grousset, contre un Marseillais, Metella, mais Maxime Grousset, l’un des espoirs français de la distance, n’est pas au départ. Il n’avait prévu que le 200 libre et le 100 papillon à son programme.

En séries, l’Amiénois déclenche les hostilités, et finit, seul, sous les cinquante secondes. 49s90. Dans sa trentième année, le champion du monde 2011 du 100 dos s’est réservé depuis le début du week-end pour ce cent mètres, et peut-être a-t-il eu besoin de mettre le paquet pour mettre ses instruments au diapason… Metella, lui, n’a cessé de se remettre à l’eau, 50 et 100 papillon, n’a snobé que le 50 libre. En séries de ce 100 mètres, il n’a donc guère besoin d’un rodage de soupapes, seulement de se qualifier. Ce qu’il fait, avec le 2e temps du matin, 50s63.

La finale est atypique. Stravius mène, sans pour autant montrer de la témérité, passe en 24s08 ; ce qui est moins vite que le matin (23s97). Malgré cela, il est devant d’un demi-mètre, devant l’Orléanais Florian Truchot, 24s41 et Metella, 24s43, pratiquement dans le même mouvement. Mais dans le retour, Metella met l’overdrive, il revient sur Jeremy et parvient à l’effacer. Depuis le mur du virage jusqu’à l’arrivée, il a nagé en 24s83, un beau « retour » qui correspond pratiquement à une égalité d’allure parfaite entre ses deux moitiés de course. Stravius finit assez près, 49s51 contre 49s26, Truchot à une seconde (50s51).

C’est pas mal à ce moment de la saison…

Ce 100 mètres a offert la seule course de relief du dimanche de Courbevoie, le niveau moyen étant plutôt de niveau régional. D’après ce qui ressort des organisateurs, ils ont eu du mal à réunir de fortes équipes, celles-ci utilisant les congés à s’entraîner de préférence à concourir. A noter cependant le 200 papillon de Jordan Coelho en 2’1s96.

LE TOEC LANCE SA JEUNE VAGUE SUR DEUX FRONTS

Pendant le week-end, les Dauphins de Toulouse Olympique Etudiant Club avaient délégué deux équipes, l’une à Nîmes, l’autre à Agen, et montré qu’eux aussi, à l’instar d’Amiens, travaillaient à la « reconstruction » tant attendue de notre sport représentatif. Des bataillons de jeunes et de plus jeunes s’escrimaient dans ces deux réunions, et si elles ne donnaient pas encore de grands résultats, elles offraient des raisons d’y croire.

A Agen, ainsi, Lou Ditière, née en 2000, enlevait le 50 crawl en 26s06, le 100, 58s17, et le 200, 2’6s23 et plusieurs jeunes filles ont nagé correctement. Côté garçons, Louis Godefroid (2001) s’appropriait le 50, 23s59 en série, 23s56 en finale, et perdait de peu le 200 (1’55s56) mais laissait Guillaume Guth (2000) gagner le 100 (51s38) pour lequel, après s’être qualifié, il déclarait forfait pour la finale. Guth bissait avec le 50 papillon (24s94 et 24s74) et trissait au 100 papillon où très seul, il réussissait 55s83 en séries, 55s79 en finale avec trois ou quatre mètres d’avance. Thomas Fargeot (2001) doublait 800 et 1500 mètres. Godefroid, lui, s’imposait sur 200 papillon… Léon Marchand, pour sa part ; gagnait le 200 quatre nages.

A Nîmes, un doublé de Canet sur 50 mètres, Jean-Marc Délices 2000) et Milan Vlaovic, 23s83 et 23s90. Délices enlève aussi le 50 papillon, 25s06, devant Pedro-Leal, son aîné de quatre ans, qui gagne le 100 papillon en 55s69 (et 55s76 en séries). Au 200, Jonathan Atsu, 1’51s43, devançait deux autres Toulousains, Coiffard et Mairesse, et remportait le 400 (4’0s77), après que Tommy Lee Camblong, de Canet, l’eut devancé en série, 3’58s80 contre 3’59s07. Mais la meilleure perf de crawl de la journée était signée sur 1500 par Mathis Castera, Toulouse, 15’36s67, devant le même Camblong, 15’41s63.   

Côté filles, Assia Touati, Toulouse, 57s au 100. Sur 100 dos, Valeryia Egorova, Montpellier Métropole, 1’3s23.

Je ne dirais pas que la relève est prête, mais on dirait qu’elle se prépare…


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *