MICHAEL PHELPS EST TOUJOURS PHELPSIEN

L’ART DE PARTIR DE LOIN ET DE GAGNER DE RIEN

Éric LAHMY

Samedi 5 décembre 2015

Je ne sais pas où j’ai trouvé pour la première fois l’adjectif « phelpsien ». C’était dans un texte anglais, s’écrivait « phelpsian » et désignait une capacité à gagner plein de courses à la suite sans se planter. Par exemple, Katinka HOSSZU est la nageuse phelpsienne par excellence.

Mais, je ne sais ce que vous en pensez, le terme peut avoir d’autres acceptions. Dans un nombre important de  victoires, Michael PHELPS, qui n’a pas besoin d’être phelpsien, puisqu’il est Phelps lui-même, laisse partir l’adversaire et trouve toujours le moyen de revenir, toute rage dehors. Ce qu’il a fait ainsi dans le domaine à CAVIC, sur 100 mètres papillon, aux Jeux olympiques de Pékin, frôle le répréhensible. Laisser mener l’acerbe Serbe pendant 99,95 mètre de la course, être encore surpris derrière lui une fraction de seconde avant la touche [la photo a fait le rour du monde] et lui piquer l’or démontre un talent de kleptomane qui a laissé ce tchatcheur de Cavic sans voix.

Il y a donc des retours de bassin, qui sont des retours de bâton phelpsiens, qui font mal à ceux qui en sont victimes. Hier, en finale du 100 mètres papillon des championnats d’hiver US, deuxième journée, dans le bassin de Federal Way, Washington State, Phelps est passé une coudée et demie derrière Tom SHIELDS, 24.45 contre 24.09, un poil aussi derrière Santo CONDORELLI. Puis il a effacé le Canadien, a remonté SHIELDS et l’a réglé avec 3/100e d’avance.

DE LOOF, QUELLE HISTOIRE

Allison SCHMITT contre Melissa FRANKLIN: la championne olympique de Londres face à la championne du monde de Barcelone, sur 200 mètres dames, course animée par deux sprinteuses, Manuel et Cheng, avant que l’artillerie lourde se mette en action. La championne olympique devance l’ex championne du monde : il est des légitimités dures à secouer… Au milieu de tout ça, deux Hongkongaises, se retrouvent en finale : l’une, de 18 ans, fraiche étudiante au Michigan, Siobhan HAUGHEY, finit en bronze, l’autre, Camille CHENG, diplômée en psychologie de Californie, sixième…

Plus tard, Missy a peiné pour enlever le 100 mètres dos devant une plus ou moins certaine Ali DE LOOF, membre d’une éminente sororité de DE LOOF, avec Gabby, son aînée, et Catie et Jacqueline, ses cadettes. Toute cette tribu épatante – la connexion avec Michigan fut inaugurée par une de leurs cousines, Alana FONT – est coachée ou le sera par le fameux entraîneur de l’Université, Mike Bottom, et la DE LOOF du jour, Ali donc, a réussi à s’insérer, sur le podium entre FRANKLIN et BOOTSMA et à devancer une constellation formée de Natalie COUGHLIN, Claire ADAMS, Kathleen BAKER. Belle entrée dans le Gotha de la natation !!

J’attends avec impatience la suite de cette histoire de LOOF.

100 mètres papillon: Dana VOLLMER a réglé les deux représentantes US de la spécialité aux mondiaux de Kazan, lesquelles, toutes deux, avaient été éliminées en séries (Donahue) ou en demis(Stewart). Vollmer, la championne olympique, ex recordwoman du monde de la distance, croit toujours en ses chances, seize ans après ses premiers « trials » olympiques et trois ans après son triomphe de Londres (or du 100 papillon, du 4 fois 200 et du 4 fois 100 4 nages). Jeune mère de famille (un garçon né en 2014), la grande araignée (1,83m, 68kg) a décidé de réactiver sa tachycardie (elle ne nage jamais loin d’un défibrillateur) et de partir à l’assaut du mont SJÖSTRÖM (par la face nord). Elle n’a plus que deux secondes à gagner pour retrouver son niveau record, deux et demi pour aplanir SJÖSTRÖM à Rio. Moi j’appelle ça de l’héroïsme, ou de la témérité, et ce n’est pas Florent MANAUDOU qui commettrait une telle imprudence.

En quatre nages dames, à noter Emily OVERHOLT, championne panaméricaine, larguée sur 400-4, 6e en 4’44.74.

Derrière EFIMOVA sur 100 mètres brasse, Lillia « Lilly » KING, 18 ans, arrive à point nommé au moment où Jessica HARDY et Micah LAWRENCE commencent à donner des signes d’essoufflement. Mise à l’eau à sept ans parce que seule la natation parvenait à dompter son irrépressible énergie, Lilly n’a cessé depuis. Ici, à Federal Way, elle a longtemps mené et signé un temps de finale mondiale.

MESSIEURS

200 mètres : 1. Conor DWYER, 1’46.62 ; 2. Michael WEISS, 1’47.85; 3. Matias KOSKI, Finlande, 1’47.96; 4. Maxime ROONEY, 1’48.

100 mètres dos : 1. Matt GREVERS, 52.54 ; 2. Grigory TARASEVICH, 53.80 ; 2. Arkady VYATCHANIN, 54.12. Finale B: 1. Vladimir MOROZOV, 53.85.

100 mètres brasse : 1. Sam TIERNEY, 1’0.15 ; 2. Marcus TITUS, 1’0.55; 3. Nick SCHAFER, 1’0.71.

100 mètres papillon : 1. Michael PHELPS, 51.38 ; 2. Tom SHIELDS, 51.41 ; 3. Luis MARTINEZ, Guatemala, 52.45 ; 4. Santo CONDORELLI, Canada, 52.51.

400 mètres 4 nages : 1. Chase KALISZ, 4’12.80 ; 2. Max WILLIAMSON, 4’20.86; 3. Dan WALLACE, 4’21.03. Finale B: 1. Ian RAINEY, 4’20.94.

DAMES.-

200 mètres: 1. Allison SCHMITT, 1’56.77; 2. Melissa FRANKLIN, 1’57.30 ; 3. Siobhan HAUGHEY, Hong-Kong, 1’58.48 ; 4. Gillian RYAN, 1’58.50 ; 5. Simone MANUEL, 1’58.54 ; 6. Camille CHENG, 1’58.78.

100 mètres dos : 1. Missy FRANKLIN, 1’0.03 ; 2. Ali DELOOF, 1’0.10; 3. Rachel BOOTSMA, 1’0.25.

100 mètres brasse : 1. Julia EFIMOVA, Russie, 1’6.17 ; 2. Lilly KING, 1’6.43; 3. Molly  HANNIS, 1’7.51 (en série, 1’7.38); 4. Rachel NICOL, 1’7.89 (en série, 1’7.73); 5. Miranda TUCKER, 1’7.95.

100 mètres papillon : 1. Dana VOLLMER, 57.95; 2. Claire DONAHUE, 58.37; 3. Kendyl STEWART, 58.45. Finale B: 1. Eva MERRELL, 58.58.

400 mètres 4 nages : 1. Maya DI RADO, 4’36.85 ; 2. Elisabeth BEISEL, 4’37.01 ; 3. Sarah HENRY, 4’40.01 ; 4. Caitlin LEVERENZ, 4’40.79.

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • CAVIC [Milorad] (Anaheim, Californie, USA, 31 mai 1984-). Serbie. Il jouit de la double nationalité serbe et américaine. Il avait représenté la Yougoslavie aux Jeux 2000, la Serbie-Monténégro en 2004 et […]
  • MEETING ARENA DE SANTA CLARA (3) MICHAEL PHELPS AUX PIEDS DE CONNOR JAEGER Par Eric LAHMY                                            Samedi 20 Juin 2015                       Battu la veille, d’une main, par McBroom […]
  • La plus belle médaille de Michael Phelps Livre Beneath The Surface, par Michael Phelps (with Brian Cazeneuve), Sports Publishing, 804 North Neil Street, Champaign, Il. 61820 Le nombre de médailles gagnées par Michael Phelps […]
  • YANNICK AGNEL ET LA BÉNÉDICTION APOSTOLIQUE DE MONSEIGNEUR PHELPS Éric LAMY Mercredi 20 Avril 2016 Donc Michael Phelps a plébiscité Yannick Agnel. Cela peut n’être qu’un propos diplomatique. Mais pour lui, le Français peut gagner le 200 mètres nage […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


× 1 = neuf