USA : SERIE, FAIS MOI PEUR !

25 juin 2013

par Eric Lahmy

Les séries de la première journée des championnats US, dans le « temple » d’Indianapolis, sélectifs pour les mondiaux de Barcelone, ont amené leur lot de surprises et… d’absences de surprises. Parfois, ces épreuves qualificatives pour la finale mêlent des approches différentes, avec des « gros bras » qui s’économisent et se réservent plus ou moins imprudemment pour la finale, et des jeunes et moins jeunes loups qui, la faim au ventre, tentent de bousculer les hiérarchies. Ce qui conduit parfois à des accidents de parcours. Dans le 100 mètres nage libre dames, où nulle n’a cassé les 54’’, c’est comme cela que deux stars de la natation US, Allison Schmitt, avec le 9e temps, 54’’96, et Dana Vollmer, 54’’96, sont restées sur le carreau, tandis que l’ancestrale Coughlin et Missy Franklin ainsi que Jessica Hardy, les deux sélectionnées olympiques de Londres l’an passé sont passées sans encombres.

Dans la course masculine, Nathan Adrian, le champion olympique, a précédé Anthony Erwin et Matt Grevers, rien de surprenant. La sensation est peut-être la disparition de Cullen Jones, engagé à 48’’67 et dont les 50’’07 n’ont donné qu’une 18e place. Ou peut-être, en sens contraire, Caeleb Dressel, un gamin de seize ans, seulement 38e sur le papier, qui s’est offert une place en finale, en 49’’63 ! L’an dernier, Dressel, qui détient quelques records US de jeunes, n’avait pas encore 15 ans quand il avait manqué le déplacement aux « trials » pour un centième de seconde. Cette fois, il est là et bien là, et ne fait pas que de la figuration !

 

100 mètres libre dames.- Séries : 1. Shannon Vreeland, 54’’24; 2. Natalie Coughlin, Natal, 54’’34; 3 Margo Geer, 54’’39; 4. Megan Romano, 54’’40; 5. Missy Franklin, 54’’55; 6. Jessica Hardy, 54’’70; 7. Elizabeth Pelton, 54’’78; 8. Simone Manuel, 54.83.

200 mètres papillon dames.- (Séries) : 1. Cammile Adams, 2’9’’8 ; 2. Rebecca Mann, 2’11’’26 ; 3. Maya Dirado, 2’11’’37; 4. Courtney Weaver, 2’11’’38; 5. Jasmine Tosky, 2’11’’58; 6. Elisabeth Beisel, 2’11’’63; 7. Katie McLaughlin, 2’11’’67; 8. Caitlin Reverenz, 2’12’’20.

100 mètres messieurs.( Séries): 1. Nathan Adrian, 48’’54; 2. Anthony Ervin, 48’’72 ; 3. Matt Grevers, 48’’96 ; 4. Ricky Berens, 49’’05; 6. Jimmy Feigen, 49’’15; 6. Ryan Lochte, 49’’17; 7. Conor Dwyer, 49’’30; 8. Caeleb Dressel, 49’’63.

200 mètres papillon messieurs.- (Séries) : 1. Bobby Bollier, 1’57’’35; 2 Tom Luchsinger, 1’57’’74; 3. Tyler Clary, 1’57’’88; 4. Dan Madwed, 1’58’’16; 5. Tom Shields, 1:58.34;  6. Andrew Seliskar, 1’58’’35; 7. Chase Kalisz, 1’58’’62; 8. Kyle Whitaker, 1’58’’76.

USA : L’APRES-PHELPS COMMENCE A INDIANAPOLIS

25 juin 2013

 

Par Eric LAHMY

 

            Abondance de talents aux championnats « trials » des Etats-Unis, qui débutent à Indianapolis, en l’absence de qui vous savez, mais en présence d’une galaxie de champions, dont la crème se retrouvera aux Mondiaux de Barcelone.

 

Les USA sont entrés dans « l’ère post-Phelpsienne », écrit Mike Gustafson dans sa présentation des championnats des USA, sélectifs pour les mondiaux de Barcelone, qui commencent aujourd’hui dans un des hauts lieux de la natation américaine, l’ Indianapolis Université Natatorium. Dans ce Temple du sport, inscrit sur le campus de l’Université, classé premier stade nautique des USA devant le CenturyLink Center d’Omaha, dans le Nebraska, le Centre Aquatique universitaire de Minneapolis, Minnesota, le Georgia Tech d’Atlanta, Georgie, et l’International Swimming Hall of Fame de Fort Lauderdale, en Floride, 103 records américains et 15 records du monde ont été battus. Ici se sont déroulés 13 championnats NCAA masculins et autant de féminins.

Ce qu’il doit penser sans le dire, Mike Gustafson (le plus amusant des journalistes de natation : il a émis trois prédictions pour Indianapolis : 1) Missy Franklin allait beaucoup sourire ; 2) Matt Grevers – 2,04m – serait très grand ; 3) la phrase la plus souvent prononcée serait : « que va faire Lochte ? »), c’est qu’on pourrait bien être entré dans l’ère Missy Franklin. Les Américains la considèrent comme la meilleure nageuse du monde, encore que Ranomi Kromowidjojo, Camille Muffat et une ou deux autres pourraient lui disputer l’appellation. Sur le papier, Missy devrait être imbattable sur les deux courses de dos, et redoutable sur 100m et 200m nage libre, à la poursuite pour le moins de places en relais. Sa réputation est devenue monstrueuse outre-Atlantique. Au-delà de ses exploits (quatre mdailles d’or aux Jeux de Londres), les Américains ont été touchés par sa simplicité, sa gentillesse et son désintéressement. Missy n’a-t-elle pas refusé une fortune pour pouvoir nager dans les compétitions universitaires jusqu’aux Jeux de Rio ? A-t-elle réussi à s’entraîner en toute quiétude entre les multiples obligations, sollicitations, invitations, parades, courriers en souffrance de milliers d’admirateurs, et pourra-t-elle tenir le programme ?

Si Michaël Phelps est irremplaçable (sauf par plusieurs nageurs), Ryan Lochte reste l’homme le plus à même de combler quelques-uns des vides laissés par l’homme protée, qui se promenait dans le programme olympique entre 100m nage libre et 400 mètres quatre nages, comme s’il avait son mot à dire là où il le voulait. Lochte, qui a vécu huit semaines sans le moindre entraînement, à être filmé pour une série intitulée « Qu’aurait fait Ryan Lochte » au sortir des Jeux, et avoue n’avoir repris le collier que sept semaines avant les trials, aura-t-il retrouvé le fond de nage qui a fait de lui le nageur de l’année 2010 et un très convenable héros des Jeux de Londres ? Disons qu’il a plutôt bien nagé récemment à Santa Clara.

La natation américaine, dont on annonce le déclin, de façon récurrente, depuis une bonne trentaine d’années, pète la santé. Certes, elle est plus partageuse que par le passé. Les razzias de titres olympiques ne sont plus de mise comme en 1964, ou en 1976, quand les Américains avaient enlevé tous les titres sauf un, celui du 200 mètres brasse. D’autres modèles de natation, d’autres organisations fabriquent du haut niveau. Mais le système américain, qui est d’ailleurs un anti-système, reste de loin le premier. Gros travailleur ou athlète de l’effort bref, professionnel ou étudiant nageur, il y en a pour tous les goûts… C’est ce qui le rend tellement séduisant, n’est-ce pas, Yannick Agnel ? Il est fort possible que les sélections pour les Mondiaux de Barcelone confirment cette pérennité.

L’abondance de talents est telle à Indianapolis que, dans les diverses présentations des champions à suivre, des héros de Londres, médaillés d’or comme Nathan Adrian (100 mètres nage libre) qui a effectué un très costaud 48’’08 à Santa-Clara, Tyler Clary (200 mètres dos), Matt Grevers (100 mètres dos), Katie Ledecky (800 mètres nage libre), Allison Schmitt (200 mètres nage libre) and Dana Vollmer (100m papillon, 4 fois 100m quatre nages et quatre fois 200m), ont tout juste droit à l’énoncé de leurs noms dans les chroniques des trials ! Dans tout autre pays au monde, ces gens  seraient des vedettes nationales…

Comme toujours en Amérique, ça bouge beaucoup. Phelps parti, de nouvelles ambitions vont mûrir.

Bien sûr, il y a toujours les grands vieillards, comme Natalie Coughlin, évincée de peu des Jeux olympiques de Londres, mais qui croit toujours en son étoile, à 31 ans (le 23 août prochain), et se réinvente en nageuse de sprint pur : haro sur les 50 mètres. A voir…

CONNAISSEZ-VOUS KEVIN CORDES ?

Mais attention aux jeunes inconnus : Rebecca Mann, quinze ans, par exemple, déjà qualifiée en eau libre. L’an dernier, cette écolière par correspondance qui écrit des romans (avez-vous lu « Le Dragon Perdu de Quanx » ?) pendant ses loisirs (quoi, elle en a ?) et qui, à neuf ans, traversait les 16km du détroit de Maui en 6 heures 26 minutes 46 secondes, avait abattu le très vieux record (31 ans) des 13-14 ans des USA sur 800 mètres qui appartenait à Sippy Woodhead, en 8’28’’54. Elle va peut-être chatouiller la suprématie de Katie Ledecky, la championne olympique de 15 ans, qui sait ?

Katie Ledecky, cependant, a l’air des plus solides. En tête du bilan de l’année sur 800m (8’20’’64), elle a gagné de la vitesse avec l’âge et pourrait étonner, sur 400 mètres (3e, 4’5’’21, très près de ses 4’5’’ de l’an passé), voire même sur 200 mètres (7e, 1’56’’93).

Un qu’on attend avec intérêt, c’est Kevin Cordes. Kevin quoi? Retenez ce nom, cela pourra vous servir. Imaginez qu’au moment où Brendan Hansen, qui fut à la brasse américaine ce que Phelps fut aux quatre nages, s’éloigne, une floppée de jeunes talents arrivent. Ils s’appellent Mark Gangloff, Mike Alexandrov, Scott Weitz, Clark Burkle, et tous ont de solides références. Mais aucun n’arrive au niveau de Cordes, 19 ans, 1,96m, 82kg.

L’an passé, 3e des trials olympiques sur 100m brasse (en 1’0’’58), le brasseur de l’Arizona a ravagé la saison hivernale en NCAA. En petit bassin, il a nagé en 57’’15 lancé. Sur les distances en yards, il n’a cessé de progresser. Son dernier mot se résume en deux chiffres, 50’’74 au 100 yards, 1’48’’68 au 200 yards, qui ont laissé bouches bées de l’autre côté de l’Atlantique. Les tables de conversion indiquent que cette dernière performance équivaut à 2’0’’63 en petit bassin, 2’5’’21 en grand bassin, sur la distance métrique. Il a aussi nagé un 100 yards lancé en relais en 49’’56, un temps qualifié d’incroyable, quelque chose comme 55’’ au 100 mètres ! Mais il y a un mais. Cordes est un artiste des parties ‘’non nagées’’, départs, coulées, virages ; il pourrait être moins sensationnel en grand bassin, avec un (50m), deux (100m) et quatre (200m) virages en moins.

Maintenant, silence. Aux nageurs de parler.

 

LE PROGRAMME D’INDIANAPOLIS

Premier session : aujourd’hui à 9 heures locale, 15 heures française. Séries des 200m papillon et des 100m dames et messieurs.

Deuxième session à 15H52 locale (21h52 française) : séries lentes du 800m dames et du 1500m messieurs.

Troisième session, à 18 heures locales (Demain à 0 heure française): finales des 200 mètres papillon, des 100m libre dames et messieurs, séries fortes des 800 mètres dames et 1500 mètres messieurs, des relais quatre fois 100m dames et messieurs.

LEANA, PETIT POISSON…

24 juin 2013

 

Par Eric LAHMY

 

Des erreurs de temps se sont glissées dans notre article sur Léana Almeida (“les petits poissons deviendront-ls grands?”). A Châlons-sur-Saône, début juin, Léana, douze ans (née en 2001) avait réalisé les temps records de sa catégrie d’âge suivants: 27’’99 au 50 mètres libre, 33’’ et 32’’86 au 50 mètres dos et 30’’06 au 50 mètres papillon. Leana nage depuis l’âge de six ans, commente Bilel Ayouaz, qui l’entraîne ansi que les benjamins de l’Entente Sportive de Vitry, le club auquel elle appartient. “C’est une fille, explique-t-il, qui a réalisé des progrès constants, qui se sont d’ailleurs un peu accélérés cette année. Ce qui est intéressant chez elle, c’est qu’elle n’est pas du tout en avance physiologiquement, elle n’a pas atteint sa puberté, a une taille normale, on peut donc espérer une évolution physique, chose très importante en termes de progrès à venir. Elle a cette capacité de se corriger rapidement. Vous n’avez pas à lui répéter un détail technique à reprendre. Elle intellectualise son activité, et c’est une arme. Elle a toujours été comme cela, précise, concentrée, appliquée. Elle ne nage que cinq fois par semaine, dont trois fois 1h30 et deux fois 1h. A priori, je l’aurais gardée l’an prochain, mas elle va passer dans le groupe des minimes, entraîné par Benjamin Bonnafoux, avec un an d’avance, parce qu’elle a le niveau et fait partie d’un groupe de jeunes qu’on ne veut pas séparer. Je crois que c’est important pour elle, elle habitait Vitry et ses parents ont déménagé à Vllecresnes. Mais elle n’a pas voulu quitter le club. Il lui fallait changer de décor, d’école, c’était un peu trop pour elle. Son père l’amène en voiture.” Soit deux fois 20km par jour. Aujourd’hui plus à l’aise sur le sprint “justement en raison de son dynamisme et de son intelligence technique, maîtrise des départs, coulées, elle devrait très bientôt tenir le 100m, où elle n’est déjà assez performante.”

AUSTRALIE: CATE CAMBELL 52’’89

24 juin 2013

 

Les sélections australiennes, qui se sont tenues la semaine passée à Brisbane, ont rassuré sur l’état de forme des sprinters de la grande natation des Antipodes. Cate Campbell, qui s’était qualifiée en 53’’38 au 100 mètres, est passée sous la barrière des 53’’ en finale. Ses 52’’89 représentent la seconde performance mondiale hors combinaisons de nage derrière les 52’’75 de Komowidjojo. James Magnussen n’a pas battu son record de la saison, 47’’53, mais a nagé un solide 48’’11. L’homme est prêt à se venger de ses déboires de 2012, échec du relais, défaite du 100 mètres individuel aux Jeux olympiques essentellement.

Cate Campbelle a devancé sa soeur Bronte, 54’’35, Emma McKeon, 55’’06 et Ami Matsuo, 56’’03, tandis que derrière Magnussen, James Roberts, 49’’55, Tommaso D’Orsogna, 50’’40, et Matthew Abood, 50’’51, laissent augurer deux relais de sprint compétitifs.

Autres résultats

MESSIEURS.- 50 mètres: 1. Andrew Abood, 22’’62; 2. Jamie Sturgeon, 23’’02; 3. James Roberts, 23’’26. 200 mètres: 1. Cameron McEvoy, 1’47’’57; 2. Jarrod Killey, 1’50’’03; 3. Ned McKendry, 1’52’’03; 4. Alexander Graham, 1’52’’26; 5. David Mc Keon, 1’52’’70. 800 mètres: 1. Jordan Harrison, 7’54’’34; 2. Mark Horton, 7’59’’37. 100 mètres dos: 1. Ashley Delaney, 55’’24; 2. Ben Treffers, 55’’28; 3. Mitch Larkin, 55’’72. 200 mètres dos: 1. Mitch Larkin, 1’58’’35; 2. Matson Lawson, 2’6’’96. 100 mètres brasse: 1. Brenton Rickard, 1’1’’68; 2. Jayden Hadler, 1’3’’15. 200 mètres brasse: Jeremy Meyer, 2’17’’31. 200 mètres papillon: 1’59’’75; 2. Keiran Qaium, 2’2’’23. 200 mètres quatre nages: 1. Kenneth To, 1’59’’86; 2. Daniel Tranter, 2’3’’74 (puis 2’1’’).

DAMES.- 50 mètres: Alicia Coutts, 25’’56. 200 mètres: 1. Kylie Palmer, 1’58’’43; 2. Ami Matsuo (16 ans), 2’0’’89. 800 mètres: 1. Jessica Ashwood, 8’31’’52; 2. Katie Goldman, 8’33’’98. 200 mètres dos: 1. Meagen Nay, 2’8’’66; 2. Hayley White, 2’9’’99; Belinda Hocking, 2’13’’99. 100 mètres brasse: Samantha Marshall, 1’8’’26. 200 mètres brasse: 1. Sally Foster, 2’27’’37; 2. Alicia Coutts, 2’28’’69.

ETONNANTE FARIDA OSMAN

24 juin 2013

 

Jeux méditerranéens à Mersin,   Turquie.

 

L’équipe de France a manqué de peu une médaille d’or ce soir à Mersin, en Turquie, où l’hymne de Mammelli est devenu le tube des Jeux méditerranéens (et la Marseillaise s’est faite discrète). Benjamin Stasiulis a frôlé la victoire, sur 100m dos, à deux petits centièmes de l’Italien Matteo Milli. Au 50 mètres dos dames, Santamans a bien réglé en revanche l’Italienne de service (pour dix centièmes) mais n’a rien pu faire contre l’Egyptienne Farida Osman nettement détachée. Ses 26’’15 situent cette dernière en 7e position cette année, un centième devant Mélanie Henique. Ayant remporté une prime de 35.000 dollars aux Jeux arabes, à Doha, dont elle fut le meilleur élément féminin, Farida, rare figure du sport d’un pays où la condition des femmes est très fragilisée par les événements politiques, refusa cet argent pour conserver son statut amateur et continuer de nager en universitaire (NCAA) aux USA. Cette Farida de dix-huit ans née dans l’Indiana mais entraînée au Caire par un Ukrainien fut spécialement invitée par la Fédération Internationale de Natation à disputer le 50 mètres des Jeux olympiques de Londres après sa victoire sur 50 mètres papillon aux  championnats du monde juniors FINA et termina 41e en 26’’34. Cette   année, elle a nagé plus vite en papillon !

MESSIEURS.

200 mètres: 1. Velimir Stjepanovic, Serbie, 1’47’’; 2. Oussama Mellouli Tunisie, 1’49’’21; 3. Simon Guérin (France) 1’’49’’25.

1500 mètres: 1. Oussama Mellouli (Tunissie) 15’12″36; 2. Luca Baggio (Italie), 15’15″16; 3. Matteo Furlan (Italie), 15’21″19.

100 dos: 1. Matteo Milli (Italie), 55″12; 2. Benjamin Stasilius (France) 55″14; 3. Juan Segura Gutierrez (Espagne) 55″57; 4. Niccolò Bonacchi 55″69

50 papillon: 1. Ivan Lendjer (Serbie), 23″50; 2. Piero Codia (Italie), 23″67; 3. Josè Canizares (Espagne), 23″92; 5. Romain Sassot (France), 24’’15.

 

DAMES.-

200 mètres: 1. Martina De Memme (Italie), 1’59″65;2. Mojca Sagmeister (Slovaquie), 2’0″96; 3. Diletta Carli (Italie), 2’1″07.

100 mètres dos: 1. Elena Gemo (Italie), 1’1″57; 2. Theodora Drakou (Grèce), 1’1″75; 3. Margherita Panziera (Italie), 1’1″86.

50 mètres papillon: 1. Farida Osman (Egypte), 26″15; 2. Anna Santamans (France), 26″53; 3. Silvia Di Pietro (Italie), 26″63; 4. Béryl Gastaldello (France), 27’’12 (26’’98 en séries).
4×200 mètres: 1. Italie 8’7″50 (Chiara Masini Luccetti 2’1″23, Diletta Carli 2’2″95, Stefania Pirozzi 2’1″34, Martina De Memme 2’2″08);2. Espagne, 8’12″55; 3. Slovénie, 8’16″34.

 

PETITS POISSONS DEVIENDRONT-ILS GRANDS?

24 juin 2013

 

Au début du mois de juin, Léana Almeida, une nageuse de Vitry, a améloré quatre meilleures performances françases des 12 ans: sa performance la plus impressionnante a été réalisée sur 50 mètres libre: 27’’99, presqu’une seconde plus vite que l’ancienne MPF de Camille Gheorghiu, 28’’98. Léana a aussi établi deux performances sur une longueur de bassin en dos, avec 33’’14 et 32’’86, et une autre “marque” nationale des 12 ans sur 50m papillon, avec 30’’34. Depuis, à Tarbes, aux Trophées Lucien Zins, Léana a perdu sa prééminence en dos, Alizée Borgogno, de l’Olympic Nice Natation, ayant amené la MPF à 32.72, mais elle n’en reste pas moins un « prospect » intéressant. L’élève de Dilel Ayouaz à l’Entente Sportive de Vitry-sur-Seine, qui passera l’an prochain dans le groupe « minimes » mené par Benjamin Bonnafoux, est une petite fille normale, fine et bien musclée, qui passerait inaperçue dans sa catégorie d’âge, nous certifie Nathalie Perez, la correspondante du club, qui ajoute: “elle a une bonne technique et capte très vite ce qu’on attend d’elle, s’entraîne cinq fois par semaine. Il faut rester prudent quant à l’avenir parce qu’à cet âge, tout peut arriver et je ne crois pas qu’elle fera de la natation son métier.” Comme les structures scolaires ne sont pas adaptées, il reste la solution des pôles France, mais là encore, prudence: “les nageurs fonctionnent à l’affectif, et on a eu quelques échecs à déplorer de ce côté là.”

A Tarbes  les trophées Lucien Zins, à l’addition des six courses, ont désigné Joana Desbordes, du SO Rosny (6.766 pts) et Romain Aune, du Montpellier ANUC (6.208 pts) comme lauréats 2013. Au classement des clubs, le trio de tête se compose de l’ES Massy, du CNO Saint-Germain-en-Laye et du Lagardère Paris Racing.

Le Parisien Esteban PANEGET, du Lagardère, a établi la nouvelle MPF 13 ans du 50 m papillon, 27’’40 (ancienne, 27’’65). Alizée Borgogno, de l’Olympic Nice, 12 ans, a nagé le 50 m dos en 32’’72 (32’’86). A 13 ans, Thiphaine LACAVALERIE, des Dauphins du TOEC, a grignoté 5 centièmes sur la MPF du 50 m (27’’57 contre 27’’62 par Christel CHIBOUST, du CS Meaux, depuis près de dix ans, le 20 décembre 2003, à Amiens. Mickaël FORTIER, des Dauphins d’Obernai, a amélioré, lui, la MPF 13 ans du 50 m dos, 29’’43 contre 29’’93, le 16 juin 2012, à Tanguy LESPARRE.

4 FOIS 200M BATTU… MAIS AVEC LA MANIÈRE

24 juin 2013

Jeux méditerranéens à Mersi, Turquie.

On a expliqué précédemment comment, en appliquant les mêmes rêgles de sélections pour les Jeux méditerranéens de Mersin, en Turquie, les Italiens d’un côté, les Espagnols et les Français de l’autre, ont abouti à des résultats très différents.

L’idée, ne pas emmener en Turquie de sélectionnés “mondiaux” (pour Barcelone), ne signifiait pas la même chose pour les uns et les autres. L’équipe française avait été désignée dès les nationaux de Rennes, en avril, et les Italiens, dont les championnats avaient eu lieu aux mêmes dates, n’avaient retenu que huit garçons et huit filles triés sur le volet, style Magnini et Pellegrini, et laissé courir les qualifications, jusqu’aux… Jeux méditerrannéens de Mersi. Hier, d’ailleurs, plusieurs nageurs italiens, Luca Leonardi sur 100m, Flavio Bizzarri sur 200m brasse, Elisa Celli sur 200m brasse dames, Martina De Memme sur 800m, ont arraché leur billet pour Barcelone, le plus souvent in extremis, en réussissant de justesse le précieux sésame que constitue le “standard A de la FINA”.

Les vraies équipes “B” françaises et espagnoles se sont donc opposées à une équipe A’ italienne. Le résultat en a été que nos Tricolores ont souffert sous la botte italienne, ce qui ne veut pas dire qu’ils ont subi, on en veut pour preuve l’aventure du relais quatre fois 200m, hier soir.

L’affaire paraissait mal engagée. Les Italiens? Le champion d’Italie Alex Di Gorgio et ses suivants à l’exception de Magnini, second des Championnats. Sur le papier, ce quatuor valait 7’13’’64 à l’addition, et, en tenant compte des prises de relais (2’’1), 7’11’’5. En face, nos mousquetaires ne faisaient pas le poids. Un seul finaliste sur 200m des France, Simon Guérin, sous les 1’51’’. Face aux n° 1, 3, 4, 5 italiens, les n° 7, 9, 10 et 11 français, donc, et une valeur collective de 7’23’’19, avec les passages de relais 7’21’’1. Handicap, pratiquement 11’’! C’était à coup sûr jouer “Boulevard des Italiens”. Il s’en fallut de peu qu’on n’assistât en lieu et place à “Suite Française”. Pour commencer, Simon Guérin établit un nouveau record personnel en 1’49’’05 (contre 1’49’’93), laissant Lestingi à une longueur. Eric Ress signa un parcours un peu au-dessous de sa valeur et Ganesh Perdurand perdit encore une seconde sur son vis-à-vis. Derrière, Benjamin Stasiulis, qui stagnait à 1’51’’01 cette saison, retrouva le lustre accroché à une ancienne réputation, mais un joli 1’48’’15 le vit mourir aux pieds d’Alexandre Di Giorgio. Les 10 » de handicap avaient été réduits à 0 »40, le miracle avait été manqué d’un rien.

 

4×200 mètres
1. Italie, 7’19″39 (Damiano Lestingi 1’50″20, Gianluca Maglia 1’49″85, Federico Turrini 1’49″54 e Alex Di Giorgio 1’49″78); 2. France 7’19″79 (Simon GUERIN, 1’49’’05, Eric RESS, 1’51’’91, Ganesh PEDURAND, 1’50’’68, et Benjamin STASIULIS, 1’48’’15); 3. Turquie, 7’25″67.

UN RELAIS DISPUTE

23 juin 2013

Le relais italien de quatre fois 200m a devancé le relais français de quarante centièmes de seconde, aujourd’hui 23 juin, aux Jeux méditerranéens, à Mersin, Turquie.

4×200 mètres
1. Italie, 7’19″39 (Damiano Lestingi 1’50″20, Gianluca Maglia 1’49″85, Federico Turrini 1’49″54 e Alex Di Giorgio 1’49″78).
2. France 7’19″79 (Simon GUERIN, Eric RESS, Ganesh PEDURAND et Benjamin STASIULIS).
3. Turquie, 7’25″67

LES JEUX MED’ SOUS LA BOTTE

Natation aux Jeux méditerranéens

Dimanche 23 juin 2013

Les courses de natation continuent d’être dominées par les nageurs italiens, aux Jeux méditerranéens de Mersin, en Turquie. Sur 100m messieurs, Luca Leonardi a même signé un temps de choix, 48’’84, au-dessous de la référence “standard A de la FINA” (48’’93). C’est une performance de valeur équivalente qu’ont réussi, à la bagarre, l’Espagnole Vall Montero, 2’27’’22, et l’Italienne Celli, 2’27’’58, et, côté messieurs, également à la cravache, le Grec Samilidis et l’Italien Bizzarri, 2’12’’51 et 2’12’’67, tandis que nos représentants William Debourges, 2’13’’28 et Patrick Périssier, 2’15’’26, finissaient 4e et 6e. Les Français, qui auraient aimé des résultats plus prestigieux sur les berges de la Méditerranée, n’ont pas eu grand’chose à se mettre sous la dent. Avec les Espagnols et les Italiens, ils s’étaient accordés sur un point, de ne pas envoyer à Mersin de qualifié pour les mondiaux de Barcelone. Il leur a semblé que les Italiens n’avaient pas tenu parole. La vérité est qu’à la différence des Français, les Italiens ont continué de se sélectionner, au-delà des championnats nationaux d’avril, dans une série de meetings et… aux Jeux méditerranéens. Seulement huit garçons et huit filles avaient été retenus en avril. Si les Français ont délégué en Turquie une vraie équipe B, les Italiens présentaient eux une équipe A’, des nageurs non encore qualifiés, mais très motivés et dont plus d’un se retrouvera à Barcelone grâce à ses performances à Mersin.

MESSIEURS.-

100 mètres: 1. Luca Leonardi (Italie), 48’’84; 2. Kamel Avda Gurdal (Turquie), 49’’41; 3. Luca Dotto (Italie), 49’’72.

200 mètres brasse: 1. Panagiotis Samilidis (Grèce), 2’12’’51; 2. Flavio Bizzarri (Italie), 2’12’’67; …4. William Debourges (France), 2’13’’28; … 6. Patrick Périssier (France), 2’15’’26.

400 mètres quatre nages: Oussama Mellouli (Tunisie), 4’15’’15.

DAMES.-

100 mètres: 1. Theodora Drakou (Grèce), 55’’63.

800 mètres: 1. Martina De Memme (Italie), 8’33’’17; …4. Fantine Lesaffre (France), 8’53’’09.

200 mètres brasse: 1. Jessica Vall Montero (Espagne), 2’27’’22; 2. Elisa Celli (Italie), 2’27’’58;… 5. Coralie Dobral (France), 2’30’’76; 6. Fanny Deberghes (France), 2’32’’72.

400 mètres quatre nages: 1. Anja Kenas (Slovénie), 4’40’’49;… 4. Fantine Lesaffre (France), 4’47’’20.