PHILIPPE LUCAS A LA RESCOUSSE… MAIS PAS TROP

Éric LAHMY

Dimanche 13 Octobre 2016

Lors de la réunion technique fédérale, tenue la semaine passée au siège fédéral, on a pas mal parlé et la Fédé a présenté sa politique. Comme il est interdit de tirer sur les ambulances, je ne dirai rien à ce sujet et me contenterai pour l’instant d’évoquer certains sujets annexes. Mais enfin, vous savez tous qu’on a beaucoup évoqué les jouets du DTN, parcours initiatique, plan Gavroche Thénardier, plan Paris 2024. Ça a donc planifié, ça a même plané.

Louis-Frédéric Doyez, lors de la réunion des chefs de service, s’était déclaré chagriné de la nouvelle rapportée par Galaxie Natation selon laquelle il aurait donné sa démission par lettre à Francis Luyce, et s’est plaint d’un malentendu. Il ne s’agissait pas d’une démission (on respire) mais d’une lettre dans laquelle il exposait ses idées sur la politique fédérale. Francis Luyce a tenu à rassurer son directeur général. « Tant que je serai là, Doyez sera là. » Le DG, conforté, mais pas fou, n’a pas offert de réciproque, et si Luyce s’en va, n’a guère promis d’actionner son siège éjectable (ce qui tranquillisera tout le monde, bien entendu).

Absent parmi les gros bras du secteur technique,  Philippe Lucas et ses 43 centimètres de tour de biceps à froid. Absence excusée : il n’avait pas trouvé de remplaçant à Narbonne, au bord du bassin. Lucas s’est quand même fendu juste avant la réunion d’un hommage appuyé à l’équipe qui fonctionnait à Rio de Janeiro.  Dans une interview, signé Fabrice Vorié,  parue dans L’Indépendant, « Je pense honnêtement, a-t-il expliqué, que la nouvelle génération n’est pas un problème. On a un noyau de nageurs de talent. Tu as Jordan Pothain qui peut être champion olympique du 400 m dans quatre ans, tu as Clément Mignon qui est un grand talent, Mehdy Metella qui peut faire des choses intéressantes, Damien Joly qui a fait un truc super à Rio avec son entraîneur Franck Esposito et tu as Charlotte Bonnet chez les filles », énumère Lucas. « Il faut y greffer des jeunes et, si c’est bien fait, cela ne va pas exploser, poursuit-il. Il ne faut pas se dire que c’est tout noir. Il y a des choses à mettre en place pour les sélections et il faudra être intransigeant là-dessus. Le haut niveau, c’est l’intransigeance, point ».

Ce qui précède s’appelle positiver ou je ne m’y connais pas. En fait de noyau, c’est un tout petit noyau, on sait que cela peut donner de grands arbres, mais il faut vingt ans pour un pêcher, cent pour un mélèze !

Charlotte Bonnet est impeccable, mais malgré ses efforts elle cogne depuis trois ans au plafond des 1’56s (onze perfs entre 1’56s et 1’57s) sans le franchir ne serait-ce que d’un centième de seconde. C’est maintenant notre unique fille de valeur internationale. Quant à greffer des jeunes, c’est certes recommandé, quoiqu’à ce jour, seule Pauline Mahieu montre un potentiel de « très haut niveau »… On a un souci avec les filles !

Lucas maintient également une « confiance absolue » à Jacques Favre, le DTN, et Stéphane Lecat, le directeur des équipes de France, dont la gestion de l’affaire Agnel a été critiquée à tort ou à raison. « J’étais avec eux dans la chambre à Rio. Je les ai vus travailler, j’ai entendu, j’ai regardé les textos. C’est des mecs sérieux, passionnés, compétents, c’est pas des pipes », juge le technicien. « Si Agnel ne vient à Rio que pour le relais (du 4×200 m nage libre), il n’y a jamais d’histoire ».

Lucas est aussi confiant parce qu’ « en France, tu as de très bons entraîneurs, des mecs de talent. La natation française a tout pour repartir. On n’est pas dans le trou où tu n’as plus rien », estime Philippe Lucas.

Au sujet de la réunion de Pantin, au siège de la FFN, où les coachs tricolores ont « débriefé » sur Rio, Lucas était de bon conseil : « il faudra tout déballer, mettre les choses sur la table et repartir sur des choses concrètes. Si tout le monde travaille dur et arrête de se regarder, il n’y aura pas de problème. » On verra s’il a été écouté.

Lucas, qui ne s’entendait guère avec Claude Fauquet, défend donc Jacques Favre dont le palmarès parait incertain. Mais Favre, à travers Stéphane Lecat, l’a réintroduit dans le groupe des entraîneurs nationaux, il était temps ! Donc Lucas rend la politesse, et on ne peut rien contre ça.  Sincèrement, on ne peut lui demander de scier la branche sur laquelle il est assis. Mais cela relativise son point de vue.

Je crois que surtout Lucas veut qu’on lui fiche la paix. Malgré ses bravades, il est beaucoup  plus raisonnable qu’on ne le croit et doit se dire que focaliser sur les enjeux situés autour du blockhaus de Pantin serait pour lui du temps perdu. La plupart des coaches se concentrent d’ailleurs sur leur propre job et sur le bassin et ils ont diantrement raison. Lucas a lui-même formidablement produit en 2016 en eau libre et il serait contre-productif qu’il se lance dans des chicanes stériles. Se protéger de la politique est ce qu’on peut faire de mieux.

Un qui ne serait pas d’accord avec Lucas, c’est le ministre des sports. Des sons entendus du côté du gouvernement tendraient à accréditer la mauvaise humeur du représentant de l’Etat au sujet du comportement de notre cher DTN à Rio. On lui reprocherait sa faible concentration sur son sujet, ses absences répétées – très requis par des promenades touristiques en compagnie – son dilettantisme. Le ministre projetait de convoquer le « mec sérieux et très compétent, qui n’est pas une pipe » cher à Lucas pour lui remonter les bretelles.

Ce serait très injuste… Il est souhaitable que Lucas accompagne Favre au ministère. Mais il faut d’abord qu’on lui trouve un remplaçant au bord du bassin à Narbonne.

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

5 comments:

  1. Johnny

    Et le twitter scandaleux de notre cher DTN, qui ne se cache même par pour dire que c’est bien lui, on en parle…
    Il est absolument en totale adéquation avec sa profession, autant sur le fond (prise de position, moqueries sur un tel ou un tel, réaction épidermique sur les articles de presse ou les perf des étrangers, etc…) que sur la forme (bannière et nom du profil en référence au CNM)

    https://mobile.twitter.com/TMarseille2016

    C’est plus qu’une remontrance qu’il doit avoir au ministère, « el gringo »

    1. Eric Lahmy *

      Je n’ai rien trouvé à redire à ses tweets qui me semblent anodins?? Il y en a qui sont scandaleux?
      Ne pensez-vous pas que la liberté d’expression devrait exister au moins par principe même pour un DTN?

  2. Johnny

    Ben je ne peux pas vous dire quand mais on y trouve :
    -il y a quelques mois des photos prises à la volée de personnes (sans leur accord bien sûr) lors d’un congrès fina ou du test event eau libre où il se permet ouvertement de faire des allusions déplacées sur leurs tenues vestimentaires …(est-ce bien son rôle?)
    -à Kazan son album photo jour par jour avec monsieur se baignant dans le Danube, monsieur en train de faire ci, de faire ca. Il a eu même le TPS de tweeter une photo de Lucas pendant le 10 km de Müller légendée « stressé le type » ou un truc du genre. Un DTN en pleine action la quinzaine la plus chargée de la saison a-t-il le temps de se prêter à ce genre de choses?
    -des réactions dignes du café du commerce, quand une perf telle que les 47″5 de MCEVOY en janvier arrive à ses oreilles, elle lui vaut de twitter un très joli « ah que quand même » qui veut tout et rien dire (il s’attendait quand même pas à ce que tout le monde nage 48″0 l’année des Jeux… Une réaction comme cela aux yeux de tous, c’est quoi l’intérêt).
    -un tweet un peu déplacé (il montre son étonnement) quand il apprend que le 4×100 mec est considéré comme outsider par Swimming World. Il a le droit de le penser, sa profession l’empêche peut-être de rebondir si vite sur les articles à droite à gauche de la natasphère).
    – un petit tweet clash avec J.P.Bidet (de votre ancienne maison) le jour de l’ouverture des Jeux quand celui ose écrire que la Marseillaise ne sera pas le tube de l’été brésilien à la piscine, comme ça avait pu l’être 4 ans avant à Londres (un DTN a-t-il sérieusement du temps à perdre sur des broutilles journalistiques la semaine des Jeux, comme avant ou après).
    Enfin on a vu qu’ils étaient très au fait, avec son ami Barnier, et à l’écoute des moindres critiques envers eux tout le long de la semaine, remember le Bernardgate.
    Au point parfois d’oublier de prévenir les nageurs des décisions de changements de compo des relais…
    -trois tweets en direct du dojo le jour du titre de Riner et Andeol alors que la natation n’est même pas encore finie… (Pas vu beaucoup d’autres DTN se balader à gauche à droite sur les autres sites et s’en vanter).
    Danns une journée, qui plus est, où les séries venaient de finir 1h avant (série du 4×100 4n filles et garçons en fin de session), qu’il y avait des finales avec deux français 4h après (Metella et Manaudou) et que s’il trouvait le temps long il y avait aussi un match de water polo de la France au même moment. (J’avais pu croiser Donzé à Londres durant la semaine de natation et il n’avait pas forcément eu trop le temps de faire autre chose que de gérer ce pourquoi il était en poste, il me semble).
    – des tweets plus anciens où il y va sur des soupçons de dopage chez les étrangers, Cielo par exemple (il n’était pas encore DTN, mais on fait le ménage quand on prend le poste).
    Alors vous pouvez ne pas trouver tout cela scandaleux, c’est votre droit, mais permettez-moi de le penser, de mon côté, comme quelques-uns de vos confrères.
    Mais reconnaissez tout de même que c’est assez limite par rapport à la profession.
    Je ne dis pas qu’il n’a pas le droit de s’exprimer (et depuis Rio il n’y a rien à redire sur ses tweets) mais son poste veut une certaine réserve quand même et encore plus durant les grandes échéances où il a quand même pas mal de taff).
    Pas vu un Yhalouz par exemple commenter sur son tweeter (où pourtant il est très présent) les articles après les Euros d’Amsterdam prédisant un été calamiteux pour l’athlé français… Il s’en est expliqué à la télé et ça à suffi. Pas de réaction épidermique (quoique peut-être en off) de sa part officiellement.
    Et là où il tient le pompon: en 2 ans, il n’a pas eu le temps de changer sa photo de profil aux couleurx du CNM ou de créer un autre compte qui ne s’appellerait pas team Marseille, si c’est vraiment vital pour lui de s’exprimer sur les réseaux sociaux.
    On en revient à l’exigence d’impartialité de Fauquet sur la neutralité d’un DTN: Difficile de « repêcher » autant de Marseillais avec ses critères à Montpellier et de s’exposer encore et toujours aussi fièrement avec la bannière du club à côté … Tout cela me semble assez paradoxal.

    1. Eric Lahmy *

      Là, c’est Okay, je comprends et je suis convaincu. En vérité je demandais des éclaircissements parce que je suis un mauvais lecteur de tweets, dont je ne comprends pas le côté sybillin, et dans ce cas il y en avait trop. Donc au bout d’une petite demi-heure je n’y ai vu que du feu… J’avais tout juste compris que « Mars » signifiait « Marseille »! Ça me paraissait crypté, idiot et donc sans importance.
      Mais vous m’avez fait comprendre qu’au-delà de ces petites phrases aux allures innocentes, se trouvent des symptômes qui, reliés à ses actions pendant toute l’année olympique donnent les dimensions des errances de Favre, (et derrière lui, de la faible capacité de Luyce de s’entourer, déjà démontrée par ailleurs).
      Finalement, donc, Favre n’est à la hauteur de sa tâche ni au plan technique (incapable de dépasser le plan com’ et de mettre les mains dans le cambouis) ni au plan moral (pète des câbles et méprise les gens) ni par son engagement (nonchalance). A la fois suffisant et insuffisant, tout pour plaire. Ghani Yalouz, que vous citez, était un lutteur qui est venu à l’athlétisme sans grandes compétences sur ce sport, mais son intelligence, son humilité, son sens du collectif ont fait de lui le plus incontestable DTN depuis Robert Bobin il y a un demi-siècle. il serait temps que le ministère, qui avait mis JF dans sa short list (avec Maracineanu, Hellard et Etienne) le recase.

  3. EasySpeed

    Merci à Johnny pour ces infos, tout cela est scandaleux… Quand on fait un travail qui a autant d’influence sur d’autres personnes, on a le devoir d’être exemplaire. Ce qui me chagrine le plus c’est que l’incompétence du DTN, mais aussi du président, pénalise aussi et surtout les gros bosseurs et les passionnés c’est à dire les entraîneurs et les nageurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


cinq × 5 =