POUR RIO UNE EQUIPE DE FRANCE A MINIMA

LES MINIMA FRANÇAIS POUR RIO,

DURS MAIS PAS TANT QUE ÇA.

Eric LAHMY

Lundi 20 septembre 2015

Après avoir ouvert assez largement la porte des sélections à Kazan, aux championnats du monde 2015, la Fédération Française de Natation a choisi de resserrer ses critères, en vue des Jeux olympiques de Rio… même si les règlements restent assez ambigus et ne permettent guère de se faire une idée sûre de ce que pourrait être l’équipe de France aux Jeux, en raison des passerelles que représentent les relais et de la possibilité, toujours envisageable, de… ne pas respecter les durs minima FFN.

Car ces minima sont durs. De cinq à huit nageurs seulement les ont réalisés, épreuve par épreuve, dans les finales de Kazan ! Trop durs?

Mais le choix de fermer ou d’ouvrir en s’appuyant sur les minima FINA (beaucoup plus libéraux, 15 secondes de différence, par exemple, sur 1500 mètres messieurs) sera opéré après les courses de sélections, le DTN ayant une certaine possibilité de jouer à l’intérieur des règlements.

Je suis personnellement très favorable à cette liberté, qui affirme l’autorité du DTN. J’ai toujours trouvé dommage, dans le passé, de voir des décisions bloquées par des règles trop verrouillées, qui entravent toute marge de manœuvre. Le seul risque, c’est de voir le DTN céder à d’inévitables pressions qui iront toujours dans le même sens du laxisme. Mais ça vaudra toujours  mieux qu’un cadre trop rigide. Seulement, être le patron, rend indispensable de se conduire en patron !

 DAMES : ZERO QUALIFIEE INDIVIDUELLE, SAUVETAGE POSSIBLE PAR LES RELAIS

Avec de tels minimas, aucune nageuse des championnats de France de Limoges, les 31 mars-5 avril 2015, n’aurait été qualifiée individuellement pour les mondiaux de Kazan. Au plan des relais, en revanche, à l’addition des temps des filles à Limoges en mars-avril 2015, Bonnet, 53.94, Gastaldello, 53.98, Hache, 55.27 et Fabre, 55.50, auraient totalisé 3’38.69, temps auquel il convient de soustraire les 2.1 (trois fois 0.7) de prise de relais, donne 3’36.59, ce qui, à mon avis, rend le relais sélectionnable.

Dès lors, le relais aurait qualifié dans les courses individuelles Bonnet et Gastaldello en fonction d’un règlement de la FINA (à la justification incertaine) suivant lequel seulement deux nageurs par relais sont autorisés en-dehors des nageurs en épreuves individuelles. Il pourrait en qualifier plus, si le sélectionneur veut emmener une ou deux remplaçantes dans le relais.

Sur 4 fois 200 mètres, toujours à Limoges, Bonnet, 1’56.86, Balmy, 1’57.49, Hache, 1’58.98 et Fabre, 1’59.42, totalisaient 7’52.75 moins les fatidiques prises de relais, soit 7’50.65. Donc, toujours selon moi, elles auraient satisfait au critère de sélection FFN pour les Jeux. Et Bonnet et Balmy auraient été sélectionnables pour la course individuelle, afin d’assurer la validité du relais au regard des règles FINA…

Le relais quatre nages dames n’aurait pas souscrit au temps FFN de 3’58.81 : dans sa meilleure configuration théorique, avec Wattel, 58.35 en papillon, Mathilde Cini, 1’1.04 en dos, Amélie Gastaldello, 53.98 en crawl, Charlotte Bonnet, 1’8.34 en brasse, 4’1.71 moins 2.1 soit 3’59.61, il reste en-dessous du temps FFN de qualification pour les Jeux. Bien entendu, rien n’interdit aux Françaises de faire mieux en 2016…

MESSIEURS : FLORENT, YANNICK, ET LES AUTRES

Sur les temps de Limoges, seuls Florent Manaudou et Yannick Agnel auraient été qualifiés individuellement pour Rio. Là encore, les relais seraient entrés dans la danse.

Sur 4 fois 100 mètres, Stravius, 48.50, Mignon, 48.58, Gilot, 48.53 et Agnel, 48.68, font un relais d’autant moins discutable qu’il a été champion du monde, ce qui réintroduit l’obligation de faire nager deux garçons dans la course individuelle, voire un 3e sur 50 mètres pour ne pas contrevenir au bizarre règlement FINA des relais.

Sur 4 fois 200 mètres, Agnel, 1’45.97, Mallet, 1’47.96, Mignon, 1’48.29 et Pothain, 1’48.50, totalisent 7’10.72 moins 2.1 soit 7’8.6… Là aussi, ce quatuor aurait été qualifié et là encore on aurait distribué des jetons de présence dans les courses individuelles..

Sur 4 fois 100 mètres 4 nages, Stravius, 53.46 en dos, Perez, 1’0.31 en brasse, Metella, 51.74 en papillon et Gilot, 48.53 en crawl, 3’34.04 moins 2.1, soit 3’31.9 eussent été qualifiables d’extrême justesse. Là encore, le relais aurait permis de réintroduire des nageurs en individuel.

J’ai conscience que tout ce qui précède est très théorique. Mais de toute façon, la sélection est une chose et la compétition en est une autre!

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • LA FRANCE OLYMPIQUE, C’EST 9e ET PAS 5e. L’EQUIPE DE FRANCE, POINT DE VUE OLYMPIQUE, CE N'EST PAS VRAIMENT ÇA. Eric LAHMY Mercredi 19 août 2015 Il est un temps pour se congratuler, et un temps pour remettre les choses à […]
  • KAZAN (22) EFIMOVA SIGNE UNE VICTOIRE À OUBLIER MEILUTYTE RATE SA FINALE POUR AVOIR TROP VOULU Éric LAHMY Mercredi 5 août 2015 Efimova championne du monde. Pas d’explosion de joie, de manifestation de bonheur chez la Russe. Peut-être […]
  • JEANNETTE OTTESEN PRÉFÈRE L’AUSTRALIE LA DANOISE VA RETROUVER A CANBERRA L’HOMME QUI LA FAIT NAGER PLUS VITE Éric LAHMY Samedi 26 décembre 2015 L’une des meilleures nageuses de l’année 2015 a sans doute été Jeannette […]
  • NAGEZ COURT OU LONG, MAIS NAGEZ COUDE HAUT 21 octobre 2013 Par Eric LAHMY Suite à ma critique sur son livre « Natation, méthode d’entraînement pour tous » Matthieu Chadeville nous a écrit un point de vue fort intéressant que […]

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ sept = 9