PRESIDENCE DE LA FINA: DUEL LES PIEDS DANS L’EAU

Eric LAHMY

Mardi 13 Juin 2017

Audition du Tribunal d’arbitrage du sport (TAS) entre l’Italien Paolo BARELLI et la Fédération Internationale de Natation (FINA) ce 14 Juin. Suite du combat mené par BARELLI face aux patrons de l’institution mondiale ? Sans doute.

Résumé des chapitres précédents : BARELLI, président de la Ligue Européenne de Natation (LEN) se présentera le 22 juillet prochain, lors du Congrès de Budapest, à la présidence de la FINA, contre l’actuel président, Julio MAGLIONE, Uruguayen de 82 ans, lequel est parvenu à faire retarder l’âge limite pour se présenter au poste afin de pouvoir se succéder à lui-même. Il est vrai qu’il n’est qu’un fringant octogénaire bien conservé par une fonction qui ne doit pas être trop fatigante.

Dans son blog, l’Italien Stefano Arcobelli raconte que lors du « Clinic » de Bankock, où étaient présents plusieurs membre de l’aréopages dont les deux candidats en lice, la FINA a produit un document sur les règlements de l’élection qui interdit à peu près tout aux candidats: interdiction d’organiser une réunion publique pour promouvoir une candidature, interdiction de convoquer une conférence de presse pour exposer ses idées, interdiction aux candidats de participer à un quelconque débat public; interdiction d’utiliser des tiers, d’être commandité, interdiction d’offrir des cadeaux, etc. Toute violation de ces règles pourrait conduire à une « exclusion » ou à une « déchéance » du contrevenant. Cette élection sera bureaucratique ou ne sera pas. Démocratie s’abstenir…

On imagine facilement que ce règlement inadmissible avantage le « tenant du titre. »

Nick Butler, dans le site InsideTheGames, n’est pas sûr d’avoir précisément localisé l’objet du litige qui se discutera au TAS. Son auteur estime cependant que Barelli aurait soulevé plusieurs problèmes. Ainsi celui de Dale NEUBERGER, un directeur d’agence de consultants basée à Genève, TSE Consulting, qui travaille pour la FINA alors qu’il est un membre important de son bureau. TSE avait aussi collaboré avec Erik Van Heijningen, président de la fédération royale néerlandaise, avant qu’il ne perde l’an dernier dans sa tentative de devenir président de la LEN contre… Paolo Barelli. Neuberger affirme n’être pas impliqué dans les relations TSE-FINA, il n’en est pas moins attaqué en l’occurrence pour conflit d’intérêt.

Il semble qu’un autre conflit oppose Barelli au premier vice-président koweitien de la FINA, Hussein Al-Musallam. Il n’est pas interdit de penser que l’impossibilité de faire campagne soit aussi au coeur des demandes de BARELLI.

La FINA sera représentée, devant le tribunal, par un autre de ses vice-présidents, le Sud-Africain Sam RAMSAMY, également président de la Fédération africaine de natation, qui viendra en compagnie de son conseil légal Jean-Pierre MORAND, de CARRARD & associés. Barelli et Ramsamy se sont affrontés verbalement sur un autre sujet, ce qui donne le ton de l’ambiance. Barelli paraissait se plaindre de l’influence grandissante de l’Afrique et de l’Asie sur le gouvernement du sport, influence qu’il ne trouvait pas justifiée au plan du travail fourni par ces continents en termes de rayonnement du sport, ce qui ne les empêchait pas de chercher à s’emparer des leviers de commande à la fois sportifs et économiques.

Le fait est qu’après avoir augmenté la part prise par les fédérations de ces deux continents à la FINA, il a été décidé d’abolir la position de secrétaire honoraire, tenue par Barelli et revenant traditionnellement à un européen.

Barelli, en répondant à Ramsamy, qui s’était insurgé de ses propos (tenus dans une lettre aux dirigeants européens), s’est défendu d’avoir fait autre chose que s’étonner de l’augmentation de représentativité des deux continents susnommés sans que rien d’équivalent n’ait été prévu par les autres continents. « Plutôt que de spéculer sur des faits inexistants et faux concernant une « lettre européenne » vous feriez mieux de vous attaquer aux vrais problèmes qui devraient vous concerner en tant que président de la CANA (confédération africaine). Membre du CIO et de la FINA depuis longtemps, pourquoi ne vous demandez-vous pas si vous faites réellement tout votre possible pour assurer le développement de la natation en Afrique ? Vous savez que la FINA dispose d’une très forte position financière, grâce à des commanditaires puissants, à des compétitions de prestige qu’illustrent les athlètes d’exception venus des fédérations de pointe et qui donnent son prestige à la FINA. Avez-vous jamais demandé à la FINA une allocation destinée au développements des activités aquatiques en Afrique ? … Beaucoup de fédérations africaines bénéficieraient grandement d’allocations pour le développement de leurs activités. »

On le voit, Barelli, dans sa candidature, tente de ratisser des voix dans le pré carré de ses adversaires. Battu sur le papier par les réseaux pro-Maglione des cinq continents auxquels il n’est pas abusif de compter le Directeur de l’institution, Cornel MARCULESCU, et dans l’impossibilité de placer cette élection sur la place publique, Barelli doit se battre sur le terrain des idées, en utilisant des fleurets mouchetés. A suivre…

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

4 comments:

  1. LEPAGE

    Avec un tel règlement, il reste les revolvers. l’âpreté des relations montre combien la soupe doit être bonne. Le grotesque est bien présent, le théâtre est de mauvaise qualité, ce qui ne laisse rien présager de bon quant à la qualité des candidats. Je propose donc le duel… à l’alcool fort, cela éliminera le Koweit et ses pétrodollars.

    1. Eric Lahmy *

      La « soupe », comme vous dites, est délicieuse, et on peut dire que c’est une soupe à l’oseille. La fortune de la FINA est de 350 millions de dollars, et l’idée des dirigeants actuels est simple: empêcher tout étranger au « système » d’en approcher les pattes. En étouffant les vélléités de Paolo Barelli (lequel, pourtant est loin d’être un révolutionnaire) de faire campagne normalement, lui interdisant les conférences de presse, les réunions publiques et d’explication de son (supposé) programme, ils s’assurent contre toute vaguelette qui menacerait leur forteresse et surtout leur vie de château. Cela ressemble à s’y méprendre à une dictature.

      1. LEPAGE

        Il me revient en mémoire un »papier »de John Leonard (président de l’ASCA) traitant de cette féodalité qu’est le monde des fédérations internationales de sports. Et encore sommes nous une disciplien assez discrète. En 1998 j’avais lu un article qui évaluait le pactole de la FIFA à égalité avec le budget de la France. citant un détournement d’un dirigeant sud américain portant sur 500.000 dollars, lesquels étaient normalement destinés à favoriser la pratique du foot dans des zones pauvres…

        1. Eric Lahmy *

          Le monde sportif est relativement peu protégé, et quand j’étais à L’Equipe, j’avais des collègues du foot qui me racontaient des histoires fort intéressantes, des histoires de ronds, à défaut de ballons!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un × = 8