RUTA MEILUTYTE SUR 1500 METRES, ÇA DURE LONGTEMPS

Éric LAHMY

Dimanche 29 Octobre 2017

Braden Keith, du site Swim Swam, signale, dans le 1500 mètres dames des championnats d’hiver d’Australie en petit bassin, qui se sont tenus de jeudi à samedi à Adelaïde, une présence inattendue. Celle de Ruta Meilutyte.

Il fallait avoir l’oeil affuté du confrère pour la découvrir: la championne olympique et recordwoman du monde du 100 mètres brasse a terminé sixième et dernière de l’épreuve que remportait Ashwood en 15’52s29, et nageait pour sa part la distance en 18’13s25. Elle a donc mis le temps qu’il fallait (et il ne semble pas qu’elle l’ait nagé en brasse).

On sait que Ruta Meilutyte fut l’enfant prodige des Jeux olympiques de Londres où, à quinze ans, elle défit en finale du 100 brasse la super-favorite américaine Rebecca Soni. On se souvient que la lituanienne fit sa carrière en Grande-Bretagne, à Plymouth. On sait moins qu’elle s’intéressait avant tout au crawl, et se voyait nageuse de libre. Sa distance de prédilection était le 100 mètres, et son explosivité, sa vitesse de réaction et sa science du départ (il me semble qu’elle est la meilleure « partante » au monde, il suffit de voir ses photos de départ des grandes courses où, les pieds encore sur les plots, elle semble disposer déjà de cinquante centimètres à un mètre d’avance sur ses concurrentes !) lui assurèrent, aux championnats du monde juniors de 2013 de remporter le 50 mètres en 25s10 et de finir 2e du 100 mètres en 54s94 (à ces championnats, elle remporta également 50 brasse, 100 brasse et 200 quatre nages).

C’est à Gold Coast, cité située à quinze ou vingt kilomètres au sud de Brisbane, au beau milieu de la côte orientale de l’Australie, et qui regarde, à quinze cents kilomètres au large (il faut avoir de bons yeux), la Nouvelle-Calédonie, que Meilutyte a décidé de poser pendant quelques temps ses bagages de nageuse itinérante, ayant abandonné ses pénates, le collège de Plymouth et son entraîneur de toujours, John Rudd. Elle y a trouvé le printemps austral, et au lu de ses tweets et autres instagram, ça lui plait.

Elle s’y est donc préparée depuis trois semaines sous la sévère autorité de Michael Bohl. Lequel Bohl, ayant sévi pendant des décennies à Saint-Peters Western (Inglewood, à l’ouest du pays continent) – où une certaine Stephanie Rice, double championne olympique du quatre nages des Jeux de Londres, assura sa réputation un peu comme Laure Manaudou fit la gloire de Philippe Lucas (et vice-versa) – Michael Bohl, donc a traversé d’ouest en est le pays continent pour assurer l’entraînement de l’équipe de l’Université Griffith. Parmi ses élèves, outre sa fille Georgia, les médaillées olympiques Emma McKeon et Madeleine Groves, David McKeon.

Coïncidence, sans doute, elle a aussi rencontré le Japonais Daya Seto (le nageur de 400 quatre nages le plus constant des cinq dernières années, champion du monde 2013 et 2015, 3e des Jeux olympiques 20°16 et 3e des mondiaux 2017), qui a bossé avec Bohl et s’est distingué aux championnats d’hiver du week-end où il s’est emparé des titres du 200 brasse, du 200 papillon, du 100 et du 200 quatre nages.

Meilutyte sur 1500 mètres, si projet il y a, c’est un projet sans suite. L’anecdote me rappelle l’aphorisme du mari de Shane Gould, Milton Nelms, concernant ces coaches qui « entraînent les chats comme des chiens. » C’était au sujet de Dara Torres et de Natalie Coughlin, préparées à rebours de leurs capacités, qu’il avait fait cette remarque. Ruta est un félin. Il serait dommage que la plus rapide nageuse de brasse du monde se change en une quelconque nageuse de 1500 mètres. Mais, direz-vous, un 1500 mètres ne fait de mal à personne. Sauf peut-être à une nageuse de 100 brasse ?

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • A Efimova le titre, à Pedersen le record 2 août 2013 Barcelone, 15e championnats du monde C’était le duel annoncé. Hier, première demi-finale : la Danoise Rikke Moller Pedersen bat le record du monde du 200 mètres brasse […]
  • MEILUTYTE [Rüta] Natation. (Kaunas, Lituanie,19 mars 1997-). Lituanie. A quinze ans, cette collégienne de Plymouth, en Grande-Bretagne, où elle est entraînée par John Rudd (Plymouth Leander Swimming […]
  • Lawrence Micah en clone de Rebecca Soni 1er août 2013 Barcelone, 15emes championnats du monde Le 200 mètres brasse féminin se renouvelle fortement, au niveau des demi-finales, seulement cinq nageuses des Jeux se retrouvent […]
  • L’ERE DE CORDES COMMENCE 27 juin   Indianapolis. Championnats des USA et sélections mondiales.   Kevin Cordes n’a pas trahi les attentes de ceux qui, sur sa saison hivernale époustouflante, […]

Also published on Medium.

2 comments:

  1. LEPAGE

    Qu’une nageuse veuille s’amuser sur des épreuves qui ne sont pas de son registre, pourquoi pas, mais en d’autres circonstances, soit entraînement, soit compétitions locales.
    là, je ne vois pas le sens de sa participation.

    1. Eric Lahmy *

      Je n’ai pas plus d’infos, cela pourrait être un truc mental d’entraîneur. Mais ce serait un coup d’épée dans l’eau. Elle a été engagée sur ce 1500m avec un temps de 16’5s, de deux minutes plus rapide que son temps final.
      Enfin, je crois que finalement cela n’a aucune importance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


neuf × 6 =