SAINTE JULIA, COMÉDIENNE ET MARTYRE

Éric LAHMY

Vendredi 17 Juin 2016

L’Église reconnait cinq Julie devenues saintes : trois martyres, une bienheureuse et une fondatrice d’ordre. Très bientôt, Julia Efimova va sans doute instruire son procès en canonisation, et son prénom devrait bientôt s’ajouter au martyrologue. Mais de vous à moi, jusqu’ici, son affaire n’a rien de catholique (ni d’orthodoxe, d’ailleurs).

Pour l’instant, Julia se dit persécutée par l’incurie, l’absence de professionnalisme du personnel du laboratoire antidopage de Salt Lake City…

Après avoir été découverte infectée au meldonium, un produit récemment introduit dans la liste des substances interdites, Julie Efimova a trouvé judicieux de se retourner contre le laboratoire américain de Salt Lake City qui l’avait déclarée « négative » avant de lui reconnaître le statut de « positive » (qualificatif très peu judicieux signifiant que l’athlète concernée se trouve dans une situation négative)…

Bizarrement, c’est ce changement de statut qui a fait Efimova être inscrite dans les rangs de l’équipe russe pour les Jeux olympiques de Rio. Vladimir Salnikov, président de la Fédération en agissant ainsi, ne pouvait ignorer cependant que miss Efimova avait été entendue par la FINA dont le verdict n’avait pas encore été donné. Mais peut-être avait-il reçu de la FINA des indications l’encourageant dans cette décision ?

Entre-temps, Efimova a écrit (le 9 juin) une lettre qu’elle a adressée à l’Agence Mondiale Antidopage (AMA) avec copie au Comité International Olympique (CIO). La quadruple championne du monde de brasse en grand bassin demande une enquête et désigne le laboratoire de Salt Lake City comme un repaire de : « personnes incompétentes et négligentes qui… ont troublé la préparation de Yulia Efimova et mis en péril sa présence à Rio », lit-on dans cette missive, écrite conjointement avec ses agents, Anna Mitkova et Andrey Mitkov. D’après Efimova, cinq prélèvements avaient été opérés sur sa personne entre le 15 février et le 5 mars : celui du 15 février, analysé à Montréal, ceux du 24 février, du 3 mars et du 5 mars à los Angeles, étaient positifs. Un du 2 mars, analysé à Salt Lake City, s’avéra être négatif. La FINA suspendait Efimova le 15 mars Par ailleurs, l’AMA dut admettre, après des dizaines de cas de sportifs positifs au meldonium, qu’il lui fallait en savoir plus sur la durée de vie du produit dans un organisme humain. Il semble que cette durée de vie peut être de quelques mois. Cela expliquerait que des sportifs qui juraient avoir cessé d’en prendre fin décembre en trouvaient encore dans leur système début mars.

Paradoxalement, c’est ce négatif qui retint la FINA de retirer l’interdiction d’Efimova, dans la mesure où il laissait penser qu’elle avait repris du meldonium après le 2 mars !

Or une nouvelle analyse aboutit à déclarer que le test négatif soumis au labo de Salt Lake City était ce qu’on appelle un « faux négatif ». Du coup, la suspension d’Efimova fut levée provisoirement en mai, trop tard pour qu’elle dispute les sélections russes à partir du 16 avril. « Suspendue au début des championnats de Russie, je n’ai pas eu la possibilité de me qualifier aux Jeux olympiques à partir de ces championnats nationaux. De plus en raison des tensions provoquées par le maintien de ma suspension, j’ai développé une maladie sérieuse, angine purulente, qui a nécessité un mois de soins pour être guérie. Mon entraîneur, Dave Salo, m’a avertie qu’il mettait fin à nos relations coach-athlète, ce qui a mis en péril tout mon processus de préparation olympique. »

Derrière tout ce boniment, rien n’est plus farce que de voir Efimova se plaindre que le labo de Salt Lake City n’ait pas trouvé du premier coup le produit dopant dans ses analyses. Encore un peu, elle se plaindrait que les contrôles anti-dopage ne sont pas efficaces ! 

Certes, il y a un faux négatif redevenu positif, mais il y a eu aussi quatre vrais positifs et une précédente condamnation pour dopage. Il y a aussi qu’ayant prévu une petite incertitude quant au contrôle, on a établi de longue date un protocole, de dupliquer le contrôle et l’existence de deux échantillons, A et B, analysés par des labos différents au cas où. Des divergences pouvant arriver, on choisit la solution la plus favorable à l’athlète. Ici, il a paru favorable à l’athlète que le fameux meldonium soit dans ses analyses !

Conclusion provisoire ? Aussi remarquable soit-elle par ailleurs, une championne professionnelle de vingt-quatre ans qui prétend avoir acheté et consommé des suppléments alimentaires pollués, ce qui lui a valu un premier contrôle positif et une interdiction de nager de seize mois, puis, dans un deuxième temps affirme ne pas avoir su qu’un produit était devenu interdit, jure qu’elle a arrêté de le consommer, et l’a quand même dans son système au risque de se faire interdire de nager à vie n’est peut-être pas la personne la mieux placée pour donner la leçon en fait de professionnalisme !

Ces articles peuvent vous intéresser:

  • LA RUSSIE NE PAIERA PLUS POUR SES DOPÉS ! Mardi 18 Avril 2017 En faisant savoir qu’elle cessera désormais de payer les amendes des nageurs ayant été positifs à des contrôles anti-dopage, la Fédération russe de natation n’a-t-elle […]
  • L’affaire Efimova vue de Russie Lundi 20 janvier 2014 Quelle est l’opinion des Russes au sujet de la menace de disqualification de leur nageuse Julia Efimova? Un point de vue russe est donné par Timur Ganeiev, dans la […]
  • Morozov fera trembler Magnussen! 14 juillet 2013   Kazan Universiades d'été 2013 Le Russe Vladimir Morozov a fait fort ce soir à Kazan, aux Universiafes. Il a nagné le 100m nage libre en 47’’62, se plaçant […]
  • EURO 2013 KOLTUNOVA SANS FAIBLIR Par Eric Lahmy Plongeon. La Française Laura Marino, après s’être qualifiée en 6e position lors des éliminatoires du haut-vol, hier, à Rostock, a maintenu sa place en finale dans la […]

Also published on Medium.

5 comments:

  1. eldars_0

    Un post plein de traits d’humour et de jeux de mots aujourd’hui (et on pense aussitôt que mieux vaut en rire que d’en pleurer).

    1. Eric Lahmy *

      Well mon titre alludait au formidable « Saint Genet comédien et martyr » de Jean-Paul Sartre, un pavé de 700 pages à la « gloire » de Jean Genet! Oui, il y a un moment où des gens deviennent tellement pathétiques! Quand elle aura fini de nager, elle pourra continuer sa carrière de voleuse de poules.

  2. fab

    Bonjour, je fais la promo de mon site internet même encore des choses a corrigé,
    c’est Natation Inside
    En tout cas j’adore ton site Eric lamy

    1. Eric Lahmy *

      Okay, j’irai voir ton site, Fab, son titre est moins pompeux que le mien – même si ton orthographe chancelle un peu -; merci pour tes encouragements…

    2. Eric Lahmy *

      Apparemment il y a deux inside. J’ai vu maintenant celui que tu présentes. Okay.Bien le petit sujet sur Agnel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − = cinq