SCOTT VOLKERS RETOURNE SUR LE BANC DES ACCUSÉS

SCOTT VOLKERS RETOURNE SUR LE BANC DES ACCUSÉS

Scott Volkers, l’un des entraîneurs vedettes australiens, vient d’être arrêté dans son pays et accusé d’agressions sexuelles sur des enfants.

Rien de nouveau. La plainte trainait depuis des années.

Volkers, en effet, avait été arrêté en 2002 ; suspicion de comportement indécent vis-à-vis de moins de seize ans. Plus exactement de trois d’entre elles : Julie Gilbert, Kylie Rogers and Simone Boyce, âgées de respectivement 12, 13 et 14 ans lors des faits, qui l’accusèrent, pendant que Volkers déniait vigoureusement tout méfait. Il était également accusé des mêmes faits par une jeune fille de dix-huit ans. Finalement, les poursuites furent abandonnées (manque de preuves) mais Volkers y perdit plus ou moins son job : à deux reprises, on ne lui accorda pas la « carte bleue » qui lui aurait permis de travailler avec des nageurs de moins de seize ans. Compte tenu de l’âge moyen des nageurs, c’était une situation très pénalisante.

Volkers est un entraîneur de l’élite qui a obtenu certains succès. Il a ainsi dirigé la carrière sportive de Susan O’Neil, la double championne olympique (200 mètres papillon en 1996 et 200 mètres nage libre en 2000) et l’une des nageuses les plus médaillées de l’histoire de l’Australie, et de Samantha Riley, une championne de brasse.

Rendu incapable de travailler dans la natation en Australie, Volkers s’exila finalement en 2011 au Brésil, et se mit à entraîner au club Minas Tenis de Belo Horizonte. Il eut vite fait de s’imposer par ses compétences et se retrouva à la tête d’une équipe de nageurs qualifiés pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro, qu’il put encadrer dans les stages préolympiques de l’équipe brésilienne.

Mais il fut interdit d’accès au bord des bassins et privé d’accréditation pendant la durée des Jeux, à la suite d’une requête de John Coates, président du comité olympique australien et vice-président du CIO, lequel se fendit d’une lettre à Carlos Nuzman, alors président de Rio 2016, demandant d’interdire Volkers de Jeux olympiques.

Revenu dans son pays, Volkers est détenu dans sa maison du Queensland. Les plaignantes ont-elles mieux établi les charges qui avaient dû être abandonnées, par manque d’évidences, ou récolté d’autres témoignages ? Scott est accusé de cinq faits de « traitement indécent » d’un enfant et apparaitra devant la cour de justice de Maroochydore le 13 novembre prochain. Il s’est déclaré désireux de se défendre contre des charges qui, a-t-il expliqué, le « poursuivent depuis quinze ans. » Sa force ? Sa parole contre celle des accusatrices. Leur force ? Elles sont trois…

 

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


six − = 1