TAYLOR RUCK ET L’ENVOLÉE DE LA JEUNE NATATION FÉMININE DU CANADA

Éric LAHMY

Dimanche 4 Mars 2018

La Canadienne Taylor Ruck, après avoir, la veille, enlevé coup sur coup 200 dos et 200 libre, à onze minutes d’intervalle, dans des temps mirobolants, dont un record canadien de la première course, avait prévu un double effort (quadruple compte tenu des séries du matin) pour la seconde journée des « Tyr Pro swim series » d’Atlanta. Tyr sans doute, mais pas tire-au-flanc, la demoiselle !

Les choses se sont présentées un poil moins bien pour miss Ruck, et donc, samedi, si « my Taylor » est restée fort riche, c’est un petit peu moins que la veille. Telle qui riait vendredi pouvait sourire samedi.

Sur 100 dos, elle était tombée sur une Olivia Smoliga décidée à ne pas s’en laisser compter. Ancienne reine dominatrice des NCAA, où, selon un schéma désormais classique dans une natation où tous les styles se maîtrisent, elle se débrouille dans plusieurs techniques, crawl, dos, quatre nages, Smoliga, si je puis me permettra un sacré morceau (1,88m) de nageuse d’origine polonaise, a acquis sa réputation en petit bassin où sa stature de Junon (c’est quoi le féminin d’Hercule ?) a dû l’avantager à chaque virage. Mais c’est aussi une solide dans le grand bassin. En 2016, Olivia a gagné le 100 dos des « trials » olympiques US et établi un record personnel en finale de l’épreuve aux Jeux de Rio, au Brésil, où elle finit 6e en 58s95. Elle est même un petit peu championne olympique, par procuration si j’ose dire, ayant nagé en séries du relais de quatre nages vainqueur…

Smoliga attaqua sans complexe ce 100 dos contre sa cadette de six années (17 ans contre 23 ans) la fille en forme de ces dernières semaines, et menait d’un mètre (28s50 contre 29s08) à la culbute, mais miss Ruck s’accrochait, revenait et gagnait de la plus faible marge possible, 59s13 contre 59s14.

A 29 ans, l’étoile italienne Federica Pellegrini réalisait un méritoire 1’0s56 après un coude-à-coude avec la benjamine de la finale Jade Hannah, 16 ans, une autre de ces Canadiennes que produit un système particulièrement riche (surtout côté filles). Jade, brune native des Bermudes et couvée par sa maman, nage aujourd’hui à Victoria, où elle est saluée comme la première nageuse issue du programme Next Gen (prochaine génération) qui est en train de faire de la natation canadienne l’une des forces majeures dans le monde.

La féminine seulement car les mecs, en revanche, traînent un peu. Je soupçonne qu’ils perdent leur temps à hockeyer sur glace !

Si l’on sait que la patronne du dos mondial est une autre Canadienne, Kyle Masse, championne et recordwoman du monde en 58s10, on se dit qu’il va y avoir bientôt des embouteillages aux sélections canadiennes pour les grands rendez-vous, mondiaux et olympiques.

Dieu soit loué, nous n’aurons pas de tels soucis en France !

…L’EXPLOIT RARE DE NAGER BEAUCOUP PLUS VITE QUE TOUT LE MONDE EN PAPILLON, EN DOS ET EN CRAWL… ET DE PERDRE SON QUATRE NAGES…

Taylor Ruck, sept minutes après cette victoire arrachée, se retrouvait à l’eau pour sa seconde finale, le 200 quatre nages, et là, elle réussit l’exploit rare de nager plus vite, parfois même beaucoup plus vite, que tout le monde autant en papillon, en dos et en crawl, et d’être battue. Il faut dire qu’elle laissa presque quatre secondes dans la traversée, manifestement pénible, du 50 brasse. Madisyn Cox la devança clairement.

Temps partiels : Cox, papillon, 28s10; dos, 1’2s46 (34s36); brasse, 1’38s91 (36s45 ; crawl, 2’9s82 (30s91).

Ruck, papillon, 27s96; dos, 1’1s26 (33s30); brasse, 1’41s26 (40s); crawl, 2’11s16 (29s90).

Le dos messieurs donnait lieu aussi à une vigoureuse explication doublée d’une querelle de générations entre Murphy, 22 ans, et Irie, 28 ans. Deux centièmes les séparaient à l’arrivée. Chase Kalisz, après son quatre nages de la veille, enlevait deux autres de ses classiques : d’abord le 200 papillon, aux dépens de Jack Conger, à l’issue d’une dispute de chaque coup de bras et de chaque mouvement de dauphin, où un doigt et dix centièmes les séparaient. 26 minutes plus tard, il réitérait, sur 200 quatre nages, ne laissant aucune chance à Josh Prenot et Will Licon.

MESSIEURS.- 400 mètres : 1. Zane Grothe, Mission Viejo, 3’48s84; 2. Elkamash Marwan, GCU, Egypte, 3’49s17.

100 dos : 1. Ryan Murphy, Cal., 53s24 ; 2. Ryosuke Irie, Team Elite, Japon, 53s26; 3. Jacob Pebley, Cal., 53s93.

100 brasse : 1. Andrew Wilson, Longhorn, 59s49.

200 papillon : 1. Chase Kalisz, UGA, 1’55s78 ; 2. Jack Conger, Nation’s Capital, 1’55s88.

200 4 nages : 1. Chase Kalisz, UGA, 1’5786 ; 2. Josh Prenot, Cal., 1’59s47.

DAMES.- 400 mètres: 1. Jianjiahe Wang, Chine, 15 ans, 4’3s14.

 100 dos : 1. Ruck Taylor, HPC-Ontario, Canada, 59s13; 2. Olivia Smoliga, UGA, 59s14; 3. Federica Pellegrini, Italie, 1’0s56; 4. Jade Hannah, HPC Victoria, Canada, 1’0s60; 5. Alexia Zevnik, Wolfpack, 1’0s83.

100 brasse : 1. Molly Hannis, Tennessee, 1’6s09 ; 2. Julia Efimova, Russie, 1’6s32.

200 papillon : 1. Hali Flickinger, UGA, 2’8s04.

200 4 nages: 1. Madisyn Cox, Longhorn, 2’9s82; 2. Taylor Ruck, HPC Ontario, Canada, 2’11s16.


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *