TRIALS US A OMAHA – KELSI WORRELL A SU DOMPTER DANA VOLLMER

COMMENT DOMINER UNE CHAMPIONNE OLYMPIQUE

Éric LAHMY

Mardi 28 Juin 2016

Finalement, il n’y a pas eu photo. A l’arrivée, Kelsi Worrell l’a emporté haut la main, devant Dana Vollmer. Sur l’impression née des qualifications, cela semblait être plus que plausible. L’étonnement vient de la différence, plus importante que prévu. Dana a tenté une course rapide, qui lui créerait une ouverture d’entrée. Elle avait dominé les séries en passant un peu plus vite que Worrell, mais toutes deux nageaient dans deux demi-finales différentes, et après ces deux courses de qualification, leurs bilans étaient comparables. 56s84 le matin pour Worrell en séries, 56s92 l’après-midi en demis pour Vollmer, la balance privilégiait un peu Worrell. Cette dernière, qui était passée en 26s35 dans les séries et 26s67 en demis, produisit une course à la fois autoritaire et lucide, ne se laissant pas prendre au jeu de l’ancienne, pratiqué également par la quatrième à l’arrivée, Cassidy Mayer ; Kelsi vira moins vite qu’en séries, puis produisit un second cinquante mètres énergique. Elle fut la seule (et de loin) à « revenir » en moins de trente secondes.

Kelsi est encore peu connue en natation, mais sa victoire sur la championne olympique en titre, après des championnats NCAA triomphants, la sortent déjà de l’anonymat. USA Today s’est fendu ainsi d’un article sur sa nage, ses soucis et son asthme (induit par l’effort) et sur une vidéo produite sur des gags de son équipe de natation de Louisville, bloquée dans un aéroport, qu’elle a mis en ligne et a retenu jusqu’ici l’attention de, tenez vous bien, 33.000.000 de visiteurs !! Maintenant, son sourire contagieux même avant la bataille, un caractère joyeux, son discours intelligent, sa sympathie naturelle, son côté garçon manqué qui fait les filles réussies,  les Jeux olympiques et une belle bataille contre Sarah Sjöström pourraient élever encore son statut populaire…

Une Kelsi, dans le vernaculaire américain, le slang, est une fille très intelligente, qui ne sait pas qu’elle est belle, etc. A ce qu’il semble, c’est bien d’elle qu’il doit s’agir !

A suivre, bien évidemment.

DAMES.- 100 m papillon: 1. Kelsi Worrell, 56s48 (26s51); 2. Dana Vollmer, 57s21 (26s23); 3. Kendyl Stewart, 58s22 (26s62) ; 4. Cassidy Bayer, 58s35 (27s32) ; 5. Sarah Gibson, 58s79 (27s66) ; 6. Claire Donahue, 58s81 (26s65). 


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *