UN LAURENT HORTER MARTIAL ENTRE EN RÉSISTANCE : « ILS N’AURONT PAS L’ALSACE »

Éric LAHMY

Lundi 30 Janvier 2017

Pas mal de choses ce week-end dans la perspective du Comité directeur de la Fédération française de natation de fin mars début avril prochain.

Tout d’abord, Daniel Planche, 73 ans, a été élu président de la nouvelle région Bourgogne-Franche-Comté.

Les pays de la Loire se sont donné un nouveau président, ce 21 janvier, à Nantes (Loire-Atlantique), et c’est Joël Pineau, secrétaire général en exercice des pays de la Loire et licencié au CN Fontenay-le-Comte. Le président sortant, Dominique Trocherie, après deux mandatures, ne se représentait pas.

Nous reviendrons sur ces élections.

Mon sujet ici, c’est l’Assemblée générale de la Ligue d’Alsace

Vendredi soir, donc, la dernière Assemblée générale de la Ligue d’Alsace s’est déroulée à Mulhouse. Laurent Horter y a annoncé, nous apprennent Les Dernières Nouvelles d’Alsace, qu’il renonçait à la présidence de la future ligue du Grand Est, non sans en profiter pour dénoncer des méthodes « indignes. »

Cette assemblée extraordinaire avait pour but de valider la fusion de la coalition alsacienne dans le regroupement de la ligue Grand Est.

Horter s’est toujours montré réfractaire à ce découpage qui dérange ses habitudes haut-rhinoises, mais sans pouvoir l’empêcher. Comme Jules César qui prétendait préférer être premier dans un village que deuxième à Rome, Horter préfère un petit chez soi qu’un grand chez les autres.

Mais la nouvelle région colle au redécoupage politique du pays. Indispensable si l’on espère recevoir la manne des fonds publics et autres subventions. En effet, le code du sport ne reconnait qu’une seule « entité » officielle par sport et par grande région.

Donc impossible d’y couper, et la fusion a été entérinée à l’unanimité, malgré les « grincements de dents… du président sortant de la Ligue d’Alsace. »  Pour Laurent Horter, qui ne doit pas aimer les surprises, et, à 84 ans, déteste plus que jamais tout ce qui dérange ses habitudes, « cette fusion apportera plus de problèmes qu’autre chose, mais il n’y a pas d’autre solution pour l’instant. »

« Alors qu’il avait déclaré sa candidature dès janvier 2016 pour le poste de président de la grande Ligue (l’élection aura lieu le 11 février prochain), le président du MON a annoncé dans son allocution initiale qu’il se retirait de la course », lit-on encore dans Les D.N.A.. Pourquoi ?

« J’ai changé d’avis, explique Horter dans le quotidien régional. Je ne briguerai aucune fonction dans cette institution. Je compte cependant être présent pour représenter ce que nous avons accompli. »

« MANŒUVRES FALLACIEUSES » ET « MÉTHODES INDIGNES »

Sa casquette de président du comité départemental du Haut-Rhin le lui permet. « On ne sait pas pourquoi ni comment les gens vont voter. Il n’y a pas de projet, » déplore par ailleurs l’aîné des Horter, lequel motive son revirement par les relations particulièrement tendues entre lui et son homologue lorrain (David Wagner, candidat à la présidence de la grande ligue), ainsi qu’avec la nouvelle équipe bas-rhinoise et son président Stéphane Metzger. Il est direct : « des manœuvres fallacieuses ont rendu impossible l’opportunité de présenter notre projet. Il y a un malaise entre l’équipe bas-rhinoise et moi-même et des initiatives sur le thème de l’organisation des votes que je condamne. Ce sont des méthodes indignes de dirigeants sportifs. »

Bien entendu, il faut toujours pouvoir lire en filigrane ce que signifie cette prise de position de Laurent Horter, l’un des pionniers de ce qu’on appelle pieusement aujourd’hui, post-vérités ou vérités alternatives. C’est très simple, « des manœuvres fallacieuses » doit se traduire par « je suis en minorité », quant aux « relations tendues », elles signifient que le cacique de Mulhouse ne peut plus faire la pluie et le beau temps, alors qu’il était toujours parvenu jusqu’ici à maintenir sa suprématie sur l’Alsace ; le voici qui s’est trouvé débordé dans une « entité » plus grande.  La démocratie est un dur apprentissage !

Je dois ajouter que les DNA nous donnent une superbe leçon de journalisme en laissant maltraîter les dirigeants de Lorraine et du Bas-Rhin sans leur ouvrir le moins du monde la parole!

Horter avait douloureusement compris voici peu qu’il avait perdu son ascendant sur le Bas-Rhin – chose qui se mijotait depuis bientôt deux années, le fonctionnement des Horter, qui tiennent depuis maintenant près d’un demi-siècle la région ayant fini par excéder le voisinage.

Et puis Strasbourg a trouvé dans la recomposition régionale des alliés décidés à en finir avec le magistère d’une « tribu » assez envahissante pour que tous les postes décisionnaires au club, à la région et à la Fédé, ou presque, à tous les niveaux, lui appartiennent.

Un « rapprochement » aurait récemment eu lieu entre David Wagner et Stéphane Metzger. « Leur argument est de dire que la ligue d’Alsace marginaliserait le Bas-Rhin par rapport au Haut-Rhin. Je peux donner plusieurs exemples pour répondre à cela. J’ai arbitré en faveur de Strasbourg pour l’organisation des championnats de France élite (en mai prochain à Schiltigheim) alors même que Mulhouse était aussi candidate. Les championnats d’Alsace ont eu lieu à Obernai et ce n’est pas la première fois. » Bien entendu, ces générosités tardives peuvent tout simplement signifier qu’il tentait d’endormir en année électorale ceux avec qui il devrait compter, et qu’ils ont décidé de ne pas laisser passer l’occasion de le mettre à quia.

DÉCIDÉ À SE FAIRE ENTENDRE

Chose plus difficile que vous croyez, répond un Laurent Horter querelleur, qui promet de ne pas rester les bras croisés. « Nous allons créer une commission du sport de haut-niveau ainsi qu’un conseil territorial de la natation alsacienne, dont les membres seront ceux du (feu) comité de la ligue d’Alsace. »

« Cet organisme n’aura pas de légitimité de décision, mais « se fera entendre, » explique le président du Mulhouse O.N. », lit-on encore dans les colonnes du journal de l’Est.

Connaissant les priorités d’Horter, on peut imaginer que son conseil territorial fera tout pour pérenniser les divers avantages que le MON, et pour l’essentiel la famille Horter, ont acquis en jouant sur un maximum de tableaux.

Mais est-on sûr que Laurent laissera la présidence de la nouvelle ligue (élection la semaine prochaine) ? On affirme qu’il comptait y placer son fils Lionel, qui, après ses grandes réussites à la Direction technique nationale et dans la préparation olympique d’Yannick Agnel aux Jeux de Rio, est en effet un habitué des grands succès.

Mais ce dernier aurait risqué dans l’aventure d’endommager son statut professionnel – entraîneur, conseiller technique, professeur de sport – et donc n’a pas tenté de s’inscrire dans cette combinaison. Le nouvelle région aura laissé passer l’occasion de mettre à sa tête une vraie pointure.

A priori donc, Laurent le magnifique va se rabattre sur sa drôle de commission alsacienne. Mais attention, le Darth Vador mulhousien aurait jusqu’à ce mardi soir, date limite des candidatures au poste présidentiel, pour changer d’avis ou trouver une nouvelle combinaison gagnante. Alors, et alors seulement, le Lorrain David Wagner saura s’il peut dormir tranquille, horizon dégagé.


Also published on Medium.

2 comments:

  1. Roaland AMSTERDAMER

    Je suis un très ancien ami de lLaurent HORTER lorsque j’habitais encore à Mulhouse;
    J’aimerais avoir un contact avec lui pour évoquer cette période et prendre de ses nouvelles
    Je suis Roland AMSTERDAMER, j’étais un bon joueur de billard au BC de Mulhouse ou nous nous rencontrions avec son fils.

    1. Eric Lahmy *

      Je pense que vous pouvez le joindre facilement par le club dont son épouse Marie-Octavie est le président, au 03 89 06 18 01, ou encore par le Comité départemental du Haut-Rhin qu’il préside par le même numéro. A priori, il nage ses 1500 mètres tous les matins, mais il est parfois en Corse dans la villa familiale…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *