WALTER POENISCH, « CONQUÉRANT » DU DÉTROIT DE FLORIDE ET « NAGEUR DE LA PAIX » HONORÉ PAR L’INTERNATIONAL SWIMMING HALL OF FAME

Mardi 21 Février 2017

L’International Swimming Hall of Fame de Santa-Clara a fait connaître l’identité de quelques-uns de ses dix-sept “honorees” de l’année 2017, des 25-27 août prochain à Fort Lauderdale. Tous les noms ont été donnés, mais un embargo sur l’info nous contraint à ne les servir qu’à mesure de la permission de l’ISHOF. Je m’autorise à vous dire que des Français en font partie. C’est la 53e année que l’ISHOF élit des nageurs, dirigeants, entraîneurs, etc., dans son Panthéon.

Aujourd’hui, sont révélés les noms du nageur de longues distance Walter Poenisch (Grove City) ; et des Chinois Wu Chuanyu et Zhang Xiunel.

« Perdue dans le temps et noyée par la publicité qui a entouré les tentatives d’autres nageurs de réaliser la traversée menant de Cuba à la Floride ces quarante dernières années, se situe l’histoire remarquable de Poenisch et de sa « nage pour la paix ». explique Bruce Wigo, président et CEO de l’ISHOF… Poenisch fut un des premiers à utiliser ses talents de nageurs pour une plus grande cause. »

Né le 11 juillet 1913, Poenisch était boulanger de profession, mais aussi un « homme fort », un concurrent de rodéos, ainsi qu’un nageur, lequel n’entra dans sa première compétition de nage qu’en 1963, à cinquante ans. Et pas un 50 mètres ! Mais les 60 miles (100 kilomètres) du marathon professionnel de Jim Moran dans le lac Michigan. Il ne put terminer son effort mais fut enthousiasmé par le sport et sortit de l’eau, quoiqu’épuisé, décidé à tenter de nager de plus longues distances encore.  Troublé par la crise des missiles entre les USA et l’URSS (octobre 1962) dont l’enjeu se situait à Cuba, et qui faillit tourner en affrontement nucléaire, il conçut l’idée d’un raid nautique de 90 miles soit autour de cent cinquante kilomètres, qu’il présenta comme un acte promouvant la paix.

Comme les USA et Cuba n’entretenaient aucune relation directe, il écrivit des lettres aux pays qui entretenaient des relations avec La Havane et commença à s’entraîner sérieusement. Mais les autorisations tant attendues ne vinrent pas, et, installé à Fort Lauderdale, en Floride, il continua de se démener afin d’entrer en contact avec les autorités cubaines, réalisant dans le cadre de sa préparation des raids de longues distances dans les détroits floridiens.

Il établit ainsi un record du monde de longue distance effectuée dans l’eau avec 122,5 miles, presque deux cents kilomètres, entre Key West et la pointe de la péninsule de Floride. En 1976, il reçut du gouvernement cubain l’autorisation de demander un visa qu’il ne reçut qu’en mars 1978. Le raid fut programmé pour le 11 juillet, date anniversaire de Poenisch.

Ce jour là, Fidel Castro porta un toast au nageur et à son geste pacifique. Selon les règles de la Fédérations Internationale des Nageurs et Plongeurs Océaniques, qui réglementait alors ce genre d’opérations, il eut le droit d’utiliser une cage anti-requins, des palmes pour protéger ses pieds de la cage et un snorkel, et eut le droit de sortir de l’eau à quatre reprises pour un temps qui ne pouvait excéder cinq minutes pour recevoir des traitements d’urgence, de la nourriture ou pour toute autre raison urgente.

Après trente-quatre heures d’efforts, il parvint à atteindre l’une des îles de l’archipel de Keys de Floride, Duck Key. Selon l’écrivain et journaliste David Heeren, qui couvrit son effort, « l’exploit de Walter est plus grand que la victoire sur l’Himalaya, car depuis plusieurs hommes ont triomphé du toit du monde, et il est resté le seul à vaincre le détroit de Floride. »

Walter Poenisch s’est éteint le 6 juin 2000.

Ces articles peuvent vous intéresser:


Also published on Medium.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


un × 9 =