WATERPOLO : LA FRANCE AU TEST SETTEBELLO

 

Par Eric LAHMY

Ce 18 novembre, la piscine Yves Blanc d’Aix-en-Provence accueillera (début du match à 20h30 le match France-Italie de water-polo (messieurs) qui constituera son premier match de Ligue mondiale 2015. Heureux retour pour nos compatriotes dont les résultats alors insuffisants n’avaient pas permis d’entrer dans la compétition, ce depuis 2010.

Après cinq ans de pénitence, les Français ne doivent pas manquer d’appétit, mais, doit-on dire, mais on ne peut s’empêcher de songer, au moment de la revoir autour de la belle table de la World League, que l’Italie ne s’avalera pas forcément comme un hors d’oeuvre, et que ce n’est pas non plus de la tarte.

Non, il s’agit bel et bien d’un plat de résistance, qui ne s’attaque pas à la petite cuiller, et qui nécessitera tous les instruments que les nôtres auront sous la main, cuiller, fourchette, couteau et peut-être scie à métaux ! Champions du monde 2011, elle dispose d’un championnat national qui exsude la bonne santé et la vitalité et, depuis toujours (le water-polo a acquis sa popularité en Italie dès 1899, année où un match exhibition fut joué aux Bains de Diana à Milan) lui a permis de collectionner les médailles les plus prestigieuses. Affublée d’un nom accolé à sa légende, le Settebello (du nom d’une combinaison de cartes gagnantes à la scopa, jeu de cartes italien), l’équipe nationale a remporté trois Jeux olympiques en 1948, 1960 et 1992, trois championnats du monde en 1978, 1994 et 2011, trois titres européens, en 1947, 1993 et 1995 et quelques autres bricoles de haut standing !

En face, l’équipe de France, issue de sa dixième place des derniers championnats d’Europe de Budapest, première qualification dans une compétition où ils étaient absents depuis 2001, ne fait-elle pas le poids ? Mais un match est un match, l’avantage du terrain est une valeur qu’il ne faut pas dédaigner et l’idée est de ne surtout pas partir battus ! Les ambitions des Français s’aiguisent autour de l’idée de se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio. Julien Issoulié, le directeur de la discipline en France, interrogé par Nicolas Menanteau et Charlotte Despreaux, du service communication fédéral souligne les volontés françaises :  « Ce tournoi va encourager les équipes de France à s’intégrer tout au long de l’année dans une démarche de haut niveau, et les maintenir dans une perspective d’excellence. L’objectif principal est donc de conserver une dynamique de travail forte et efficace en vue de l’Euro 2016 qualificatif aux Jeux Olympiques de Rio. Le fait d’affronter plusieurs grosses nations régulièrement et sur une longue période ne peut qu’aguerrir et accroître la motivation des collectifs France. Ce sera d’autant plus vrai pendant les matches à domicile. »

Entre le gnac français et la grinta à l’italienne, Dieu reconnaîtra les siens. Bon match !

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *