BARBIT [Pierre]

Natation. (Choisy-le-Roi, 31 mars 1917-). France. Nageur, puis entraîneur. Il débuta à seize ans à Choisy-le-Roi sous la férule de Charles Copin, qui était à la fois un entraîneur et un affichiste publicitaire de grand talent. Comme il ne savait pas respirer dans l’eau, il fit du dos. Prisonnier de guerre, évadé, il entra dans la clandestinité, adhérant à un mouvement de résistance communiste. La paix retrouvée, il entraîna à Choisy-le-Roi, puis dirigea la piscine du Stade Gaëtan-Devaux, à Brive, avant de monter prendre en mains la section de natation du Racing club de France que dirigeait André Foucher-Créteau (1949-1961). Directeur de la piscine Molitor (1960-1962), premier Directeur technique de la natation française (1962-1964), il s’installa au Palm Beach de Cannes où il découvrit plusieurs talents, Jean-Philippe et Pierre Andraca, Patrice Mounier, Jean-Paul Biancamaria, qu’il fit tous monter avec lui à Paris quand il reprit la section natation du Racing où évoluaient déjà Bernard Vicente, Marc de Herdt et Jean-Paul Berjeau. Il créa une école de natation copiée sur les principes en vigueur aux états-Unis, mais à la mort de Foucher-Créteau, ce système novateur, mais payant, et tès rémunérateur, ce qui lui fut reproché, fut combattu et Barbit licencié. Il se concentra désormais sur son affaire de maillots de bains (Barbit Sports) tout en continuant d’entraîner, découvrant des talents comme celui de Sophie Kamoun avant de prendre sa retraite d’entraîneur, créa avec l’appui de Lucien Zins, vers cette époque, le Collège des Entraîneurs Français de Natation. En 1951 et en 1953 (4’31’’5), il réussit le rare exploit d’amener au record du monde le relais 4 fois 100m quatre nages du Racing, formé de Violas, Dumesnil, Arène et Éminente. Retiré à Sommières, près de Montpellier.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *