Catégorie : Biographies

BOUTTEVILLE [Ivan]

Natation. (1962-). France. Nageant pour Lille, puis le Racing, et les Dauphins de Créteil, ce sprinteur puissant et doté d’un fort battement fut champion de France du 50 mètres l’hiver 1981, l’hiver et l’été 1982 et l’été 1983 ; du 100 mètres, l’été 1980 et en 1981 (été et hiver). Il améliore le record de France des 50 mètres entre août 1980 et avril 1981, l’amenant de 24’’21 à 23’’70.

LES BRITISH RESTENT A SHEFFIELD

19 août 2013

Finalement, les Britanniques continueront d’utiliser à plein la piscine de Ponds Forge, à Sheffield, que le Directeur de l‘ASA (l’Amateur Swimming Association, fédération de natation britannique), Bill Furniss, sans doute à court d’arguments, avait accusée d’être responsable des déboires à répétition de ses nageurs, aux Jeux olympiques de 2012, à Londres, et aux championnats du monde 2013, à Barcelone. La vitesse, supposée exceptionnelle, du bassin de Ponds Forge, donnait des indications erronnes aux nageurs sur leur potentiel réel, expliquait Furniss. Il souhaitait que les prochaines sélections ne se fassent plus dans ce bassin (lire notre article du 8 août : « échec britannique à Barcelone : c’est la faute à la piscine ! »). La ville de Sheffield, pour laquelle les diverses activités de la natation représentent un apport économique de £6 millions, et la piscine de Ponds Forge, se sont inquiétées des propos du Directeur. A l’ASA, l’Association britannique, on n’a pas dû être plus heureux de ses propos : Sheffield est une pièce importante de la natation britannique, pas facile à remplacer sur tous les plans, entraînement des élites et organisations de compétitions. On comprend leur incompréhension : se faire critiquer parce qu’on fait trop bien son travail ou parce que son outil est trop performant a quelque chose d’injuste. British Swimming n’a pas semble-t-il suivi Furniss et a programmé six compétitions de haut niveau à Ponds Forge en 2014. Quelques épreuves, les championnats de plongeon, ceux de natation synchronisée (qualificatifs pour les Commonwealth Games à Glasgow), ne sont pas concernés par des questions liées à la ‘’vitesse’’ du bassin. En revanche, les championnats nationaux et le championnat par équipes le sont, et se tiendront bien à Sheffield.

BOUSQUET [Frédéric]

Natation. (Perpignan, 8 avril 1981-). France. Fils d’un chauffeur routier catholique et d’une secrétaire administrative aux origines juive, allemande et hollandaise, tôt séparés, lui-même un croyant pratiquant, « catholique pro capote », la natation n’est pas son sport préféré, et c’est un footballeur contrarié (il se blesse à répétition et à treize ans, les médecins lui interdisent les sports de contact et lui donnent le choix entre la piscine et la salle de danse) qui s’essaie à nager. Après avoir appartenu au Cercle des Nageurs d’Antibes de Michel Guizien, il étudie aux États-Unis, s’entraîne à Auburn avec David Marsh et Brett Hawke – dont le travail basé sur le spécifique, en sprint, (fractionné, poids dans l’eau, medecine ball) lui plait et lui convient –  et en France avec Serge Leclaire, puis Emmanuel Poissier. Il alterne ainsi les séjours des deux côtés de l’Atlantique, selon son humeur ou les besoins de sa préparation. Assez grand (1,88 m), mais dominé en taille dans le sprint français, à la fois mince et puissant (il passe de 76 kg à 86kg), il se distingue – outre une superbe panoplie de tatouages sur tout le corps – par une technique étonnante, retour aérien des bras tendus, un style en force qui n’est pas sans rappeler par certains détails la technique de Kim ou de Kristin Otto ; il est en 2003, finaliste sur 100m aux championnats du monde, où il enlève le bronze avec le quatre fois 100m où il réalise un étonnant 47’’03 départ lancé, qui est alors le deuxième temps chronométré de l’histoire ; champion universitaire américain sur 50m en 2004 à l’issue d’un parcours où il a choisi de ne pas respirer une seule fois, avec un record du monde en petit bassin, 21’’10, il finit 3e du 100 mètres avec 46’’87 (Pb). Il conserve en 2005, le titre, disputé cette fois sur 50 yards, devant le champion du monde du 50m Duje Draganja, en 18’’90, après avoir pulvérisé le record US d’Ervin, 18’’74 contre 19’’05. Un peu plus tard, il enlève quatre titres (50m et 100m en nage libre et en papillon) aux championnats de France d’hiver et bat le record national du 100m en 49’’06. À Pékin, en 2008, il est vice champion olympique du relais quatre fois 100m, en compagnie de Leveaux, Gilot et Bernard, après avoir été 2e du 50m des CE, en petit bassin, derrière Leveaux, 20’’69 contre 20’’63. Malgré ses exploits il est considéré avant tout comme un relayeur et un nageur de petit bassin, qui gère mal la pression des événements individuels. Il décide de se remettre en cause, après les Jeux olympiques de Pékin, car il a très mal encaissé la défaite du relais 4x100m français, (2e), dans une course d’anthologie enlevée par les USA où plane la suspicion d’une erreur de placement des nageurs français (Bernard, est le dernier relayeur, alors que les nageurs auraient voulu placer Bousquet, plus expérimenté, à cette place stratégique). En 2009, il débute la saison à Marseille, retourne à Auburn pour se préparer dans la tranquillité de l’anonymat. A son retour, il montre de gros progrès de compétiteur aux championnats de France de Montpellier, réfrénant ses ardeurs en qualifications et donnant tout en finales. Conforté et peut-être avantagé par les combinaisons en polyuréthane, Bousquet remporte le 100m en 47’’15 devant Alain Bernard qui a battu le record du monde (46’’94, finalement non homologué) en qualifications, puis il gagne le 50m en 20’’94, temps qui pulvérise le record mondial. Aux mondiaux de Rome, en juillet, il confirme ses nouvelles capacités de soliste, 2e du 50m derrière Cielo, 3e du 100m derrière Cielo et Bernard. Alors qu’on s’attend à ce qu’il soit très pénalisé par l’interdiction de la combinaison, il s’en titre, au moins sur 50m, avec les honneurs, et remporte le titre de champion de France. Puis il est champion d’Europe 2010 sur 50m, et 2e sur 50m papillon derrière Munoz à Budapest. Il se trouve alors sous le coup d’une infraction à la législation anti-dopage, mais l’autorité sportive admet qu’il s’agit d’une erreur (prise de médicaments dans l’urgence). En 2011, il échoue en séries du 50 m (21e en 22’’38) du mondial de Shanghai. Devancé en 2012 par Florent Manaudou et Amaury Leveaux sur 50 mètres, il n’est pas sélectionné aux Jeux olympiques de Londres. En 2013, il est encore 3e du 50 mètres papillon (23’’11) aux mondiaux de Barcelone, finaliste du 50 mètres libre.

BOURRE [Ingrid]

Natation. (Calais, 9 mars 1976-). Entraînée par Philippe Lucas à Melun, elle enleva les titres français du 200 mètres (1994, 1998), du 400 mètres et du 800 mètres (1998, 1999). 6e en 8’37’’05 du 800 mètres du mondial 1999 de Hong Kong (petit bassin). Sociétaire des Dauphins de Créteil et du CN Brunoy.

BOURNE [Frederick Munroe]

Natation. (Victoria, B.C., 26 juin 1910-Rothesay, N.B., 11 juillet 1992). Canada. Membre des équipes olympiques canadiennes aux Jeux de 1928, 1932, 1936, capitaine en 1936. Double champion aux Jeux de l’Empire britannique 1930, sur 100 yards en 56’’ et avec le relais 4×200 yards. Il enleva la médaille de bronze du quatre fois 200 mètres aux Jeux olympiques de 1928. Il étudia la médecine à McGill, y enseigna la natation tout en nageant et en jouant au water-polo ; il fit de même à Oxford, où il étudia en tant
que « Rhodes scholar » (titulaire d’une bourse offerte par la fondation Cecil Rhodes à des éléments brillants).

BOULONNOIS [Thierry]

Natation. (1963-). France. Sociétaire de l’ASC Saint-Germain-les-Fossés, quand il devient champion de France d’été du 1500 mètres en 1980 (15’57’’70) et en 1982 (16’12’’69). Il devient conseiller technique et entraîneur. Candidat malheureux en 2013 à la succession de Christian Donzé à la Direction technique nationale.

BOUCHER [Renaud]

Natation. (7 août 1964-). France. Élève du TOEC, il fut champion de France du 50 mètres dos à sept reprises : été 1985, 27’’47 ; été 1986 et 1987, 27’’19, 26’’97 ; hiver et été 1988, 26’’89, 26’’83 ; été 1989, 26’’51 ; été 1990, 26’’62 ; et du 100 mètres dos, l’hiver (58’’54), puis l’été (58’’27), 1988.

BOUBE [Sylvie]

Natation. (Tarbes, 1965-). France. Séméac Tarbes. Elle nage à Bordeaux depuis 1976. Championne de France sur 50 mètres, 27’’07, et 100 mètres, 58’’35, l’hiver 1982 à Toulouse ; sur 100 mètres, l’été 1982 à Megève, ex-æquo avec Carolle Amoric, en 59’’. Titulaire de six sélections, elle est 7e du relais quatre fois 100 mètres des mondiaux 1982, à Guayaquil (Equateur). Son fils, Jean d’Encausse, est en 2013 un espoir de la brasse française.

BOTTOM [Matthew « Mike »]

Natation. (1956-). USA. Comme nageur, il détient un record du monde de relais (4 fois 100 mètres), est qualifié aux Jeux olympiques de Moscou en 1980 auquel il ne peut participer en raison du boycott US. Il participe à trois équipes de l’Université de Californie du Sud (USC) championnes universitaires NCAA. Diplômé en psychologie de l’USC, avec la moyenne la plus élevée de son école, il obtient un mastère en conseil d’Auburn. Après sa carrière de nager, il s’éloigne quelque peu du sport, passe dix ans dans le monde des affaires, comme analyste de système chez Pacific Bell à San Ramon (Californie), puis comme analyste des contrôles internes à Utah International. Retour dans la natation, il devient l’un des coachs américains de pointe, et sans doute le meilleur entraîneur de sprint des USA, voire du monde, à Auburn aux côtés de David Marsh (1991-94), à USC (1994-97), auprès de Mark Schubert, à l’Université de Californie Berkeley (1997-2007, comme co-entraîneur en chef aux côtés de Nort Thornton, ainsi qu’à l’Université du Michigan. Aux Jeux olympiques de Sydney, en 2000, deux de ses nageurs, Gary Hall Jr et Anthony Ervin, remportèrent, ex-æquo, le 50 mètres libre, course où un autre de ses nageurs, Bart Kizierowski (Pologne) termina 5e. En 2004, aux Jeux d’Athènes, Gary Hall et le Croate Duje Draganja, ses élèves, firent 1 et 2 en finale olympique. Aux championnats du monde 2005 et 2006 (p.b.) ses élèves enlevèrent toutes les médailles sur 50 mètres. Il fut en 2004 et en 2008 le coach de l’équipe olympique croate, et a entraîné l’équipe serbe. Avant les Jeux de Pékin, en 2008, Bottom laissa l’Université de Californie pour le Race Club, créé par la famille de Gary Hall dans les Florida Keys. En faisaient partie Nathan Adrian, Gary Hall Jr., Milorad Cavic et Georges Bovell. Bottom rejoignit ensuite l’Université du Michigan, qui remporta le championnat NCAA par équipes en 2013. Parmi ses élèves, Tyler Clary et Conor Jaeger.

 

BOTTOM [Joseph Stuart « Joe »]

Natation. (Santa Clara, Californie, 18  avril 1955-). États-Unis. Recordman du monde (54’’18) en 1977 du 100 mètres  papillon, le 27 août 1977, au cours d’un match RDA-USA ; la veille, incapable de dormir, il avait pris un somnifère, et ne put se lever à temps pour effectuer son échauffement ; un an plus tôt, il avait enlevé la médaille d’argent de la distance – et la 6e place du 100 mètres libre – aux  Jeux olympiques de Montréal. Il remporta trois titres universitaires américains  (NCAA) en nage libre. Il fut champion du monde sur 100 mètres papillon (Berlin  1978), quatre fois 100 mètres (Belgrade 1973) et quatre fois 100 mètres 4 nages  (1973, 1978), 2e du 100 mètres papillon (1973). Premier nageur sous  les 20 secondes sur 50 yards (19’’70), il participa à un relais recordman du  monde, sur 4 fois 100 mètres, le 1er septembre 1974. Il nagea pour  le Santa Clara Swimming Club au temps du coach légendaire, George Haines. Son frère Mike (voir ce nom) fut aussi  un très bon nageur. Leur jeune frère David
(Akron, Ohio, 12 février 1963-), fut champion des États-Unis sur 100 yards
dos (1982) et l’auteur du premier 100 yards dos en moins de 49’’.