Catégorie : Biographies

BERJEAU [Jean-Paul]

BERJEAU [Jean-Paul] Natation. (Paris, 21 juin 1953-). France. Athlète de qualité, de 1,83m pour 74kg, il démontrait ses capacités en courant un jour un 1000 mètres plat au débotté, dans un temps de 2’40’’. Spécialiste du 200 mètres dos, il améliora à douze reprises le record de France de la distance entre le 12 septembre 1969 et le 12 septembre 1972, pour un gain total de 5’’9 : la meilleure performance appartenait à Bernard Vicente en 2’15’’8, Jean-Paul l’amena à 2’15’’5 (1969), 2’15’’1, 2’14’’4 et 2’13’’7 (1970), 2’12’’3 (1971), 2’12’’2, 2’10’’4 et 2’9’’9 (1972). Cette ultime performance (2’9’’93 exactement) lui permit d’accéder en finale olympique aux Jeux de Munich en 1972. Il termina en 2’11’’77 (la course fut gagnée en 2’2’’82, record du monde, par l’Allemand de l’Est Roland Matthes). Plus résistant que rapide, il finit avec le 11e temps du 00 mètres dos des Jeux en 1’0’’59, à 16 centièmes de l’accession à la finale. Peu de temps auparavant, il avait établi à Vittel son 3e et dernier record de France de la distance en 1’0’’5. Ce Parisien, entraîné par Barbit au Racing Club de France, avait été auparavant médaillé d’argent aux championnats d’Europe 1970, à Barcelone avec le relais 4 fois 100 mètres quatre nages. Il honora 22 sélections, remporta dix titres de champion de France d’été. Il devint maître-nageur-sauveteur, servant notamment à la piscine de la Tour Montparnasse, sa dernière adresse connue étant au 180 rue de la Convention, à Paris. Il  a connu de nombreux ennuis de santé et souffrait de phlébite. Il était encore en contact avec l’Association des Internationaux français vers 2008, où l’on perdit ensuite sa trace.

 

BERGER [Guylaine]

Natation. (Paris, 12 avril 1956-). France. Pendant près de dix ans, de 1972 à 1980, elle est la grande nageuse française de sprint, grâce à des qualités physiques et mentales remarquables. De taille moyenne mais doté d’un physique harmonieux et athlétique, à quoi s’ajoute qu’elle est peu impressionnable en compétition, Guylaine Berger aurait pu obtenir des médailles au niveau mondial et olympique si le dopage systématique des Allemandes de l’Est, ne leur avait permis d’encombrer les places de podium. Elle débute au Cercle des Nageurs de Paris avec les écoles Duchemin. Elle est d’abord une dossiste prometteuse – 3e des championnats de France 1971 sur 100 mètres dos à quinze ans derrière Christine Béraud et Françoise Desobry. Un entraîneur, Pierre Dupont, installé à Maisons-Alfort où elle vit, la recrute et la fait nager en crawl. En 1972, elle signe un 100 mètres en 1’1’’5, battant Claude Mandonnaud qui règne sur le crawl français depuis sept ans et se qualifie aux Jeux olympiques de Munich. Elle s’empare du record de France l’année suivante, avec un temps de 1’0’’71 en finale des championnats de France à Vittel, puis l’amène sous la minute (59’’51) en finale des championnats du monde, à Belgrade, où elle termine 5e. C’est le début d’une remarquable carrière, marquée par douze titres de championne de France d’été, huit sur 100 mètres et quatre sur 200 mètres et onze titres d’hiver (sept sur 100 mètres et quatre sur 200 mètres). Elle a remporté en fait tous les titres français du 100 mètres entre 1972 et 1980, sauf un d’hiver (otite) et un d’été (examen de kinésithérapeute). Sur 200 mètres, elle est souvent battue en championnats de France par Anne Vial ; mais celle-ci, inexistante en compétitions internationales, s’affûte pour les rendez-vous français, ce que Guylaine néglige en fonction des rencontres internationales. Aux Jeux olympiques de Montréal, l’ambiance de l’équipe de France féminine est plombée par la relation exclusive de l’entraîneur et de l’une des nageuses du relais, qui rejaillit même sur les entraînements (ces deux se marieront un peu plus tard), et le relais en pâtit. Guylaine Berger finit 15e en 58’’62 du 100 mètres des Jeux de Montréal, 7e du 100 mètres des Jeux de Moscou, loin derrière le trio de filles dopées de RDA ! Équipière modèle, elle fut élue capitaine de l’équipe de France aux Jeux olympiques de 1976 à Montréal et de Moscou en 1980. Guylaine Berger est devenue kinésithérapeute.

BERGEN [Paul David]

BERGEN [Paul David] Natation. (Wisconsin, -).États-Unis. Entraîneur, diplômé de l’Université du Wisconsin Milkaukee, huit de ses nageurs détinrent vingt-deux records du monde, et sept furent des médaillés olympiques. Ses élèves enlevèrent en tout 29 titres nationaux US et 12 titres canadiens. À Nashville, en 1978, ses nageuses vedettes, Tracy Caulkins (élue meilleure nageuse du monde en 1978 et en 1981) et Joan Pennington, préparèrent leur triomphe des championnats du monde de Berlin. Il entraîna également à Nashville Kim Linehan, Jill Sterkel et Jenny Kemp. Coach de l’équipe féminine de l’Université du Texas et des Longhorns Aquatic Club. Il a fait partie des entraîneurs américains des Jeux olympiques de 1980, des championnats du monde 1975, 1978, 1982. Installé ensuite à Etobicoke, Ontario, au Canada, nommé entraîneur national canadien, il a accompagné les équipes olympiques canadiennes 1984 et 1988 et son élève Allison Higson battit le record du monde du 200 mètres brasse aux sélections olympiques 1988 du Canada. A partir de 1997, il entraîna Inge de Bruijn, qui s’illustra aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 et d’Athènes en 2004, et fut la meilleure nageuse de la fin du siècle et aidé à mettre en place les idées force de la natation à l’orée du 21e siècle. Il a enfin travaillé à Guadalajara, à la tête de la natation mexicaine.

Deena Dearduff, une autre de ses protégées, devenue elle-même un entraîneur de natation, a prétendu avoir été abusée sexuellement par Bergen, quand elle nageait pour lui, entre 11 et 15 ans, aux Cincinatti Marlins, le club fondé par Charles Keating dont il devint le premier coach ; mais elle ne l’a pas traîné en justice.

BENSIMON [Laurence]

Natation.(24 janvier 1963-). France. Une multitude de titres de championne de France, les records du 400 mètres, du 800 mètres, du 1500 mètres, du 200 mètres 4 nages. Elle fut formée par son père, elle est d’abord une nageuse de 100 mètres dos. Puis elle nage à Mission Viejo, aux USA et, à travers la pratique des quatre nages et des distances, élargit sa palette. L’hiver 1984, elle enlève les titres de nage libre du 100 au 800 mètres ainsi que le 200 mètres 4 nages. Ses douze titres nationaux individuels : 100 mètres, hiver 1984, 58’’27 ; 200 mètres, hiver 1984 (2’3’’98) ; 400 mètres : été 1983 (4’21’’92), hiver 1984 (4’19’’60) ; 800 mètres, hiver 1984 (8’45’’39, record de France) ; 200 mètres 4 nages, hiver 1982 (2’25’’14), été 1983 (2’23’’32), hiver 1984 (2’20’’90), été 1985 (2’22’’31), hiver 1986 (2’22’’50), été 1989 (2’18’’92) ; 400 mètres 4 nages, été 1983 (4’59’’67). Devenue agricultrice bio et nutritionniste, elle opéra un temps comme dététicienne de l’équipe de France et a aidé à développer le concept de Nager Forme Santé, mis en place par la Fédération française de natation.

BENTUM [Cornelia « Conny » van]

Natation. (Barneveld, 12 août 1965-). Pays-Bas. Entraînée par Wim Geurtsen, nageuse plus spécialisée sur le sprint prolongé (100 mètres et 200 mètres), solide (1,81m, 68-76kg), intelligente et organisée qui a su concilier études de médecine et natation de haut niveau, fut toujours barrée par les produits du système de dopage de RDA, et on imagine ce qu’aurait été sa carrière sans cette énorme machine de tricherie organisée. A son palmarès, douze finales olympiques dont trois médailles sur quatre fois 100 mètres (bronze, 3’49’’51, à Moscou en 1980 ; argent, 3’44’’40, à Los Angeles en 1984 ; argent, 3’43’’39, à Séoul en 1988). Cinq médailles de bronze mondiales, dont une individuelle au 100 mètres, 55’’79, en 1986, et quatre en relais : sur quatre fois 100 mètres, 3’45’’96, en 1982, 3’46’’89 en 1986 ; sur quatre fois 200 mètres, 8’9’’59, et quatre fois 100 mètres quatre nages, 4’10’’70, en 1986. Onze médailles européennes en trois participations : en 1981, trois bronze, 100 mètres en 56’’73, 200 mètres en 2’1’’15, quatre fois 100 mètres en 3’49’’56 ; en 1983, un argent – sur quatre fois 100 mètres, 3’48’’24 – et quatre bronze – 100 mètres en 56’’61, 200 mètres en 2’0’’61, 200 mètres papillon en 2’12’’87, quatre fois 200 mètres en 8’12’’1 ; en 1985, un argent – quatre fois 200 mètres en 8’15’’14 – et deux bronze – 100 mètres en 56’’33 et quatre fois 100 mètres, 3’48’’59. Connie nage comme ses trois sœurs, et obtient des succès précoces. Elle a treize ans quand elle remporte son premier titre néerlandais qualifie son entraîneur des débuts, Rian Smith, de personne très sensible, qui prend note de son développement précoce et ne la pousse pas trop. Elle n’en remporte pas moins
son premier titre national à treize ans. Elle même estime qu’au delà de ses trophées olympiques et mondiaux, la compétition qui lui a offert le plus de satisfaction est le championnat d’Europe 1983. Trois ans plus tôt, elle est élue sportive néerlandaise de l’année. Elle a nagé deux ans aux USA, à Berkeley, aux côtés de Matt Biondi et de Mary T Meagher, et remporté deux titres  NCAA, en 1985 sur 50 yards libre (23’’18), en 1986 sur 200 yards libre (1’46’’45). Devenue médecin, elle a encadré l’équipe hollandaise de hockey sur glace.

BENNETT [Robert Earl]

Natation. (Los Angeles, Californie, 23 mai 1943-). États-Unis. Double médaillé de bronze olympique : en 1’2’’3 sur 100 mètres dos à Rome en 1960, derrière David Theile, Australie, 1’1’’9 et Frank McKinney, USA, 1’2’’1 ; en 2’13’’1 sur 200 mètres dos à Tokyo en 1964 derrière Jed Graef, 2’10’’3, et Gary Dilley, 2’10’’5. Il établit en 1961 un record du monde sur 100 mètres dos (1’1’’3), enleva un titre américain indoor (1964) et deux titres universitaires (NCAA, 1963 et 1964). Il participa à un record du monde sur 4 fois 100 mètres 4 nages (4’8’’2), en séries des Jeux de Rome. Entraîné par Kris Kristensen à Birmingham, non loin de la San Fernando Valley (Californie) où il vit dans la maison ranch cossue de ses parents, il se fait remarquer à 14 ans en nageant un 100 yards dos en moins d’une minute.

BENNETT [Brooke Marie]

 Natation.(Tampa, Floride, 6 mai 1980-). États-Unis. Grande nageuse de demi-fond. Mince, légère (1,65m, 57kg), entraînée au club Blue Wave (Brandon Sports and Aquatics) de Brandon par Peter Banks, elle est 3e au 800 mètres des mondiaux 1994 (8’31’’30) à quatorze ans, grâce à un train inversé (accélération dans la seconde partie de la course), derrière Janet Evans (8’29’’85) et Hailey Lewis (8’29’’94). En août 1995, elle remporta le 400 mètres, le 800 mètres et le 1500 mètres des championnats US, puis remporte l’or sur 400 mètres et l’argent sur 800 mètres aux Jeux panaméricains. Elle manque la sélection olympique, en 1996, sur 400 mètres, mais enlève le titre olympique du 800 mètres à Atlanta (8’27’’89), deux longueurs devant l’Allemande Dagmar Hase, 8’29’’81. C’est une année difficile, son grand-père, qui est à la base de sa carrière, meurt le 27 avril, et Brooke n’a pas la tête à la natation. Brillante lors des Panpacifiques de 1997 (or des 800 mètres et 1500 mètres, argent du 400 mètres), puis championne du monde 1998 (8’28’’31), elle réalise, en 2000, aux Jeux olympiques de Sydney, le doublé classique du demi-fond : 400 mètres (4’5’’80) devant sa compatriote Diana Munz, 4’7’’07, et la Costaricaine Claudia Poll, 4’7’’83 ; et 800 mètres (8’19’’67) avec cinq mètres d’avance sur Yana Klochkova. Ce faisant, elle conserve le titre olympique du 800 mètres, comme Janet Evans avant elle. Une double opération aux épaules, en 2001, limite sa participation au cours des années suivantes. Jusqu’à l’annonce de sa retraite, Brooke ne se situe pas exactement au plan de sa carrière (retraitée ou pas), étant toujours tentée de ‘’revenir’’. En 2004, cette ambigüité se retrouve dans le fait qu’elle échoue de peu aux sélections pour les Jeux d’Athènes, troisième sur 800 mètres en 8’29’’39, derrière Diana Munz, 8’26’’06, et Kalyn Keller, 8’26’’33. A la fin de sa carrière, elle s’est investie dans nombre d’activités ; nutritionniste certifiée et réalisatrice de télévision. Attirée par la longue distance, elle a nagé un marathon nautique le 10 avril 2013 à Tampa Bay.

Brooke Bennett avait commencé à nager dans le bassin que son grand-père maternel avait fait construire quand elle n’était qu’une enfant. Elle souffre alors d’un syndrome de déficit d’attention, mais sa mère, au lieu de la mettre sous médication, lui laisse faire ce qu’elle aime. Et Brooke ne veut pas sorti de sa piscine. Elle sera toute sa carrière durant, sinon la plus douée, du moins la plus courageuse à l’entraînement.

BENKO [Lindsay Dianne]

Natation. (Elkhart, Indiana, 29 novembre 1976-). États-Unis. Entraînée par Mark Schubert, en Californie, étudiante à l’USC, cette athlète de 1,86m pour 73kg fut, en petit bassin : en 2000, championne du monde du 400 mètres quatre nages et deuxième du 200 mètres dos ; en 2002, 1ere  du 100 mètres et du 200 mètres dos. Championne olympique du relais 4 fois 200 mètres en 2000, et en 2004 (où elle nagea selement en séries). Elle détint le record du monde du 200 mètres (1’54’’04, 2002-2005) et du 400 mètres en petit bassin, 3’59’’53 (2003-2005). Devenu entraîneur, elle occupe les fonctions de National Team Managing Director d’USA Swimming (la fédération américaine de natation).

BELOTE [Melissa Louise]

Natation. (Washington, district de Columbia, 10 octobre 1956-). États-Unis. Comme elle adorait nager, mais détestait d’avoir de l’eau chlorée dans les yeux, Melissa nagea sur le dos. Dans cette position, elle établit quatre records du monde, en courses individuelles ou avec les relais quatre nages américains. Aux sélections américaines pour les Jeux olympiques de 1972, elle triompha à quinze ans de Susan Atwood, jusque là la meilleure dossiste du monde, la battant sur 100 mètres et améliorant le record du monde sur 200 mètres (2’20’’64). Aux Jeux olympiques, à Munich, elle fut avec Shane Gould, la seule nageuse à enlever plus d’un titre individuel, gagnant les deux courses de dos, en 1’5’’78 et 2’19’’19 (record du monde) et participant en outre au relais de quatre nages vainqueur en 4’20’’75 (record du monde). Elle fut aussi la première championne du monde (sur 200 mètres dos) à Belgrade en 1973 où elle termina 2e sur 100 mètres dos et avec le relais quatre nages, face aux Allemandes dopées de la RDA. Elle remporta six titres américains en 1972, 1973 et 1975, et fut
encore 5e aux Jeux de Montréal en 1976. Devenue Mrs Hamlin, elle fut l’assistante en Virginie d’Ed Solotar, son entraîneur, et reprit le poste à la retraite de ce dernier.

BELL (DI LASCIO) [Marilyn]

Natation. (Toronto, 19 octobre 1937-). Canada. Pionnière de la nage de grand fond, elle effectua plusieurs premières féminines : marathon d’Atlantic City, première personne au monde à réussir la traversée du lac Ontario à seize ans en 1954, traversée de la Manche en 1955, du détroit De Juan de Fuca en 1956 (première femme). Entraînée par Gus Ryder, elle avait commencé à nager comme sprinteuse, en piscine, à l’âge de neuf ans. Lors de son exploit sur le lac Ontario, elle était opposée à une nageuse réputée, Florence Chadwick, qui abandonna à mi-course. Elle a été l’objet de miniséries télé, intitulées Heart : the Marylin Bell Story.