Catégorie : Biographies

BEARDSLEY [Craig Russell]

Natation. (New York, 1961- ). États-Unis. Recordman du
monde du 200mètres papillon en juillet 1980 (1’58’’21) et en août 1981
(1’58’’01), ce métis d’un américain et d’une immigrée chinoise, pianiste
distinguée et bibliothécaire de profession, Jeanne Loh, ne connait pas la
natation avant les années de collège et brille plutôt pendant ses huit années d’école
Internationale des Nations Unies à New-York, où il apprend le français et le
chinois par son talent de violoncelliste. Quand ses parents s’installent dans
le New Jersey, il se met à nager au Dolphin Aquatic Club de Ridgewood. C’est en
1978, en entrant à l’Université de Floride, tenue par Randy Reese, qu’il fera
ses progrès décisifs. Il gagne les Pan Américains en 1979. Il est le grand favori
de l’épreuve des Jeux de Moscou en raison de son record du monde, 1’58’’21, le
30 juillet 1980 à Irvine, qui améliore le précédent, détenu par Mike Bruner, 1’59’’23,
d’une seconde. Mais il ne peut nager aux Jeux olympiques en raison du boycott
de ces Jeux instauré par le gouvernement américain. Il continuera de nager pour
l’Université de Floride, amènera le record du monbde à 1’58’’01 en août 1981. Techniquement, ce gabarit moyen (1,80m, 72,5kg) nage à plat sur l’eau, avec une faible ondulation, et explique ses succès par sa technique. En 1982, quoique toujours en bonne forme, il manque ses championnats du monde, où il est battu par Michael Gross et Sergei Fesenko. Il est champion des USA à neuf reprises, vainqueur des Jeux Panaméricains 1979 et 1983. Il réside ensuite dans le New Jersey. Il échoua dans sa tentative de participer aux Jeux de Los Angeles, en 1985, pour 0’’36, terminant 3e des sélections US.

BEARD [Amanda Ray]

Natation. (Newport Beach, Californie, 29 octobre 1981-). Etats-Unis. Nageuse de brasse, entraînée aux Novaquatics d’Irvine par Dave Salo, dont elle est la première découverte, elle apparait comme le talent le plus précoce aux USA depuis Donna de Varona (en 1960). Sa jeunesse est soulignée par le fait qu’elle emmène avec elle son ours en peluche au départ de ses courses. Le stade de l’ours en peluche une fois dépassé, Amanda n’hésitera pas à dévoiler sa beauté physique de façon assez provocante dans des revues pour hommes (Playboy, FHM) avant les Jeux de 2004. On peut penser que les méthodes de Salo, qui privilégie des entraînements courts, mais intenses, refusant les longueurs pour les longueurs, lui ont permis, à l’encontre de tant de jeunes filles brûlées prématurément, de durer. Sa carrière s’étend en effet sur trois Jeux olympiques. A quatorze ans, elle enlève aux Jeux d’Atlanta, en 1996, les médailles d’argent des 100 mètres et 200 mètres brasse, et l’or du relais quatre nages avec l’équipe des Etats-Unis. Elle est 3e sur 200 mètres brasse aux Jeux de Sydney (2000). En 2003, elle enlève le 200 mètres brasse de la Coupe du monde (Barcelone) en 2’22’’91, record du monde égalé, l’argent sur 100 mètres brasse et du relais quatre nages. Elle devient championne olympique du 200 mètres brasse, et fint 2e du 200 mètres quatre nages à Athènes, en 2004, à vingt-deux ans. Elle a produit une autobiographie qui montre l’envers du décor, le côté sombre d’une fille superbe et irradiante, mais fondamentalement triste et à la recherche d’elle-même. Cet ouvrage s’intitule :

*In the Water, They Can’t See You Cry (autobiography), par Amanda Beard, avec Rebecca Paley.

BAUMANN [Alexandre Sasha « Alex »]

Natation.(Prague, Tchécoslovaquie, 21 avril 1964-). Canada. En 1968, les Baumann visitent la Nouvelle-Zélande quand les chars russes envahissent la Tchécoslovaquie. Les Baumann s’installeront au Canada, à Sudbury, dans l’Ontario, où Alexandre se lance dans la natation. Au gré des déplacements de ses parents, Alexandre nage à Paris, au Stade français, et remporte les critériums de France. De retour au Canada, en 1979, à quinze ans, il enlève aux Jeux panaméricains de San Juan de Porto Rico la médaille de bronze du 400m 4 nages. Il ne peut se présenter aux Jeux de Moscou, en 1980, que le Canada boycotte. Il réussit le doublé 200 et 400m 4 nages aux Jeux du Commonwealth 1982, année où il fait l’impasse sur les championnats du monde, et il l’emporte encore sur ces deux distances aux Jeux olympiques de Los Angeles en 1984. Au 400m quatre nages olympiques, il construit sa victoire dans le parcours en brasse, qu’il effectue en 1’13’’36 contre 1’16’’30 à Prado et 1’17’’39 à Vassallo. A l’arrivée, son temps, 4’17’’41, est un nouveau record du monde. Sur 200 mètres quatre nages aussi, il domine outrageusement, et finit en 2’1’’42, record du monde, loin devant Morales. Aux championnats du monde 1986, à Madrid, il est 2e du 200 et 3e du 400m 4 nages derrière Darnyi et Yarochuk. Non sans un incident : il est disqualifié en séries pour avoir touché en brasse d’une main, mais est reclassé vingt minutes plus tard, au grand scandale des Britanniques dont l’étoile, Moorhouse, n’a pas été repêché la veille sur 100 mètres brasse Au cours de sa carrière, il établit six records du monde, bat 32 records canadiens et enlève 34 titres nationaux. Il triomphe d’un cancer en 1999. Il s’intéresse au développement de la natation en Australie. Il devient directeur de « Own the podium », au Canada, jusqu’à sa démission en 2011, en raison du retour de son cancer.

BAUER [Sybil Laurina]

Natation. (Chicago, 18 septembre 1903-Chicago, 31 janvier 1927). États-Unis. Née de parents norvégiens qui vivaient à Chicago. La première grande nageuse de dos de l’histoire, elle enleva le titre du 100 dos des Jeux de Paris, en 1924, avec 4’’2 d’avance. Elle révolutionna les records du monde de dos, améliorant celui du 100 mètres de 12’’6 en l’espace de cinq mois. Elle l’amena à 1’22’’4 avant les Jeux, mais réussit une performance encore plus impressionnante aux sélections US, avec 1’22’’6 en bassin olympique. En finale, à Paris, sa course eut l’apparence d’une promenade en 1’23’’2, loin devant Phyllis Harding (GB) 1’27’’4. Sybil établit en tout vingt trois records mondiaux et collectionna, à partir de 1921, onze titres de championne des USA dont six consécutifs sur 100 yards dos. Son plus grand exploit fut sans doute, en 1922, aux Bermudes, de nager un 440 yards dos, en 6’24’’8, quatre secondes plus vite que le record du monde masculin détenu par « Stubby » Kruger. Le record ne put être homologué. Écolière, elle avait débuté à l’Illinois Athletic Club qu’entraînait William Bachrach. Elle nagea ensuite pour la Northwestern University. Brillante, décidée, excellente joueuse de basket-ball et de hockey, engagée dans le combat pour l’entrée du sport féminin à l’Université, elle détenait tous les titres et les records existants quand elle mourut, à 23 ans, victime d’un cancer intestinal foudroyant, après 92 jours de souffrances. Elle était alors fiancée à Ed Sullivan, alors un jeune écrivain sportif, son mariage était prévu au mois de juin. Étrangement, sa mort renforça à l’époque la position des adversaires du sport de compétition féminin.

BATTISTELLI [Stefano « Bibi »]

Natation. (Rome, 6 mars 1970-). Italie. Champion d’Europe 1989, sur 200m dos et 4 fois 200m, 3e du 400m quatre nage ; 2e du 1500m des mondiaux 1986 (devant son idole, Salnikov), 2e du 200m dos et 3e du 400m 4 nages des mondiaux 1991 (Perth). 3e du 400m 4 nages aux Jeux de Séoul (1988), et 3e du 200m dos des Jeux de Barcelone (1992) derrière Lopez-Zubero et Selkov, c’est un nageur de gabarit modeste, 61kg pour 1,74m, célèbre pour sa détermination et sa ténacité, au talent éclectique, recordman italien sur 100m et 200m dos, 1500m libre et 400m quatre nages. Il a entrepris une carrière politique tout en encadrant l’équipe junior de natation italienne.

BATTERSBY [Thomas]

Natation. (Platt Bridge, Greater Manchester, 18 novembre 1887-Sydney, Australie, 3 septembre 1974). Grande-Bretagne. Aux Jeux olympiques de 1908, en finale du 1500 mètres, Battersby mène l’essentiel de la course, se fait déborder dans le dernier 100 mètres par Henry Taylor qui gagne le titre en 22’48’’4 contre 22’51’’2. Mais si Taylor stoppe son effort, Battersby, lui, continue de nager, ayant prévenu les officiels qu’il profiterait de cette finale pour s’attaquer au record du monde du mile (1609 mètres). Il réussit : son temps, 24’33’’, améliore le record du monde du mile de 9’’4. On ne saura jamais si Battersby aurait battu Taylor, s’il avait choisi de le contrer plutôt que de continuer de nager à son rythme, quand Taylor, l’ayant rejoint, lança son sprint. [En 1912, le Canadien George Hodgson imitera Battersby.] Outre l’argent du 1500 mètres, Battersby enlèvera le bronze avec le relais 4 fois 200 mètres en 1912.

BATHE [Walter]

Natation. (Probsthain, Schleisen, aujourd’hui Proboszczow, Dolnoslaskie, en Pologne, 1er décembre 1892-Casenico, Italie, 21 septembre 1959). Allemagne. Champion olympique à dix-neuf ans des 200 mètres et 400 mètres brasse aux Jeux de Stockholm en 1912, en 3’1’’8 et 6’29’’6. Sociétaire de l’ASV Breslau, Sur 200m, il mène une razzia allemande (les quatre premières places), devançant Wilhelm Lutzow, de l’Hellas Magdeburg, 3’5’’, et Kurt Malisch, un équipier de Breslau, 3’8’’. Il contrôle le 400 mètres brasse, passant vite à mi-course, en 3’3’’, et finissant avec plus de six secondes d’avance sur le Suédois Thör Henning, du Neptune de Stockholm, qui a touché en demi-finale dans le même temps que lui, en 6’32’’, mais ne peut faire mieux que 6’35’’6 en finale. Bathe a commencé de nager pour des raisons de santé, et redresser son thorax enfoncé. En 1910, il porte le record du monde du 100m brasse à 1’18’’4, puis à 1’17’’5. Il nagera jusqu’en 1930, remportant 6 titres allemands, et près de 300 trophées. Devenu pharmacien, à Breslau, puis à Augsbourg, il souffre d’une thrombose cérébrale, alors qu’il nage dans l’Adriatique et décède deux jours plus tard.

BATAILLE [Dominique]

Natation. (Le Mans, 29 octobre 1963-). France. Il nage à Melun, est champion de France 1985 du 100m et 1984 du 200m, champion d’hiver 1983 sur 200m et 400m. Six fois international, il appartient à divers relais finalistes : olympique en 1984, sur quatre fois 200m (8e), européen sur 4 fois 100m (7e) et 4 fois 200m (6e). Il est devenu Directeur technique du Montpellier Olympique Natation.

BARTHA [Karoly]

Natation. (Budapest, 4 novembre 1907-Boston, USA, 4 février 1991). Hongrie. Spécialiste du 100m dos, 3e des Jeux olympiques de Paris, 1924, en 1’17’’8, derrière Warren Kealoha, 1’13’’2, et Paul Wyatt, 1’15’’4 ; 2e des championnats d’Europe 1926 dans le même temps, 1’16’’, que le vainqueur allemand, Gustav Frolich.