Catégorie : News

Deux Américaines pour quatre nages

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Pour battre sa compatriote Rebecca Mann sur 400 mètres quatre nages, aux championnats du monde juniors de Dubaï, Emirats Arabes Unis, l’Américaine Ella Austin a dû améliorer le record des championnats après avoir mené en finale de bout en bout. Les deux jeunes filles ont effacé les 4’40’’98 réussis par Miyu Otsuka en 2011. Le bronze est revenu à la deuxième Canadienne sur le papier, Emily Overholt, qui a amélioré son meilleur temps de près de quatre secondes.

DAMES.- 400 mètres 4 nages.-  1 Ella Eastin,  USA, 4’40’’02 (record des championnats); 2. Rebecca Mann, USA, 4’40’’26; 3. Emily Overholt, Canada, 4’42’’03; 4. Emu Higuchi, Japon, 4’42’’82; 5. Iuliia Larina, Russie, 4’45’’52; 6. Sydney Pickrem, Canada, 4’46’’07; 7. Hiroko Makino, Japon, 4’47’’57; 8. Marlies Ross, Afrique du Sud, 4’48’’13.

Mckenzie Horton et la légende australienne

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Le record du 400 mètres des championnats du monde juniors a volé en éclats à l’issue de cette première finale des mondiaux juniors de Dubaï, Etats Arabes Unis. C’est l’Australien Mckenzie Horton qui a réussi l’exploit, pas si facile : les quatre premiers de cette finale ont enfoncé le record vieux de cinq heures établi le matin même par Horton, 3’50’’25. En 2011, le Japonais Hikada avait nagé 3’50’’87 pour l’emporter. Le Britannique Guy James, qui avait nagé déjà 3’47’’86 cette saisons, prit la course en main avec une belle énergie. Il passait en tête aux cinquante mètres et menait constamment, 26’’57, 55’’32, 1’24’’40, suivi comme son ombre par Horton et le Tchèque Micka. James creusait un peu plus l’écart aux 200 mètres, atteints en 1’53’’69. Fort d’une avance d’une demi-longueur, il appuyait très fort après la mi-course, mais c’est là que Micka et Horton effectuaient leur attaque. L’Australien nageait en 57’’82 dans la troisième cent mètres, prenait la tête, et ses 26’’80 terminaux augmentaient son avance sur James que menaçait un phénoménal sprint de Micka en 26’’55… James avait parfaitement conduit son effort, mais Horton et Micka, Horton surtout, avaient nagé en accélération ! Comme l’Italien D’Arrigo, passé en 1’55’’20, revenu en 1’48’’82, et assez mal payé avec une quatrième place. La victoire de Horton est-elle un prémisse d’un retour en demi-fond de l’Australie, qui a bien été malmenée dans ce domaine où elle régna pendant un bon tiers du siècle passé ? Qui vivra verra. Dans ce contexte, Joris Bouchaut, très loin de démériter, battait d’une grosse seconde son record perso, mais ne pouvait faire mieux que cinquième, n’ayant jamais pu se mêler à la bagarre pour le titre !

MESSIEURS.- 400 mètres.- 1. Mackenzie Horton, Australie, 3’47’’12 (record des championnats, ancien record, 3’50’’25 par lui-même); 2. James Guy, Grande-Bretagne, 3’48’’05 ; 3 Jan Micka, République Tchèque, 3’48’’32 ;  4. Andrea Mitchel  D’Arrigo, Italie,   3’49’’02 ; 5. Joris Bouchaut, France, 3’52’’73 ; 6 ex-aequo. Nicolangelo DI Fabio, Italie, et Pawel  Furtek, Pologne, 3’53’’53; 8. Teddy Kalp, Canada, 3’54’’64.

 

 

Des relais et des nations

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Six nations dans les séries des deux relais de la première journée de ces championnats du monde juniors de natation de Dubaï. Quatre nations qualifiées avec les meilleures places, dans le désordre, Australie, Canada, Russie, USA, par ordre alphabétique. Plus le Japon et le Brésil, l’un représentant, comme l’Australie et les USA, une tradition durable, l’autre une ambition nourrie aux rêves de Rio 2016. Et le Canada dans la suite de ses intéressants résultats des mondiaux seniors de Barcelone. Et la Russie dans une ambition encouragée d’en haut. Tout un programme !

MESSIEURS. – Quatre fois 100 mètres (séries).- 1. Australie, 3’19’’49; 2. Russie, 3’21’’17; 3. USA, 3’22’’11; 4. Canada, 3’22’’63; 5. Brésil, 3’22’’92; 6. Afrique Du Sud, 3’23’’; 7. Pologne, 3’23’’02; 8. Japon, 3’24’’43.

DAMES.- Quatre fois 200 mètres (séries). 1. USA, 8’1 »6; 2. Australie, 8’6 »8; 3. Canada, 8’16 »11; 4. Russie, 8’16 »21; 5. Brésil, 8’18 »53; 6. Japon, 8’21’’68 ; 7. Slovénie, 8’22’’29 ; 8. Mexique, 8’28’’33.

Daria Ustinova, état second

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Daria Ustinova, 15 ans, qui, sur ses résultats, doit être considérée comme la grande nageuse de dos féminin de l’avenir, (tout respect dû à Melissa Franklin, qui représente, elle, le passé, le présent et l’avenir) Daria Ustinova donc s’est qualifiée en deuxième position pour la finale du 100 mètres dos des championnats du monde juniors de Dubaï. Sur son record personnel, 1’0’’11, Daria, qui est la championne de Russie ‘’adultes’’ du 200 mètres dos cet hiver (à l’âge de 14 ans), possède un net avantage sur les Américaines Kathleen Baker et Clara Smiddy, ses aînées d’un an, dont les meilleures performances, cette année, sont de 1’0’’62 et 1’0’’51. Bien sûr, elles ne seront pas les seules dans la course, les finales se jouant à deux ou trois selon les média, mais à huit selon le règlement… et le règlement a souvent raison !

DAMES. 100 mètres dos (séries).-1 Kathleen Baker, USA, 1’1’’15; 2. Daria K. Ustinova, Russie, 1’1’’30; 3. Sian Whittaker, Australie, 1’1’’71; 4. Jessica Fullalove, GBR, 1’1’’92; 5. Clara Smiddy, USA,   1’1’’94; 6. Lauren Rettie, Australie, 1’2’’37; 7. Charlotte McKenzie, GBR, 1’2’’49; 8. Iryna Glavnyk, Ukraine, 1’2’’58…

Russie, empire de la brasse

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Il faudra un jour se poser la question de l’affinité des nations de l’Est, Russie en tête, pour la brasse. Il y a là une constante dans l’excellence des nageurs slaves pour cette discipline, qui a résisté à toutes les évolutions techniques auxquelles elle a été soumise. Aujourd’hui encore, deux Russes et un citoyen d’un ancien pays de l’Empire soviétique trônent en tête des séries qualificatives des championnats du monde juniors, à Dubaï. Bien sûr les Japonais, les Allemands, les Hongrois, les Américains, ont apporté leur grain de sel, voire plus, dans l’évolution de la brasse, mais aucun pays, nous semble-t-il, avec la constance qu’y ont mis les Russes.

Zéro jeune français dans la course. Si la Russie est l’Empire de la brasse, en France la brasse empire. La trace des Pénicaud, des Sarnin, des Le Bihan, des Duboscq semble perdue. Etait-ce moins qu’une tradition, un hasard des circonstances ? Perez Dortona s’évertue, mais il est bien seul…

MESSIEURS. 100 mètres brasse (séries).- 1. Vsevolod Zanko, Russie, 1’1’’43; 2. Ilya Khomenko, Russie, 1’1’’57 ; 2 Dmitriy Balandin, Kazakhstan, 1’1’’57 ; 4. Kohei Goto, Japon, 1’1’’96; 5. Joseph Bentz, USA, 1’2’’20; 6. Antoine Bujold, Canada, 1’2’’50; 7. Yannick Lindenberg, Allemagne, 1’2’’53; 8. Pedro Cardona, Brésil, 1’2’’66.

La course des vraies

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Deux Américaines, dont Rebecca Mann qui avait nagé aux mondiaux en eau libre, qualifiées en finale, deux Canadiennes, deux Japonaises, une Sud-Africaine, une Russe. Le 400 mètres quatre nages est un thermomètre très clair des nations qui travaillent en profondeur. La Hongroise Gyorgy, d’une nation très attachée à la discipline, se rate pour douze centièmes. Pas une Française, ce qui est moins étonnant, le quatre nages est un des « trous » noirs de notre natation paradoxale…

 DAMES.- 400 mètres quatre nages (séries).- 1. Ella Eastin, USA, 4’44’’50; 2. Sydney Pickrem, Canada, 4’46’’25; 3. Rebecca Mann, USA, 4’46’’43; 4. Marlies Ross, Afrique du Sud, 4’47’’71; 5. Emily Overholt, Canada, 4’47’’72; 6. Hiroko Makino, Japon, 4’47’’95; 7. Emu Higuchi, Japon, 4’48’’82; 8. Julia Larina, Russie, 4’49’’45.

Santos contre Mencarini, deux écoles dos à dos

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Si le record des championnats du monde, détenu par Daniel Bell avec 54’’99 depuis 2008, n’a pas été menacé, en séries du 100 mètres dos garçons, à Dubaï, en matinée des mondiaux juniors, la finale promet d’être disputée, avec huit performeurs dans une demi-seconde. Le Trinitéen Dylan Carter et le Brésilien Vitor Santo, passés le plus vite, en respectivement 26’’61 et 26’’82, en sprinters de grande race, et leurs adversaires italien, américain et japonais, déjà maîtres dans l’égalité d’allure, c’est l’affrontement de deux modes de nage, presque de deux ‘’écoles’’…

MESSIEURS.- 100 mètres dos (séries).-  1 Vitor Santos, Brésil, 55’’59 ; 2. Luca Mencarini, Italie, 55’’63 ; 3. Dylan Carter, Trinidad & Tobago, 55’’64;  4. Connor Green, USA, 55’’65  5. Keita Sunama, Japon, 55’’81; 6. Apostolos Christou, Grèce, 56’’02; 6. Danas Rapsys, Lituanie, 56’’02 ; 8. Gustavo Louzada, Brésil, 56’’12.

Meilutyte, un record sans fatigue

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

Qui peut le plus peut le moins. Ruta Meilutyte, la championne olympique 2012 et du monde 2013 du 100 mètres brasse, recordwoman du monde du 50 mètres brasse et du 100 mètres brasse, n’a pas dû se fouler pour empocher le record des championnats du monde des jeunes des 50 mètres brasse, ce matin, en séries de l’épreuve à Dubaï. En 31’’10, la Lituanienne prend la suite de la Canadienne Amanda Reason, qui avait nagé la distance en 31’’25 aux mondiaux 2008. Comme Ruta a réussi 29’’48 au début du mois, elle a de la marge ! L’Américaine Anderson, elle, a eu le mérite de mettre une claque à son « perso », 31’’49 contre 32’’45, pour réaliser le deuxième temps des séries.

DAMES.- 50 mètres brasse (séries).-  1 Ruta Meilutyte, Lituanie, 31’’10 (record);  2 Olivia Anderson, USA, 31’’49; 3. Arianna Castiglioni,  Italie, 31’’54.

Horton record à Dubaï, Bouchaut qualifié

26 août 2013

Dubaï, mondiaux juniors

L’Australien Mackenzie Horton, 17 ans, a amélioré son record de l’année, qui était de 3’52’’33, pour dominer les séries qualificatives du 400 mètres, première épreuves des mondiaux juniors, qui se tiennent à Dubaï, Emirats Arabes Unis. Il a battu le record des championnats, 3’50’’87, qui était détenu depuis 2011 par le Japonais Fumiya Hidaka. Le Britannique James Guy, qui a déjà nagé cette saison en 3’47’’86, s’est qualifié en deuxième position. Deux Italiens se sont hissés en finale, tandis que Joris Bouchault – le Squale antillais des Dauphins de Toulouse – a frôlé son record personnel, en 3’54’’06 contre 3’53’’80, pour arracher sa présence en finale, ligne d’eau numéro un ! A noter que les deux Américains, Aidans Burns et Jonathan Roberts, ont été évincés dans une épreuve très dense, forte de 56 engagés dont 26, soit près de la moitié, ont nagé en moins de quatre minutes.

MESSIEURS.- 400 mètres (séries).- 1. Mackenzie Horton, Australie, 3’50’’25 (record); 2. James Guy, GBR, 3’51’’05; 3. Andrea Mitchel  D’Arrigo, Italie,    3’51’’27; 4. Jan Micka, République Tchèque, 3’52’’08; 5. Teddy Kalp, Canada, 3’52’’45; 5. Pawel Furtek, Pologne, 3’52’’45; 7. Joris Bouchaut, France, 3’54’’06 ; 8. Nicolangelo DI Fabio, Italie, 3’54’’44.

WATER POLO DE LONDRES A BARCELONE

Par Yiannis Giannouris – 10 Août 2013

Water Polo Masculin. Analyse statistique des Championnats du Monde à Barcelone 2013 et indications sur d’éventuels changements du jeu par rapport à Londres 2012.

(Basé sur des données officielles d’Omega)

Les données statistiques des huit premières équipes de Water Polo masculin aux Championnats du monde de Barcelone par rapport aux huit premières équipes du tournoi des Jeux Olympiques à Londres en 2012 fait apparaître des différences significatives.

1). On note, en 2013, plus de buts en attaque positionnée (6X6), un peu plus de buts par la pointe (avant-centres), moins de buts en surnombre, moins de buts sur les tirs de 5 mètres, légèrement moins de buts obtenus par penalties et un peu plus de buts en contre attaque.  Les raisons de ces évolutions dans l’obtention de scores pourraient être, entre autres, liées à une évolution du jeu due au renouvellement des équipes pendant la première année post-Olympique, ou encore à l’apparition de nouveaux joueurs ou entraîneurs. Il y a aussi l’arbitrage qui peut toujours affecter la performance des équipes.

2). Le nombre des exclusions décidées par les arbitres à Barcelone par rapport à Londres fait apparaître certaines données. Les 8 premières équipes à Barcelone par rapport à Londres ont vu diminuer le nombre moyen d’exclusions par match (à l’addition des exclusions des deux équipes). A Barcelone les arbitres ont décidé 19,8 exclusions, trois de moins qu’à Londres (22,8  par match). L’analyse des fautes graves montre une réduction du nombre de celles commises par les joueurs de pointe (11 excluions à Barcelone et 13,7 à Londres). Parmi les joueurs de champ, on compte  7,1 exclusions à Barcelone contre 8,3 à Londres. Les explications possibles de ces évolutions ? Les équipes ont choisi pour la plupart de jouer de la défense en zone de préférence au pressing, et bien entendu l’amélioration de la défense périphérique et, surtout, la défense contre les tirs à 5 mètres. (C’est peut-être pourquoi nous avons vu plus de buts marqués en attaque positionnelle par les pointes et moins de buts de tirs 5 mètres ou dus au surnombre).

3). Le pourcentage de réussite des 8 premières équipes en supériorité numérique à Barcelone, comparées à celles de Londres. Ce tableau montre que la capacité des équipes à marquer en « home plus » ne contribue pas toujours au classement final des équipes ….. A Barcelone, les Hongrois ont obtenu le meilleur pourcentage et ont gagné le titre, mais à Londres, où ils avaient encore un pourcentage élevé, ils se sont finalement classés cinquièmes.

4.) Comment les 8 premières équipes ont-elles marqué leurs buts à Barcelone? Les Hongrois ont marqué la plupart des goals en situation de surnombre. La Grèce et l’Espagne par leurs pointes (avant-centres). Monténégro a signé un plus grand nombre de buts en contre-attaque. La plupart des buts de l’Australie l’ont été en attaque 6X6. Les Italiens le plus de buts avec des tirs de 5 mètres. Enfin les Espagnols, proportionnellement, en tirs de penalty.

5). Comment les 8 premières équipes à Barcelone ont-elles reçu  des buts? Les Hongrois et les Australiens ont subi la majorité des buts en infériorité numérique. Les Serbes ont subi leur buts proportionnellement en défense  6X6, les Italiens par les tirs de 5 mètres, le Monténégro par la pointe, l’Espagne par penalties.

6). Le pourcentage des buts reçus en situations d’infériorité numérique des 8 premières équipes à Barcelone par rapport au temps où elles étaient en infériorité numérique, va de 65% pour l’Australie, à 28,9% pour la Macédoine, en passant par 50% pour la Serbie, 47,9% pour la Hongrie, 46,3% (Grèce), 46,2% (Croatie), 38,5% (Italie), 33,1% (Espagne).

7). Les exclusions décidées pour ou contre les 8 équipes à la pointe, à la périphérie et au total. Les Hongrois reçoivent le moins d’exclusions, les Grecs le plus d’exclusions par match. Comparativement, les Hongrois ont plus d’expulsés à la pointe et les Grecs dans la défense au centre. Les Italiens obtinrent plus d’exclusions et subirent en même temps plus d’exclusions dans le champ.