CHARLOTTE BONNET GRANDIT TOUJOURS

Eric LAHMY                                     Canet-en-Roussillon, 7 Juin 2015

Ne me demandez pas « où va s’arrêter Charlotte Bonnet », je n’en sais rien. Toujours est-il que l’attachante ondine niçoise a non seulement amélioré hier son meilleur temps de l’année sur sa meilleure distance, le 200 mètres libre, mais elle a ajouté une pincée d’humour à sa performance, égalant ce qu’a fait de mieux cette saison Kathleen Ledeckie : 1’56’’16. Bonnet et Ledeckie ex-aequo, on aimerait voir cela ailleurs, par exemple à Kazan, mais on n’y est pas, et il ne faut peut-être pas demander l’impossible. Et puis il y a toujours du monde devant Charlotte, en 2015, mais enfin, ça se rapproche. Femke Heemskerk, 1’54’’68 ; Sarah Sjöström, 1’54’’77 ; Emma McKeon, 1’55’’88 ; Katinka Hosszu, 1’55’’89, et donc Ledeckie, c’est ce que j’appelle avoir de bonnes fréquentations !

Bonnet, le mois dernier, avait devancé une Hosszu aussi décathlonienne qu’à l’habitude, mais qui n’avait pu répondre au 1’56’’89 de l’élève de Pellerin. Plus tôt dans l’année, aux championnats de France à Limoges, elle avait signé un temps de 1’56’’86 pour devancer Coralie Balmy. Ici, Charlotte confirme sa progression.

Autre détail, sur lequel on ne va pas s’énerver, mais qui ne manque pas d’intérêt, Charlotte, aux championnats d’Europe de Berlin, l’été dernier, avait nagé en 1’58’’22, et la médaille d’or était revenue à Federica Pellegrini avec 1’56’’01. Avec sa performance de Canet, Bonnet était médaillée d’argent à Berlin. Mais bien entendu, il faut bien dire que les Europe ne sont plus une étape majeure du programme de natation, et rappeler que Bonnet, en 2013, aux mondiaux, avait nagé en 1’56’’63. Charlotte n’a donc pas changé de statut de façon bouleversante. Mais il y a quelque chose dans sa régularité à un tel niveau, qui me semble un fait nouveau et positif…

On se souvient peut-être qu’à Limoges, Charlotte avait nagé de façon un peu atypique, en accordéon, si j’ose dire, en fonction d’une stratégie de course ou peut-être d’une consigne de son coach. Cela avait donné le profil suivant : 27’’71, 57’’06, 1’27’’47 et 1’56’’86, soit 27’’71, 29’’35, 30’’41, 29’’18.

Cette fois, 27’’38, 56’’69, 1’26’’74, 1’56’’16, soit, 27’’38, 29’’31, 30’’05, 29’’44.

On retrouve cette propension à lever le pied avant l’emballage, qu’elle partage d’ailleurs avec plusieurs nageurs de 200 mètres actuels (alors que dans le passé, les grands nageurs de 200 mètres insistaient sur le troisième 50 mètres, clé, selon eux de la course). Mais ce « freinage » est beaucoup moins accusé qu’à Limoges, ce qui explique sa fin de course moins explosive (son dernier 50 mètres est la seule portion de course qui est moins rapide qu’à Limoges). Quoiqu’il en soit, Bonnet, en partant vite, a mis dans son battement Heemskerk, qui est la meilleure nageuse de 200 mètres de l’année 2015. La Batave a eu beau mettre les gaz dans la seconde moitié de course, ses 29’’40 n’ont pas suffi.

A part ça, on a vu un beau 50 mètres dames, que sa densité a contraint Santamans à gagner… la finale B, la bonne finale étant enlevée par Jeannette Ottesen en 24’’47. Une Hosszu un peu moins allante qu’à son habitude, mais quand même toujours héroïque, qui exécute de jolis 200 mètres dos et 200 mètres quatre nages très proches de ses « tops » saisonniers. Une Ruta Meilutyte qui s’installe à sa place habituelle, la première, dans le bilan du 100 mètres brasse, avec 1’5’’46. Un Irie royal, à moins d’une seconde de sa meilleure valeur saisonnière, qui s’est joué de Ryan Lochte sur 200 dos. Un Adam Peaty qui a fait saliver après son 59’’83 des séries, et a refait 59’’83 en finale! Un fort 400 mètres quatre nages où Verraszto s’est élevé à la hauteur, ou presque, des terreurs nippones de la spécialité…

Si l’on excepte Bonnet, on note aussi la carence des Français, bizarre, un meeting qui attire jusqu’aux Japonais et que presque personne dans l’Hexagone ne daigne inclure à son programme. Sans être spécialement franchouillard, je trouve ça assez nunuche…

DAMES.- 50 mètres : 1. Jeannette Ottesen (Danemark), 24’’47 ; 2. Arianna Vandepool-Wallace (Bahamas), 24’’62 ; 3. Ranomi Kromowidjojo (Pays-Bas), 24’’68; 4. Kemke Heemskerk (Pays-Bas), 24’’72; 5. Pernille Blume (Danemark), 24’’84; 5. Francesca Halsall (Grande-Bretagne), 24’’89. Finale B: 1. Anna Santamans (Nice), 24’’97. 200 mètres : 1. Charlotte Bonnet (Nice), 1’56’’16 ; 2. Femke Heemskerk (Pays-Bas), 1’56’’82 ; 3. Katinka Hosszu (Hongrie), 1’58’’94. 1500 mètres : 1. Jazmin Carlin (Grande-Bretagne), 16’9’’39 ; 2. Maria Vilas Vidal (Espagne), 16’18’’14 ; 3. Jessica Thielmann (Grande-Bretagne) 16’23’’23. 50 dos: 1. Georgia Davies (Pays de Galles), 27’’87 ; 2. Mie Ostergaart Nielsen (Danemark), 28’’ ; 3. Katinka Hosszu (Hongrie), 28’’17 ; 4. Kirsty Coventry Zimbabwe), 28’’51. 200 dos: 1. Katinka Hosszu (Hongrie), 2’8’’05 (en série, 2’7’’67) ; 22. Hilary Caldwell (Canada), 2’9’’99 ; 3. Jenny Mensing (Allemagne), 2’10’’43 ; 4. Daryna Zevina (Ukraine) 2’11’’. 100 brasse: 1. Ruta Meilutyte (Lituanie), 1’5’’46 ; 2. Rikke Moller Pedersen (Danemark), 1’7’’01 (en séries, 1’6’’99) ; 3. Jessica Val Montero (Espagne), 1’7’’69 ; 4. Micah Laurence (USA), 1’7’’86. 100 papillon : 1. Jeannette Ottesen (Danemark), 57’’31 ; 2. Katerine Savard (Canada), 57’’76 ; 3. Marie Wattel (Nice), 58’’43. 2004n : Katinka Hosszu (Hongrie), 2’10’’09 (en séries, 2’9’’47) ; 2. Siobhan-Marie O’Connor (Grande-Bretagne), 2’10’’57 ; 3. Kanako Watanabe (Japon), 2’11’’ ; 4. Hannah Miley (Grande-Bretagne), 2’11’’82 ; 5. Melanie Margalis (Espagne), 2’12’’17.

MESSIEURS.- 50 mètres : 1. Katsumi Nakamura (Japon), 22’’32. 200 mètres : 1. Sebastiaan Verschueren (Pays-Bas), 1’48’’05. 400 mètres : 1. James Guy (Grande-Bretagne), 3’46’’84 ; 2. Myles Brown (Afrique du Sud), 3’48’’28. 200 mètres dos : 1. 1. Ryosuke Irie (Japon), 1’55’’23 ; 2. Ryan Lochte (USA), 1’57’’96 ; 3. Radoslaw Kawecki (Pologne), 1’58’’324. Masaki Kaneko (Japon), 1’58’’91. 100 brasse: 1. Adam Peaty (Grande-Bretagne), 59’’83 ; 2. Yasuhiro (Koeki (Japon), 59’’96 ; 3. Christian Von Lehm (Allemagne), 1’0’’24 ; 4. Cameron Van der Burgh (Afrique du Sud), 1’0’’36. 100 papillon : 1. Chad Le Clos (Afrique du Sud), 51’’86 ; 2. Ryan Lochte (USA), 52’’29 ; 3. Takeshi Kawamoto (Japon), 52’’30 ; 4. Laszlo Cseh (Hongrie), 52’’34. Finale B : 1. Konrad Czerniak (Pologne), 52’’19 ; 2. Mehdy Metella (Marseille), 52’’64.  400 4n : 1. Kosuke Hagino (Japon), 4’11’’16 ; 2. Daiya Seto (Japon), 4’11’’48 ; 3. David Verraszto (Hongrie), 4’11’’52.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *