FRANK COTTON, LA FIBRE DU SAVANT

COTTON [Frank Stanley]. Natation. (Camperdown, Sydney, 30 avril 1890-Homsby, 23 août1955). Australie.

Frank Cotton était le fils d’un journaliste et politicien, Francis Cotton (1867-1942), le frère d’un voyageur et géologue, Léo Arthur Cotton (1883-1963), et l’oncle d’une pionnière de la photographie d’art Olive Cotton (1891-2003). Autant dire qu’il était issu d’une famille de personnes créatives. Lui-même fut, entre autres, un pionnier et un important contributeur de la natation australienne. Professeur de physiologie de l’Université de Sydney, il s’était spécialisé dans l’étude des effets de l’effort physique sur le corps humain. Passionné par les questions liées à la gravité et au centre de gravité du corps humain, ses travaux sur les fluctuations internes des liquides corporels dans les phases de décompression et de compression lui permirent d’inventer la tenue de vol anti-gravité (qui aidera les pilotes de jets à réaction à encaisser les « G » dus aux accélérations et aux manœuvres à grande vitesse). 30% des morts dans les combats ariens, estimait-il en 1940, étaient dues à des pertes de connaissance (« voile noir ») suite à des virages trop serrés. Sa tenue de vol, mise au point aux USA, fut approuvée le 2 mai 1942. Cotton créa aussi la première centrifugeuse, pour mesurer la résistance des pilotes à ce phénomène lié à la décompression. Cotton revint en 1946 à ses premières amours, la physiologie du sport. Considéré comme le père de la science du sport en Australie, il créa (en 1949) l’ergomètre, qui servait à tester le potentiel athlétique des rameurs en aviron ; c’est à l’aide d’un  ergomètre qu’il a aussi découvert les nageurs Jon Henricks (champion olympique du 100 mètres nage libre) et la dossiste Judy Joy Davies (bronze olympique en 1948). Forbes Carlile, à ses débuts, était son assistant. Frank Cotton avait été nageur de compétition, membre de l’équipe de l’Université de Sydney et champion des Nouvelles Galles du Sud des 440 et 880 yards, neuf années après avoir obtenu son diplôme (bachelor of sciences). Il faisait figure d’excentrique dans les cercles de la natation, ne serait-ce que parce qu’il prenait le pouls des nageurs à l’entraînement. Mais il proposait de nager bien plus qu’on ne le faisait alors en Australie, et développait des concepts d’entraînement comme « nager au train », « au rythme de course », « en fractionné », ou « affûtage » avant la compétition. Il importait dans l’eau les méthodes de travail en interval training inventées par l’entraîneur d’athlétisme Allemand Woldemar Gerschler. Il lança dans les années 1940, l’idée de l’affûtage et celle de l’échauffement avant la compétition. Il mena aussi des recherches sur des tissus qui permettraient de diminuer la traînée du nageur dans l’eau. Ses activités furent brusquement interrompues par sa mort, un an avant les Jeux de Melbourne. Frank Cotton ne put donc assister au triomphe de ses innovations aux Jeux, que les nageurs australiens dominèrent très largement.

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *