Jeunes (3). Lagardère, ambition formation

Par Eric LAHMY

12 juillet 2013

Après Massy, premier, et Saint-Germain-en-Laye, deuxième, le Lagardère, troisième club français chez les benjamins, explique comment il forme ses jeunes.

Le Lagardère Paris Racing, qui siège en lieu et place du Racing Club de France a abandonné les ambitions dans la haute compétition, et pointe aujourd’hui vers l’école de natation et le développement des jeunes, non sans succès. Ce n’est pas sans avoir tenté autre chose : une section très ambitieuse fut entraînée par Frédéric Vergnoux, puis par Philippe Lucas, qui amena son prestige et une équipe où évoluaient Amaury Leveaux, Camelia Potec, Federica Pellegrini…

Le Lagardère a abandonné la haute compétition. Il a opéré un virage à 180 degrés, est passé de club recruteur à club pourvoyeur. Adieu les ambitions olympiques, bonjour les jeunes en devenir. Club formateur, il ne jouera plus dans la cour des grands. Fort de ses 1200 licenciés, que travaillent « sept ou huit entraîneurs »,il se confronte à une tâche que le vieux Racing négligeait parfois… Et il apprend vite! Alain Grando, son tout nouveau Directeur technique, venu de Canet-en-Roussillon, a choisi son équipe en fonction des nouveaux objectifs. Il fait confiance à Olivier Trocherie ou à l’ex-Marseillais Nicolas Poissier, le « découvreur » de Meynard. Les résultats sont encourageants. Lors des derniers Trophées Lucien-Zins, compétition réservée aux benjamins, le Racing, pardon, le Lagardère, s’est trouvé parmi les trois clubs de tête de la compétition, juste derrière l’ES Massy et le CNO Saint-Germain-en-Laye.

« Il s’agit d’une vraie construction, explique Grando. Avant d’être ici, je travaillais à Canet-en-Roussillon depuis cinq ans. Je suis passionné par l’organisation technique, la planification, et je suis venu au Lagardère parce que c’était ce qu’ils voulaient. L’ambition est de devenir une filière d’accès au haut-niveau. Pour cela, il faut être parmi les nombreux clubs qui font du bon travail sans être médiatiques. Cela a bien commencé, me semble-t-il, puisqu’aux Trophées Lucien-Zins, nous finissons dans le top 3 des équipes de benjamins. Il est vrai que nous ne sommes pas partis de zéro, mais les progrès n’en sont pas moins sensibles. La saison dernière, à cette même compétition et avec la même population, seuls cinq nageurs étaient qualifiés à la finale nationale sans aucun accessit de performances. Cette saison, nous avons dix qualifiés, deux melleures performances françaises sur 50 mètres papillon et 50 mètres dos, en garçons une deuxième place française au classement 2000 des treize ans et une première place en 2001 des douze ans ; et en filles une première et une septième places en 2001. »

Résultat, le Lagardère est passé de la 61e à la 3e place en un an (et Massy de la 18e à la première tandis que Saint-Germain, 2e en 2013, avait disparu des écrans radar un an plus tôt : du fait sans doute des différences de valeur entre les générations).

« Nous nous sommes aperçus que chez les jeunes, on sélectionnait trop, note Alain Grando. On travaillait sur 800 jeunes, et on en prenait entre quinze et vingt. Et on laissait tous les autres se diriger dans des voies sans issue compétitive de sections loisir. »

« Or, tous les enfants n’ont pas le même rythme de progression. Il en est qui sont dépassés mais qui vont ensuite rattraper leur retard. Des qui sont mal coordonnés parce qu’ils grandissent trop vite, bref beaucoup de talents potentiels qui sont condamnés sans appel. »

C’est la fameuse anecdote de Stephan Caron qui, tout jeune, testé dans un centre national, reçoit la mention : « pas doué pour la natation, doit changer d’orientation. » Le garçon devient (deux fois) médaillé de bronze olympique, champion d’Europe, vice-champion du monde. C’est aussi Alain Bernard, qu’on laisse partir du Cercle des Nageurs de Marseille parce que seul Denis Auguin a pris la mesure de son potentiel. C’est ce grand sifflet de Yannick Agnel qui ne tape pas dans l’œil de Richard Martinez à Font-Romeu… C’est, histoire moins connue chez nous, de Steve Clark, double recordman du monde et triple champion olympique en 1964, dont l’entraîneur, George Haines (peut-être le plus grand entraîneur de natation de tous les temps) avouait qu’il lui avait fallu des années pour prendre conscience de sa valeur.

« Qui peut dire, s’étonne Grando, si un garçon de cinq-dix ans sera le meilleur ? Et qui sommes-nous pour écarter ainsi des enfants prématurément ? Nous avons décidé d’agir autrement. D’observer, de laisser du temps… »

« En pratique, que se passe-t-il ? Prenons un exemple, celui de la catégorie« avenir » qui correspond aux enfants de CE1 et CE2. Avant, ils évoluaient dans trois groupes différents de niveaux différents, dont un ‘’loisirs’’ écarté de la compétition. Maintenant, nous nous refusons à ce stade, à décréter qu’ils ne seront pas bons, et ils nagent tous dans un même groupe de 120 nageurs. Pas de groupe ‘’loisirs’’donc. » Le tri des alevins ne se décide pas par un oukase, mais « se fait naturellement par la compétitivité. »

« Dans toute l’histoire des vainqueurs des Trophées Lucien Zins, il y a eu quatre nageurs seulement qui ont gagné et qui ont ensuite confirmé, ce sont Camille Muffat, Sébastien Rouault, Yannick Agnel et Charlotte Bonnet. » Trois nageurs de ce fabuleux artisan, Fabrice Pellerin, à Nice, et un (Rouault) formé par Saint-Germain en Laye, ce club intrigant qu’on retrouve aujourd’hui encore, deuxième des Trophées Lucien Zins !

« C’est une des raisons des succès français aujourd’hui. Plus de nageurs ont tenu le coup pour la relève internationale. Regardez Camille Muffat. Elle a mis du temps avant d’y arriver. »

  QUI PEUT DIRE LE TALENT DUN ENFANT DE CINQ ANS?

« Aujourd’hui, deux écoles coexistent. Il y a toujours la natation « énergétique », dont les Australiens étaient à l’origine dans les années 1960-70 ; cette natation tirait le maximum des jeunes sans songer à l’avenir. Et puis il y a les autres, dont la démarche – pas toujours la même – insiste plus sur la technique, la progressivité. Globalement, on travaille également beaucoup et bien mais de façon plus diversifiée, sur un moindre kilométrage. »

« La natation française s’est trouvée longtemps en retard. Elle a comblé ce retard : on a été curieux, on a vu ailleurs, on a mis le CNRS à contribution. Avant ça, on était parti vers une natation exclusivement énergétique ; maintenant, l’énergétique demeure, mais on forme aussi la musculature, la préparation physique, ainsi que le développement postural et la position dans l’eau : tout ce qui est postural est important dans la natation. »

On est passé d’un univers plat, unidimensionnel (énergétique) à un système tridimensionnel : énergétique, musculaire postural.  

« Il y a eu une époque de régression avec les combinaisons, parce qu’elles éliminaient les problèmes de gainage et amélioraient la flottaison. Le nageur n’avait plus à s’en préoccuper. La disparition des combinaisons a relancé l’intérêt pour la technique, et la question du maintien dans l’eau est devenue fondamentale, tous les entraîneurs se la posent. On demande au nageur à ce qu’il maîtrise son corps en position horizontale. Cette maîtrise a toujours existé, mais elle était le fait des nageurs qui avaient ça en eux, alors que maintenant, cela s’enseigne. »

« Il s’agit aussi d’apprendre au nageur le gainage volontaire. C’est un positionnement du corps autour de son centre de gravité et son axe de déplacement, une fixation du bassin qui est au départ volontaire, et doit avec le temps devenir instinctive et systématique. On s’applique à la reproduire. On en voit les fruits. Le nageur n’est pas ‘’techniquement mieux’’, mais il est plus efficace. »

FORMER LE CORPS PROJECTILE

« La Fédération a fait un gros travail de recherches puis de diffusion, d’amélioration des connaissances. Prenez les départs, les virages, les coulées, ce qu’on a appelé les PNN, ou parties non nagés. Avant, nos entraîneurs s’intéressaient à la nage et estimaient que ces domaines des parties non nagées de la course étaient accessoires. C’était symptomatique de l’époque du ‘’tout physiologique’’ où le nageur était vu comme le produit d’un travail essentiellement physiologique. La technique venait après. Aujourd’hui, je pars d’un postulat : technique d’abord. Sinon, partant mal, on finira mal… car chaque longueur mal commencée ne peut être poursuivie de façon optimale. »

« Ces idées sont contenues dans le concept de ‘’corps projectile’’, en direction duquel les entraîneurs français comme Pellerin et Martinez ont beaucoup cherché. Je crois pour ma part que la prochaine dimension à explorer sera la dimension mentale. On est loin d’avoir exploré toutes les facultés dans ce domaine. »

« Sans sombrer dans la naïveté, je crois que cette façon de procéder a l’avantage, par rapport au tout physiologique, de diminuer la tentation du dopage. A travail égal, on va plus vite ; de plus, on a intégré le repos dans l’entraînement. Au lieu de surentraîner, on intègre la psychologie, la nourriture, le repos. »

Au bord du bassin, comment cela se passe-t-il ? « Je détermine les buts à atteindre, les entraîneurs édifient les entraînements. Nicolas [Poissier] ne fait pas travailler de façon énorme, continue Alain Grando. Le temps passé est le même qu’au temps du tout physiologique, environ trois heures, mais ce ne sont pas trois heures dans l’eau. Il y a 40, 45 minutes à sec. Et les deux heures qui restent ne sont pas passées à aligner des kilomètres. Car on prend le temps d’individualiser, d’expliquer. Les benjamins nageaient beaucoup. Maintenant, ils sont plus productifs. »

« Certes, on va moins bien en demi-fond en suivant cette méthode. Mais nager vite, c’est devoir s’organiser ; et puis, il s’agit de faire un humain, pas une machine à nager. Cela est une chose importante. Agnel a quitté Pellerin pour des raisons humaines. Je crois que les entraîneurs français restent à la traîne dans ce domaine. On n’est pas des pros dans la communication avec les nageurs. Jamais un nageur ne se serait trouvé dans une telle situation à l’étranger. »

« Dans l’organisation en fonction des âges, au Lagardère, on ne parle pas d’entraînement avant l’âge de benjamins (12-13 ans) ; entre cinq et onze ans, on ne parle pas d’école d’entraînement, mais d’école de nage. Les entraînements, cela commence chez les minimes, vers quatorze ou quinze ans. Quand vous arrivez à cet âge, si vous ne travaillez pas, vous allez voir passer le train. Si vous aviez pris l’habitude de gagner, le fait de ne pas travailler vous tirant en arrière, quand vous ne gagnerez plus, vous perdrez le moral. »

« Notre système prévoit un minimum de deux heures quotidiennes d’entraînement, six jours par semaine, et, jusqu’à trois heures trente entre 14 et 17h30. » pour les nageurs en horaires aménagés, avec ‘’La Cité Scolaire La Fontaine’’, qui se trouve tout à côté de La Croix Catelan, et dont le cursus s’étend de la 6eme à la terminale,

« Nos groupes sont le groupe élite jeunes – de 12 à 16 minimes entraînés à La Croix [Bois de Boulogne]. Un autre de douze minimes, dit ‘’groupe Race’’ travaille rue Eblé [Paris VIIe]. S’ajoute un groupe Benjamins, toujours à Eblé, composé de seize nageurs. Puis des groupes dont les horaires ne sont pas aménagés : un de minimes, baptisé ‘’Race CNA’’, de douze nageurs, et le groupe des benjamins, de seize nageurs et plus. »

« Le travail utilise la méthode des cycles, macro et microcycles. Un cycle dure de six à huit semaines pendant la période scolaire, deux semaines pendant les vacances où on travaille plus et les qualités se développent plus vite. Au début de saison, on détermine les capacités à développer, et à chaque fin de cycle, on fait des micro-bilans, et on décide si l’on est en retard ou si l’on peut passer à l’étape suivante. Dès benjamins, on focalise sur les abdominaux, les lombaires, la proprioception, le gainage. J’ai l’habitude de dire qu’au Lagardère, on travaille le GALOP : Gainage, Abdominaux, Lombaires, Obliques, Proprioception. »

« On vérifie l’âge osseux des jeunes. Tant qu’il y a du cartilage, on évite tout travail de force qui pourrait nuire à la croissance. Pour la condition physique, on effectue des circuits qu’on alterne, par exemple le lundi bas du corps, mardi le haut, mercredi tout le corps. Selon les cas, on focalise parfois sur un point, puis on effectue le transfert de la qualité que l’on cherche à développer dans l’eau. »

« Dans le bassin, on se sert des quatre nages. Pourquoi ? Parce que les qualités acquises sont transférables d’une nage à l’autre, et parce que le travail des quatre nages est la fois moins lassant et plus musculaire. C’est une façon de travailler la force dans l’eau et d’éviter la spécialisation. Cela donne des choix plus larges au moment de déterminer dans quelle nage on veut se spécialiser. Camille Muffat a attendu d’avoir vingt ans avant de choisir le crawl. Frank Esposito était aussi bon en dos qu’en papillon. S’il a choisi le papillon, c’est en raison de meilleures opportunités pour lui de médailles. Et il était aussi performant en crawl. »

0 comments:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *